Portfolio de Felixe DALLAIRE-LAVOIE

Biographie

Image représentant Felixe DALLAIRE-LAVOIE

Bonjour et bienvenue sur mon portfolio !

Je m'appelle Félixe Dallaire-Lavoie. Je viens du Saguenay, plus précisément d'une petite ville nommée La Baie. Je suis en troisième année dans le programme d'ergothérapie.

J'espère que vous en apprendrez plus sur moi lors de cette visite ...

                                             Amusez-vous bien !    :)

Bilan général

Pour les rôles d’expert, de communicateur, de gestionnaire, d’érudit et de professionnel, des nouveaux dépôts ont été effectués afin d’actualiser mon niveau de compétence. Pour ces rôles, mes formations cliniques en hôpital de jour et au Centre de réadaptation Lucie-Bruneau ont été priorisées pour la description de mon niveau de compétence. En plus, un second dépôt de communicateur a été ajouté afin de décrire mon niveau de compétence à effectuer une rétroaction à mes pairs. Pour les rôles de collaborateur et d’agent de changement, des dépôts revisités ont permis d’actualiser le niveau de compétence de mon processus personnel. Au niveau des points forts et faibles, mes rôles d’expert, de communicateur, de gestionnaire, d’érudit et de
professionnel sont mes rôles les plus représentatifs de ma situation actuelle, car ils possèdent de nouveaux dépôts concernant mon dernier stage clinique. Les rôles d’agent de changement et de collaborateur, quant à eux, sont les plus faibles, car ils ne possèdent aucun dépôt récent. Dans le futur, je devrai effectuer en priorité un nouveau dépôt pour le rôle de collaborateur et pour le rôle d’agent de changement, en me basant sur mes dernières expériences cliniques. Par la suite, je devrai revisiter les dépôts suivants : expert 2, communicateurs 1, 2 et 3, collaborateur 1, gestionnaires 1 et 2, agent de changement 1, érudits 1 et 2, et enfin professionnel 2. J’adapterai le plan d’action à mon niveau de compétence actuel pour les rôles d’expert 2, de communicateurs 1 et 3, de gestionnaire 2 et d’érudit 2. Pour les rôles de communicateur 2, de collaborateur 1, de gestionnaire 1, d’agent de changement 1, d’érudit 1 et de professionnel 2, je documenterai de façon finale l’atteinte de l’objectif. Mon plan d’action pour le rôle expert serait, dans mon milieu de stage, pratiquer l’analyse détaillée d’une tâche et créer mon plan d’intervention clinique. Pour le rôle communicateur, mon plan d’action serait alors la création d’une liste de mots techniques et leur définition ainsi qu’un canevas de rapport afin de faciliter ma rédaction. Mon plan d’action pour le rôle gestionnaire serait la création d’un horaire sur internet (format tableau) intégrant toutes mes activités de la semaine, incluant mon stage clinique. Mon plan d’action pour le rôle d’érudit serait la révision des notions du cours de statistiques ainsi que la création d’une liste de bases de données pour l’obtention d’articles pertinents. De façon générale, mon portfolio reflète bien l’évolution de mes compétences depuis le début de ma formation en ergothérapie. Je perçois de façon claire les apprentissages qui ont été faits.

*Les bilans ont été créés le 20 octobre 2011 et modifiés le 9 avril 2012.

Pour me contacter :

Les sept rôles de l'ergothérapeute selon l'association canadienne des ergothérapeutes

Le profil de pratique de l'ergothérapie au Canada

Profil competences ACE.pdf

Les compétences de l'ergothérapeute selon l'Association Canadienne des ergothérapeutes (Version 2007)

Expert ergothérapeute

Définition

Selon le Profil de la Pratique de l’Ergothérapie au Canada, le rôle d’expert en habilitation de l’occupation représente le rôle pivot, de même que la compétence et l’expertise clés d’un praticien en ergothérapie. À titre d’expert en habilitation de l’occupation, les ergothérapeutes utilisent des processus fondés sur les faits scientifiques qui sont centrés sur l’occupation comme moyen d’intervention et comme résultat.

Bilan

Actuellement, dans mon processus de développement de la compétence d’expert, je dois travailler l’analyse des tâches et des activités associées aux difficultés en matière de rendement occupationnel. Plus particulièrement, je dois approfondir ma capacité à décortiquer l’activité, faire des liens avec les incapacités fonctionnelles et physiques afin de procéder à une analyse complète de la situation. De plus, je dois développement mon raisonnement clinique et mon esprit de synthèse dans le but de mettre en œuvre des plans d’intervention ciblés qui correspondent aux clients et qui sont adaptés aux besoins et aux priorités. 

Expert 3

Date: 1er février 2012

Modifications: 21 février 2012

E.1.5    Faire une synthèse des résultats des évaluations et du raisonnement en vue d’élaborer un plan d’action ciblé.

Preuve :

Mon troisième stage clinique s’est réalisé au Centre de réadaptation Lucie-Bruneau, à la clinique spécialisée d’accès à la technologie. Je devais d’abord faire l’évaluation des besoins des clients en matière d’accès à l’ordinateur, d’accès à l’environnement et/ou d’accès au téléphone. Par la suite j’élaborais mes recommandations pour favoriser un fonctionnement optimal. Au milieu de mon stage, j’ai évalué une cliente qui présentait des déficits différents des autres clients que j’avais l’habitude d’évaluer. Cette cliente présentait d’importants déficits cognitifs et exécutifs, et peu de déficits physiques alors qu’habituellement c’était le contraire. J’ai donc  commencé l’évaluation des besoins et des capacités physiques et cognitives de la cliente. Le but du client était d’être capable d’envoyer des courriels. J'ai donc procéder à l'analyse détaillée de l'activité en mettant en relation ces déficits cognitifs, perceptuels avec ces difficultés d'apprentissage et à réaliser l'activité. Après une évaluation poussée, j’ai réalisé que les déficits de madame étaient beaucoup plus complexes et la situation dépassait mes compétences et aussi mon mandat en tant qu’ergothérapeute à la CAAT. J’ai donc ciblé les professionnels appropriés pour m’aider dans ce cas et renchérir mon évaluation, surtout sur le plan professionnel (aller recueillir des informations des autres professionnels pour m'aider dans ma réflexion, telles que des données sur l'aphasie de la par d'une ortophoniste). Toutefois, étant donné certains facteurs organisationnels (manque de temps, périodes de congé, caseload chargé), je n’ai pas été en mesure de faire ces références et j’ai du construire mon plan d’intervention en sachant que d’autres éléments auraient pu m’être utiles pour comprendre le cas.

Réflexion :

Dans cette preuve, on voit que j’ai dévié de mon rôle d’expert, car j’ai bâti un mon plan d’intervention en me basant sur mes connaissances du problème, alors que je savais pertinemment que des informations supplémentaires auraient pu m’être utile pour ma compréhension.

Je suis consciente que plusieurs barrières organisationnelles dans les milieux  de la santé se dresseront devant moi au cours de ma pratique en tant qu’ergothérapeute. Je dois donc développer des aptitudes et moyens pour contourner et arriver à offrir un service optimal au client.

