Portfolio de Marie-Pier Duquette

Plan

Biographie

 

Bienvenue à vous, chers collègues, enseignants, parents et amis

 

J’espère que vous serez en mesure de saisir, dans ces quelques lignes, la personne que je suis et l’enseignante que je tends à devenir.

 

Je me présente, Marie-Pier Duquette, jeune femme de 21 ans, étudiante à l’Université de Montréal en enseignement primaire et préscolaire, enjouée et souriante, prête à croquer dans la vie à pleine dent! Je suis originaire de l’Abitibi-Témiscamingue, j’ai grandi sur une ile, bien loin de la grande métropole et de toute sa diversité culturelle. Quelle belle expérience que de venir étudier dans cette grande ville en constante agitation, pleine de surprises et de saveurs des quatre coins du monde. Je suis présentement à ma troisième année d’université, avec sur mon dos, un baluchon rempli de nouvelles expériences, de découvertes, d’apprentissages et surtout de questionnement. C’est si épuisant de réfléchir constamment à la place que l’on occupe, à la place que l’on occupera.

 

Aussi cliché que cela puisse paraitre, j’ai toujours souhaité devenir enseignante. Je ne peux concevoir ma vie sans l’omniprésence de ces petits êtres émerveillés, encore à l’aube de leur vie. La meilleure façon d’investir mon temps, mon énergie, ma passion et mon amour de la vie, est de consacrer cette dernière à l’éducation des futurs adultes de ce monde. Ils ont tant à apprendre, tant à découvrir, tant à offrir.

 

Après avoir complété mes deux premiers stages et avoir vécu de nouvelles expériences reliées à mon domaine, j’ai la tête pleine d’idées. Je suis très favorable aux activités permettant de développer l’autonomie des enfants. Selon moi, le rôle de l’enseignante est de guider les enfants à faire leurs propres apprentissages, leurs propres découvertes. Enseigner, c’est établir un cadre propice aux apprentissages dans lequel les enfants pourront être libres d’apprendre selon leurs propres moyens, leurs propres stratégies. Chaque enfant est unique, ils apprennent tous de manières différentes. J’ai eu la chance d’observer, dans mon premier stage, une classe dans laquelle les enfants construisaient leur savoir dans des centres d’apprentissage et des ateliers. La gestion de ces méthodes d’enseignement est très ardue, mais les résultats sont si bénéfiques! Lors de mon deuxième stage, en maternelle, j'ai eu la chance de découvrir les possibilités incroyables d'activités que l'on peut planifier et piloter auprès des touts-petits.

 

Lorsque j’enseigne, mon premier but est de piquer la curiosité des enfants. J’ai beaucoup d’expérience en animation et selon moi, lorsque l’on réussit à animer une classe, le premier pas est franchi. Peu importe le sujet, s’il est amené de façon dynamique et amusante, les enfants voudront découvrir, apprendre, questionner. Développer la curiosité des enfants est le meilleur moteur que l’on peut avoir dans une classe.

 Enseigner et animer sont deux actions qui peuvent très bien se marier. Piquer leur curiosité sera l’un de mes buts principaux.

 Interroger, c’est enseigner. Xénophon                                                                                                                                

 

 Ma classe sera très active. Je fonctionnerai de façon à ce que tous les enfants manipulent, expérimentent et participent à chacune de mes activités.

 

Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends. Benjamin Franklin

 

 

 

Je resterai toujours alerte à la moindre découverte. Je veux apprendre toute ma vie et partager avec mes élèves mes connaissances et celles qu’ils feront.

 

J’apprends chaque jour pour enseigner le lendemain. Émile Faguet

 

 Je termine en vous présentant les quelques valeurs qui ont une importance capitale dans ma vie et qui transparaitront aussi dans mon enseignement.

 

La famille : Je puise toute mon énergie et toute ma motivation au sein de ma famille. C’est seulement auprès d’eux que je peux me ressourcer amplement. Elle est pour moi réconfort et bonheur, tendresse et amour, complicité et amitié.

