Portfolio de CLAUDIA ABDALA

Plan

Le lien marqué [+] permet d'afficher puis de masquer les sous-sections que comprend la section correspondante.

Biographie Commenter cette biographie

Un peu de moi...

Je m’appelle Claudia Abdala. Je possède un baccalauréat en éducation spécialisée avec la mention trouble d’apprentissage de l’Université Catholique de Valparaíso au Chili. Après cette première formation, j'ai obtenu un diplôme d'études supérieures en troubles de la communication et du langage, et je me suis également perfectionnée dans le domaine de l’intégration scolaire.

Au Chili, j’ai travaillé auprès d’enfants avec troubles d’apprentissage dans une école privée et j’ai aussi travaillé dans une école publique avec des enfants sourds en utilisant la méthodologie orale. Dans cette même école, j’ai travaillé sur un projet d’intégration des enfants avec troubles du langage.

Les trois expériences de travail ont été enrichissantes. Je pouvais me développer dans les domaines des troubles de l'apprentissage, des troubles de langage et de la surdité. J’ai aussi eu la possibilité de travailler avec différents professionnels en participant à des projets en équipes multi-professionnelles.

Pendant que je travaillais comme enseignante, j’ai fait des études additionnelles et j’ai travaillé sur un projet d’amélioration de l’éducation. Ce travail m’a apporté beaucoup de satisfaction dans ma vie professionnelle et personnelle. Pour ce projet, nous travaillions avec l’équipe de la direction ainsi que les enseignantes des écoles, et nous étions les personnes qui évaluions et facilitions les processus d’amélioration continue.

Mon projet de formation continue au Québec a débuté au Chili, lorsque j’ai décidé de venir au Canada comme immigrante. Alors que j’étais là-bas, j’ai eu le rêve de faire des études au Québec, mais je ne savais pas où, ni dans quel domaine d’éducation poursuivre. Une fois installée ici, j’ai recherché de l’information sur les différents programmes d’éducation, car mon objectif était de retourner travailler comme enseignante en éducation spécialisée. Je me suis donc inscrite au programme de Diplôme d’études supérieures en intervention éducative, en septembre 2008.

J’ai complété ce programme à la session d’été 2010. En janvier 2011, je suis retournée aux études pour faire une maîtrise en orthopédagogie. Celle-ci est plus spécifique à ce que j’ai fait au Chili et mieux liée à mon objectif de départ. Je compte faire des équivalences pour quelques cours du D.E.S.S.

En 2009, j’ai fait les démarches pour une évaluation comparative des études hors du Québec et on m’a reconnu mes études en adaptation scolaire et sociale. Présentement, je fais les démarches pour obtenir le permis d’enseigner qui est donné par le Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. Je dois passer des examens qui évalueront ma maîtrise de la langue française au Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport et aussi le test du français pour pouvoir travailler dans les Commissions scolaires; soit le CEFRANC ou le test SEL version B.

Pour me contacter :

Le pourquoi du porfolio Commenter cette section

J’ai crée ce portfolio pour le cours « Séminaire de développement professionnel I » PPA 6001, afin de faire un bilan de nos compétences. Après, je l’ai réutilisé pour le cours « Séminaire de développement professionnel II » PPA 6006, pour inventorier les apprentissages et les compétences qui ont été développées dans chaque cours, ainsi que dans le but d’analyser les impacts sur notre pratique et projet de formation.

Aujourd’hui, dans le cadre du cours « Intégration des apprentissages » PPA 6003, je l’utilise de nouveau pour faire un bilan de mes apprentissages réalisés. 

Liste des cours suivis par session Commenter cette section

  • Session Automne 2008

- ETA 1900 T : « Système éducatif et profession enseignante »

- PPA 6001 : « Séminaire de développement professionnel I »

- FRS 1232 : « Communication écrite : débutant 2 »

 

  • Session Hiver 2009

- PPA 6413 : « École et prévention de l’inadaptation »

- PPA 6416 : « Étude des difficultés à apprendre »

- FRS 1242 : « Communication écrite : intermédiaire I »

 

  • Session été 2009

- PPA 6415 : « Enseignement aux élèves en difficulté d’apprentissage »

- PPA 6429 : « Ergonomie et incapacités intellectuelles »

- FRS 1240 : « Communication orale 4 »

 

  • Session Automne 2009

-  PPA 6403-A : « Question spécifique en orthopédagogie : populations d’élèves HDAA »

-  PPA 6006 : « Séminaire de développement professionnel II »

-  FRS 1250 : « Communication orale 5 »

-  FRS 1252 : « Communication écrite : intermédiaire 2 »

 

  • Session Hiver 2010

-   EDP 1262       : « Grammaire et expression écrite. Avance 1 »

-   PPA 6008       : « Résolution de problèmes en contexte éducative »

-   PPA 6414   : « Intervention orthopédagogique »

 

  • Session Été 2010

- DID 6010       : « Programme de lectures individuelles »

- ETA 3550        : « Évaluation des apprentissages »

 

Session Hiver 2011

- PPA 6003  : « Intégration des apprentissages »

- PPA 6216  : « Pédagogie interculturelle »

Schéma des apprentissages réalisés tout au long de mon parcours. Commenter ce document

Automne 2008 Commenter cette section

Cours ETA 1900 « système éducatif et profession enseignante » Commenter cette sous-section

Titre                      : « Système éducatif et profession enseignante »

Sigle                      : ETA 1900 T 

Professeur              : Robert Drapeau

Session                  : Automne 2008

 

Ce cours était obligatoire pour moi. Il a pour but de nous faire connaître le système scolaire québécois, la formation enseignante et les éléments qui touchent la profession enseignante comme le syndicalisme, les droits, les perspectives d’emplois, etc. Le tout vu d’un angle historique et contemporain. Il est certain que je ne connais pas tous les angles de l’éducation, mais ce cours à été selon moi comme une porte qui s’est ouverte sur les concepts de l’éducation et son histoire. En plus, il m’a permis de mieux saisir les enjeux sociaux et scolaires vus dans les autres cours.

Dans ce cours, j’ai pu connaître l’histoire du système scolaire québécois et identifier des faits précis qui ont amené des changements dans l’éducation, par exemple en 1960 Jean Lesage remporta le scrutin et initia une vaste réforme de l’enseignement public dont l’apogée a été la création du Ministère de l’Éducation en 1964. J’ai fait des apprentissages aussi par rapport aux réformes éducatives qui ont été implantées au Québec, comme la réforme Parent et la réforme Marois.

Pour le cours, j’ai décidé de faire un travail sur le décrochage scolaire, car j’avais souvent entendu parler de cette problématique au Québec. J’ai donc analysé ce qui se passe et j’ai été étonnée d’apprendre que les facteurs qui déterminent le décrochage chez les garçons sont différents de ceux des filles, et que le décrochage scolaire est le dernier problème qui se présente après d’autres problèmes. Cela veut dire que les jeunes, avant de décrocher, ont dû passer par d’autres problèmes et la charge qu’ils portent sur leurs épaules est lourde. J’ai pu observer aussi que le gouvernement du Canada et celui du Québec sont conscients de l’existence de ce problème et qu’ils ont mis plusieurs ressources pour aider les jeunes à ne pas décrocher du système éducationnel.

Quelques références bibliographiques que j’ai utilisées :

-          Charland J. P. Histoire de l’éducation au Québec. Saint-Lauranent, Éditions du renouveau pédagogique, 2005.

