Portfolio de Pascal Ouellette

Identité et développement professionnels

Plus tard, je m’imagine comme un enseignant énergique et passionné; un enseignant pour qui le succès de ses élèves et le respect de tous est primordial.  Je ne m’attends toutefois pas à ce que les élèves soient super énergique et super passionné, mais quand même un peu.  Certains seront plus attirés que d’autres, mais bien sur, cela va de soi et je ferai de mon mieux pour tenter de motivé ceux qui le sont moins sans toutefois délaissé ceux qui sont intéressé dès le début de la session.  Pour ce faire, je tenterai, par des stimuli multiples et captivant, d’éveiller l’attention de tous et chacun.  En fait, je serais plus que satisfait lorsque mes élèves auront, pour la majorité d’entre eux, assimilé la matière.  Je n’ai pas l’intention que mes élèves se souviennent de moi en tant qu’enseignant comique, mais plutôt de l’enseignant avec lequel ils ont eut du plaisir à apprendre les sciences.  Ce que je pense aimer le plus lors de mes présentations sera surement le contact direct avec les jeunes.  De plus, c’est lors de l’adolescence que les jeunes recherchent leur identité personnelle et en tant qu’enseignant on a rôle direct à joué et ceci m’intéresser particulièrement.  Toutefois, dans certains cas, les élèves dépassent les bornes et on est forcé à les sortir de la classe.  Ceci est largement ce qui me déplait le plus de mon futur travail.

réflexion 1 et 2

 

            Ma première réflexion est basée sur ce que je voulais vraiment observer et ce a priori lors des mes observations, soit comment les enseignants gèrent leurs temps morts.  Étant donné que je travail comme animateur pour une compagnie d’animation, je sais que ce qui tue une animation, ce sont les temps morts. Donc comme je vois l’enseignement comme de l’animation, je voulais voir comment les enseignants les gèrent, mais également où sont-ils présent en enseignement.

 

            Tout d’abord, les temps morts sont des périodes pendant lesquelles l’enseignant ne fait aucune animation.  Ceci est arrivé dans deux situations particulières soit lors de la prise des présences ainsi que lorsqu’un élève arrive en retard à un cours.  Dans le cas de la prise des présences, certains professeurs avaient un plan de classe avec des photos, ce qui leur permettait de minimiser cette période sans animation, tandis que d’autres utilisaient l’appel nominal, générant une perte de l’attention des jeunes et en y consacrant beaucoup plus de temps que dans le premier cas.  Dans le second cas, comme mon stage se trouve dans une école défavorisée de Montréal, les retardataires, il y en a eu beaucoup.  Dans certains cas, ce fut un peu plus problématique, puisque l’enseignant a dû  laisser la classe à elle-même pendant un certain laps de temps, ce qui a engendré bien sûr tout un vacarme dans la classe et l’enseignant a dû ramener la classe à l’ordre perdant encore ici quelques minutes.  Dans d’autres cas, l’enseignant donna des numéros qu’il avait en banque aux élèves les occupants pendant qu’il accueillait le retardataire.  Une technique assez simple, mais qui porta  fruit.

 

            Ma seconde réflexion traite sur un sujet qui me touche particulièrement, le sport étudiant.  L’école dans laquelle je fais mon stage 1 est une école qui est classée 10 sur 10 sur l’échelle de défavorisassions ce qui fait en sorte qu’ils ont toutes les subventions nécessaires pour les sports étudiants.  Ayant été entraineur-chef d’une équipe de football et y ayant moi-même joué pendant 7 ans, je sais particulièrement que le sport aide à garder les jeunes à l’école.  Étant dans un quartier défavorisé, les jeunes n’ont pas les moyens de s’inscrire dans des équipes sportives civiles, mais comme les inscriptions sont gratuites aux niveaux scolaires (du moins dans le cas de l’école où je fais mon stage), tous peuvent y participer.  Toutefois, pour rester dans les équipes sportives, les jeunes doivent réussir tous leurs cours, ce qui génère une motivation scolaire intéressante et comme ce sont les enseignants, les entraineurs, cela crée des liens intéressants entre les élèves et les enseignants.

