NUR-JAHAN ISLAM

Plan

Le lien marqué [+] permet d'afficher puis de masquer les sous-sections que comprend la section correspondante.

Biographie

Image représentant NUR JAHAN ISLAM

Je m'appelle Nur-Jahan Islam, j'ai 21 ans. Mon pays natal est le Bangladesh, mais je vis au Québec depuis 1994. J'ai fait toutes mes études scolaires (primaire, secondaire, cégep) à Montréal. En ce moment, j'étudie à l'Université de Montréal en enseignement en adaptation scolaire.

Rapport de stage/volet primaire (première année)

Introduction

À la suite de mon premier stage au primaire, il ne me reste qu’à démontrer comment fut ma première expérience d’enseignement auprès des jeunes d’une classe régulière de sixième année. Ce rapport de stage a pour effet de justifier mes réflexions et mes impressions concernant l’enseignement au primaire. Pour ce faire, je ferai une courte description de l’école où j’ai fait mon stage. Par la suite, je décrirai la perception du rôle de mon enseignante associée au primaire. Également, j’évaluerai ma participation concernant les activités reliées du premier stage, ainsi que mon implication durant les séminaires. De plus, je démontrerai les questions que j’ai soulevées auprès de mon enseignante associée afin d’avoir plus d’information sur les matières qu’elles enseignaient ou sur un sujet incertain ou nouveau que j’ai découvert  durant le stage. Finalement, j’expliquerai ma motivation  à poursuivre ma formation en enseignement en adaptation scolaire et pour terminer, je confirmerai mon choix d’orientation d’enseignement. 


1.  Description du milieu de stage

Mon stage de l’ordre primaire a été attribué dans une école qui se nomme École Charles-Lemoyne et j’ai fait le stage dans une classe régulière de sixième année. L’école est située à Pointe-Saint-Charles, dans un quartier défavorisé. En fait, elle occupe, en ce moment ladix-huitième place des écoles défavorisées à Montréal, pourtant il y a quelques années, elle était classée à la deuxième place. Elle accueille, en ce moment, quatre cent élèves et une cinquantaine de personnes de l’école. De ces personnels, on retrouve évidemment la direction et la direction adjointe de l’école. Il y a, au total, trente enseignants, mais plutôt des enseignantes que des enseignants. De plus, puisque c’est une école localisée dans un milieu  défavorisé, on retrouve plusieurs professionnelles de ressources : deux psychoéducatrices, deux orthophonistes, deux orthopédagogues, deux éducatrices spécialisées, une travailleuse sociale et une infirmière. Il ne faut surtout pas oublier les deux concierges de l’école.

C’est une école régulière, mais elle est également constituée avec des classes spécialisées : deux classes de DGA (difficulté grave d’apprentissage) et cinq classes de langage.

La classe dans laquelle j’ai fait mon stage, au total, il y avait dix-huit élèves. Trois de ces élèves étaient considérés en grave difficulté d’apprentissage. Ce sont des élèves qui consultaient régulièrement l’orthopédagogue : une fois par semaine (dénombrement flottant). De plus, il y avait un élève ayant la cote douze et il est suivi par la psychoéducatrice de temps à autre. 


2. Décrire sa perception du rôle de l’enseignant au primaire.

Enseigner auprès des élèves du primaire était toujours ma passion parce que j’aime travailler avec les plus jeunes. Mais quand on m’a attribué la place de stage en disant que c’était dans une classe de sixième année, j’ai éprouvé un peu d’inquiétude parce que je préfère plus enseigner aux jeunes du premier et du deuxième cycle.