 

L’humour : La plus belle façon de vivre, c’est en riant! L’humour a sa place dans toutes les situations si l’on sait comment l’utiliser. Elle réconforte, elle est subtile et elle réchauffe le cœur de tout un chacun. Elle nous permet de transmettre des messages de façon plus délicate. Elle renforce les liens et laisse paraitre un sourire, même dans les moments les plus difficiles.

 

La collectivité : Le travail d’équipe et l’entraide facilitent bien des choses. Être seul face à ses problèmes, à sa peine et même face à ses plus grandes joies n’est jamais bien drôle. Faire partie d’un groupe et avoir un certain sentiment d’appartenance est d’une valeur inestimable. 

La créativité : Quelle belle qualité que de pouvoir laisser aller son imagination, de pouvoir créer! Chaque personne est originale et unique.

 

 

Compétence 1 

 

Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d’objets de savoirs ou de culture dans l’exercice de ses fonctions.

Mes découvertes 

Au cours de mon troisième stage, j’ai travaillé avec plusieurs ressources qui m’ont permis de justifier davantage mes interventions et mes activités. En effet, j’ai fait plusieurs recherches à la didacthèque de l’Université de Montréal afin de consulter des ouvrages de référence. Je  me suis aussi questionnée au sujet des disciplines qui sont enseignées au Québec et à la façon de les présenter. Des discussions avec des étudiantes de l’Université de Genève en Suisse, m’ont permis d’avoir un regard critique sur nos pratiques courantes. En classe, plus concrètement, j’ai présenté aux élèves des activités me permettant de leur transmettre mon savoir et de les diriger vers une culture seconde. Le partage de leur culture première était tout aussi enrichissant. Des activités sur le deuil, sur les valeurs québécoises, sur le racisme et sur l’environnement m’ont apporté beaucoup au niveau culturel. Le milieu multiethnique auquel nous devons faire face en tant qu’enseignante à Montréal modifie sans aucun doute notre rôle social. Lorsqu’on ne sait même pas ce qu’est de la neige, comment peut-on comprendre la culture québécoise? L’enseignante se doit d’être un pont pour ces enfants d’ailleurs.

 

Indices de l’acquisition de la compétence 

 

Le premier indice d’acquisition de cette compétence est la capacité de présenter des activités permettant des échanges entre les élèves et l’enseignante pour confronter et comprendre les cultures premières et la culture seconde. Ensuite, l’enseignante doit être en mesure de s’informer, de se questionner, de chercher les informations nécessaires lui permettant d’être critique face à son rôle et à  son enseignement. Enfin, l’enseignante doit être en mesure de soutenir les élèves dans leurs apprentissages face aux différences et à la tolérance de celles-ci, ainsi que face à la gestion de conflits et à l’ouverture vers le monde.

Compétence 2

 

Communiquer clairement et correctement dans la langue d’enseignement, à l’oral et à l’écrit, dans les divers contextes liés à la profession enseignante.

 

La qualité de la langue française à l’école, à l’oral et à l’écrit, est indispensable. C’est notre langue et il faut la préserver. Les enseignants et les enseignantes ont le devoir d’être pour les enfants un modèle sans faille à ce niveau. Bien entendu, je crois que lorsqu’un enseignant commet une erreur de français et qu’il l’a corrige devant les enfants, à voix haute, il leur permet de développer des stratégies de correction. Il est bénéfique de démontrer aux enfants que faire des erreurs est un processus normal dans les apprentissages. Le mesosystème des enfants d’âge primaire se limite souvent à sa famille et à l’école. La diversité culturelle omniprésente au Québec et particulièrement à Montréal, augmente de beaucoup le rôle joué par l’école pour la conservation de la langue française. Souvent celle-ci n’est pas la langue parlée à la maison. Les enseignants sont alors l’un des seuls modèles francophones pour l’enfant.

 

Compétence 3

 

Concevoir des situations d’enseignement-apprentissage pour les contenus à faire apprendre, et ce, en fonction des élèves concernés et du développement des compétences visées dans le programme de formation.

 

Pour que les situations soient adaptées aux enfants, il faut aussi être conscient des besoins et des moyens que ceux-ci disposent pour réaliser leurs apprentissages. Chaque classe et chaque enfant est unique et c’est pourquoi il faut concevoir des situations d’enseignement-apprentissage en connaissant bien la clientèle que l’on vise.