-          Després-Poirier, M. Le système d’éducation du Québec. Gaëtan Morin Éditeur, 1999.

Cours EDP 1232 « Français écrit » Commenter cette sous-section

Titre                      : « Communication écrite : débutant 2 ».

Sigle                      : FRS 1232     

Professeur              : Michèle Paquin.

Session                  : Automne 2008

 

Lorsque j’ai décidé d’étudier au Québec, pour éventuellement retourner travailler dans ma profession, je me suis sentie dans l’obligation de maîtriser la langue française, alors j’ai décidé de faire des cours de français écrit.

Ce cours de communication écrite de la langue française donne des outils au niveau des habiletés langagières, par exemple la compréhension de textes assez élaborés, et au niveau des notions linguistiques comme de connaître les déterminants, les adjectifs, la conjugaison des verbes, etc.

Le cours FRS 1232 à été pour moi un retour au français car j’avais délaissé ces études peu de temps après être tombée enceinte. Alors, ce cours était premièrement une révision de ce que j’avais déjà appris et ensuite une amélioration de mes connaissances de la grammaire, de l’orthographe, de la syntaxe et de la sémantique.

Ce cours m’a permis de rédiger des textes avec moins d’erreurs.

Quelques références bibliographiques que j’ai utilisées :

-          BAREAU – SPENCER. L’isogramme, grammaire synthétique du Français international. Alta Press, Canada 1990.

-          Larousse, dictionnaire usuel. Larousse, 1986.

-          Le Bescherelle, l’art de conjuguer. Éditions Hurtubise HMH, 1980.

 

 

Cours PPA 6001 « Séminaire de développement professionnel I » Commenter cette sous-section

Titre                      : « Séminaire de développement professionnel I »

Sigle                      : PPA 6001

Professeur              : Jacques Viens

Session                  : Automne 2008

 

Ce cours est obligatoire au début des programmes de D.É.S.S. ou de M. Éd en Intervention éducative. Le but est de nous introduire au programme et aux ressources avec l’objectif final de développer un plan de formation en considérant des aspects académiques et professionnels.

Ce cours a été un défi pour moi parce que c’était la première fois que je devais analyser mon projet d’étude. Au Chili, c’est l’université qui avait décidé mon curriculum d’étude. Alors je me suis introduite à la tâche de la réflexion de ma formation.

Dans le cours, lors de la première rencontre, nous avons reçu des orientations par rapport aux ressources humaines, technologiques et les services institutionnels de l’université, ce qui a rendu mon début à l’université moins lourd.

J’ai réalisé des apprentissages par rapport aux logiciels Word, Excel et Power Point, ainsi que des apprentissages par rapport à l’utilisation du portfolio et du blog. Ce cours m’a permis de visualiser mon projet de formation et de m’orienter au profil que je désirais.

Quelques sites web que j’ai utilisés :

-          http://educanet03.blogspot.com/2008/09/mapas-conceptuales-y-mentales.html

-          http://www.robertbibeau.ca/portfolio.html

-          http://carnets.opossum.ca/mario/

Projet de formation PPA 6001 Commenter ce document

Hiver 2009 Commenter cette section

Cours PPA6413 « École et prévention de l’inadaptation » Commenter cette sous-section

Titre                : «École et prévention de l’inadaptation »

Sigle                : PPA 6413

Professeur        : François Bowen

Session            : Hiver, 2009

 

Le cours a eu comme objectif de connaitre les concepts, l’étiologie, le développement des problèmes de santé mentale et leur prévalence dans les écoles. Connaitre aussi les modèles de prévention et les services d’évaluation et d’aide.

Nous avons vu les facteurs et les processus des différents problèmes d’adaptation scolaire (toxicomanie, dépression, violence, etc.) ainsi que leurs modèles de prévention. De plus, nous avons étudié des programmes de la prévention à la promotion de la santé mentale en milieu scolaire.

Dans ce cours, j’ai fait des rapports presque toutes les semaines des articles suggérés par le professeur. Quelques thèmes abordés sont : les raisons pour lesquelles le milieu scolaire doit s’impliquer dans les questions qui touchent à la santé mentale à l’école, les comportements et les attitudes de la part des adultes en milieu scolaire qui favorisent un niveau de santé mentale optimal et qui contribuent à réduire les risques d’échecs scolaire, etc. Aussi, nous avons analysé et évalué des sites internet qui traitent de thèmes comme la prévention de la violence, comme le site des programmes VIRAJ et PASSAJ.

Également, j’ai analysé le programme « Vers le Pacifique » qui a comme objectif de prévenir la violence par la promotion des comportements pacifiques, en formant les élèves à la résolution de conflits et en les amenant à utiliser la médiation comme mode de résolution des conflits. Dans ce travail j’ai fait une présentation théorique du programme et une présentation plus concrète sur l’implantation et les effets du programme dans une école primaire de Montréal Nord, l’École Jules Verne.

En recherchant des informations sur le programme « Vers le Pacific », j’ai appris que les enfants ont des comportements agressifs parce qu’ils n’ont pas les habiletés sociales ou parce qu’ils ne peuvent pas avoir recours à la charge émotive durant le moment donné. Cela m’a touché énormément, car il est possible d’enseigner aux élèves des comportements pacifiques et des manières à résoudre les conflits.

Ce cours m’a permis de savoir qu’il y a plusieurs programmes utilisés au Québec pour prévenir les problèmes de comportement à l’école et que les programmes sont évalués fréquemment.

Le cours m’a fait aussi voir la consommation de drogues sous un autre angle. Nous avons assisté à une conférence sur la toxicomanie (prévention et réduction des méfaits et interdits) et nous avons lu des articles sur ce thème qui ont fait changer ma conception antérieure de la problématique, qui était plutôt répressive.

Quelques références bibliographiques que j’ai utilisées :

-          Fallu, Jean-Sébastien et Janosz, Michel. La qualité des relations élève-enseignants à l’adolescence : un facteur de protection de l’échec scolaire. Revue de psychoéducation, volume 32, numéro 1, 2003.

-          Moreau, Claude. La résolution de conflits au primaire. Corporation foyer Mariebourg, Québec, 1998.

-          Normandeau, Sylvie et autres. La diffusion des programmes de prévention de la violence à l’école. Collection études et analyses, mai 2004.

Cours PPA 6416 « Étude des difficultés d'apprentissage » Commenter cette sous-section

Titre                : « Étude des difficultés à apprendre ».

Sigle                : PPA 6416

Professeur        : Sylvie Cartier

Session            : Hiver, 2009

 

Ce cours a eu comme objectif de contribuer à la compréhension et l’analyse des différentes difficultés d’apprentissage, ainsi que de contribuer à la compétence d’analyse des outils d’évaluation afin de les identifier.

Le cours a été divisé en trois parties, chacune avec son travail particulier. Dans la première partie nous avons fait un travail de recherche sur une difficulté d’apprendre dans une situation d’apprentissage spécifique. Ma recherche a porté sur les élèves ayant de dyslexie dans la situation d’apprentissage spécifique : les devoirs scolaires. Dans la deuxième partie, nous avons analysé un cas qui correspond à la recherche de notre premier travail. Dans la troisième partie, nous avons fait une recherche sur les moyens d’évaluer les difficultés d’apprentissage dans une situation spécifique. J’ai donc fait une recherche sur les outils d’évaluation : l’entrevue et l’observation.

