Portfolio de Véronique Boutot

Plan

Biographie Commenter cette biographie

Image représentant Véronique Boutot

Bonjour!

Mon nom est Véronique et je suis étudiante de 4e année au Baccalauréat en éducation préscolaire et enseignement primaire. Dès le début de mon secondaire, je savais ce que je voulais devenir enseignante au primaire. Après avoir terminé mon cégep, je me suis inscrite à l’Université de Montréal en enseignement.

J’adore voyager et connaître de nouvelles cultures. J’aime aussi les mathématiques et les sciences puisque ces deux matières requièrent beaucoup de minutie et de logique.

Je me suis aussi découvert une réelle passion pour la lecture et depuis, je dévore les livres qui me tombent sous la main. De plus, depuis maintenant 3 ans, j'anime dans les scouts des filles de 9 à 11 ans.

Pour me contacter :

Ma vision de l'enseignement Commenter cette section

Je ne crois pas qu’il y ait un type d’enseignant modèle, mais je sais que les meilleurs enseignants, sont ceux qui sont capables de toujours évoluer dans leurs pratiques et dans leurs façons de penser. Je ne veux pas être une enseignante qui pense tout savoir et qui croit que sa façon d’enseigner est la meilleure. J’espère avoir assez de patience pour toujours évoluer dans mon rôle de modèle, car on a toujours des défis personnels à réaliser et il n’appartient qu’à nous de les surmonter. Si je réussis à enseigner cela à mes élèves, je crois que je leur aurai enseigné ce qu’il y a de plus important dans la vie. La motivation n’est pas quelque chose qui doit venir de l’extérieur, mais plutôt de l’intérieur. Pour s’améliorer et apprendre, il faut d’abord le vouloir. Je ne désire pas être le genre d’enseignante qui baisse rapidement les bras, car je ne suis pas une personne comme ça. Le succès a bien meilleur goût lorsqu’il est accompagné de persévérance. J’ai toujours pensé que les convictions d’une enseignante étaient ressenties par les élèves et que ces derniers se les appropriaient. C’est pourquoi un enseignant se doit de croire en de bonnes valeurs. Bien sûr, il y a surement des valeurs que je n’ai pas, mais mes élèves iront chercher ces dernières avec d’autres professeurs. Je veux être présente pour mes élèves afin qu’ils voient en moi non seulement une figure d’autorité, mais aussi un modèle à qui ils voudraient ressembler. Un enseignant qui respecte chacun de ses élèves avec leurs qualités et leurs défauts se fait à son tour respecter par eux. L’enseignement c’est de transmettre le goût d’apprendre et le goût de réussir aux élèves.

Stage 1 Commenter cette section

Après avoir complété mon premier stage, qui se déroulait en 3e année, j’ai enfin l’impression d’avoir trouvé ma place. Le milieu où j’ai fait mon stage était majoritairement québécois et les enfants n’étaient pas issus d’un milieu défavorisé. J’ai beaucoup appris sur moi-même lors de ce stage, car je ne connaissais pas toutes mes forces et tous mes défis. Je suis quelqu’un de déterminé dans la vie et je crois qu’avec cette qualité, il est possible de tout faire dans la vie. Si je suis capable de transmettre cela à mes futurs élèves, je crois que je leur aurai transmis ce qu’il y a de plus important. La réussite a bien meilleur goût quant elle est accompagnée de persévérance. C’est, selon moi, le rôle de l’enseignant : montrer aux élèves qu’avec un peu de vouloir il est possible d’accomplir n’importe quoi.

Compétence 1 : Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d’objets de savoirs ou de culture dans l’exercice de ses fonctions. Commenter cette section

En tant qu’enseignant, il faut exercer un jugement critique envers les élèves, car nous devons être justes et équitables sans faire de distinction par rapport à l’origine ou à la religion de ceux-ci. Chaque enfant a le droit de recevoir la même éducation et le même respect que les autres. De plus, il ne faut pas mettre des étiquettes aux enfants, car chacun a droit de recevoir la même qualité d’éducation. Il faut donc toujours agir pour le plus grand bien-être des élèves.