Stage 1

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:1; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:0 0 0 0 0 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1073750139 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; margin-top:0cm; margin-right:0cm; margin-bottom:10.0pt; margin-left:0cm; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:Calibri; mso-fareast-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;} p.MsoListParagraph, li.MsoListParagraph, div.MsoListParagraph {mso-style-priority:34; mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; margin-top:0cm; margin-right:0cm; margin-bottom:10.0pt; margin-left:36.0pt; mso-add-space:auto; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:Calibri; mso-fareast-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;} p.MsoListParagraphCxSpFirst, li.MsoListParagraphCxSpFirst, div.MsoListParagraphCxSpFirst {mso-style-priority:34; mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-type:export-only; margin-top:0cm; margin-right:0cm; margin-bottom:0cm; margin-left:36.0pt; margin-bottom:.0001pt; mso-add-space:auto; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:Calibri; mso-fareast-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;} p.MsoListParagraphCxSpMiddle, li.MsoListParagraphCxSpMiddle, div.MsoListParagraphCxSpMiddle {mso-style-priority:34; mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-type:export-only; margin-top:0cm; margin-right:0cm; margin-bottom:0cm; margin-left:36.0pt; margin-bottom:.0001pt; mso-add-space:auto; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:Calibri; mso-fareast-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;} p.MsoListParagraphCxSpLast, li.MsoListParagraphCxSpLast, div.MsoListParagraphCxSpLast {mso-style-priority:34; mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-type:export-only; margin-top:0cm; margin-right:0cm; margin-bottom:10.0pt; margin-left:36.0pt; mso-add-space:auto; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:Calibri; mso-fareast-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;} .MsoChpDefault {mso-style-type:export-only; mso-default-props:yes; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:Calibri; mso-fareast-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;} .MsoPapDefault {mso-style-type:export-only; margin-bottom:10.0pt; line-height:115%;} @page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:72.0pt 90.0pt 72.0pt 90.0pt; mso-header-margin:35.4pt; mso-footer-margin:35.4pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} /* List Definitions */ @list l0 {mso-list-id:1194617157; mso-list-template-ids:1541946854;} @list l0:level1 {mso-level-text:%1; mso-level-tab-stop:none; mso-level-number-position:left; margin-left:18.0pt; text-indent:-18.0pt;} @list l0:level2 {mso-level-text:"%1\.%2"; mso-level-tab-stop:none; mso-level-number-position:left; margin-left:18.0pt; text-indent:-18.0pt;} @list l0:level3 {mso-level-text:"%1\.%2\.%3"; mso-level-tab-stop:none; mso-level-number-position:left; margin-left:36.0pt; text-indent:-36.0pt;} @list l0:level4 {mso-level-text:"%1\.%2\.%3\.%4"; mso-level-tab-stop:none; mso-level-number-position:left; margin-left:36.0pt; text-indent:-36.0pt;} @list l0:level5 {mso-level-text:"%1\.%2\.%3\.%4\.%5"; mso-level-tab-stop:none; mso-level-number-position:left; margin-left:54.0pt; text-indent:-54.0pt;} @list l0:level6 {mso-level-text:"%1\.%2\.%3\.%4\.%5\.%6"; mso-level-tab-stop:none; mso-level-number-position:left; margin-left:54.0pt; text-indent:-54.0pt;} @list l0:level7 {mso-level-text:"%1\.%2\.%3\.%4\.%5\.%6\.%7"; mso-level-tab-stop:none; mso-level-number-position:left; margin-left:72.0pt; text-indent:-72.0pt;} @list l0:level8 {mso-level-text:"%1\.%2\.%3\.%4\.%5\.%6\.%7\.%8"; mso-level-tab-stop:none; mso-level-number-position:left; margin-left:72.0pt; text-indent:-72.0pt;} @list l0:level9 {mso-level-text:"%1\.%2\.%3\.%4\.%5\.%6\.%7\.%8\.%9"; mso-level-tab-stop:none; mso-level-number-position:left; margin-left:90.0pt; text-indent:-90.0pt;} ol {margin-bottom:0cm;} ul {margin-bottom:0cm;} -->

Mon image de l’enseignant (après les stages)

            Avant de faire mon stage, je me voyais comme un enseignant dynamique et plein d’énergie et maintenant que j’ai terminé mon stage 1, je crois bel et bien que je serais ce  genre d’enseignant.  En fait, si je me fis aux personnes que j’ai croisées et avec lesquelles j’ai eu la meilleure relation, ce sont toutes des personnes dynamiques débordantes d’énergie.  De plus, lors de mes interventions, je crois que j’ai démontré mon enthousiasme et mon dynamisme surtout lors de mon observation du cours d’éducation physique dans lequel j’ai littéralement eu à m’occuper d’une partie d’un groupe.

