Portfolio de Céline ABRAHAM

Biographie

Image représentant Céline ABRAHAM

Bonjour à tous. Je m’appelle Céline Abraham et j’ai 22 ans.

Je suis diplômée en bachelier institutrice primaire depuis juin 2014 de la Haute Ecole de la providence de Champion (HENALLUX). Cela fait donc deux années que j’enseigne dans différentes écoles car je n’ai pas encore un poste fixe. Pour l’instant, j’enseigne à l’école communale de Verlaine en 4e primaire dans une classe de 25 élèves depuis 4 mois.

J’ai décidé d’entamer un master en Sciences de l’Education pour enrichir ma formation et améliorer mes pratiques de classe. J’étais désireuse d’en savoir plus afin de procurer les meilleures aides à mes élèves.

Mon adresse mail : Celine.Abraham@student.ulg.ac.be 

3 interventions

Mes représentations

Mes représentations avant le premier cours.

 

Qu'est-ce que l’éducation et l’accueil des jeunes enfants dans un cadre professionnel ?

C'est accueillir de jeunes enfants dans un cadre agréable et ceux-ci seront entourés de professionnels capables de s'occuper d'eux durant une journée. Ces professionnels auront suivi une formation dans un établissement afin de répondre aux besoins des enfants, les encadrer au mieux et participer à leur éducation tout au long de la journée. Ils devront être des personnes de confiance.

 Mes acquis dans le domaine (formation, expériences...)

Etant institutrice primaire, je n'ai jamais vraiment travaillé avec de jeunes enfants. Néanmoins ma maman étant institutrice maternelle depuis quelques années, j'ai donc eu l'occasion de partager des moments dans sa classe avec les enfants. C'est d'ailleurs comme ça que m'est venue l'idée de pratiquer mon métier. J'ai pu l'observer s'occuper d'enfants en classe d'accueil où il faut vraiment une attitude bienveillante et un suivi permanent car ils sont encore petits et très peu autonomes (aller à la toilette, les faire manger, les changer, les habiller...). Après quelques années, elle a été transférée dans une classe de 3e maternelle où évidemment les apprentissages ont évolué et où les enfants savaient gérer quelques moments seuls en classe. Je me sentais plus à l'aise avec cette tranche d'âge.

 Mes intérêts pour le domaine ?

Je suis désireuse d'apprendre de nouvelles informations sur les jeunes enfants car je n'ai pas eu de cours similaire dans ma formation initiale. En choisissant ma route, je me suis plutôt dirigée vers le primaire car je préfère que les enfants soient plus autonomes et aller plus loin dans les apprentissages avec eux.

Néanmoins, je trouve cela très intéressant de m'informer sur le domaine s'il m'est donné un jour l'occasion de m'occuper de jeunes enfants.

 Mes craintes ?

J'aurais néanmoins une appréhension quant à la matière vue au cours. J'ai peur qu'elle ne me serve pas dans ma pratique enseignante car j'ai entrepris le master pour pouvoir entre autre mettre en place de nouvelles choses dans les classes et donner des aides à mes élèves pour qu'ils se sentent et apprennent toujours mieux.

1 intervention

Un bébé heureux, c'est...

Pour moi, un bébé heureux c'est...

- un bébé souriant qui est bien dans sa peau et qui reçoit l'amour dont il a besoin. Au fil du temps, il découvrira ses émotions et il est important de l'ouvrir au monde.

- un bébé bien nourri qui lui permettra de se développer correctement et ne pas avoir de carences qui pourraient lui causer certains désagréments de santé.

- un bébé dont on prend soin. Il faut prendre le temps de le laver, de le changer, de le soigner quand le besoin s'en ressent.

- un bébé qui peut développer une activité mentale et physique en étant entouré de jeux de différentes natures (éducatifs, amusants, musicaux, trotteurs...) (développer ses compétences).

- un bébé qui se sent unique aux yeux de ses parents.

1 intervention

Séance du 11 février 2016 : Un bébé qui va bien et témoignages

Cette séance s'est déroulée en deux parties. Nous avons tout d'abord eu un temps pour observer les affiches des autres contenant les critères d'un "bébé qui va bien". C'était un moment très intéressant car nous avons pu interagir avec les autres groupes et partager nos points de vue.

Nous avons alors établi différents constats. Les critères qui revenaient le plus souvent étaient : - Les sourires
              - L'envrionnement (jeux, explorations...)
              - La sécurité
              - La relation avec les parents
              - Un environnement sain et propre
              - Avoir bonne mine
              - Importances des différents moments
              - Le sentiment d'appartenance
              - La taille et le poids
              - Un enfant qui pleure pour exprimer ses besoins
              - Une attention conjointe
              - Laisser une certaine liberté, expérimenter

Il y avait certains points auxquels qui faisaient partie de ma réflexion et d'autres auxquels je n'avais pas songé. Ce partage d'idées m'a permis d'enrichir mes propres conceptions. 

Une information qui m'a particulièrement étonnée est que certains gestes sont culturels. Dans certaines cultures, on ne parle pas aux enfants. Ce qui parait étrange chez nous car nous ressentons le besoin de tout expliquer.

Dans la deuxième partie, nous avons pu assister aux témoignages de Huberte de la crèche d'Herstal et d'une puéricultrice de la crèche "La Bobine" de Droixhe.

Ce que j'ai retenu du témoignage d'Huberte :

- Avant il existait des guichets dans la crèche par où les enfants passaient pour y entrer et les parents n'avaient donc pas accès à l'endroit.

- L'émotion associée au voyage en Hongrie. "La sensation d'être au coeur de l'humanité".

- Le principe directeur de la crèche : considérer l'enfant comme une personne, un partenaire à qui on reconnait des compétences.

Nous avons ensuite visionné une vidéo et voici trois choses que je mets en lien avec le témoignage d'Huberte :

- Les enfants sont très autonomes. A quelles conditions est-ce possible ? 

- Il y a une liberté de mouvement (jeux organisés, change debout...)

- Certains enfants sont changés debout et d'autres couchés

Une chose que Huberte ne ferait plus maintenant c'est d'attendre que l'enfant ait fini ses besoins près de lui. Maintenant, elle est plus en retrait pour laisser de l'intimité.

Ce que j'ai retenu du témoignage de la puéricultrice de Droixhe :

- Pendant que les mamans sont en formation, les enfants sont à la crèche.

- Ils travaillent sur la relation maman-enfant.

L'élément qui m'a frappé durant la vidéo est l'usage du téléphone pour prévenir une maman que l'enfant s'est endormi.

1 intervention

Séance du 18 février 2016 : A quoi sert un milieu d'accueil ?

La question qui a dominé ce cours est la suivante : A quoi sert le milieu d'accueil ?

Pour y répondre, nous avons assisté à un témoignage expliquant l'histoire des crèches ainsi qu'une synthèse en deuxième partie de cours.

J'ai appris énormément de choses lors de cette séance car je ne connaissais absolument pas l'histoire des crèches. L'intervention m'a permis de mieux comprendre le déroulement et les différentes étapes car l'intervenante avait découpé l'histoire en 5 parties.

Ce que je retiens du témoignage :

- Création de l'ONE en 1919.

- 1844 : première crèche à Paris par Firmin Marbeau dont le projet social est d'accueillir les enfants de moins de 3 ans dont les mères travaillent et de bonne conduite.

- 1845 : première crèche à Bruxelles et en 1847 à Liège (non-payante).

- Les crèches sont controversées.

- Les berceuses sont les anciennes puéricultrices.

- En 1970, tous les enfants peuvent fréquenter la crèche.

1 intervention