Forces : E.1.5.1  Analyser les tâches et les activités associées aux difficultés en matière de rendement occupationnel.

J’ai été capable, au meilleur de mes connaissances (appuyé de celles de ma superviseure), de réaliser une évaluation d’activité détaillée et un analyse de la tâche « écrire un courriel ». J’ai ainsi pu déceler les difficultés de la cliente entravant son rendement à utiliser un ordinateur.

E.1.1.2  Reconnaître ses limites personnelles ainsi que les limites de son expertise.

Après une évaluation poussée, j’ai réalisé que les déficits de madame étaient beaucoup plus complexes et la situation dépassait mes compétences et aussi mon mandat en tant qu’ergothérapeute à la CAAT.

Faiblesse : E.1.5.2  Déterminer les ressources requises pour la prestation des services tout en déterminant les limites ou les contraintes des différentes méthodes de prestation des services.

Dans cette preuve, j’ai été capable de déterminer les ressources nécessaires pour compléter l’évaluation des capacités de madame, soit l’implication d’une neuropsychologue dans le dossier et de l’ergothérapeute du CLSC. Toutefois, tel que mentionné, je n’ai pas été capable de faire une demande de référence à ces professionnels à temps. J’ai donc du me contenter de ma propre évaluation pour monter mon plan d’intervention.

Objectif : Au cours de mon prochain stage clinique, je déterminerai au moins 1 professionnel devant être impliqué dans un dossier et identifierai 1 information pertinente qu’il pourrait m’apporter pour la réalisation de mon plan d’intervention.

Plan d’action :

- Lors de la réalisation d’une évaluation d’un client, noter toutes les questions qui sortent de mon champ d’expertise. 

- Vérifier dans le dossier les professionnels impliqués dans le cas.

- Poser des questions aux professionnels impliqués aux besoins.

- Me rendre familière dans le début du stage au procédure pour impliquer un professionnel externe au cas.

- Tenir un journal de bord confidentiel recensant mes questions et mes idées pour l’intervention.

Échéancier : Avril 2013

                                                                              Expert 2

                                     Explique les concepts évoqués de façon satisfaisante

Date : 1er février 2011

Modifications: 6 février 2011

Preuve :

Au cours de la session actuelle, j’effectue le cours d’apprentissage par problème dans le bloc santé mentale. J’aime beaucoup ce cours et j’aimerais possiblement travailler avec été clientèle lors de mon emploi futur. Toutefois, lors de l’évaluation mi-bloc de ma tutrice, j’ai compris que j’éprouvais plusieurs difficultés au niveau de la compréhension des situations cliniques. En fait, je réalise que ma compréhension des cas ne ressort pas lors des séances en groupe. J’ai un tout de même un bon raisonnement et une bonne compréhension globale de la situation. Je suis capable de faire des liens entre les différents concepts et mes savoirs antérieurs. Par exemple, je maîtrise bien les modèles et les applique bien au cas. De plus, je suis capable de trouver des pistes d'interventions pertinentes et personnalisées pour le client.  Toutefois, ma difficulté majeure est de ne pas être capable de les expliquer à mon groupe d’une façon claire et efficace. La compréhension se fait dans ma tête, mais je suis incapable de la partager aux autres membres de mon groupe avec cohérence. Mes idées sont désorganisées lorsque je les partagent oralement. Souvent, je fais énormément de liens dans ma tête, mais ce sont les autres membres du groupe qui les expliquent verbalement. Cela me nuit beaucoup, car j’aimerais partager aux autres ma façon de voir les choses et ma compréhension, car je sais que je suis capable de maîtriser le cas. Je suis très consciente de cette faiblesse qui me suis depuis le premier bloc d'APP. De plus, lors de ma future profession en tant qu’ergothérapeute, j’aurai à expliquer et à démontrer ma compréhension d’un cas clinique lors des rencontres interdisciplinaires. Il faut que je sois capable de formuler ma compréhension en mots pour la partager avec les autres professionnelles.

Réflexion :

Force

E.1.5.4 Analyser les effets physiques, culturels, sociaux et du milieu institutionnel sur les difficultés en matière de rendement occupationnel.

Lors des séances d’APP, je suis capable de faire des liens entre les concepts et mes savoirs antérieurs. J’ai une bonne compréhension globale de la situation clinique. Je maîtrise bien les modèles et les applique bien au cas. De plus, je suis capable de trouver des pistes d'interventions pertinentes et personnalisées pour le client. En tant que future ergothérapeute, cela me permettra de mieux saisir la situation du patient et d'offrir un traitement adéquat et efficace pour chaque cas particulier.

Faiblesse :

E.1.5.6 Formuler et documenter les recommandations possibles en fonction des meilleures explications.

Je suis incapable d’expliquer les concepts évoqués dans l’APP de façon satisfaisante. Mon groupe ne perçoit donc pas ma compréhension. Je fais les liens dans ma tête, mais je suis incapable de les faire transparaître lorsque j'ai une discussion avec mon groupe. Mes idées sont désorganisées lorsque je les partagent oralement. Au cours de ma profession d'ergothérapeure, cela me nuira grandement, car en équipe multidisciplinaire, j'aurai à expliquer ma compréhension unique du patient aux autres professionnels. Cela est important pour que les autres saisissent bien mon rôle et mon impact au sien de l'équipe de traitement.

Objectif :

Être capable d’expliquer ma compréhension d’une vignette à mon groupe d’APP, en faisant un résumé de la vignette de trois phrases.

Plan d’action :

- Lors de mon étude individuelle, écrire sous forme de « point form » ma compréhension des objectifs.

- Écrire des phrases synthèses claires de ma compréhension globale du cas.

- Avant l’APP, vérifier si mes phrases reflètent ma compréhension du cas et la Cmap.

- Lire mes phrases lors de l’APP.

Échéancier : D’ici la fin du bloc santé mentale.

 

Expert 1

Reconnaître les limites de son expertise personnelle

 

Date : 02/02/2010

Modifications: 30/03/2010 et 01/04/2010

Dépot revisité: 3 décembre 2010

Preuve

Dans mon stage actuel, je fais de l’aide aux devoirs avec des enfants qui ont de la difficulté en français. Un jour, lors d’un cours, mon élève m’a demandé de lui expliquer une règle de français pour un devoir. Cela faisait vraiment longtemps que je n’avais pas révisé cette règle et je ne m’en souvenais plus. Pour ne pas avoir l’air idiote, j’ai expliqué la règle à l’élève de la façon la plus facile sans même savoir si ce que je disais était vrai. Une fois chez moi, j’ai vérifié la règle en question. Heureusement, j’avais expliqué la bonne chose à l’élève, donc je n’ai pas eu à rectifier mes informations la semaine suivantes.