J’ai trouvé enrichissant de connaître et d’utiliser le modèle d’analyse de la difficulté des élèves à apprendre de manière autorégulée en contexte de classe (c’est à dire la difficulté des élèves à planifier, contrôler et évaluer leurs processus cognitifs, motivationnels/affectifs, comportementaux et contextuels), car avec ce modèle j’ai pu rassembler les connaissances et les mettre au service de l’analyse d’une difficulté d’apprentissage spécifique qui est la dyslexie.

D’ailleurs, le fait d’analyser une difficulté d’apprendre dans une situation d’apprentissage spécifique me semble intéressant, car les manifestations varient selon la situation d’apprentissage à laquelle l’élève fait face. Une fois de plus, je me suis rendu compte qu’une manifestation n’a pas toujours une unique et même explication pour tous les enfants. En plus, ce modèle met l’accent sur le contexte de la classe, chose que je n’ai pas eue présente avant.

La troisième partie du cours, qui est sur les outils d’évaluation, a été très intéressante parce que j’ai besoin de connaître les outils d’évaluation qui s’utilisent au Québec. J’ai des connaissances théoriques, parce qu’au Chili s’utilisent les mêmes types d’outils (les tests normatifs, les tests critères, les entrevues et l’observation), mais j’ai trouvé enrichissant de connaître quelques outils de manière concrète.

En outre, j’ai pris connaissance qu'ici s’utilisent pour l’évaluation les productions permanentes des enfants. J’ai trouvé cela intéressant parce que c’est une pratique qui n’est pas utilisée dans mon pays. Je pense que cette pratique est une bonne façon de viser les forces et les faiblesses de l’élève à partir du matériel d’apprentissage déjà fait, car c’est une façon non intrusive d’évaluation dans le contexte habituel où les difficultés peuvent se manifester.

Quelques références bibliographiques que j’ai utilisées :

-           Béliveau, Marie-Claude. Dyslexie et autres maux d’école. Éditions du CHU Sainte-Justine, Québec. 2007.

-          Cartier, Sylvie. Modèle d’analyse de la difficulté des élèves à apprendre de manière autorégulée en contexte de classe.

-          Goupil, Georgette. Les élèves en difficulté d’adaptation et d’apprentissage. Éditions de la Chenelière, 2006, Québec.

-          Site de l’association de troubles d’apprentissage www.aqeta.qc.ca.

-          Torrano, Fermin et Gonzélez, María. El aprendizaje autorregulado: presente y futuro de la investigación. Revista Electrónica de Investigación Psicoeducativa numero 2.

Cours EDP1242 «Français écrit » Commenter cette sous-section

Titre                : « Communication écrite : intermédiaire I »

Sigle                : FRS 1242

Session            : Hiver, 2009

 

Ce cours de communication écrite de la langue française donne des outils au niveau des habilitées langagières pour comprendre et écrire des textes de niveau complexe (informatifs, argumentatifs et littéraires). De plus, il donne des outils sur les notions linguistiques.

Mes apprentissages significatifs dans ce cours ont été d’apprendre à connaitre les exceptions aux règles et les accords du participe passé avec le verbe avoir.

Quelques références bibliographiques que j’ai utilisées :

-          BAREAU – SPENCER. L’isogramme, grammaire synthétique du Français international. Alta Press, Canada 1990.

-          Larousse, dictionnaire usuel. Larousse, 1986.

-          Le Bescherelle, l’art de conjuguer. Éditions Hurtubise HMH, 1980.

Été 2009 Commenter cette section

Cours FRS 1240 « Communication orale 4 » Commenter cette sous-section

Titre                : « Communication orale 4 »

Sigle                : FRS 1240

Professeur       : Rodrigue St-Arneault

Session             : Été, 2009

 

Le cours FRS 1240 est un cours de français oral niveau 4 qui vise les fonctions langagières, les notions linguistiques et les notions culturelles comme thèmes principaux.

Dans ce cours, nous avons réalisé des travaux de conversation en petits groupes. Nous avons travaillé aussi la compréhension orale et les présentations d’expériences personnelles et de nouvelles.

J’ai eu l’opportunité de pratiquer le français oral en petit groupes de travail et par des présentations orales, toujours avec les corrections du professeur sur les éléments grammaticaux erronés ou manqués. De cette façon, j’ai pu améliorer ma fluidité et ma prononciation.

Quelques références bibliographiques que j’ai utilisées :

-          Larousse, dictionnaire usuel. Larousse, 1986.

-          Le Bescherelle, l’art de conjuguer. Éditions Hurtubise HMH, 1980.

 

 

Cours PPA 6429 « Ergonomie et incapacités intellectuelles» Commenter cette sous-section

Titre                : « Ergonomie et incapacités intellectuelles»

Sigle                : PPA 6429

Professeur       : Jacques Langevin

Session         : Été, 2009

 

Il s’agit d’un cours dédié à l’éducation des élèves qui présentent des incapacités intellectuelles et à l’utilisation de l’ergonomie cognitive pour intervenir auprès des enfants et des adolescents avec ces incapacités. Ce cours se déroule dans le cadre de l’Université d’Été qui se fait annuellement. Il se caractérise par sa disponibilité aux étudiants des trois cycles universitaires, aux professionnels du

secteur scolaire et des services sociaux, ainsi qu’aux parents.

Les apprentissages significatifs que j’ai réalisés pendant le cours étaient liés aux conceptions, paradigmes, interventions auprès de ces jeunes, ainsi qu’à l’ergonomie.

Premièrement, j’ai réorganisé mes conceptions sur les incapacités intellectuelles, comme par exemple le fait de que les personnes qui ont une incapacité intellectuelle sont parmi les plus vulnérables aux conditions environnementales adverses à l’apprentissage.

Deuxièmement, j’ai revu les paradigmes en relation aux critères d’évaluation de ces élèves ainsi que le dilemme par rapport à l’âge mental et l’âge chronologique au moment d’intervenir.

      Quelques références bibliographiques que j’ai utilisées :

-          Langevin, Jacques. Recueil du cours, 2009.

-          Rocque, Sylvie et autres. De l’autonomie à la réduction des dépendances. Nouvelles Eds, 2003.

 

 

Cours PPA 6415 « Enseignement aux élèves en difficulté d’apprentissage » Commenter cette sous-section

 

Titre                : « Enseignement aux élèves en difficulté d’apprentissage »

Sigle                : PPA 6415

Professeur       : Josianne Robert.

Session             : Été, 2009

 

L’objectif principal de ce cours est d’acquérir la compétence reliée à l’orthopédagogie, qui est l’intervention préventive et corrective. Il donne des ressources pour soutenir l’apprentissage. Il donne aussi des moyens pour intervenir sur les stratégies d’apprentissage et d’autorégulation. En plus, il donne des procédés à propos de l’intégration, de la motivation et de ces stratégies à la pratique pédagogique.

Dans le cours, nous avons développé des interventions planifiées visant l’acquisition de connaissances déclaratives, procédurales et conditionnelles. En plus, nous avons exploré la manière d’enseigner les stratégies d’apprentissage et d’autorégulation.

Grâce à ce cours, j’ai réorganisé mes connaissances par rapport à chaque type de connaissance (déclaratives, procédurales et conditionnelles) et les stratégies qui favorisent leur acquisition. J’ai appris des manières de mettre en application l’acquisition des trois types de connaissances. J’ai aussi compris la relation entre la théorie du traitement de l’information et les types de connaissances.