 

 

 

Compétence 4

 

Piloter des situations d’enseignement-apprentissage pour les contenus à faire apprendre, et ce, en fonction des élèves concernés et du développement des compétences visées dans le programme de formation.

 

Pour être en mesure de piloter des situations d’enseignement-apprentissage, il est important de bien connaitre le contenu de la matière que l’on souhaite enseigner.  Il faut être sensible aux commentaires et aux réactions des enfants pour améliorer la gestion et le fonctionnement de nos activités futures. Lors des situations d’enseignement-apprentissage, le rôle principal de l’enseignante est d’encadrer les élèves en leur proposant des stratégies et des démarches. Questionner les enfants pour les diriger dans le droit chemin est une très bonne façon de centrer les apprentissages sur le processus plutôt que sur la réponse exacte.

 

 

Compétence 6 

 

Planifier, organiser et superviser le mode de fonctionnement du groupe-classe en vue de favoriser l’apprentissage et la socialisation des élèves.

 

Mes découvertes 

 

Pour mener son équipage à bon port, le capitaine doit avoir en tête en tout temps l’objectif qu’il fixe pour sa troupe. En enseignement, le groupe-classe nécessite aussi ce type d’encadrement. J’ai découvert, après avoir eu la chance d’observer différentes classes, qu’il faut choisir ses batailles. En effet, pour une classe x la gestion des devoirs peut être absolument infernale, tandis que pour une classe y le tout se gère aisément. Chaque groupe-classe a ses difficultés et il faut construire nos attentes à partir de celles-ci. La gestion des déplacements vers les spécialistes est aussi un défi non négligeable. L’équipe-école se doit d’être organisée étroitement pour éviter les confusions et le manque d’encadrement des élèves. La gestion du matériel est un autre élément qui s’ajoute à la tâche quotidienne de l’enseignante. Tour à tour, les élèves oublient, égarent ou brisent leur matériel. Avant chaque activité il faut prévoir que quelques élèves n’auront pas de crayon, de règle, de cahier ou auront laissé leur agenda en anglais, dans leur sac, à la maison, etc. De plus, la gestion du contact avec les parents doit se faire quotidiennement. Il faut prévoir un moment pour écrire des petits mots dans les agendas, pour répondre aux questions des parents ou encore pour faire un suivi comportemental. Enfin, il faut savoir gérer l’organisation physique de la classe pour favoriser les apprentissages des élèves dans diverses situations. Pour valoriser les échanges, il est préférable d’installer les élèves en cercle; pour avoir l’attention des élèves afin d’expliquer une nouvelle notion compliquée, il faut éviter de les distraire avec du matériel plein leurs pupitres.

 

 

Indices de l’acquisition de la compétence 

 


Le premier indice d’acquisition de cette compétence est d’être en mesure de planifier adéquatement ses activités en fonction d’un horaire réaliste qui prend en considération la durée de la capacité d’attention des élèves. En d’autres mots, il faut prendre en considération lors de la planification qu’une nouvelle notion ne peut être présentée en fin d’après-midi un vendredi! Le deuxième indice serait sans doute la capacité à instaurer un système d’émulation approprié à sa classe et à ce que l’on veut travailler avec elle. Enfin, le troisième indice qui me pousse à croire qu’une enseignante maitrise cette compétence c’est d’avoir la capacité de présenter des activités variées qui nécessitent des déplacements, du matériel, une organisation physique différente de la classe, tout en gardant un contrôle sur la classe. Les enfants restent organisés malgré les changements, car ce n'est pas la routine qui encadre les enfants, mais bien l'enseignante qui peut les gérer peu importe les circonstances.

Compétence 9

Coopérer avec l’équipe-école, les parents, les différents partenaires sociaux et les élèves en vue de l’atteinte des objectifs éducatifs de l’école.