 Lors de mon deuxième stage en soins infirmiers, j’ai été affectée au département d’oncologie d’un hôpital. J’avais de nombreuses tâches à effectuer pendant un chiffre, telles que poser et changer des solutés, administration de médication, ponction veineuse, etc. Pendant un chiffre de soir, j’avais à administrer une médication intraveineuse à un patient. Comme d’habitude, j’avais à l’avance préparé tout mon matériel et vérifier la compatibilité du médicament. Je m’apprêtais alors à administrer le médicament, lorsque le patient en question m’a demandé quelles étaient les actions de ce médicament. Comme de fait, je ne m’étais pas renseigné sur l’action de ce médicament (c’était un médicament que je n’avais jamais vu auparavant). J’ai donc répondu au patient d’attendre une minute, que j’allais m’informer et revenir pour lui administrer par la suite. Dans ce cas, j’ai vraiment réalisé que c’était moi la personne responsable de ce patient et que je me devais, en tout temps, même si les autres ne l’appliquent pas, de connaître le produit que j’administrais. Même si cela ne pouvait pas nuire, c’était mon devoir en tant qu’expert, de connaître ces informations.  À ce moment, j’ai reconnu mes limites et les ai admises au patient et à moi-même. Dans ma future profession d’ergothérapeute, il se présentera aussi des occasions où on peut « sauter » par-dessus des procédures ou encore négliger des détails sans que cela puisse nuire. Mais je me dois, même si d’autres professionnels ne le font pas, d’être experte et de respecter toutes ces procédures, car un certain jour, comme dans mon exemple, elles seront utiles et nécessaires.

Preuve de l'atteinte de l'objectif: 

Au cours de ce même stage, qui consistait à aider les enfants immigrants dans l'apprentissage du français, j'ai eu à faire face à d'autre situations où je devais reconnaître les limites de mon expertise. En fait, quelques semaines plus tard, mon élève m'a demandé des questions au sujet de l'accord participes passés et aussi de lui définir un mot donc je ne connaissais pas définition. Grâce à l'application de mon plan d'action, j'avais en ma possession à ce même moment tous les outils grammaticaiux dont j'avais besoin. J'ai donc utilisé le dictionnaire pour connaître la définition. Puis, j'ai utilisé la grammaire pour revoir les règles sur les participes passés, règles qui étaient très loins dans ma mémoire. J'ai réalisé que à force de toujours écrire en français, nous ne faisons plus vraiment d'erreur, mais nous ne nous posons plus les questions: "pourquoi accorder ce verbe ainsi ?", par exemple. Je ne pouvais donc pas l'expliquer à l'enfant d'une façon claire et compréhensible pour lui. J'ai reconnue mes limites et lui ai dit que je ne m'en souvenais plus, et nous avons cherché tous les deux puis lu ensemble la règle jusqu'à temps qu'il comprenne. Je crois qu'il était heureux de voir que même les personnes plus vieilles et plus expérimentées font elles aussi des erreurs. Je crois que cela à renforcer notre lien de confiance. Je peux donc dire que mon objectif a été atteint.


Réflexion

Forces : J’ai vérifié les informations que j’avais données à mon élève pour pouvoir rectifier la semaine suivante si nécessaire.

Points à améliorer : Je n’ai pas su reconnaitre que je ne connaissais pas la réponse à sa question. Je ne connaissais pas la règle et j’aurais pu transmettre de fausses informations à l’étudiant. En tant que future ergothérapeute, je ferai face à des situations où je devrai reconnaître mes limites professionnelles ainsi que personnelles et devrai les avouer au client.

Objectifs : Lorsque l’occasion se représentera, je vais reconnaitre les limites  de mes connaissances en français, d’ici la fin de mon stage.

Plan d’action :

-          Reconnaître, pour moi-même, que l’erreur est humaine et qu’on ne peut pas tout savoir.

-          Le dire à mon élève lorsque je ne connais pas une réponse.

-          Amener, lors des séances, les outils grammaticaux nécessaire pour chercher la réponse ensemble.

Échéancier : 12 avril 2010

Forces : J’ai été capable de reconnaître mes limites en situation où je n’avais pas l’expertise nécessaire.

Points à améliorer : J’ai négligé une information qui ne me semblait pas nécessaire alors que j’aurais du y porter attention.

Objectifs : Au cours de ma pratique, porter une attention particulière aux informations et aux procédures qui pourraient développer mon expertise dans ma profession.

Plan d’action :

-          À mon stage, noter les informations et les trucs que personnes ne suit et essayer de les appliquer.

-          M’interroger sur le pourquoi, si elles existent ces procédures, ca doit bien être pour quelque chose.

Communicateur

Définition

Selon le Profil de la Pratique de l'Ergothérapie au Canada, la relation praticien-client est fondamentale au rôle de communicateur en ergothérapie. La communication comprend les modes de communication orale, écrite, non-verbale et électronique.

Selon le Multi Dictionnaire de la langue française, la communication signifie l'action de transmettre un message à l'aide de paroles, de gestes ou de signes. Le communicateur est la personne qui fait l'action.

Communicateur

Bilan

Présentement, pour le rôle de communicateur, je dois apprendre à communiquer adéquatement l’information relative à la participation occupationnelle et au rendement occupationnel du client. De façon détaillée, je dois élargir mon vocabulaire de façon à utiliser des termes appropriés et techniques avec les autres professionnels, et je dois adapter ma communication avec des termes plus généraux avec les clients. Un autre aspect à travailler pour améliorer cette compétence serait la communication écrite, soit la tenue de dossier. Je dois être claire, synthétique et intégrer le vocabulaire approprié selon les modèles utilisés dans le milieu clinique.

Communicateur 5

Établir un dialogue efficace pour offrir une rétroaction

Date : 6 avril 2012

Preuve

Lors de la session d’hiver 2012, j’avais à offrir des rétroactions à mes pairs dans le cadre du cours ERT3450. Les rétroactions consistaient à orienter et conseiller mes collègues dans la création de leur portfolio personnel afin qu’ils améliorent leurs dépôts.
J’effectuais donc la lecture de leurs dépôts et envoyais par la suite un document électronique contenant mes commentaires. Lors de ma troisième rétroaction, j’ai fait la lecture d’un dépôt d’une étudiante qui, à mes yeux, était d’une qualité nettement sous la moyenne des autres dépôts que j’avais lus jusqu’à présent. J’ai donc fait mon devoir et analyser les forces et points à améliorer pour que l’étudiante améliore son dépôt. J’ai rempli le formulaire électronique et lui ai envoyé par le biais d’un message courriel à l’intérieur des dates prévues à cet effet. Toutefois, lors de la rédaction de ma rétroaction, j’ai beaucoup axé sur ses faiblesses et les points à améliorer. Selon moi, le dépôt ne reflétait pas le niveau de compétence d’une étudiante de 3e année. Je n’ai pas porté beaucoup d’attention à ses forces, choses essentielle pour donner une rétroaction constructive. J’ai peur que ma rétroaction soit trop négative et affecte de la mauvaise façon l’étudiante.

Réflexion

Je me sens mal à l’aise d’avoir critiqué négativement le travail d’une collègue et de ne pas avoir fait ressortir ses forces. Dans ma future pratique, je serai appeler à donner des rétroactions à mes collègues et aussi à des étudiantes si je deviens superviseure de stage. Je devrai utiliser plusieurs modalités pour transmettre mes commentaires (par
courriel, par papier, verbalement, etc.) Je devrai aussi axer sur les force pour que la relation demeure saine et que les rétroactions soit constructive et motive le changement. Le but n’est pas de rabaisser la personne.