Cette compétence se manifeste dans les réflexions que nous avons chaque jour. Il faut continuellement se questionner sur notre pratique. Il faut être capable de prendre de la distance par rapport à notre pratique afin de toujours nous améliorer. En remettant en question notre façon d’enseigner et notre façon d’interagir avec les autres, nous pouvons constamment nous améliorer. L’ouverture d’esprit est aussi essentielle en enseignement puisqu’il existe une multitude de caractères et de façons de penser. De plus, il faut montrer aux élèves que nous vivons dans une société multiculturelle et qu’il faut respecter chaque personne, peu importe sa façon de penser. Il faut montrer aux élèves que les différences sont des richesses et qu’il faut s’ouvrir à celles-ci. Finalement, il faut toujours chercher à s’améliorer et à s’adapter au changement dans la société. Pour ce faire, nous devons faire preuve de curiosité et prendre des initiatives afin d’intervenir de façon appropriée avec les élèves. Il faut utiliser tous les outils qui sont à notre disposition (programme du ministère, dictionnaire, note de cours, grammaire, etc.) ainsi que tout le bagage personnel que nous possédons. Il faut enseigner avec qui l'on est (notre culture, nos valeurs, nos expériences, etc.).

Compétence 2 : Communiquer clairement et correctement dans la langue d’enseignement, à l’oral et à l’écrit, dans les divers contextes liés à la profession enseignante. Commenter cette section

Pour moi, cette compétence est l’une des plus importantes lors des stages et tout au long de notre carrière. En effet, étant des modèles pour les enfants, nous devons faire preuve de rigueur lorsqu’on s’adresse à eux et ce, que ce soit à l’écrit ou à l’oral. Cela ne veut pas dire que l’on ne peut pas faire d’erreurs devant les élèves, mais plutôt d’admettre ces dernières lorsqu’elles sont commises. Cette compétence englobe tout ce qui se rapporte au français et à la manière dont on l’utilise. L’une de ces composantes est l’emploi d’un langage oral approprié. Il faut effectivement être capable d’adapter son langage aux élèves selon le degré de ces derniers. Il faut aussi écrire sans erreur puisque l’élève recopie ce que l’on écrit. Or, si on écrit un mot avec une erreur, l’élève recopiera cette erreur. Personnellement, je n’ai pas d’énorme difficulté pour ce qui est du langage oral. J’ai une facilité à communiquer de façon appropriée et adaptée devant un groupe d’élève. Je pense avoir un bon débit de voix ainsi qu’un volume assez fort. Par contre, étant donné que j’ai la capacité de parler fort, je devrai faire attention tout au long de ma carrière pour ne pas perdre la voix. Pour ce qui est du français écrit, j’ai beaucoup plus de difficulté. Étant donné que je fais beaucoup de fautes en écrivant, quelquefois je n’ose pas écrire au tableau de peur d’induire les élèves en erreur. J’ai de la difficulté aussi à donner des leçons de français, car j’ai peur de ne pas être capable de répondre à leurs questions. Je devrai donc travailler plus fort pour rattraper les lacunes que j’ai accumulées.

Compétence 3 : Concevoir des situations d’enseignement-apprentissage pour les contenus à faire apprendre, et ce, en fonction des élèves concernés et du développement des compétences visées dans le programme de formation. Commenter cette section

Il est important pour les enfants que l’enseignante soit capable de bien planifier des situations d’apprentissage afin de maximiser leurs apprentissages ainsi que notre temps. Quand on planifie une situation d’apprentissage, il faut toujours garder en tête les compétences à développer et s’assurer que notre activité va vraiment aider l’enfant dans son cheminement à la maternelle. Personnellement, je trouve qu’il est très difficile de planifier une séquence d’enseignement puisque les élèves de maternelle arrivent à des niveaux très différents ce qui fait en sorte qu’ils ne vont pas tous au même rythme. Il faut alors planifier non seulement une activité principale (plan A), mais aussi une activité pour ceux qui terminent vite (plan B) et une autre pour ceux qui terminent la deuxième activité (plan C). De plus, la durée de l’activité dépend beaucoup de l’humeur des enfants cette journée-là, de la température dehors, d’un évènement particulier, etc. Il faut donc être bien préparé pour notre activité, mais aussi avoir en tête des activités de rechange si ce qu’on a planifié ne fonctionne pas. Cependant, les possibilités d’activités en maternelle sont infinies et il est facile d’apprendre de nouvelles choses aux élèves, et ce, même dans les petites actions spontanées. Bref, si je me fie à mon expérience en troisième année, il est plus difficile en maternelle de suivre sa planification puisque les enfants sont très spontanés et qu’un petit détail peut complètement modifier l’humeur des enfants. Les cours qui nous ont été donnés reflètent très bien ce qui se passe en maternelle. Cependant, il est quelquefois difficile respecter ce qu’on nous dit avec autant d’élèves qui nous sollicitent. Par contre, les liens entre les cours se font très facilement.