J’ai compris, et je me suis intéressé à savoir, que dans plusieurs cas la différence entre un élève à succès et un élève peu performant est le fait que l’élève performant connaît bon nombre de stratégies qu’il est capable d’utiliser en considérant ses caractéristiques à lui, la situation d’apprentissage, le contexte d’apprentissage, etc.

En plus, un autre apprentissage significatif a été de connaître différentes manières de mettre en pratique les stratégies et de comprendre l’importance des connaissances antérieures des élèves qu’il faut explorer pour savoir où et comment commencer un apprentissage.

Avec ce cours, je sens que j’ai un apprentissage que je dois réaliser. Cet apprentissage est en lien avec les manières de mettre en application les stratégies avec des petits enfants et auprès des enfants qui ont des difficultés sensorielles, du langage ou intellectuelles.

      Quelques références bibliographiques que j’ai utilisées :

-          Cartier, S. et Viau, R. (1998). Application à l’élève en difficulté d’apprentissage de quatorze principes pour une réforme scolaire centrée sur l’apprenante et sur l’apprenant.

-          Chouinard et col. Revue des sciences de l’éducation, Les devoirs, corvée inutile ou élément essentiel de la réussite scolaire. Volume 32, numéro 2, 2006, p. 307-324.

-          Martineau, R. (1998). Utiliser la recherche ou enseigner pour faciliter le traitement de l’information. Vie pédagogique, 108, pp. 24-28

-          Saint-Pierre, Lise. L'étude et les stratégies d'apprentissage. Revue Pédagogie Collégiale No 15. Décembre 1991. Vol. 5 n° 2 http://www.cdc.qc.ca/ped_coll/pdf/saint_pierre_lise_05_2.pdf.

 

 

 

 

 

 

 

Automne 2009 Commenter cette section

Cours FRS 1250 « Communication orale 5 » Commenter cette sous-section

Titre                : « Communication orale 5 »

Sigle                : FRS 1250

Professeur       : Ginette Desjardins.

Session         : Automne, 2009

 

Le cours communication oral 5 est un cours qui a comme objectif final de nous permettre d’améliorer les stratégies conversationnelles et discursives. Comme c’est un cours de français oral, nous avons pratique en réalisant des expositions orales ou la discussion en petit groupes.

Se cours m’a permis de pratiquer le français oral en petit groupes et en face de la classe.

Quelques références bibliographiques que j’ai utilisées :

-          Larousse, dictionnaire usuel. Larousse, 1986.

-          Le Bescherelle, l’art de conjuguer. Éditions Hurtubise HMH, 1980.

Cours FRS 1252 « Communication écrite : intermédiaire 2 » Commenter cette sous-section

Titre                : « Communication orale 4 »

Sigle                : FRS 1240

Professeur       : Rodrigue St-Arneault

Session             : Été, 2009

 

Le cours FRS 1240 est un cours de français oral niveau 4 qui vise les fonctions langagières, les notions linguistiques et les notions culturelles comme thèmes principaux.

Dans ce cours, nous avons réalisé des travaux de conversation en petits groupes. Nous avons travaillé aussi la compréhension orale et les présentations d’expériences personnelles et de nouvelles.

J’ai eu l’opportunité de pratiquer le français oral en petit groupes de travail et par des présentations orales, toujours avec les corrections du professeur sur les éléments grammaticaux erronés ou manqués. De cette façon, j’ai pu améliorer ma fluidité et ma prononciation.

Quelques références bibliographiques que j’ai utilisées :

-          Larousse, dictionnaire usuel. Larousse, 1986.

-          Le Bescherelle, l’art de conjuguer. Éditions Hurtubise HMH, 1980.

 

Cours PPA 6403 A « Question spécifique en orthopédagogie : Populations d’élèves HDAA» Commenter cette sous-section

Titre                : « Question spécifique en orthopédagogie : Populations d’élèves HDAA»

Sigle               : PPA 6403 A

Professeur       : Nathalie Trépanier

Session           : Automne, 2009

 

Le cours de madame Trépanier est vise à nous permettre d’intégrer les nomenclatures utilisées servant à désigner les populations d’élèves HDAA, leurs principales caractéristiques, les manifestations de leurs difficultés ainsi que la perspective historique et actuelle de la recherche et de l’intervention. De plus, il vise à nous faire réfléchir sur les services éducatifs et des pistes d’intervention pour ces populations.

Pour ce cours, nous avons fait un premier travail sur un type spécifique d’élèves HDAA. J’ai choisi les élèves qui ont des troubles phonologiques. J’ai d’abord fait une recherche sur les troubles du langage en général et sur les manières de les classifier. J’ai ensuite fait une recherche sur les troubles du langage de type phonologique incluant la description, la problématique éducationnelle, les défis pour les professionnels et les parents et les pistes d’intervention pour ces élèves.

Dans la deuxième partie du cours, nous avons fait un travail sur un programme, un modèle, une stratégie, un mode ou technique d’intervention. Nous avons travaillé avec le programme De A à Z on s'aide.

Mes principaux apprentissages dans ce cours a été le développement d’un analyses critique sur un programme

Quelques références bibliographiques que j’ai utilisées :

-          Bowen, Caroline. Traduction et adaptation par Fortin, Rachel. « Les difficultés phonologiques chez l’enfant ». Chenelière, Québec, 2007.

-          Fédération des syndicats de l’enseignement du Québec. « Référentiel: Les élèves à risque et HDAA. Référentiel pour le personnel enseignant qui intervient auprès des élèves à risque et élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (HDAA) », rédigé par Pauline Ladouceur. FSE-CSQ, Québec, 2009.

-          Francen, Allen et autres. « Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. DSM-IV-TR ». Masson, Paris, 2003.

-          Luisser, F. et Flessas, J. « Neuropsychologie de l’enfant. Troubles développentaux et de l’apprentissage ». Dunod, Paris, 2009.

-          Ministère de l’éducation, du Loisir et du Sport du Québec. « L’organisation des services éducatifs aux élèves à risque et aux élèves en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EDHAA) ». Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Québec, 2007.

Cours PPA 6006 « Séminaire de développement professionnel II » Commenter cette sous-section

Titre                : « Séminaire de développement professionnel II »

Sigle                : PPA 6006

Professeur       : Jacques Viens

Session             : Automne, 2009

 

Ce cours est obligatoire pour les étudiants de D.É.S.S. ou de M. Éd en Intervention éducative. Il est prévu à mi-parcours. Dans ce séminaire, les étudiants doivent faire un bilan des apprentissages qu’ils ont réalisé, illustrer l’évolution des attentes et des objectifs, ainsi que planifier la continuation des activités de formation.

Ce cours contemple trois travaux :

-          La réalisation d’un blog avec l’objectif final de laisser des traces de notre réflexion critique et régulière sur le plan de formation.

-          La réalisation d’un portfolio afin d’enregistrer notre cheminement dans notre projet de formation sous un angle personnel et professionnel ainsi que de projeter notre plan de formation.

-          La réalisation d’un travail en version papier où nous devons faire un bilan de formation et une planification de la continuation de notre formation. Le but est aussi de faire une réflexion sur notre plan de formation initial et sur notre plan de formation d’aujourd’hui.