Force : E.2.1.8  Employer du matériel didactique, du matériel écrit et d’autres ressources qui favorisent une communication efficace. J’ai rempli le formulaire électronique et lui ai envoyé par le biais d’un message courriel à l’intérieur des dates prévues à cet effet.

Faiblesses : E.2.1.2 Transmettre de l’information de manière respectueuse et réfléchie. J’ai beaucoup axé sur ses faiblesses et les points à améliorer. Je n’ai pas porté beaucoup d’attention à ses forces, choses essentielle pour donner une rétroaction
constructive.

Objectif : D’ici décembre 2012, j’aurai offert une rétroaction constructive à au moins deux collègues en axant, de façon égale, sur les forces et faiblesses.

Plan d’action :

- Avant de rédiger ma rétroaction, faire la liste des forces et faiblesse sur une feuille.

- Choisir les principales pour ne pas alourdir la rétroaction.

- Faire une liste de mots neutres que je pourrai utiliser.

- Faire une liste de mot-clé ne dégageant pas de prise de position.

- Relire ma rétroaction au moins une fois avant de la remettre.

 

Communicateur 4

E.2.1    Établir un dialogue efficace.

Date: 21 février 2012

Modifications: 23 mars 2012

Preuve :

Lors de mon stage au Centre de réadaptation Lucie-Bruneau à l’autonome 2011, je suivais un client atteint de sclérose latérale amyotrophique, pour une évaluation de l’accès à l’ordinateur. Ce client était suivi par d’autres professionnels de Lucie-Bruneau tels que la travailleuse sociale et un ergothérapeute du programme locomoteur. De plus, étant donné que le client présentait une cécité presque totale, il était suivi par d’autres professionnels de l’INLB. Pour ma part, j’étais la seule intervenante en clinique spécialisée pour l’accès aux technologies. Un jour, j’ai reçu un message sur ma boîte vocale venant de l’éducatrice de l’INLB, me demandant pourquoi je n’avais pas participé à la rencontre interdisciplinaire concernant le client en question, à laquelle avaient participé les intervenants de l’INLB ainsi que la travailleuse sociale et l’ergothérapeute du programme locomoteur. En fait, je n’avais pas été informé, ni convoqué à cette rencontre (ma superviseure non plus). Habituellement, les rencontres sont planifiées entre les intervenants par l'utilisation de message courriel ou par conversation téléphonique. Cette fois-ci, je n'avais reçu aucun message ni appel m'avisant qu'une rencontre était prévue. En fait, moi et ma superviseure en somme venues à la conclusion que les autres intervenants nous avaient oubliés. Toutefois, de mon côté, je n’ai pas communiqué avec les professionnels de l’équipe afin d’avoir des mises à jour concernant des éventuelles rencontres interdisciplinaires.  Après la réception du message de l’éducatrice de l’INLB, j’ai tout de suite communiqué avec elle par téléphone pour planifier une rencontre afin de discuter de la rencontre interdisciplinaire et des informations pertinentes qui en étaient ressorties. L’éducatrice a accepté et j’ai pu avoir la mise à jour concernant le cas global du client. De plus, j’ai fait la rédaction d’une note au dossier concernant la rencontre interdisciplinaire, dans laquelle je faisais un bref bilan de mon évaluation et mes interventions avec mon client.
Comme cela, j’ai pu communiquer aux autres professionnels mes informations.

Réflexion :

Il est facile de sous entendre que cette preuve tire plutôt du domaine de collaborateur. Toutefois, la problématique était clairement au niveau de la communication. La collaboration dans l’équipe était satisfaisante et respectueuse. C’est clairement au niveau de l’échange et de la transmission d’informations qu’il y a eu une lacune. Dans ma future pratique, il y aura de nombreuses situations où je devrai prendre l’initiative pour recueillir les informations auprès des autres professionnels impliqués. La communication est essentielle pour une participation efficace aux rencontres, autant de la part des autres professionnel, que de moi-même.

Faiblesse : E.2.1.6  Communiquer adéquatement l’information relative à la participation
occupationnelle et au rendement occupationnel du client.

Je n’ai pas pris l’initiative de m’informer "en personne" au sujet d’éventuelle rencontre interdisciplinaire. Je n’ai pas cherché à prendre contact avec les autres professionnelles pour leur partager mes informations sur le client. En raison de cette lacune, j’ai donc raté une rencontre interdisciplinaire.

Force : E.2.1.8  Employer du matériel didactique, du matériel écrit et d’autres ressources qui favorisent une communication efficace.

J’ai su m’adapter en conséquence après mon erreur. J’ai utilisé efficacement les ressources à ma disposition et pris les mesures (appel téléphonique, rencontre en personne avec l'éducatrice, prise de notes) pour recueillir l’information qui avait été transmise lors de la rencontre pour ne pas en être pénalisé. J’ai aussi trouvé divers moyens (rédaction d'une note électronique) pour transmettre mes informations à tous les professionnels impliqués.

Objectif : Avant la fin de mon prochain stage, lorsque je ferai partie d’une équipe interdisciplinaire, je communiquerai de façon directe avec tous les professionnels impliqués au moins une fois par semaine pour me tenir à jour dans le dossier.

Plan d’intervention :

- Établir un horaire de rencontres informelles

- Créer une liste de questions à poser pour les informations que je veux recueillir avant la rencontre

- Créer une liste d’information à transmettre à l’autre professionnel avant la rencontre

- Utiliser un calendrier commun pour faciliter la communication pour tous les professionnels impliqués

                                            Communicateur 3

            E.2.3 Se montrer sensible à la diversité dans toute communication

Date: 27 octobre 2010

Modifications : 6 novembre 2010 et 3 décembre 2010

Preuve

J’ai vécu une situation difficile lorsque je devais fonctionner et vivre en groupe. Lors de l’été 2009, j’ai accompli un stage d’aide humanitaire de 3 mois au Burkina Faso. De plus, avant le départ, je me devais d’assister à des rencontres préparatoires, à raison de 10 fins de semaines réparties sur 1 an. Nous étions un groupe de 9 stagiaires qui n’avaient aucun lien; nous ne nous connaissions pas avant la toute première rencontre. Bref, dès la première rencontre, j’ai connu des mésententes avec une des stagiaires. Nous avions peu de points communs et des caractères totalement différents. Je suis une personne réservée de nature, surtout en milieu inconnu. Elle, par contre, avait une personnalité très forte et extravertie. À plusieurs reprises au cours des formations, elle faisait des commentaires blessants à mon égard, plus précisément à propos de mes valeurs et mes convictions. Cela m’a beaucoup blessé et je me suis refermée sur moi-même. J’ai découvert que ma fragilité était mon manque de confiance en moi. Après ces événements, je croyais que mes opinions avaient peu de valeur et j’avais peur de dire mon point de vu en sa présence. Je n’avais pas assez confiance en moi pour défendre mes valeurs et mes convictions. À partir de ce moment de conlfit, la communication avec le reste de groupe à beaucoup été affectée. En fait, je ne parlais plus beaucoup, j'avais peu de conversations avec les autres et ne disais plus mon opinion de peur d'être attaquée sur ce que je disais. Pourtant, à chaque fois que j'ai été en contact avec cette personne et avec le reste du groupe, j'ai tout de même communiqué d'une manière respectueuse. Au fil du temps, je partageais de plus en plus mon opinion, sans jamais rabaisser cette personne. Cela m'a pris beaucoup de temps, mais j'ai réappris à communiquer avec le reste du groupe sans peur. Aujourd’hui, j’ai accompli mon stage, mais je n’ai plus de contact avec cette personne.  Toutefois, cette expérience a eu des répercussions sur ma façon de communiquer lorsque je suis au sein d'un groupe. Maintenant, je suis beaucoup plus renfermée, je dis rarement mon opinion de peut que se ne soit pas valable. Je sais qu’à l’avenir, que ce soit dans les travaux d’équipe, dans les situations de groupe ou encore en collaboration dans un milieu de travail dans ma future profession (ex : équipe interdisciplinaire lorsque je serai ergothérapeute), il y aura parfois des situations de conflit où je devrai croire en moi et en mes opinions et ainsi pouvoir les affirmer devant les autres. Mon manque de confiance en mes capacités et mes opinions se reflète dans des activités de mon quotidiens, comme lors des séances d'APP. Lors des séances d'APP en groupe, je suis souvent celle qui ne parle pas beaucoup et ne dis jamais son point de vue. Les autres membres doivent m'encourager à prendre parole. J'ai de la difficulté à prendre parole pour partager mes sources et mes informations parce que j'ai peur que ce ne soit pas bon.