 

En conclusion, cette compétence ne signifie pas seulement planifier une activité et la faire vivre aux enfants par la suite. Il faut aussi avoir la capacité de changer nos plans et de toujours garder en tête ce qui pourrait mal aller pour qu’on ne se sente pas démunis devant une situation quelconque.

Compétence 4 : Piloter des situations d’enseignement-apprentissage pour les contenus à faire apprendre, et ce, en fonction des élèves concernés et du développement des compétences visées dans le programme. Commenter cette section

Cette compétence englobe plusieurs aspects de l’enseignement. En effet, elle touche tout ce qui concerne le pilotage d’une activité c’est-à-dire d’être capable d’introduire une activité, de la mener à terme et finalement, de la conclure. Tout en pilotant l’activité, il faut être capable d’avoir les yeux partout, de garder l’intérêt du groupe et de toujours garder en tête l’objectif de l’activité. Il faut aussi être capable de capter le regard d’incompréhension des élèves ainsi qu’ajuster ses interventions selon la situation. Finalement, il faut être capable de guider les élèves vers une compréhension de la matière enseignée. Cette compétence est difficile au début puisqu’on ne sait pas par quoi commencer. Personnellement, ce que je trouve le plus difficile est de penser à tout ce que l’on doit penser. En effet, en prenant chaque composante du pilotage individuellement je me rends compte que je n’ai pas vraiment de difficulté avec une en particulier. Ce qui me cause problème c'est de les appliquer toutes en même temps. J’ai souvent l’impression que quand je mets l’emphase sur une des composantes, j’oublie les autres et je les laisse de côté. Je devrai donc réussir à toutes les concilier lors d’une même activité. De plus, pour certaines activités, je ne sais pas toujours quoi faire en premier. En  fait, quelquefois je ne sais pas toujours dans quel ordre faire mes interventions ou mes instructions. Au début j’avais aussi de la difficulté à sortir de ma planification. Quand certains imprévus arrivaient, j’avais parfois l’impression d’être démunie face à ces situations. Cependant, plus le stage avançait, plus j’avais l’impression d’être capable de vraiment adapter mon enseignement.

Compétence 5 : Évaluer la progression des apprentissages et le degré d’acquisition des compétences des élèves pour les contenus à faire apprendre. Commenter cette section

Cette compétence est, selon moi, au cœur de l’enseignement. À première vue, il peut sembler bien simple d’attribuer une lettre aux élèves selon leur niveau de compréhension. Or, il ne suffit pas d’attribuer cette lettre aléatoirement. Avec l’approche par compétence, on ne peut plus simplement additionner des points pour arriver à une note finale comme on faisait il y a quelques années. En effet, les compétences que nous devons évaluer ne sont pas directement observables. C’est en observant
quotidiennement, et non seulement quand il y a un examen que l’on peut émettre un jugement critique sur le degré d’acquisition des compétences. L’acquisition de ses compétences implique que l’élève les a intégrés et est capable de faire le transfert d’apprentissage vers d’autres situations (scolaires et extrascolaires). Comme je l’ai mentionné, c’est au quotidien que nous devons observer ces compétences. Nous devons aller chercher les informations dans les interactions que les élèves ont entre eux ainsi que dans les interactions qu’ils ont avec les situations. De plus, évaluer la progression des apprentissages implique aussi de se garder des traces de ce que nous avons observé afin de donner de la rétroaction aux élèves. Cette rétroaction permettra de soutenir la motivation et les efforts de ceux-ci. Ainsi, nous devons avoir une grande éthique professionnelle afin que nos préjugés et nos croyances ne viennent pas entrer en conflit avec notre jugement professionnel.