Ce cours m’a permis de visualiser mon projet de formation à partir de mon entrée dans le programme jusqu’au moment présent, et ainsi me diriger vers le profil que je voulais.

Site web que j’ai utilisé :

-          http://www.eduteka.org/TaxonomiaBloomDigital.php

 

 

 

Projet de formation PPA 6006 Commenter ce document

Hiver 2010 Commenter cette section

Cours PPA 6008 « Résolution de problèmes en contexte éducative » Commenter cette sous-section

Titre : « Résolution de problèmes en contexte éducative »

Sigle : PPA 6008

Professeur : Mohamed Hrimech

Session : Hiver 2010

 

Ce cours est obligatoire pour le D.E.S.S. en intervention éducative. Le but de ce cours était d’identifier un problème que nous avons vécu dans notre pratique professionnelle et de le résoudre en appliquant la démarche de résolution de problème. Nous avons donc vu les fondements théoriques et les modèles de résolution de problèmes, ainsi que les méthodes et les outils adéquats pour générer et choisir des solutions aux problèmes.              

Le problème que j’ai voulu résoudre était la faible performance des élèves sourds (précoces, pré-linguistiques et linguistiques) dans l’apprentissage de la lecture d’une langue alphabétique. Étant donné que j’avais plus d’expérience auprès des élèves sourds et que c’est un thème qui m’intéresse, j’ai décidé de m’investir dans cette tâche. De plus, à ce moment-là, je faisais un cours en parallèle de lecture dirigée, dans lequel nous avons étudié la problématique des élèves sourds par rapport à la lecture et la reconnaissance des mots. J’ai donc profité de ces lectures pour réaliser le travail de résolution de problème.

 J’ai apprécié la manière dont s’est déroulé le travail. Nous avons commencé petit à petit en identifiant d’abord le problème et jusqu'à trouver la solution la plus convenable selon plusieurs critères. Il n’a pas été facile de bien cibler le problème. À plusieurs reprises j’ai dû retourner et mieux définir le problème. Il n’a pas non plus été facile de chercher des solutions au problème car c’est un thème peu étudié. Par contre, j’ai trouvé facile et utile la démarche pour trouver la solution la plus convenable.

Dans ce cours, j’ai pu approfondir des thèmes comme la surdité et la reconnaissance de mots. J’ai réalisé des apprentissages par rapport à la démarche de résolution de problèmes en contexte scolaire et aux méthodes pour choisir une solution. C’était intéressant pour moi de connaître les étapes de la résolution de problème et de penser au problème sans d’abord penser aux solutions afin de conserver l’objectivité et ne pas tourner le problème en solution.

La plus grande contrainte survenue dans la réalisation du travail a été l’objectivité que j’ai dû conserver lorsque j’ai lu les informations concernant les sourds, car j’ai souvent trouvé que la littérature est biaisée par l’orientation de la pensée des auteurs. C’est-à-dire qu’il y a des auteurs qui sont en faveur de l’approche orale et ils laissent voir cette préférence. Il en va de même pour les auteurs qui sont à faveur d’une approche plus gestuelle. Une autre contrainte remarquée est le manque d’études faites au Québec en lien avec ce thème. J’ai dû me tourner vers des études réalisées en France et aux États-Unis. Par ailleurs, au cours de la phase pour trouver des solutions au problème, j’ai dû penser à l’hétérogénéité de la population.

Je me suis sentie plus à l’aise avec la recherche documentaire. J’ai pu découvrir plus des bases de données qui m’aideront dans mes futurs travaux de recherche.

Quelques références bibliographiques que j’ai utilisées :

-          Berthiaume, Rachel. 2008. « Procédures morphologiques en lien avec les règles de formation des mots du français écrit chez des lecteurs sourds du primaire ». Thèses du Doctorat, Montréal, Université de Montréal.

-          Blais, Marguerite. 2006. « La culture sourde ». Québec : Les Presses de l’Université Laval.

-          Daigle, Daniel. 2003. « Étude des traitements phonémique, syllabique, morphologique et visuo-orthographique en lecture chez les élèves sourds du primaire et du secondaire ». Thèses du Doctorat, Montréal, Université de Montréal.

-          Dubuisson, Daigle et Parisot. 2009. « Scolarisation des enfants sourds au Québec ». En ligne, <http://www.unapeda.asso.fr/article.php3?id_article=959>. Consulté le 8 mars 2010.

-          Niederberger, Nathalie. 2007. « Apprentissage de la lecture-écriture chez les enfants sourds » Enfance, volume 59, p. 254-262.

 

 

 

Travail Faible performance en lecture Sourds.doc Commenter ce document

Cours EDP 1262 « Grammaire et expression écrite. Avance 1 » Commenter cette sous-section

Titre     : « Grammaire et expression écrite. Avance 1 »

Sigle      : EDP 1262

Professeur         : François Mique

Session             : Hiver 2010

 

Ce cours a comme objectif d’apprendre de stratégies de compréhension de textes complexes et de produire des textes écrits où on doit confirmer une certaine maîtrise des règles d’orthographe, de grammaire, de syntaxe et de lexicologie.

Ce cours me a donné surtout l’envie d’écrire et m’a donné la sécurité que j’avais perdue dans des autres cours de français. Car, les autres enseignants ont été très exigeants même dans la production des idées.

Quelques références bibliographiques que j’ai utilisées :

-          Larousse, dictionnaire usuel. Larousse, 1986.

-          Le Bescherelle, l’art de conjuguer. Éditions Hurtubise HMH, 1980.

Été 2010 Commenter cette section

Cours DID 6010 « Programme de lectures individuelles » Commenter cette sous-section

Titre     : « Programme de lectures individuelles »

Sigle      : DID 6010

Professeur         : Rachel Berthiaume

Session             : Été 2010

 

Dans ce cours, j’ai acquis des compétences par rapport à la lecture; plus spécifiquement en lien à la reconnaissance de mots et les troubles qu’ont des étudiants dans la décodification (comme la dyslexie et la surdité).

Sans être l’objectif du cours, l’enseignante a été une personne ressource qui m’a guidé en m’expliquant comment fonctionne le système éducationnel du Québec par rapport à la personne qui est spécialisée pour faire des diagnostiques en dyslexie, et elle m’a aussi expliqué aussi comment fonctionne, entre autres, le Programme d’études.

J’ai acquis des connaissances sur la lecture et son apprentissage, sur la différence entre les langues opaques (français) et les langues transparentes (espagnol), sur les troubles phonologiques qui sont associés à la surdité et la dyslexie.

Quelques références utilisées dans ce cours ont été les suivantes :

-          Berthiaume, Rachel. Procédures morphologiques en lien avec les règles de formation des mots du français écrit chez des lecteurs sourds du primaire.

-          Cuetos et Domínguez. Efecto de la pseudohomofonía sobre el reconocimiento de palabras en una lengua de ortografía transparente. Psicothema Vol. 14, Espagne, 2002. http://www.psicothema.com/pdf/794.pdf

-          Daigle, Daniel et Armand, Françoise. L’approche bilingue et l’apprentissage de la lecture chez les sourds.