Réflexion

Points forts : E.2.1.2 Transmettre de l’information de manière respectueuse et réfléchie.

J’ai tout de même accomplie mon stage et foncé dans cette expérience malgré la mésentente avec une personne. De plus, je suis restée calme et je n’ai pas démontré d’agressivité ou de méchanceté envers cette personne même si elle le faisait envers moi. J'ai été capable, au fil du temps, de recommencer à dire mon opinion dans le groupe, sans jamais rabaisser cette personne en particulier. J'ai appris à avoir des conversations avec elle, tout en restant respectueuse.

Points faibles : E.2.1 Établir un dialogue efficace - E.2.1.5 Employer des approches qui encouragent la participation à la prise de décision.

Je n’ai pas cru en mes propres capacités, mon estime de moi a été affectée et je n’ai pas été capable de dire mon opinion ou de prendre ma place dans le groupe après cela. Je me suis isolée. Ma communication avec les autres et au sein d'un groupe a vraiment diminuée, j'ai maintenant beaucoup de difficulté à prendre parole dans un groupe.

Objectif : Lors des séances d’APP,  avec mon initiative personnelle, je vais prendre la parole au moins 3 fois par séance pour partager mes articles et mes sources avec l'équipe.

Plan d’action :

-       Je vais d’abord présenter à une amie d’école en qui j’ai confiance les différentes informations que j’ai trouvées pour connaître son avis et ainsi diminuer mon sentiment d’insécurité.

-       Je peux aussi visualiser la séance d’APP et le moment où j’aurai à dire mon opinion et puis, pratiquer et structurer la façon (élocution, termes à employés, résumé de l’information, source, etc.) dont je vais le partager aux autres.

Échéancier : D’ici la 2e semaine d’APP

 

Communicateur 2

E.2.1.2 Transmettre de l’information de manière respectueuse et réfléchie.

 

Date : 22/03/2010

Modifications: 29/03/2010 et 06/04/2010

Preuve

Actuellement, je fais mes stages à l’école du samedi, dans un organisme pour la promotion du français chez les immigrants, où j’aide une jeune fille de cinquième année dans sa compréhension des problèmes de mathématiques. Cette petite fille est très timide et ne s’exprime pas beaucoup même si elle parle très bien le français. Lors du deuxième cours, j’ai passé au moins 30 minutes à essayer d’interagir avec elle et de la faire s’exprimer sur les difficultés qu’elle rencontrait dans un problème écrit, mais elle me répondait seulement par des signes non verbaux. J’ai un peu perdu patience, car je ne réussisais pas à établir un dialogue et je me sentais sans ressource et impuissante, et je lui ai expliqué, d’une manière un peu trop abrupte, que si elle ne parlait pas je ne pourrais pas l’aider. Ma façon de le dire n’a vraiment pas amélioré la situation, car elle s’est encore plus renfermée et ne me répondait presque plus. Je me retrouvais donc en situation de conflit, car j'avais perdu sa confiance et je n'avais plus de moyen de communication pour la regagner. Je me sentais dépourvue. Je me suis excusée et j’ai persévéré et essayé de regagner sa confiance en faisant un jeu plus simple ce jour là. À la fin de la séance, elle me reparlait au moins. En tant que future ergothérapeute, je devrai toujours être respecteuse avec les clients et trouver une manière appropriée de transmettre mes messages.

 

Réflexion

Forces : Ma persévérance m'a permis de réchapper la situation avec elle et de regagner sa confiance.

Points à améliorer : J’ai perdu patience, car je ne réussissais pas à établir un dialogue avec elle, et j’ai utilisé un ton inapproprié pour cette petite fille qui était déjà gênée au départ. Après ça, c’est moi qui était gênée d’avoir manqué de respect.

Objectif : Je dois communiquer avec elle d’une façon respectueuse lors des situations de conflits.

Plan d’action :

-       Préparer des phrases motivantes pour la mettre en confiance.

-       Lui proposer de parler en chantant.

-       Lui proposer d’écrire ce qu’elle ressent et ce qu’elle pense au lieu de le faire oralement.

-       Moi aussi, écrire ce que je ressens et ce que je veux lui dire avant de parler et de dire des choses qui pourraient être blessantes.

Échéancier : 12 avril 2010

Communicateur 1

Établir un dialogue efficace

Date : 23/09/2009

Date des modifications: 23/10/2009 et 09/12/2009

Preuve

Au cours de l’été 2008, j’ai fais du bénévolat dans un CHSLD de ma ville à raison de 2 à 3 jours pas semaine. J’avais comme tâches d’aider les éducatrices spécialisées et d’accompagner les bénéficiaires dans les activités organisées par le centre. C’était un moment attendu par tous les résidents et les personnes du centre de jour se joignaient  à nous pour les activités extérieures. Il y avait du bingo, du base-ball poche, du bowling et des sorties extérieures comme aller à la crémerie ou prendre un café. Quand j’ai commencé, j’ai réalisé que se ne sont pas de « grosses activités » mais que ce petit moment leur permet de changer leur routine. J’ai eu la chance de discuter avec plusieurs résidents du centre, et même de développer un lien de confiance me lier d’amitié avec certains. Je remarquais qu'il y avait des journées plus difficiles pour chacun d'entre eux. Ce n'étais pas toujours évident de savoir quoi dire ou quoi faire pour les aider. Je devait mettre en pratique des techniques et des habiletés que j'avais connue en soins infirmiers telles que l'écoute active, le respect et la patience. Les personnes âgées, dans notre société de performance, sont souvent mises de coté lorsqu’elles ne peuvent plus suivre le rythme. Mais il reste que ces gens ont des histoires merveilleuses et ils m’ont transmis un peu de leur sagesse au cours des moments que j’ai passés avec eux. Il existe un proverbe africain que j’aime beaucoup : « Une personne âgée qui meurt, c’est comme une bibliothèque qui brûle. » C’est au cours des échanges que j’ai eu au CHSLD que j’en ai compris la signification.