 

Durant mes stages, je n’ai pas eu beaucoup l’occasion de participer activement à l’évaluation de la progression des apprentissages sur une étape complète. En effet, étant donné les dates de nos stages, nous n’avons jamais eu l’occasion de participer à une étape complète. Cependant, j’ai tout de même pu observer plusieurs fois la façon dont il faut porter un jugement critique sur les élèves. J’ai appris qu’il est parfois
difficile d’évaluer certaines matières, car ce ne sont pas toutes les compétences que nous pouvons directement observer. D’ailleurs, je me suis rendu compte qu’il est important, avant d’évaluer les élèves, de trouver quels sont nos critères précis, car c’est de cette façon que nous pouvons rester justes et équitables envers les élèves. De plus, j’ai appris qu’il ne suffit pas de donner un seul examen aux élèves pour évaluer leurs compétences. En effet, c’est au quotidien qu’il faut le faire. Finalement, je me suis rendu compte qu’il ne faut jamais sous-estimer les élèves et qu’il ne faut pas leur attribuer d’étiquette, car ils peuvent réellement nous surprendre et se dépasser. Porter un jugement critique est une tâche très complexe qui nécessite beaucoup de questionnement et d’observation de notre part.


Je crois que l’un de mes points forts est que je suis capable de bien situer les élèves selon leur niveau d’acquisition d’une notion. En effet, je crois être en mesure d’observer ce que les élèves font et d’émettre des hypothèses par rapport à leur compréhension d’une tâche ou d’une notion. De plus, je crois que je suis capable de créer des exercices et des évaluations qui m’aident à positionner les élèves selon leur niveau de compréhension. J’ai aussi une facilité à comprendre pourquoi les élèves font tel type d’erreur ce qui me permet de mieux être en mesure de les aider.

Grille d'observation pour une production orale Commenter ce document

ANNEXE F.docx

J’ai créé cette grille afin d’évaluer les élèves lors d’une présentation orale. Cette présentation orale était la production finale d’une SAÉ.

ANNEXE F.docx (14.1 ko)

Critère d'évaluation pour une production orale Commenter ce document

GRILLE DESCRIPTIVE ANALYTIQUE _preuve_.docx

Cette grille présente les critères d’évaluation retenus dans le cadre d’une SAÉ.

Compétence 6 : Planifier, organiser et superviser le mode de fonctionnement du groupe-classe en vue de favoriser l’apprentissage et la socialisation des élèves. Commenter cette section

La pluralité des groupes que l’enseignement nous offre nous oblige à toujours nous adapter aux élèves qui se trouvent devant nous. Il faut être capable de comprendre les élèves pour adapter notre niveau d’enseignement et pouvoir mieux les aider. Cibler leurs forces et leurs faiblesses est essentiel pour bien adapter nos activités. Il faut être capable de toujours se réajuster en cours de route et c’est pourquoi il est important de bien planifier nos activités et de prévoir des plans de rechanges. Puisque la classe qui est devant nous n’est pas la nôtre, il faut aussi adapter notre fonctionnement à celui que l’enseignant préconise. Selon moi, pour bien répondre à cette compétence, l’essentiel est de bien planifier et de bien prévoir tout le déroulement de l’activité (entrées, sorties, récréations, etc.). Le maintien d’un climat de classe adéquat est aussi un élément très important lors du pilotage d’une activité. Afin de maintenir ce climat de classe, il faut s’affirmer en tant qu’enseignant et montrer aux élèves que nous ne sommes pas négociables. De plus, il faut prévenir plutôt que réagir. En effet, il faut donner des consignes claires aux élèves autant par rapport au comportement que nous voulons qu’ils adoptent que sur la tâche à accomplir. Pour s’assurer que les élèves ont bien compris, on peut modéliser les consignes ainsi que demander à un élève de nous les expliquer. Il faut toujours donner nos attentes à nos élèves, et ce, avant même de commencer une activité. Finalement, il faut encourager les élèves qui travaillent bien et qui adoptent le comportement exigé. En leur donnant du renforcement positif, les élèves se sentiront valorisés et chercheront à reproduire le bon comportement.