Dyslexie en orthographes transparentes Commenter ce document

travail.doc
travail.doc (85 ko)

ETA 3550 « Évaluation des apprentissages » Commenter cette sous-section

Titre     : « Évaluation des apprentissages »

Sigle      : ETA 3550

Professeur         : Micheline-Joanne Durand

Session             : Été 2010

 

L’objectif de ce cours a été de développer des compétences par rapport à l’appropriation des concepts liés à l’évaluation, ainsi que les modèles. Un autre objectif a été de développer des compétences en lien à l’élaboration des instruments d’évaluation, de donner un jugement professionnel et de communiquer le résultat d’une évaluation de manière judicieuse.

                J’ai pris ce cours de premier cycle hors-programme pour augmenter mes connaissances par rapport aux compétences et surtout pour apprendre de manière concrète leur évaluation. Au Chili, le programme des études est basé sur les objectifs pédagogiques, donc mes objectifs dans ce cours étaient de comprendre l’approche par compétence et de m’outiller par rapport à la démarche évaluative.

                Dans ce cours, nous avons réalisé des grilles d’évaluation, nous avons travaillé avec des portfolios d’élèves et nous avons-nous-mêmes fait un portfolio. Madame Durand nous a fait vivre des situations d’autoévaluation et de co-évaluation dans nos propres travaux. Donc nous avons eu la possibilité d’apprendre le contenu de la classe en réalisant des travaux pratiques.

                Les apprentissages que j’ai fais sont en lien avec la démarche évaluative et les étapes à suivre quand on doit évaluer, de la planification jusqu’à la communication des résultats. Comme orthopédagogue, je dois être intériorisée sur ce point et réussir à réaliser des évaluations objectives dans un processus continu et qui aide l’élève à s’autoréguler.

                Quelques références bibliographiques que j’ai utilisées pour ce cours :

-          Durand, Micheline-Joanne et Chouinard, Roch. L’évaluation des apprentissages. Montréal, éditions Hurtubiese, 2006.

-          MELS. Programme de formation de l’école québécoise. MELS, 2006.

Hiver 2011 Commenter cette section

Cours PPA 6216 " Pédagogie interculturelle » Commenter cette sous-section

Titre     : « Pédagogie interculturelle »

Sigle      : PPA 6216

Professeur         : Fasal Kanouté

Session             : Hiver 2011

 

                Quand j’ai choisi ce cours, je n’avais pas un objectif clair en lien aux apprentissages que je pourrais y faire. Je suis présentement à terminer le cours et je peux dire que je suis heureuse de l’avoir choisi. Je crois que c’est un cours fondamental dans une société pluriculturelle.

                Dans ce cours, nous avons fait des lectures sur l’ethnoculturalisme, l’acculturation, l’éducation à la citoyenneté, l’antiracisme, les stratégies identitaires des personnes immigrantes, etc. Nous avons aussi regardé plusieurs vidéos sur les thèmes en lien au cours et nous avons analysé des cas proposés para madame Kanouté.

                Mes principaux apprentissages dans ce cours ont été les façons d’analyser les cas, c’est-à-dire comment on peut regarder une problématique soit en analysant le cas par la situation ou par les acteurs et aussi les détails auxquels on doit concéder de l’importance. Avec ce type de travail, j’ai développé un sens plus aigu en lisant des cas.

                De plus, j’ai trouvé intéressant de connaître aussi que les contextes favorables sont en lien avec l’utilisation de stratégies identitaires complexes où les enfants sont capables d’adopter la culture d’accueil en conservant des éléments de la culture d’origine. J’ai aussi apprécié découvrir que la réussite scolaire est en lien avec la capacité d’adopter des perspectives de reconnaissance de la différence entre les acteurs scolaires, comme par exemple intégrer les ressources linguistiques des élèves qui parlent une langue différente de la langue d’enseignement.

Textes qui ont eu un impact sur ma réflexion Commenter cette section

1. Modèle de la difficulté des élèves à apprendre de manière autorégulée en contexte de classe. Sylvie Cartier, 2008. Commenter cette sous-section

Un des textes qui a eu un impact majeur sur ma réflexion est le Modèle de la difficulté à apprendre de manière autorégulée de Sylvie Cartier. Ce texte propose un référentiel pour analyser les difficultés d’apprendre dans une perspective d’apprentissage autorégulée, c’est-à- dire la difficulté des élèves à planifier, contrôler et évaluer leurs processus cognitifs, motivationnels/affectifs, comportementaux et contextuels.

Le modèle a une approche sociocognitive qui met l’accent sur la « capacité de se représenter et d’interpréter leur environnement, de se référer au passé et d’anticiper le futur, d’observer les autres et d’en tirer des conclusions pour soi-même et de s’autoréguler » (Cartier, Sylvie.  Document de travail cours 2 pourquoi certains élèves ont-ils des difficultés à apprendre à l’école?  2009. Page 13).

Le fait que le modèle a une approche sociocognitive aide donc à comprendre la difficulté dans le contexte de classe, qui est l’endroit où on peut observer avec le plus de clarté une difficulté à apprendre et où il est possible d’« exercer un plus grand contrôle sur les facteurs d’influence de l’apprentissage autorégulé » (Cartier, Sylvie.  « Modèle de la difficulté des élèves à apprendre de manière autorégulée en contexte de classe ». 2008. Page 3).

Analyser une difficulté d’apprentissage dans le contexte de la classe et dans une situation d’apprentissage spécifique, ce sont des choses que je n’avais pas approfondi avant. Je trouve qu’il est très important de se tenir informé car les manifestations varient selon la situation d’apprentissage à laquelle l’élève fait face. Une fois de plus, je me suis rendu compte qu’une manifestation n’a pas toujours une unique et même explication pour tous les enfants. Souvent, nous avons tendance à rester avec ce qui est observé, un résultat final. Cependant, il est nécessaire de regarder en peu plus loin pour voir de façon plus détaillée le pourquoi de cette performance.

Un autre élément qui m’a marquée est le fait que pour avoir une vision plus vaste d’une difficulté d’apprentissage, il faut analyser aussi la troisième condition dont le texte parle et qui est avoir l’opportunité de réaliser les apprentissages. Donc, il est nécessaire d’analyser aussi l’environnement scolaire de l’apprenant. Cela me semble très pertinent car la responsabilité d’une difficulté d’apprentissage ne retombe pas seulement sur l’élève.

2. L’évaluation des apprentissages. Micheline-Joanne Durand et Roch Chouinard. Éditions Hurtubise, 2006 Commenter cette sous-section

J’ai eu l’opportunité de connaître ce texte en réalisant le cours d’évaluation que donne madame Durand.  Ce texte est un guide ressource pour connaître la manière d’évaluer à l’égard du nouveau paradigme : l’approche par compétences. Le livre traite thèmes comme les fondements pédagogiques et sociaux qui ont mené la société québécoise à choisir ce type d’approche ainsi que la démarche d’évaluation vue pas à pas avec des explications et des exemples très concrets.

Ce texte m’a permis de connaître les enjeux sociaux dans lesquels s’est développé la nouvelle approche et la manière d’évaluer les compétences. Avec ce texte, j’ai aussi pu connaître la démarche d’évaluation, thème méconnu jusqu’à ce moment et un élément faible dans ma formation de premier cycle.

En lisant le texte Évaluation des difficultés d’apprentissage de Chouinard et Pion, j’ai pris connaissance qu'on utilise ici pour l’évaluation les productions permanentes des enfants. Je trouve cette pratique intéressante car on peut discerner les forces et les faiblesses des élèves de manière non intrusive à partir du matériel d’apprentissage réalisé en contexte habituel de la classe. À cet égard, le livre de Durand et Chouinard présente clairement un outil qui sert à recueillir ce type de productions : le portfolio. J’ai trouvé pertinent de le connaître car c’est un outil d’évaluation que me servira dans ma future pratique professionnelle pour garder des traces des réalisations des élèves.