Réflexion

Forces : J’ai développé mon écoute et ma patience. J’ai aussi appris à utiliser un langage approprié pour leur parler d’une façon respectueuse mais aussi avec des mots qu’ils peuvent comprendre (car il y a des termes de « jeunes » qu’ils n’utilisent pas). Ce langage changeait d’une personne à une autre, surtout en raison de leur état cognitif, et j’ai du m’adapter à cela.

Points à améliorer : Je sais qu’est-ce que l’écoute active grâce à mes cours en soins infirmiers. J’ai parfois tenté de l’utiliser car je voyais que certains bénéficiaires allaient moins bien une certaine journée, souvent par leur langage non verbal. Mais je ne maîtrise pas encore assez bien cette technique et je ne sais pas vraiment si le moment est approprié pour l’utiliser.

Objectifs : Réussir à maîtriser Appliquer l’écoute active d’une façon délicate et appropriée lors des moments nécessaires. J’aimerais aussi refaire du bénévolat dans un CHSLD de Montréal car cela me manque.

Plan d’action : Lors de mes stages, pratiquer et porter une attention particulière à l’écoute active. Même dans ma vie quotidienne, essayer de l’appliquer et aussi de remarquer si je l’applique inconsciemment. Pour cela je peux:  

- répondre à des indices non-verbaux

- employer des approches qui encouragent l'expression des émotions des clients et/ou autres personnes

- transmettre de l’information de manière respectueuse et réfléchie 

En effet, dans ma future profession, je devrai faire preuve d'écoute active en tout temps avec les clients. Pour le bénévolat, je pourrai chercher sur internet les CHSLD ou les centres communautaires près de chez moi, et envoyer mon CV et rencontrer les responsables.

Échéancier : Trouver un endroit pour le bénévolat avant le 20 octobre. La fin de la session.

Collaborateur

Définition

Selon le Profil de la Pratique de l'Ergothérapie au Canada, en tant que collaborateur, les ergothérapeutes travaillent de manière efficace afin de favoriser la participation des gens à des occupations, en utilisant et en favorisant des approches fondées sur la prise de décision partagée.

Selon de Multi Dictionnaire de la langue française, le collaborateur est une personne qui travaille en coopération avec une ou plusieurs personnes.

Bilan

Dans mon processus de développement personnel, ma difficulté principale se situe actuellement au niveau de la gestion des différences et les conflits pour veiller à ce que l’équipe soit constamment centrée sur les valeurs, les buts et les objectifs du client. Il arrive parfois que, face à plusieurs difficultés, l’objectif et la priorisation du client soit mis de côté. Être mise en action et devoir travailler avec d’autres professionnels, principalement d’autres ergothérapeutes (superviseures de stage, collègue) nécessite une adaptation continue. La pratique clinique et les expériences de stage peuvent m’aider à développer ces habiletés de collaboration.

Collaborateur 2

Travailler efficacement dans des équipes interprofessionnelles et intraprofessionnelles

Date : 12 mars 2011

Modifications: 27 mars 2011

Dépot revisité : 1er février 2012 (modifications du 21 février 2012)

Preuve 

Le 9 mars 2011, j’ai eu la chance de participer à l’activité interfacultaire de formation à la collaboration interprofessionnelle. Cette activité offrait l’opportunité d’interagir et d’apprendre avec des étudiants des différents programmes de la santé. Nous étions séparés en petits groupes et devions partager sur  la répartition des tâches entre les différents professionnels pour répondre aux besoins du patient dans la situation clinique donnée. Bref, cet atelier s’est très bien déroulé et j’ai appris de nombreuses choses par rapport à la place et aux rôles de chaque professionnel au sein d’une équipe. Au cours de l’atelier, j’ai adopté une attitude respectueuse et une ouverture d’esprit afin de plus m’intégrer au groupe et de favoriser la cohésion. Par exemple, j'écoutais attentivement tous les participants, je respectais le droit de parole en levant la main, j'adoptais une attitude intéressée sur le plan non-verbal et je reconnaissais le travail et l'implication de chacun dans la vignette. Toutefois, malgré mon écoute et ma participation, j’ai eu du mal à saisir le rôle de l’infirmière dans la situation donnée. Pourtant, il y avait deux étudiants en sciences infirmières dans mon groupe. Je ne leur ai pas posé mes questions par rapport à leur rôle et je n’ai pas cherché à investiguer davantage pour comprendre. Je n'ai pas mis les efforts nécessaires pour favoriser ma compréhension. En fait, je ne comprends pas le rôle de l’infirmière « pivot » et « de liaison ».  Au cours de cet atelier, j’ai vraiment remarqué que lors de ma future profession, j’aurai à travailler à tous les jours avec les autres professionnels et pour favoriser un travail efficace, je me dois de bien connaître les rôles de chacun.

Preuve modifiée

Au cours de mon troisième stage clinique, je n’ai pas eu la chance d’entrer en collaboration avec une infirmière, quelque soit son titre professionnel. Toutefois, j’ai été en collaboration étroite avec des orthophonistes. Nous travaillions souvent avec les mêmes clients, mais sur différents aspects. Dans la majorité des cas, je distinguais bien les différences entre les rôles. Par exemple, dans certains cas où un client présentait des atteintes physiques et cognitives sévères (pertes de la motricité de presque tous les membres du corps, aphasie sévère, déficits cognitifs), nous devions, en collaboration, trouver un outil de communication adéquat et l'installer au fauteuil roulant motorisé de manière fonctionnelle. Toutefois, il m’arrivait de confondre les tâches de chacun et d’empiéter sur celles de l’orthophoniste. Par exemple, je pouvais trop m'embarquer dans l'utilisation et l'apprentissage de l'outil de communication (rôle désigné à l'orthophoniste), alors que mon rôle était l'accès à cet outil. ela aurait pu créer des conflits, mais j’ai reconnu mes erreurs et compris que certaines tâches concernant l’aphasie leur étaient réservées. Les conflits ont donc été évités.

Réflexion

Au cours de mon dernier stage, je n'ai pas eu l'occasion de faire ces démarches pour recueillir de l'informations par rapports aux rôles respectifs. J'avais beaucoup de nouvelles choses à intégrer seulement par rapport au rôle de l'ergothérapeute à la CAAT. Cela prenait beaucoup de mon temps. Ce manque de temps, jumelé au fait que les rôles entre l'orthophoniste et l'ergothérapeute n'étaient pas totalement clairs pour moi à pu influencer ma collaboration avec ces professionnels en question.

Faiblesse :

E.3.1.1  Démontrer une compréhension des rôles et des responsabilités des membres de l’équipe.

Je ne comprends pas le rôle de l’infirmière « pivot » et « de liaison » et je n’ai pas saisi sa place dans la situation clinique donnée. De plus, je n’ai pas posé de question aux étudiants en sciences infirmières dans mon groupe pour m’éclaircir.

Nouvelle description de la faiblesse : Mes connaissances sur les rôles respectifs de chaque professionnel, surtout par rapport à l’orthophoniste était trop faible à ce moment. J’aurais du davantage m’informer sur les rôles définis dans ce milieu.