Pour offrir un environnement sécurisant aux enfants, il est important de s’assurer de coopérer avec les parents. Ainsi, avec un suivi quotidien ou hebdomadaire, dépendamment de l’enfant, les objectifs éducatifs de l’école sont plus faciles à atteindre. Lorsque les parents sentent que l’école sollicite leur coopération, ils ont tendance à s’impliquer davantage auprès de leurs enfants.

 

Compétence 8 

 

Intégrer les technologies de l’information et des communications aux fins de préparation et pilotage d’activités d’enseignement-apprentissage, de gestion de l’enseignement et de développement professionnel.

 

Mes découvertes 

 

Bien que dans mon quotidien les technologies me sont indispensables, il m’était jusqu’alors assez difficile de les intégrer dans ma profession. Au cours de mon troisième stage, j’ai investi beaucoup de temps et d’énergie afin de découvrir diverses façons d’utiliser les TIC dans une classe. J’ai d’abord travaillé à élaborer des outils de gestion. En effet, plusieurs programmes nous permettent de comptabiliser les notes des élèves et nos observations. Il est aussi plus facile de créer des grilles de planifications, des calendriers, des horaires, des tableaux pour classifier les activités que l’on veut créer et leurs liens avec les savoirs et les compétences au programme. Ensuite, les TIC permettent de présenter des déclencheurs stimulants et variés. La présentation d’une vidéo, d’un diaporama ou d’images peut effectivement avoir un effet positif sur la motivation des élèves à la réalisation d’une activité ou d’un projet. Lors de la résolution d’une problématique en sciences et technologie sur la construction d’une tour, j’ai d’ailleurs pu présenter des images et des informations intéressantes pour situés et informer les élèves sur le sujet. De plus, les ordinateurs ne sont pas les seuls outils qu’il est possible d’utiliser en classe. Le scanneur, le projecteur, les appareils-photos numériques, les magnétophones sont aussi des TIC qui peuvent nous permettre d’élaborer des projets différents et stimulants pour les élèves de la classe. Plusieurs heures de recherche m’ont aussi permis de réaliser qu’il existe beaucoup de ressources sur Internet pour éviter de créer et d’inventer chacune de ses activités. Plusieurs SAE et projets, dans toutes les disciplines, sont disponibles en ligne. C’est une ressource qu’il ne faut pas négliger et qui gagne à être explorée. Enfin, les TIC peuvent être utilisées même si l’école ne possède pas un laboratoire informatique. Quelques postes suffisent dans une classe pour nous permettre d’utiliser les TIC sous forme d’atelier ou de sous-groupes.

 

 

Indices de l’acquisition de la compétence 

 

Selon moi, le premier indice d’acquisition de cette compétence est lorsque, pour l’enseignante, les TIC sont synonymes d’outils et non pas de craintes, de complexité et d’obstacles. Le deuxième indice est la capacité à créer ses propres feuilles d'activités. C'est très intéressant d'être autonome dans notre processus de création pour pouvoir adapter davantage nos activités et notre matériel aux élèves de notre classe et au type de projet que l’on souhaite leur présenter. Enfin, le troisième indice d’acquisition est sans aucun doute la capacité à utiliser les TIC à diverses sauces : gestion, planification, recherche, déclencheur, enrichissement, etc.

Compétence 11

 

S’engager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel.

 

En se construisant un profil de développement professionnel, il est plus facile de repérer les améliorations qui doivent être faites à notre pratique et les moyens pour y arriver. Selon moi, la rétroaction est la clé d’un développement professionnel efficace. En tant que stagiaire, il est de notre devoir de recevoir de façon constructive les rétroactions fournies par notre enseignante associée, notre superviseur et même nos collègues. Le réinvestissement de nos apprentissages face aux réflexions et aux analyses faites sur notre pratique est un engagement nécessaire.

 

 

Compétence 12

 

Agir de façon éthique et responsable dans l’exercice de ses fonctions.

 

Agir de façon éthique et responsable englobe un ensemble de valeurs et d’attitudes à adopter. Le respect du milieu, des intervenants, des parents et des enfants est primordial. Il est aussi important de respecter les ententes convenues (échéances, dates de rencontre etc.) Il faut en tout temps adopter un comportement acceptable et répondre de façon adéquate de ses actes.