Compétence 7 : Adapter ses interventions aux besoins et aux caractéristiques des élèves présentant des difficultés d’apprentissage, d’adaptation ou un handicap. Commenter cette section

Selon moi, cette compétence est l’un des éléments qui définit le mieux notre rôle en tant qu’éducateur. En effet, lorsque nous acceptons un poste dans une classe, nous nous engageons à amener les élèves au plus loin de leur potentiel. Pour que cela soit possible, nous avons pour devoir de leur faire confiance et de croire en leurs chances de réussite, et ce, même s’ils présentent certaines difficultés. L’un des éléments les plus importants dans ce que je viens d’écrire est qu’il faut toujours se baser sur le potentiel de tout un chacun. Il faut prendre en charge les élèves là où ils sont rendus dans leur cheminement. Chaque élève arrive avec un parcours de vie et un bagage différent. C’est pour cette raison qu’il est primordial d’adapter ses interventions aux besoins et aux caractéristiques de nos élèves. Non seulement pour les élèves ayant des difficultés, mais aussi pour les élèves étant très avancés. L’important pour cette compétence est de toujours fournir un défi qui soit à la mesure des capacités de l’élève en question. C’est par le défi que l’élève sera en mesure de progresser réellement. Cela peut paraitre énorme comme tâche, mais elle est essentielle pour offrir du soutien particulier à tous nos élèves afin de leur donner les mêmes chances de réussite qu’aux autres. Encore une fois, la clé de succès pour cette compétence est d’observer nos élèves quotidiennement et d’apprendre à les connaitre afin de mieux adapter nos interventions et nos activités. Cela nous permet aussi de prévenir l’échec, car il est possible d’intervenir plus rapidement dès que les difficultés sont constatées. En agissant de cette manière, le parcours scolaire de l’élève sera moins compromis que si nous décidions de ne pas agir. L’adaptation doit se vivre dans toutes les sphères de l’enseignement : adapter le programme, les modalités d’enseignement, le matériel didactique, les exigences, etc.

 

La première fois que j’ai entendu parler d’adaptation d’activité et d’intervention, je trouvais que cette tâche était très complexe et parfois même irréalisable dans une classe. Cependant, au cours de mes stages, j’ai pu moi-même adapter certaines activités, ce qui m’a permis de me rendre compte que c’est parfois de petits gestes tout simples qui font qu’une activité est mieux adaptée pour tel type d’élève. J’ai appris qu’il
ne faut pas nécessairement créer une activité différente pour chaque élève, mais que nous pouvons simplement modifier certains aspects de cette activité. Ainsi, celle-ci devient plus accessible pour des élèves avec des besoins particuliers. J’ai aussi appris qu’il ne faut pas non plus oublier les élèves qui ont plus de facilité. En effet, nous avons souvent tendance à vouloir adapter nos activités pour les élèves les plus faibles, mais malheureusement, nous oublions trop souvent nos élèves qui réussissent très bien et qui sont plus rapides que l’ensemble du groupe. Ces élèves aussi doivent obtenir des
adaptations afin que les activités que nous leur proposons leur offrent un défi qui les fera progresser. Finalement, j’ai appris qu’il est primordial de bien connaitre nos élèves, car c’est de cette façon qu’il est possible de leur offrir des activités qui sont réellement adaptées à leurs capacités.

 

Un de mes points fort pour cette compétence est que je suis capable de bien observer mes élèves ce qui me permet de leur offrir des tâches qui soit mieux adaptées à leurs capacités. De plus, j’ai une bonne capacité à repérer les élèves en difficultés et je suis en mesure de trouver des moyens pour leur offrir du soutien supplémentaire (ex. : aide aux devoirs, récupération, etc.).

Texte original Commenter ce document

Ours blanc.docx

Voici le texte original. Il a été distribué à la plupart des élèves.

Ours blanc.docx (80.2 ko)

Texte adapté Commenter ce document

Ours blanc_Asmaa.docx

Ce texte a été remis à trois élèves présentant des difficultés en lecture.

Compétence 8 : Intégrer les technologies de l’information et des communications aux fins de préparation et de pilotage d’activités d’enseignement-apprentissage, de gestion de l’enseignement et de développement professionnel. Commenter cette section