Force :

E.3.1.2  Témoigner du respect envers les membres de l’équipe.

Au cours de l’atelier, j’ai adopté une attitude respectueuse et une ouverture d’esprit afin de plus m’intégrer au groupe et de favoriser la cohésion. Je me suis impliquée et j’ai eu une bonne écoute et participation.

Nouvelle description de la force : J’ai fait preuve de respect envers l’orthophoniste en m’excusant et en reconnaissant que certaines tâches leur étaient réservées.

Objectif :

Connaître les rôles de l’infirmière « pivot » et « de liaison » et savoir au moins 3 choses qu’elle aurait pu faire dans la situation clinique donnée au cours de l’atelier.

Plan d’action :

- Faire des recherches sur internet sur le rôle de l’infirmière

- Parler avec une étudiante en sciences infirmière pour en apprendre plus

- Revoir la situation clinique donnée et y intégrer mes nouvelles connaissances

- Faire des fiches aide-mémoire sur les rôles de chaque professionnel

 Échéancier : D’ici la fin de la session

Revue de l'objectif 1: J'ai atteint mon objectif 1 en réalisant certaines straégies de mon plan d'action (recherches internet, communication avec des infirmières (amie et mère), revue de la situation clinique). Toutefois la stratéfie des aides-mémoire n'a pas été appliqué et je considère qu'elle était par efficace (trop de temps à faire pour peu d'utilité dans la vie réelle).

Objectif : D’ici 3 mois, je pourrai nommer trois tâches respectives pour chaque profession (ergothérapeute et orthophoniste) à la CAAT.

Plan d’action :

- Communiquer par téléphone avec mon ancienne superviseure pour avoir des informations: rôles respectifs au CRLB, exemple de rôles partagés au CRLB, situations conflituelles qui lui sont déjà arrivées quant à l'identité professionnel, exemple d'actes réservés à l'ergothérapeute quant à l'aphasie, etc.

- Communiquer par téléphone avec une orthophoniste pour avoir des informations: rôles respectifs au CRLB, exemple de rôles partagés avec l'ergothérapeute au CRLB.

- Lire la description de tâche des professionnels du Centre de réadaptation Lucie-Bruneau.

- M’informer sur les actes réservés pour les deux professions.

Échéancier : Mai 2012

Collaborateur 1

Collaborer efficacement aux activités en équipe

Date: 12/11/09

Date des modifications: 09/12/09

Preuve

Depuis le début de la session, à chaque lundi après-midi, nous avons un cours d’ergothérapie de lequel nous devons travailler en équipe pour rédiger un travail intégratif. Nous partageons les rôles d’animateur, de secrétaire et de participants à chaque séance. Je respecte l’opinion des autres et je suis ouverte aux idées et aux points de vue. De plus, j’écoute mais je suis capable de dire mon opinion au bon moment. La participation active de chaque membre rend l’équipe unie et dynamique. Toutefois, il est parfois difficile de concilier toutes les opinions, car nous sommes plusieurs membres dans l’équipe. Je devrais être plus tolérante et il est difficile pour moi de faire des compromis.

Réflexion

Forces : J’ai du respect pour les membres de l’équipe, J’ai une bonne écoute et je sais aussi partager mon opinion.

Points à améliorer : Parfois, je manque de tolérance des idées des autres et je ne fais pas de recherche de solutions.

Objectifs : Faire au moins un compromis par cours par rapport à mes idées pour concilier celles des autres avec les mienne lorsqu’il y a divergence et aussi chercher une solution à chaque compromis que je fais.

Plan d’action : Lors des cours du lundi, faire des compromis en:

- mettant les idées des autres dans le travail

- cherchant des solutions activement pour effectuer le travail intégratif lorsqu'il y désarccord

- trouvant les points positifs dans les suggestions des autres membres

En effet, dans la profession d'ergothérapeute, nous devons constamment collaborer et concillier les idées des autres professionnels de la santé dans l'équipe multidisciplinaire.

Échéancier : Dernier cours d’ERT1400


Gestionnaire

Définition

Selon le Profil de la Pratique de l'Ergothérapie au Canada, à titre de gestionnaire de la pratique, les ergothérapeutes gèrent le temps, établissent les priorités et favorisent la gestion efficace de la pratique.

Selon le Multi Dictionnaire de la langue française, une personne gestionnaire est quelqu'un qui gère, organise, dirige, administre quelque chose.

Bilan

Actuellement, je dois travailler sur l’établissement des priorités et la gestion du temps afin d’établir un équilibre entre les services offerts aux clients et les exigences en matière de pratique. Il faut que je développe mes capacités de planification et de gestion de mon horaire, tout en m’adaptant avec les demandes des clients ainsi qu’avec l’horaire des autres professionnels du milieu. Un dépôt revisité sur de mon stage actuel serait pertinent. De plus, je dois apprendre à concilier et à établir un équilibre entre mon travail, mes activités de loisirs, mon stage clinique ainsi que mes priorités personnelles.

 

Gestionnaire 3

E.4.1    Gérer la pratique professionnelle et la carrière
au quotidien.


Date : 23 mars 2012

Modifications: 9 avril 2012

Preuve :

À l’automne 2011, j’ai effectué mon stage au Centre de réadaptation Lucie-Bruneau, à la Clinique d’Accès aux Aides Technologiques (CAAT). Une de mes tâches est de poser des recommandations de solutions techniques ou thérapeutiques appropriées pour les besoins du client. Bien entendu, avant de poser les recommandations finales, il est important de faire les essais d’équipements avec le client pour s’assurer que ce choix lui convient. Pour cela, on retrouve à la CAAT une banque d’équipements de toutes sortes. Toutefois, on retrouve un seul équipement de chaque type. De plus, tous les professionnels de la CAAT doivent se partager les équipements pour tous leurs clients.

Un jour, j’ai voulu faire essayer à un client le dispositif de souris à la tête « Headmouse
Extreme » pour répondre à ses besoins à l’utilisation de l’ordinateur. J’ai donc planifié ma séance en prenant pour acquis que la « Headmouse Extreme » était disponible. La veille de la rencontre, alors que je préparais mon matériel, je me suis rendu compte que le dispositif avait été prêté à un autre client.

J’ai donc vérifié sur le calendrier des réservations d’équipements pour voir qui avait prêté cet équipement et pour combien de temps, chose que je n’avais pas fait au préalable. Etonnamment, rien n’était inscrit au calendrier. Cela devait être un oubli du
professionnel ayant fait le prêt. Je suis donc allé voir en personne les 3 ergothérapeutes de la CAAT pour recueillir les informations en personnes. En effet, l’une d’entre elle avait oublié d’inscrire le prêt sur le calendrier et l’équipement ne serait pas disponible avant la semaine prochaine. Mes recommandations seraient donc retardées d’une semaine. J’ai donc du adapté ma rencontre du lendemain ; j’ai utilisé un autre dispositif de souris à la tête, j’ai adapté mes observations et mon évaluation en fonction des caractéristiques du nouvel équipement, j’ai prévu une autre séance d’essais dès la semaine prochaine.