 

            D’un autre côté, je m’attendais à ce que les jeunes soient peu motivés, mais je me suis littéralement trompé.  Ils se sont montrés beaucoup plus motivés que ce je l’avais imaginé, surtout ceux inscrits dans le programme international.  En effet, ces jeunes, représentant près du quart des élèves, semblent vraiment attirés par le cours et semblent démontrés une grande connaissance générale, puisque lorsque les enseignants leur posaient des questions, il y en avait toujours un qui était en mesure de répondre.  Toutefois, dans le régulier c’est tout le contraire et cela semble démotiver les enseignants.  Pour ma part, je préfère voir cela comme un défi personnel à relever.  Toutefois, je ne suis pas Superman et, par conséquent, je ne me donne pas d’objectif fixe, car je ne veux pas ramener le travail à la maison.

 

Autoévaluation de ma participation

1.1  Engagement en tant que futur enseignant

            Tout au long de mon stage 1, j’ai démontré un grand dévouement face à l’enseignement.  En effet, dès que j’en avais la chance, j’ai tenté de m’intégrer et de devenir le temps d’une période, un enseignant.  Par exemple, lors des cours de sciences, dans lesquels l’enseignant donnait des exercices à faire aux élèves, j’étais en mesure de répondre à leurs questions et quand j’en n’étais incapable, je les référais à l’enseignant.  J’ai également démontré cette passion dans le cours d’éducation physique dans lequel j’ai eu à enseigner des techniques de plongeons.

 

            De plus, lors du dernier jeudi de notre stage 1, j’ai eu l’occasion de surveiller un groupe d’étudiants privés de sorties.  Au départ, nous étions mon répondant et moi, mais mon répondant a dû me laisser le groupe pendant une quinzaine de minutes en prenant bien soin de m’indiquer que, s’il y avait un problème, d’appuyer sur l’intercom qui est directement relié à la sécurité.  Comme c’était la dernière journée de stage, j’ai pris cela comme un geste de confiance et cela m’a permis de faire un peu de surveillance.  La classe fut silencieuse tout au long de son départ, mais je crois que je dois lui attribuer tous les mérites, puisque c’est lui qui avait accueilli et expliqué le travail aux étudiants.

 

1.2 penser comme un enseignant

            Comme je l’ai mentionné un peu plus haut, j’ai eu l’occasion de participer à plusieurs cours dans lesquels les enseignants donnaient des périodes d’exercices.  Comme tout bon enseignant qui se respecte, lorsqu’un élève venait me voir, je ne lui donnais pas la réponse tout crue dans le bec, mais je le forçais plutôt à raisonner et à comprendre par lui-même la bonne réponse.  Je crois pertinemment que c’est le moyen beaucoup plus efficace pour s’en rappeler.  De plus, comme ce n’était pas moi qui l’avait enseigné, mes démarches étaient différentes dans certains cas (deux ou trois fois seulement) ce qui donnait un nouvel outil à l’étudiant.  Dans certains cas, je demandais à l’étudiant de faire le numéro devant moi afin de voir l’étape qu’il a manqué et mieux être en mesure de lui expliquer son erreur.

 

            Bien que j’ai démontré plus haut mon implication dans les classes, c’est surtout lors du cours d’éducation physique que j’ai été le plus en mesure de faire ressortir l’enseignant en moi.  En effet, comme j’avais un groupe à moi, j’ai vraiment pu donner un cours à des jeunes. 

 

            Finalement, j’ai également, dans certains cas, distribué des feuilles, ramassé des devoirs, placé et replacé une classe après un cours…Bref, des tâches quotidiennes d’un enseignant.  Ceci a permis à l’enseignant qui me recevait de pouvoir continuer son cours en perdant moins de temps.

 

Je reste ou je pars?