Pourtant, quand j’ai commencé le stage, j’ai eu l’impression que ce n’est pas si difficile d’enseigner aux jeunes de la fin du troisième cycle. J’ai découvert cette perception en observant l’enseignement donné par mon enseignante associée à ses élèves. En fait, cela fait six ans qu’elle enseigne la sixième année, alors elle est consciente que les élèves de onze à treize ans ont atteint un certain degré de maturité et qu’ils sont capables de faire certaines tâches par eux-mêmes. De plus, c’est une enseignante qui a vingt ans d’expérience en enseignement, elle a donc une excellente gestion de classe. Par ailleurs, elle m’a expliqué que pour donner le goût aux élèves de bien travailler et leur faire apprécier les matières d’apprentissage, il faut arriver à les motiver davantage. Et c’est une des qualités que j’ai remarquée chez mon enseignante associée, elle était capable de motiver ses élèves en leur proposant des stratégies d’apprentissage qui seraient efficaces pour tous. D’autant plus, durant mes observations, j’ai noté qu’elle était capable de présenter plusieurs techniques d’apprentissage afin que les élèves assimilent la matière enseignée. Surtout, il est très important pour un enseignant ou une enseignante de bien gérer ses méthodes d’enseignement, puisque l’apprentissage d’un élève dépend de lui ou d’elle. Et c’est une enseignante qui est bien organisée dans ses tâches d’enseignement, elle prépare toujours d’avance son horaire de la semaine, ses matériaux pédagogiques, etc. Même si elle a plusieurs années d’expérience, j’ai remarqué qu’elle ne cessait pas d’apprendre, elle essayait toujours de chercher plus de ressources possibles afin de bien développer et enseigner les matières.

Elle est également très ouverte auprès de ses élèves, ce qui veut dire qu’elle s’engage à prendre en considération toutes les possibilités que les élèves peuvent lui suggérer par rapport aux activités d’apprentissages, les périodes libres, etc. D’autant plus, elle encourage et soutien davantage ses élèves dans leursapprentissages afin qu’ils puissent réussir leur année scolaire. Bref, c’est une des meilleures enseignantes que j’ai rencontrées dans ma vie, et je suis contente de l’avoir eu comme enseignante associée parce que c’est grâce à elle que ma perception a changée. Présentement, je trouve qu’il n’est pas si difficile à gérer les élèves du troisième cycle.

3. Évaluation de la participation.

Durant mon stage, j’ai eu l’occasion de participer à plusieurs activités d’apprentissage qui se sont déroulées en classe et en dehors de la classe. Selon moi, mes implications dans toutes ces activités étaient satisfaisantes parce que j’avais le souci de comprendre et d’apprendre en même temps sur quoi portait chaque activité. De plus, mon enseignante associée n’avait pas à me proposer quoi faire, j’étais capable de lui demander volontairement si je pouvais prendre en charge une tâche. Par exemple, lors du deuxième jour de stage, comme j’étais familiarisée avec les élèves, j’ai demandé à mon enseignante associée si je pouvais continuer l’activité d’apprentissage qu’elle avait débutée (la correction des exercices de  mathématique). D’autant plus, quand mon enseignante associée me demandait de faire une tâche ou de l’aider à accomplir un travail, j’ai les faisaient sans aucune hésitation. Et comme disait mon enseignante associée, j’étais toujours à l’écoute de ses conseils et aussi ceux des élèves. Lorsqu’elle me donnait des suggestions pour améliorer ma pratique d’enseignement, elle n’avait pas à me répéter deux fois, je les saisissais rapidement.  Je pense que mes appuis étaient acceptables parce que j’ai bien collaboré avec mon enseignante associée concernant ses différentes tâches de l’enseignement : la préparation de matériel pédagogique, la surveillance lors de la récréation, les corrections et l’accompagner à des rencontres avec les personnels de l’école. Également, durant les périodes libres et les heures du dîner, je ne perdais pas mon temps à faire autre chose, puisque ces moments étaient précieux pour l’enseignante et pour moi parce que cela nous permettait de discuter ensemble par rapport à mes prises en charges, l’horaire de la semaine, les activités à faire avec les élèves, etc. Et avant de débuter mes trois jours de prises en charges consécutifs, j’ai pris le temps de bien préparer les matériaux pédagogiques et les matières dont je voulais enseigner aux élèves. Pour ce faire, j’ai consulté plusieurs ouvrages qui étaient à madisposition : le dictionnaire, les guides de l’enseignant,  les ouvrages de grammaire, etc.  Je demandais également l’aide de mon enseignante associée afin de me donner des instructions pour bien organiser mes activités d’apprentissage.  