De nos jours, les technologies sont omniprésentes et il est important de les intégrer à notre pratique enseignante. Ces technologies doivent soutenir notre enseignement et aider les élèves à mieux s’approprier les notions enseignées. Il faut donc aider les élèves à s’approprier ces technologies. Il faut les aider à développer un esprit critique. Étant donné que l’on trouve à peu près n’importe quoi dans Internet, il faut montrer aux élèves qu’il ne faut pas croire tout ce qu’ils trouvent. Selon moi, il est important d’intégrer ces technologies, car elles font parties de la réalité et tous les élèves y seront confrontés un jour ou l’autre. Il est facile d’intégrer les technologies dans le pilotage d’activité. La difficulté se situe plutôt dans l’intégration des technologies dans les apprentissages. Il faut être capable de les intégrer de façon à aider les élèves dans leurs apprentissages. En effet, il ne suffit pas de faire un PowerPoint pour soutenir leurs apprentissages. Pour ce faire, nous pouvons intégrer les technologies dans notre quotidien. Par exemple, l’accès à des ordinateurs dans notre classe permet d’avoir à portée de main un accès à internet et l’accès au traitement de texte. Les élèves sont beaucoup plus motivés lorsqu’ils travaillent sur un ordinateur alors pourquoi ne pas les laisser, lorsque cela est possible, l’utiliser. Bref, je crois que nous pouvons utiliser les technologies pour donner le goût d’apprendre aux élèves.

Compétence 9 : Coopérer avec l’équipe-école, les parents, les différents partenaires sociaux et les élèves en vue de l’atteinte des objectifs éducatifs de l’école. Commenter cette section

Une bonne entente et une bonne communication sont essentielles dans une école. Le travail d’équipe est une valeur très importante pour moi et je crois que c’est ce que cette compétence vise à amener. Coopérer, c’est travailler ensemble pour atteindre un même but tout en respectant les idées, les valeurs et la personnalité de l’autre. Il est impossible de s’entendre avec tout le monde, mais dans une équipe, il faut être capable de laisser ses différences de côté et d’aller de l’avant. En enseignement, nous travaillons tous pour un même but et c’est de faire évoluer l’enfant tout en assurant le bien-être de ce dernier. Il faut donc s’assurer d’avoir tous les outils nécessaires pour accomplir ce but. Ce travail commence à la maison et c’est pourquoi il est important de bien communiquer avec les parents et de les impliquer dans la vie scolaire de leur enfant. De cette façon, l’éducation que l’on donne aux enfants à l’école se poursuit à la maison. La coopération entre l’équipe-école est tout aussi importante. Il est bon de pouvoir compter sur ses collègues pour nous aider et nous donner des conseils dans les moments plus difficiles. Il faut utiliser toute l’aide qu’on nous donne dans l’école et en ayant une bonne communication, les enfants sentiront qu’ils sont beaucoup plus encadrés par tout le personnel de l’école.

Compétence 10 : Travailler de concert avec les membres de l’équipe pédagogique à la réalisation des tâches permettant le développement et l’évaluation des compétences visées dans le programme de formation, et ce, en fonction des élèves concernés. Commenter cette section

Cette compétence est un élément important dans le bon fonctionnement d’une école. En effet, plusieurs intervenants sont en contact avec les mêmes élèves. En travaillant ensemble et en mettant nos compétences en commun, il est plus facile de répondre aux
besoins des élèves et de les faire évoluer. Ainsi, il est essentiel d’être en mesure de travailler en équipe. Pour ce faire, il faut être capable de se décentrer et d’essayer de comprendre le point de vue de l’autre. Un travail d’équipe permet à tous les membres de contribuer au succès des élèves selon leur expertise et leurs capacités. Cette compétence comprend aussi les échanges entre les intervenants de l’école. Que ce soit des échanges d’idées, des échanges de matériel ou des échanges de pratiques, il faut que chaque membre de l’équipe-école se sente concerné par la réussite de tous les élèves.

 

J’ai appris qu’il est parfois difficile de s’intégrer à une équipe-école déjà en place. En effet, il existe plusieurs personnes qui démontrent une fermeture d’esprit et qui ne veulent pas collaborer avec les autres membres. Il est parfois difficile de travailler avec
certaines personnalités qui ne correspondent pas à qui nous sommes, mais il faut tout de même agir de façon professionnelle. Cependant, j’ai aussi eu l’occasion de rencontrer des équipes-écoles où chacun aide l’autre et où il règne une atmosphère agréable. En côtoyant chacun de ces deux milieux, je me suis rendu compte que le travail de coopération a une grande incidence sur l’atmosphère de l’école et sur le comportement de certains élèves. En effet, lorsque tous les membres du personnel vont dans la même direction, les élèves savent plus comment ils doivent agir. Finalement, j’ai appris qu’il ne faut pas avoir peur de demander de l’aide, car cela ne nous rend pas moins compétents.
Au contraire, en étant capable d’aller chercher de l’aide, je crois que nous démontrons une capacité à porter un regard critique sur notre pratique. C’est de cette façon qu’il est possible de mettre à profit les compétences de chaque membre de l’équipe-école.