            Maintenant que j’ai terminé mon premier stage, je suis en mesure d’affirmer que ma place est en enseignement.  En effet, l’ambiance entre les enseignants et tous les autres spécialistes ainsi que le contact avec les adolescents, tout cela est une facette qui me plait réellement.  De plus, la plupart des enseignants avec lesquels j’ai eu une bonne relation, faisaient partie d’équipes sportives (volleyball, hockey cosum, hockey sur glace, football, flag-football, etc.) et c’est clair que lorsque je serai enseignant à mon tour, je voudrais faire la même chose, c’est-à-dire jouer contre des élèves, créant des liens de respect qui se reflète dans les salles de classes.

 

            Toutefois, je ne suis pas sûr que ma place est vraiment en science ou en éducation physique.  Effectivement, la classe durant laquelle j’ai le plus eu du plaisir est littéralement la classe d’éducation physique.  C’est sûr que le fait d’avoir donné un cours joue en ligne de compte, mais bien avant mon stage 1, j’avais déjà ce doute dans ma tête.  En fait, c’est ici que le deuxième stage rentre en ligne de compte.  En effet, je serai suite à mon deuxième stage qui sera en science évidemment en mesure de faire un choix plus allumé.  Par contre, rien ne m’empêche de devenir un enseignant en sciences ainsi qu’un entraîneur de football ou encore de faire des activités sportives sur l’heure du dîner. 

Questionnements

            En fait, la principale question que je me pose encore c’est si je reste ou je pars à laquelle j’ai répondu dans la section précédente.  Par contre, il y également une autre petite question à laquelle j’aimerais m’attarder soit : Est-ce que, avec le BAC que je suis en train de faire à l’Université de Montréal, je suis en mesure de bien enseigner les trois matières en sciences (biologie, physique et chimie).  En fait, comme nous nous spécifions en une matière, dans mon cas la physique, je ne crois pas être en mesure de bien enseigner la biologie et la chimie.  Effectivement, lors de la dissection de l’œil, je ne me rappelais vraiment plus des différentes composantes de l’œil, car je n’ai pas fait de biologie depuis un sacré bout de temps.  En fait, j’ai l’intention d’aller finir mon BAC à l’Université du Québec à Montréal, car le programme, bien que moins complet que celui de l’Université de Montréal, comporte plus de cours divers, donc un étudiant finissant à l’Université de Montréal sera meilleur en une matière qu’un étudiant de l’Université du Québec à Montréal, mais sera moins apte à enseigner les autres matières connexes dans lesquelles il n’a pas fait sa spécialisation.  Bref, comme je suis accepté dans les deux universités pour le prochain trimestre, j’aurai un choix à prendre durant l’été.

 

Ressources disponibles

            Lorsque je serai enseignant, j’aurai accès à plusieurs ressources.  En effet, si je me fie à l’école dans laquelle j’ai fait mes stages, j’aurai accès à plusieurs spécialistes qui pourront m’aider dans différentes situations. 

 

            Par exemple, si j’ai un élève turbulent que je suis incapable de contrôler, je peux parler à un éducateur spécialisé ou, dans le cas où c’est vraiment majeur comme problème, je peux toujours faire appel à une psycho-éducatrice.  Bien sûr dans le cas où une bagarre éclaterait, je peux toujours faire appel à la sécurité, quoi que je serais sûrement en mesure de les séparer également par moi-même.  Toutefois, advenant le cas d’un étudiant déficient, je pourrais faire appel, dans ce cas-ci, à une psychologue.  Toutefois, tous ces spécialistes ont un plan d’action restreint, donc si l’école dans laquelle je travaille possède une travailleuse sociale qui appartient à un CLSC, je ferais mieux de me diriger vers elle afin qu’elle fasse un suivi à la maison, augmentant les chances de réussite.

 

            En ce qui a trait au côté syndical de l’enseignement, bien que chaque école possède un délégué syndical, rien ne nous assure qu’il est vraiment en mesure de bien remplir son mandat.  En fait, c’est ce que relatait la déléguée syndicale que j’ai rencontrée et qui, selon plusieurs enseignants de l’école, est la meilleure déléguée de toute la commission scolaire de la Pointe-de-l’Île.  Il va de soi que lorsque nous posons des questions d’ordre salariale, on aimerait avoir des explications claires et nettes.  Pour ce faire, elle nous conseille fortement de se procurer le livre sur les lois de l’instruction publique.  Ce livre se trouve à être la bible de l’enseignement, puisqu’à l’intérieur de celui-ci, nous retrouvons tous nos droits et tous nos devoirs en tant que futur enseignant.