Pendant les séminaires, ma participation, durant les discussions et les échanges en groupe, était adéquate parce que je trouve que je me suis bien impliquée durant tous les séminaires. J’écoutais attentivement les explications du superviseur tout en prenant des notes les informations importantes. Également, j’étais présente durant tous les séminaires du volet primaire, par contre, j’étais absente une seule fois lors du deuxième séminaire (volet secondaire) parce que j’étais tombée malade. Cependant, j’ai fait le travail qui avait été demandé par mon superviseur en raison de mon absence. En gros,  je suis satisfaite de mes implications durant le stage et les séminaires, puisque j’étais présente non seulement physiquement, mais aussi psychologiquement, et j’ai été capable de démontrer que je tiens vraiment à ce que je fais. 


4. Identifier des questions soulevées.

Pendant les premiers jours de stage, j’ai eu à poser plusieurs questions à mon enseignante associée concernant sa gestion de classe et ses organisations. Mais je parlerai seulement de deux questions qui étaient plus importantes selon moi.

Pendant que je faisais des observations, j’ai remarqué plusieurs stratégies d’apprentissage utilisées par mon enseignante associée. D’abord, quand elle écrivait au tableau, elle citait en même temps tout ce qu’elle écrivait. La raison pour laquelle elle utilisait cette  méthode, c’est que certains élèves ne sont pas capables de regarder le tableau et d’écrire ou de corriger en même temps. Alors, le fait de citer tout en écrivant au tableau permet aux élèves de se concentrer sur ce qu’ilsentendent. De plus, durant mes petites prises en charges, elle a remarqué que je n’avais pas une bonne disposition quand j’écrivais au tableau. Elle m’a appris qu’il est très important d’avoir une bonne structure au tableau parce que dans la classe il y a certains élèves en difficulté d’apprentissage. Et si l’enseignant ne classe pas bien ses explications au tableau, l’enfant en difficulté peu perdre complètement son attention parce qu’il serait tout mêlé et ne serait pas capable de suivre comme les autres élèves. Puisque j’aurais à travailler avec des élèves en difficulté, cette explication donnée par mon enseignante associée était très pertinente pour moi.

Ensuite, ma prochaine question était concernant les agendas des élèves. Tous les vendredis, mon enseignante associée écrivait un petit mot dans l’agenda des élèves et ceux-ci devaient le faire signer par leur parent. Cette procédure permettait aux élèves de savoir s’ils se sont bien comportés durant la semaine. Le fait d’écrire dans les agendas des élèves permettait à ceux-ci d’améliorer ses comportements et également, d’encourager ses bonnes conduites en lui donnant un collant. C’était une façon d’inciter les élèves de bien conduire à l’école.

Bref, ces deux questions posées m’ont permis de comprendre qu’il existe plusieurs stratégies afin de bien aider les élèves et les faire réaliser leurs bons et mauvais comportements.

 

 5. Expliquer la motivation à poursuivre sa formation.

Après avoir terminé avec succès ce premier stage, j’ai pu finalement décider que j’aimerais bien poursuivre mes études en enseignement en adaptation scolaire parce que j’ai remarqué que, durant le stage, j’étais motivée à enseigner les élèves et à les encourager dans leur apprentissage. De plus, même si ce premier stage était auprès d’une classe régulière, j’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs élèves en difficulté d’apprentissage et ces élèves avaient besoin davantage de soutien de la part de leur enseignante afin de bien réussir leur étude scolaire. Mais est-ce qu'être intégrés dans une classe régulière est une bonne solution pour eux? Je ne pense pas parce que les élèves n’ont pas le même rythme d’apprentissage que les autres élèves de la classe et cela leur rend encore moins à l’aise dans leur perfectionnement scolaire. De plus, l’enseignante n’était pas toujours disponible pour venir en aide auprès de ces jeunes en difficulté. Alors, il préférable que ces élèves aient une classe spécialisée selon leur niveau d’apprentissage avec plus de soutien.