Une autre chose que je trouve intéressante dans cet ouvrage est qu’on a accès à plusieurs exemples concrets, comme des grilles d’évaluation, mais aussi que les auteurs utilisent beaucoup les images comme les schémas ou les tableaux et qui permettent de repérer des informations facilement.

Je compte utiliser ce texte comme ouvrage de référence dans mes futures pratiques professionnelles.

3. La participation sociale des personnes ayant des incapacités intellectuelles. Article de recueil de textes du cours Ergonomie et incapacités intellectuelles dicté par monsieur Jacques Langevin, 2009. Commenter cette sous-section

Ce texte parle de la problématique de l’intégration sociale des personnes ayant des incapacités intellectuelles. Les quatre problèmes sont le faible niveau d’intégration, la confusion sur l’autonomie comme finalité de l’intervention, l’incompréhension des obstacles environnementaux et le fait d’augmenter l’efficience de l’intervention.

Par rapport au premier problème, qui concerne l’intégration des personnes ayant des incapacités intellectuelles, le texte signale que l’intégration de ces personnes a augmenté, mais surtout au niveau physique. Donc, il reste beaucoup pour faire à niveau social, par exemple l’augmentation des compétences et l’amélioration des milieux sociaux, physiques et culturels.

Le deuxième problème s’agit du concept d’autonomie dans l’intervention. Ce concept est différent pour chaque personne, donc le choix des objectifs d’intervention est complexe. Ce problème a comme conséquence d’augmenter la brèche des attentes envers de la personne.

Le troisième problème est en lien aux obstacles environnementaux qui, en interaction avec les incapacités des personnes ayant des incapacités intellectuelles, produiraient des facteurs d’obstacles et les placeraient en situations de handicap.

Le dernier problème est la nécessité d’augmenter l’efficacité de l’intervention en lien à la qualité vs le coût.

Ce texte a été marquant pour moi, dans le sens qu’il y a des aspects que je n’avais même pas pensé qu’ils pourraient être importants dans une intervention comme les facteurs d’obstacles et la relation qualité/coût.

Je trouve les quatre éléments de ce texte pertinents, mais pas seulement pour les personnes ayant une incapacité intellectuelle. Ce sont des éléments qui, selon moi, doivent être intégrés dans la conception d’un plan d’intervention mais aussi tout au long de l’intervention auprès de tous types d’élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage.

Ce texte, qui résume bien le contenu du cours dicté par monsieur Langevin, m’a fait réfléchir sur mes pratiques professionnelles avec des élèves sourds au Chili. Le programme d’étude de maternelle (qui diffère des programmes d’études de maternelle réguliers) de ces personnes ne prend pas en considération la problématique de l’autonomie chez les élèves, donc on travaille parfois avec des éléments qui ne sont pas pertinents pour leur autonomie selon leur âge.

Les impacts que j’anticipe dans mes pratiques professionnelles Commenter cette section

En considérant que je ne travaille pas présentement, je traiterai de ce point selon les impacts que j’anticipe dans ma future pratique professionnelle.

L’objectif qui m’a amenée à faire des études au Québec était de pouvoir retourner travailler comme enseignante en adaptation scolaire et sociale. Donc, tout au long de mes études, j’ai choisi des cours que j’ai jugé qu’ils pourraient me servir afin de connaître la réalité d’ici par rapport aux pratiques pédagogiques utilisées dans le milieu éducatif d’éducation régulière et en milieu éducatif adapté.

Par conséquent, je pense que les apprentissages acquis seront utiles dans mes pratiques professionnelles parce que j’aurai une vision de ce qu’est le système éducationnel, comment il fonctionne, quelles sont les pratiques actuellement utilisés, etc. J’aurai aussi des compétences professionnelles par rapport aux éléments qui touchent l’enseignement des élèves HDAA; diagnostique, intervention et évaluation. Je posséderai une vision de comment intervenir auprès des élèves qui sont immigrants et comment intégrer positivement des éléments de l’interculturalisme dans les interventions. De plus, je pourrais intégrer tous les éléments de la démarche d’évaluation dans mes futures évaluations. Finalement, j’aurai des compétences pour préparer un plan d’intervention personnalisé afin de travailler avec des élèves en difficultés d’apprentissage.

Certainement, il me reste des apprentissages à faire. Chaque fois que je prends un cours ou que je lis un article d’éducation, j’apprends des nouvelles choses et je me sens un peu comme Socrate lorsqu’il affirme « tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien ». C’est une des raisons qui m’a fait penser à continuer avec la maitrise en orthopédagogie, car il y a certains apprentissages que je voudrais faire, comme par exemple développer des compétences pour intervenir en français et en mathématiques, développer des compétences qui me permettent de réaliser des évaluations diagnostiques et pouvoir intervenir en conséquence de ces évaluations. J’aimerais aussi réaliser des apprentissages plus concrets afin d’apprécier et d’apprendre « le comment », c’est-à-dire d’apprendre, par exemple, comment intervenir auprès d’un élève qui présente des difficultés en lecture du français.

Retour réflexif sur l’ensemble de ma formation Commenter cette section

Écrire ce point est difficile pour moi, parce que je n’ai commencé ma formation en maitrise que cette session (hiver 2011). Par contre, je peux faire un retour réflexif des études que j’ai finies l’été dernier (été, 2010), c’est-à-dire le D.E.S.S. en intervention éducative, car je compte faire des équivalences de cours que j’ai déjà suivi.

Mes objectifs de départ ont été, d’une part, d’acquérir des connaissances du système d’éducation d’ici et des pratiques éducatives. D’autre part, l’objectif a été d’adapter et de valider les connaissances déjà acquises dans mes années d’études et de pratique professionnelle au Chili.

Je poursuivrai avec une analyse des quatre compétences professionnelles en lien avec mes objectifs de départ.

Compétence 2 : Communiquer clairement et correctement dans la langue d'enseignement, à l'oral et à l'écrit, dans les divers contextes liés à la profession enseignante.

Cette compétence, je l’ai développée depuis que je suis arrivée ici en prenant les cours de français pour nouveaux immigrants et j’ai ensuite pris des cours de français écrit et oral à l’université pendant que je faisais le D.E.S.S.

Bien que j’ais fait des pas gigantesques dans mon développement, j’ai tout de même parfois du mal à écrire des choses sans les réviser une ou même plusieurs fois, et j’envois aussi mes travaux pour les faire corriger par une personne native de la langue.

Par contre, ce qui est présentement une faiblesse, je le considère pour le futur comme une force car je suis très consciente de certaines règles car j’ai dû les apprendre de manière autonome, donc j’ai pu réfléchir à mon rythme et mieux les assimiler. C’est le cas de l’accentuation, un apprentissage que je n’ai pas vu dans aucun cours de français et qui n’est pas très claire dans les livres. Donc, j’ai dû apprendre par nécessité et en découvrant la règle.