 

Je crois que je possède plusieurs habiletés pour le travail d’équipe. Lorsqu’on apprend à me connaitre, on se rend compte que je suis quelqu’un qui a beaucoup de «leadership» dans les situations où je suis à l’aise. De plus, je suis capable d’accepter les points de vue qui diffèrent des miens et de faire la part des choses pour trouver un terrain d’entente. Je suis aussi quelqu’un qui aime aider et qui ne porte pas de jugement hâtif sur les autres.

Extrait de l'évaluation du stage 3 Commenter ce document

Extrait évaluation stage 3.docx

Cet extrait démontre que je poss`de plusieurs qualités requises dans le travail d'équipe: l'écoute, la capacité de recevoir de la rétroaction et d'admettre ses erreurs et finalement, le respect.

Compétence 11 : S’engager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel. Commenter cette section

Il est très important de toujours se questionner sur sa pratique puisque c’est de cette façon qu’il est possible d’évoluer et de devenir un meilleur enseignant. Or pour ce faire, on doit être ouvert aux commentaires et aux conseils qu’on nous donne. Cela est valable tout au long de notre carrière. Dans le contexte de notre stage, c’est l’enseignant associé ainsi que le superviseur de stage qui nous fournissent des rétroactions et des pistes d’amélioration. À partir de cela, il nous est possible de réfléchir sur notre pratique et sur les moyens concrets pour nous améliorer en tant qu’enseignant. Une bonne communication est essentielle avec notre enseignant associé, car il faut être capable de dire ce que l’on pense tout en restant respectueux. De plus, il faut garder en tête que l’enseignant qui nous reçoit dans sa classe est lui aussi en apprentissage. Comme nous, il revoit ses pratiques et les remet en question. Parfois, les idées qu’on lui donne l’aident à évoluer lui aussi. De plus, en tant que futur maître il faut être conscient que l’enseignant associé a beaucoup plus d’expérience dans l’enseignement que nous et qu’il est là pour nous former et nous aider à devenir un bon enseignant tout en restant fidèle à notre personnalité.

 

En conclusion, il ne faut pas prendre les commentaires comme des points faibles, mais plutôt comme des points à améliorer. Que l’on soit étudiant en enseignement ou enseignant certifié depuis des années, il faut toujours se remettre en question puisque la société évolue et il est important que nos pratiques évoluent avec elle. C’est en ayant de la rétroaction et en réfléchissant sur notre pratique que cela est possible.

Compétence 12 : Agir de façon éthique et responsable dans l’exercice de ses fonctions. Commenter cette section

Cette composante rejoint l’aspect professionnel de l’enseignement. Il faut s’approprier un rôle d’enseignant et adopter l’attitude qui vient avec. En fait, on peut résumer cette compétence principalement par le respect. Que ce soit envers les personnes ou par rapport aux règles, le respect est essentiel. En effet, il est primordial d’agir de façon responsable lorsqu’on se présente dans une école. Par rapport aux élèves, on se doit d’être juste envers chacun d’entre eux et de ne pas faire de la discrimination. Envers le personnel enseignant et le personnel de soutien, on se doit d’être professionnel et de respecter leurs différents points de vue. Malgré mon jeune âge, je crois que je réussis assez bien à agir de façon professionnelle et responsable. Cependant, j’ai eu un peu de difficulté à m’intégrer dans l’équipe-école. En fait, je me sens parfois intimidée et je crois que cela est dû à mon âge. Par rapport aux élèves, je n’ai pas de difficulté à m’imposer et je crois que j’agis de façon juste envers chacun d’entre eux. Pour ce qui est de la confidentialité, étant donné que je suis une personne discrète, je n’ai pas de problème à garder pour moi des informations que les autres n’ont pas à savoir. Je suis les règles de l’école ainsi que celles du stage. Cependant, j’ai eu quelquefois de la difficulté à respecter les dates de remise de travaux. En effet, j’ai beaucoup de difficulté à gérer mon temps et je me prends souvent à la dernière minute. Cependant, je respecte les délais que l’enseignante associée me donne et je suis toujours ponctuelle au rendez-vous qu’on me donne.