 Et la classe dans laquelle j’ai fait mon stage, la moitié des élèves avaient un niveau d’apprentissage inférieur à la moyenne du groupe et ces élèves seront envoyés dans une classe spécialisée (CPF- cheminement particulier de formation) quand ils seront au secondaire l’an prochain. Mais je trouve que ces élèves devaient être, en ce moment, dans une classe spécialisée, puisqu’ils se sont redoublés plusieurs fois durant leurs années scolaires au primaire. 

Alors, le fait de travailler avec ces jeunes en difficulté m’a permis également de confirmer mon choix de profession parce que je trouve que ces jeunes ont plus besoin d’aide de notre part. De plus, j’ai toujours été fascinée de comprendre les difficultés que présente certains individus plus précisément, les jeunes,  que ça soit des difficultés reliées aux apprentissages ou des difficultés  reliéesaux comportements. Et une personne qui est atteinte d’une difficulté quelconque doit affronter plusieurs obstacles pour parvenir à surmonter ses difficultés. Mais elle ne parviendra pas seule, cette personne a besoin d’aide des professionnelles pour lui aider à y arriver. Alors, je trouve qu’étudier en enseignement en adaptation scolaire est le meilleur choix que j’ai fait pour m’orienter vers la profession où je peux vraiment aider les jeunes en difficulté d’apprentissage.


Tout compte fait, je confirme d’enseigner à des élèves du niveau primaire parce que je suis plus à l’aise avec les plus jeunes que les adolescents. De plus, comparer le stage au secondaire et celui du primaire, j’ai constaté que j’étais capable de bien gérer une classe de primaire parce que j’ai un meilleur contact avec les plus jeunes et c’est pratique pour moi de les discipliner.

Tandis que les élèves du secondaire n’ont pas toujours tendance à écouter les consignes de l’enseignant, alors  je trouve que j’éprouverais beaucoup de difficulté à contrôler la classe. Cependant, je suis en accord pour dire que les élèves adolescents sont plus matures et arrivés au secondaire, ils comprennent qu’il est important de terminer les études afin d’obtenir un diplôme.


Conclusion

En guise de conclusion, j’aimerais mentionner que j’ai vraiment adoré mon premier stage auprès des jeunes de sixième année. Il est vrai que j’étais nerveuse au début de mon stage, mais au fur et à mesure que j’ai commencé à m’entendre avec les élèves tout s’était bien déroulé. Cette première expérience d’enseignement m’a permis de réaliser que c’est bien la profession que j’aimerai exercer plus tard. Ce stage m’a également permis de comprendre et d’acquérir des nouvelles connaissances concernant le rôle d’un enseignant au primaire, de prendre conscience de mes habiletés d’enseignement et d’améliorer mes points faibles afin d’être bien préparée pour le prochain stage. Tout compte fait, mon enseignante associée était un bon modèle pour moi parce qu’elle a été capable de me donner le goût d’enseigner. 

Rapport

rap.stage 2.doc (79.9 ko)

Stage 2

Objectifs personnels

Suite aux évaluations que j’ai reçues lors de mes stages de première année, j’ai établi comme premier objectif, d’améliorer la qualité de mon français écrit et oral. En fait, durant mon stage dans une classe régulière de sixième année, j’ai eu l’occasion de faire plusieurs activités d’apprentissage lors de mes prises en charge, et à certaines occasions, je faisais des fautes de prononciation ou d’interprétation à cause de ma nervosité. Je suis contente que mon enseignante associée ait soulevé ce défaut parce que cela m’a permis de me corriger et de m’améliorer.

J’aimerais également progresser dans les évaluations d’apprentissage des élèves. Lors de mon second stage au primaire, il m’est arrivé, à quelques reprises, de planifier des activités sans avoir une finalité en tête. Il faut donc que je sois consciente qu’afin de bien évaluer un élève, il faut absolument avoir des attentes et des objectifs face à une activité d’apprentissage.

Finalement, pour ce stage-ci, j’aimerais coopérer davantage avec le membre personnel de l’école parce que j’étais un peu discrète lors de mes derniers stages de première année. Néanmoins, durant mes derniers stages, je me suis toujours comportée de façon responsable et avec le plus grand respect avec les élèves et avec tout le membre personnel de l’école.