Au Chili, pour l’enseignement de l’orthographe; j’ai utilisé une approche socioconstructiviste pour enseigner l’écriture à des élèves avec troubles graves d’apprentissage. Cette approche a amené les enfants à rédiger quotidiennement des textes en situations réelles et avec une finalité. Ils ont réussi à ne plus avoir peur de la page blanche et ils ont fait des progrès importants dans l’écriture en général. Dans ma future pratique, je baserai mon enseignement en utilisant la même approche et en faisant avec les élèves des expériences où ils auront du plaisir pour apprendre à écrire correctement.

 

Compétence 5 : Évaluer la progression des apprentissages et le degré d’acquisition des compétences des élèves pour les contenus à faire apprendre.

Une fois de plus, c’est un thème pour lequel je n’avais aucune connaissance ni l’expérience en tant qu’étudiante d’un système comme le système éducationnelle du Québec. Je n’avais pas non plus les connaissances professionnelles. Par conséquent, et comme j’avais comme objectif de m’approprier des pratiques telles que celles utilisées au Québec, j’ai choisi le cours d’évaluation (ETA 3550) qui m’a permis de comprendre comment fonctionne l’évaluation ici. J’ai beaucoup apprécié le cours car il m’a donné les bases pour analyser la démarche d’évaluation, créer des outils d’évaluation, évaluer des traces des enfants, etc.

 

Compétence 7 : Adapter ses interventions aux besoins et aux caractéristiques des élèves présentant des difficultés d'apprentissage, d'adaptation ou un handicap.

J’ai une formation en adaptation scolaire et sociale et j’ai de l’expérience auprès d’élèves ayants des troubles d’apprentissage ou du langage ainsi que d’élèves sourds. Un de mes objectifs de départ a été de retourner travailler avec des élèves HDAA. Donc, tout au long de mon cheminement comme étudiante, j’ai suivi des cours qui me permettaient de connaître les manières de travailler avec ces élèves. Les cours ont été les cours avec le sigle PPA 64… qui sont reliés au profil orthopédagogie.

À travers mes cours, j’ai acquis des compétences sur les interventions de la population des élèves à risque et élèves EHDAA, les modèles de services auxiliaires que peuvent choisir ces élèves et sur les plans d’intervention.

Par contre, je ressens une faiblesse au niveau de l’enseignement ou l’intervention du français. Je ne connais pas quelle méthode est privilégiée dans les écoles pour l’enseignement du français. De plus, je ressens aussi une faiblesse au niveau de l’enseignement du son de la langue française car ce n’est pas ma langue maternelle. Par conséquent, je prévois continuer les cours de français oral et je suivrai les cours d’Évaluation en didactique du français et troubles spécifiques d’apprentissage du français dès qu’ils seront donnés.

Cet été, je ferai un cours sur les plans d’intervention. Je m’attends de ce cours qu’il soit un cours pratique afin de m’exercer dans la réalisation d’un plan.

 

Compétence 11 : S’engager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel.

Pour moi, la formation continue dans le champ de l’enseignement est essentielle afin de mettre à jour les connaissances acquises durant le baccalauréat et de développer des nouvelles compétences qui sont en accord avec les exigences du milieu et des temps.

C’est une des raisons pour lesquelles j’ai fait des études ici. Au Chili, j’ai suivi plusieurs cours afin de développer de nouvelles compétences.

Un exemple de cela est le fait de qu’une fois sortie du baccalauréat en enseignement en adaptation sociale et scolaire avec mention en troubles de l’apprentissage, je n’ai pas trouvé de travail dans ce champ. Par contre, il y avait beaucoup de travail dans l’enseignement auprès des élèves sourds et ayant des troubles du langage. J’ai donc dû faire des études pour acquérir des compétences afin de pouvoir travailler avec ses élèves.

Pour moi, il est mieux d’être dans le milieu éducatif et, à partir des besoins ressentis, d’établir les points à améliorer ou les compétences à développer. Peut-être que lorsque je commencerai à travailler je désirerai retourner à l’université pour faire des études afin de me perfectionner dans un champ spécifique selon mes besoins comme enseignante.

Le perfectionnement peut être aussi à travers l’auto-perfectionnement en lisant des ouvrages, en consultant des personnes ressources et aussi en réfléchissant après chaque cours donné. Cette pratique, je la faisais au Chili de manière inconsciente et sans avoir un outil qui m’aiderait à laisser des traces de ma réflexion. Maintenant, je sais que je pourrais utiliser un journal de bord pour garder de telles traces. Dans ce cours, j’ai découvert la page internet Zoom de l’expertise, où il y a plusieurs pratiques éducatives très intéressantes auxquelles je peux me référer et ainsi avoir une guide pour connaître   le « comment ».

Conclusion Commenter cette section

J’ai encore beaucoup de chemin à faire. En même temps que je fais la maîtrise, je dois régulariser ma situation pour obtenir un permis d’enseignement du Ministère de l’Éducation. J’en suis présentement à la première démarche et c’est un long chemin à parcourir. Il faut que je passe les examens de français pour avoir, premièrement, une autorisation d’enseignement et j’aurai ensuite un délai de cinq ans pour obtenir le brevet, sous condition de faire un stage avec un nombre déterminé d’heures (600 à 900 heures) ainsi qu’avoir réussi à des cours de didactique, d’évaluation et des cours en intervention auprès des EHDAA.

J’ai dû aussi passer des examens de français pour pouvoir travailler dans une commission scolaire. Celles-ci demandent de réussir le test SEL version B ou le test CEFRANC.

Après la maitrise, et après avoir fait toutes les démarches nécessaires décrites auparavant, j’aimerais travailler dans le secteur public. J’aimerais devenir enseignante d’une classe avec difficultés graves d’apprentissage, car au Chili j’ai travaillé avec ce type d’élèves et j’ai adoré l’expérience. J’ai aimé suivre leurs processus d’apprentissage dans toutes les matières scolaires. De plus, on peut voir les progrès des élèves et se réconforter professionnellement grâce à eux. Une des mes capacités personnelles est la patience qui, liée à ma persévérance, peuvent être des outils personnels pour travailler avec ces élèves qui viennent de classes régulières où leur parcours a été difficile, où ils ont vécu du stress, de la démotivation et de l’échec.

J’aimerais aussi apprendre l’anglais, car cela m’ouvrirait des portes au niveau professionnel (travail et études), mais aussi au niveau personnel.

Finalement, je ne rejette pas la possibilité de retourner aux études dans un an. Je suis consciente que la formation continue est primordiale pour être un professionnel en évolution et actualisé dans l’enseignement.

Les stratégies que je prévois utiliser pour les démarches afin de devenir une enseignante qualifiée au Québec, sont de me préparer pour les deux tests de français que je dois passer d’ici la fin de cette année. Après cela, je veux continuer avec les démarches que le MELS me demande de faire. Une fois cette partie réalisée, je pense que sera plus facile de trouver un emploi.

Une fois au travail, je ferai des cours pour apprendre l’anglais et, en travaillant aussi, je serai en mesure de mieux cibler quel est le secteur que je dois, ou que je désire, perfectionner dans ma pratique comme orthopédagogue.

L’image qui m’a identifié tout au long de mon cheminement comme étudiante du D.E.S.S. a été un sculpteur qui travaille l’argile. Cet image m’accompagnera aussi jusqu’à la fin de la maîtrise et plus longtemps encore, jusqu’à que toutes les fondations soient construites sous les châteaux (voir conclusion de travail de cours PPA 6001 et PPA 6006).

Conclusion travail du cours PPA 6001 Commenter ce document

Conclusion travail du cours PPA 6006 Commenter ce document