cerisienne Amélie

Plan

Le lien marqué [+] permet d'afficher puis de masquer les sous-sections que comprend la section correspondante.

Dépliant

deuxième page

première page

images

Fond du dépliant

abeille_ruche.jpg
abeille_ruche.jpg (48.6 ko)

la pollinisation de l'abeille

les ruches

types-ruches.jpg
types-ruches.jpg (21.6 ko)

Fichiers

Références

Présentation

"Dis moi ce que tu manges, je te dirais qui tu es"

Stage

Horaire de la semaine du 11 au 15 MAi

Horaire de la semaine du 18 au 22 MAi

Horaire de la semaine du 25 au 29 MAi

Horaire de la semaine du 1er au 5 Juin

Réalisations

JEU DE LA FICELLE

Cliche 2009-05-12 16-59-51.jpeg

Nous allons animer un jeu (le Jeu de la ficelle) surement dans le courant de la semaine prochaine...

Pour l'instant, je prépare le jeu: découpage, collage et mise en place des règles du jeu et du but du jeu...( euh, il faut bien que l'animateur, càd moi, connaisse aussi le jeu avt de le présenter..........)

Le jeu de la ficelle, c'est quoi?

A partir de la thématique de l’alimentation, le jeu révèle des liens indissociables entre les sphères économique, sociale, environnementale et politique de notre société. Il souligne également l’interdépendance entre les différentes populations de la planète face au phénomène de la globalisation et du tout-au-marché.

jeudelaficelle.JPG

jeudelaficelle.JPG
jeudelaficelle.JPG (374.6 ko)

Photo 36.jpg

Photo 36.jpg
Photo 36.jpg (76.5 ko)

ficelle1nb_copie.jpeg

ficelle1nb_copie.jpeg



        L’anecdote alimentaire, un geste quotidien, pour entreprendre une réflexion plus globale sur notre environnement.

•    Dans quel monde vivons-nous ?
•    Quel est notre projet de société ?
•    Notre consommation peut-elle être neutre ?
•    Comment s’organise la production ?


Si nous regardons l’assiette au « microscope » :

•    600g de produits animaux : 270g de viande, peu de poisson et le reste en
produits laitiers.
•    Très peu de légumes : 134g/jour, importés  à 60%, très souvent hors saison.
•    Une assiette très grasse : de 35 à 45% de graisses saturées
•    Produits de plus en plus « industrialisés » : repas tout préparés, conserves…
•    Produits  « améliorés » par molécules appelées additifs alimentaires : agents de conservation, colorants...
•    Des produits issus d’une agriculture intensive qui contiennent de multiples traces de traitements chimiques tels des résidus de pesticides, des fongicides et des herbicides. Plus de 50% des fruits et légumes sont contaminés, dont 6,5% à un niveau supérieur aux limites maximales.

Si nous la regardons au « macroscope » :

•    Enormément de produits venant de bien loin : courgettes ou  haricots du Kenya, pomme d’Afrique du Sud. Les animaux sont nourris avec du soja brésilien, manioc de Thaïlande. Evoquons aussi le café, le chocolat, le thé, le riz…

Le contenu de notre assiette a fait 2000 à 2500 km en moyenne avant d’arriver sur notre table qui aboutit à une effrayante consommation de combustible et d’émission de CO2.

•    Si l’on y regarde de plus près - ou de plus loin ? - on s’aperçoit aussi, par exemple, que 60% de l’eau du Kenya sert à l’irrigation, que la production d’une courgette nécessite surtout de l’eau et que le Kenya manque d’eau… On constate aussi que des affrontements ont éclaté autour de rares réserves d’eau et de pâturages ces dernières années… Le cas du Kenya n’est pas isolé : le problème est aujourd’hui devenu majeur. Un habitant de la terre sur cinq n’a pas accès à l’eau potable. L’eau devient de plus en plus rare et les changements climatiques n’arrangent rien. Des conflits éclatent autour de l’accès et de la maîtrise des réserves d’eau.

la toile humaine!!!

DSC_0465.JPG
DSC_0465.JPG (2.6 Mo)

Atelier culinaire

Plat.jpg

Par le biais d’un atelier culinaire, les stagiaires vont découvrir des recettes simples avec des produits inhabituels, que l’on a même tendance à considérer comme des « mauvaises herbes ».


      Pour commencer ce bon repas, nous allons débuter par une bonne soupe aux orties. Outre leur excellent apport en protéines, vitamines et sels minéraux, les orties ont des propriétés hémostatiques, dépuratives et diurétiques, que demander de mieux !!! Et des orties, on en trouve partout et gratuitement… Quelle aubaine !


      La suite nous réserve aussi des surprises. Une salade radis blanc, pommes, lardons accompagnant des fallafels et des koftas d’oignons. La salade (laitue) a des qualités nutritionnelles, notamment une haute densité minérale et vitaminique. Elle est particulièrement appréciée  pour son faible apport énergétique (13 kcalories aux 100 g) et l'impression de satiété qu'elle procure. Et le radis est un légume-racine rempli de minéraux et d'oligo-éléments. Il permet de reminéraliser l'organisme très efficacement. Sa richesse en cellulose le rend particulièrement efficace sur le fonctionnement du transit intestinal.


      Et pour finir, on va se régaler en préparant et dégustant une tarte à la rhubarbe. Celle-ci contient des composés antioxydants, et renferme aussi des fibres qui auraient la propriété de diminuer le cholestérol sanguin.


      Toutes ses feuilles ou racines sont volontaires et n’ont pas besoin de beaucoup de soins.


      Les stagiaires vont ouvrir leurs papilles gustatives et découvrir des saveurs qu’ils n’ont pas l’habitude de goûter et tout ça avec des produits qu’ils peuvent avoir sous leur nez ! C’est « goûtu » et pas cher et ça peut nous faire réfléchir sur notre mode de consommation : pourquoi aller acheter ce qu’on peut trouver à nos pieds ?


      A méditer….. Et bon appétit….

Plat.jpg (14.2 ko)

A la soupelette!!!

DSCF2834.JPG
DSCF2834.JPG (2.5 Mo)

Fallafels-koftas d'oignons

DSCF2829.JPG
DSCF2829.JPG (2.6 Mo)

Et une bonne salade....

DSCF2835.JPG
DSCF2835.JPG (1.3 Mo)

Tartes rhubarbe et fraises

DSCF2824.JPG
DSCF2824.JPG (2.6 Mo)

réalisation de sirop de sureau

sureau.JPG

Nous avons remarqué que dans notre atelier culinaire, il manquait une boisson. Nous avons donc décidé de réaliser un sirop de sureau. Il se trouve facilement dans la nature facilitant ainsi sa préparation par nos propres soins.

Par ailleurs à l'époque on l'appellait "le remède du pauvre", car cette plante, présente un peu partout dans la nature, permettait de soigner de nombreux maux à moindre frais.

Il y a différentes recettes de sirop de sureau, mais celle que l'on a choisi est toute simple: outre les fleurs de sureau, il faut du sucre et des citrons, ce qui ne revient pas cher à la réalisation...

On a dégusté.... C'est raffraîchissant... A votre santé !!!!

 

sureau.JPG (163.7 ko)

Rapport

Rapport stage La Bourrache

rapport.docx
rapport.docx (272.9 ko)

Présentation