Réflexion :

Cette situation m’a démontré que je ne maîtrisais pas le rôle de gestionnaire et je n’étais vraiment pas très fière de moi. J’aurais dû planifier de façon plus efficace ma rencontre en validant dès le départ la disponibilité du matériel requis. Ainsi, je n’aurais
pas été prise au dépourvu et j’aurais eu du temps pour réajuster ma rencontre. Dans ce milieu clinique, les patients sont souvent atteints de maladies dégénératives à évolution rapide, et une semaine de délais peut avoir un grand impact sur fonctionnement. En lien avec ma future profession, une gestion efficace des ressources matérielles du milieu est essentielle. Les ergothérapeutes se partagent souvent les équipements et des conflits peuvent survenir. Afin de les éviter, la compétence de gestionnaire est primordiale. Ainsi, dans ce cas précis, il est clair qu'en ayant développé davantage ma compétence de gestionnaire, le client n'aurait en aucun cas subi un décalage dans la prestation des services.  

Faiblesse : E.4.1.2  Répartir les services thérapeutiques tout en établissant un équilibre entre les besoins des clients et les ressources disponibles.

Je n’ai pas su planifier adéquatement ma séance en fonction des ressources disponibles. Je n'ai pas consulté au préalable le calendrier de réservations. Je n’ai pas pris en considération la présence des autres professionnels qui peuvent eux aussi avoir besoin des équipements.

Force : E.1.4.3 Résoudre efficacement des problèmes et faire preuve de jugement pour répondre aux besoins des clients.

J’ai réagit vite à la problématique afin de re-planifier ma rencontre en conséquence. J’ai utilisé un autre dispositif de souris à la tête, j’ai adapté mes observations et mon évaluation en fonction des caractéristiques du nouvel équipement, j’ai prévu une autre séance d’essais dès la semaine prochaine.

Objectif : D’ici la fin de mon prochain stage, je serai en mesure de prévoir un conflit de disponibilité des ressources matérielles (équipements, jeux, salles de thérapie, outils d’évaluation, etc.) au moins 3 jours avant ma rencontre et m’y adapterai en conséquence.

Plan d'action:

-Cibler à l’avance (en prévoyant du temps (15 à 20 min) à mon agenda pour la préparation du matériel) toutes les ressources matérielles et physiques nécessaires ;

-Cibler à l’avance des ressources alternatives si les équipements désirés ne sont pas disponibles (Plan B) ;

-Créer un horaire de partage pour : location des salles de thérapies, location d’équipements, etc. ;

-Au besoin, demander de façon verbale aux autres intervenants s’ils ont
besoin des équipements ciblés.

Gestionnaire 2 

Établir un équilibre entre les activités liées au travail, les activités extérieures et les priorités personnelles.

Date : 27 octobre 2010

Modifications: 6 novembre 2010 et 3 décembre 2010

Preuve

 

Depuis le mois de septembre, je suis un cours à l’Institut de Tourisme et d’Hôtellerie du Québec. J’ai un intérêt grandissant pour le domaine de l’hôtellerie et ce cours me permet de m’évader et de développer d’autres compétences que celle de mon programme régulier, soit l’ergothérapie. Toutefois, l’ergothérapie reste ma plus grande priorité. Mon nouveau cours se donne le lundi et mardi soir hebdomadairement, de 18h30 à 22h30. Même si les heures de cours sont relativement peu nombreuses, la charge de travail dans le cours est très grande. Lors de la session d’examen avant la semaine de mi-session, j’ai eu beaucoup de difficulté à concilier mes deux programmes. J’avais à étudier pour mes examens en ergothérapie, mais je devais aussi me présenter à mes cours à l’ITHQ. Je suis devenue très stressée, irritable, je dormais mal et j’ai la gestion de mon temps a été mal accomplie. De plus, j’avais un examen à l’ITHQ dans la même semaine. Je n’ai pas établie un horaire d’étude les semaines auparavant en pensant que tout allait concorder, mais ca n’a pas été le cas. Je sais que dans mon future emploi je devrai faire face à des périodes de surcharges de travail et trouver un moyen efficace pour organisé mon temps et équilibrer toutes mes activités, autant personnelles que professionnelles. J’ai toutefois été capable de performer dans chacun de mes travaux.

Réflexion

Points forts : E.4.1.3 Établir les priorités et gérer le temps afin d’établir un équilibre entre les services [...]

Je découvre des intérêts nouveaux dans ma vie et cela me donne beaucoup de motivation. Aussi, malgré le manque d’organisation et de temps, j’ai quand même un des bons résultats à mes examens, je suis donc capable de m’adapter au stress.  

- Même si j'ai plusieurs activités et intérêts, je suis capable de cibler mes priorités parmis ceux-ci. Cela m'aide à bien gérer et à bien répartir mon temps et mes efforts. Je sais que l'ergo est ma priorité et je m'organise en fonction de cela.

Points faibles :

- Je n’ai pas établie un horaire, ce qui a nuit à une organisation efficace et à la bonne gestion de mon étude;

- J’ai aussi sous-estimé la charge de travail que j’aurais à accomplir au cours de cette semaine. Cela a surtout affecté mon organisation, car je n'avais pas assez de temps pour tout accomplir.

- J'ai atteint un niveau de stress très haut, néfaste, ce qui a nuit à mon fonctionnement global, autant pour la gestion de mes cours que pour ma vie personnelle.

Objectifs : Je serai capable de concilier mes cours à l’ITHQ ainsi que mon programme d’ergothérapie lors de la prochaine période d’examens. Je diminuerai mon stress de moitié (c'est-à-dire, je ressentirai 2 fois moins les effets du stress qui sont, dans mon cas, l'insomnie, la fatigue, l'irritabilité, etc.) lors de la prochaine période d'examen, où je devrai concillier mes cours à l'ITHQ et mon programme d'ergothérapie.

Plan d’action :

-       Établir un horaire d’étude quelques semaines à l’avance pour bien gérer mon temps.

-       Accorder encore plus de temps à l’ergothérapie, étant donné que c’est mon programme principal, sans toutefois renoncer à mes autres intérêts.

-       Inclure des périodes de détente et de relaxtion si je sens que le stress est trop présent.

Échéancier : D’ici la fin de la session

 

Gestionnaire 1

Gérer efficacement son temps

Date : 12/11/09

Date des modifications : 01/12/09 et 09/12/09

Preuve

Cette semaine, j’avais plusieurs choses à faire pour mes études. Je devais étudier pour l’examen d’anatomie, je devais aller à mon stage et prendre des informations pour un travail de psychologie, je devais écrire mes dépôts pour le portfolio et je devais aussi faire un travail sur l’adaptation d’une activité. J’ai réussi à répartir mon temps et de l’optimiser pour tout faire efficacement. Pour l’examen d’anatomie, j’ai commencé à l’avance et j’ai réparti mon étude à raison de 3 heures par soir. J’ai trouvé du temps après mon examen d’anatomie pour écrire mes entrées de portfolio. De plus, j’ai alloué du temps le vendredi et le samedi pour faire mon travail sur l’adaptation d’une activité. En plus de tout cela, j’ai tout de même gardé un peu de temps pour mes loisirs, mes activités quotidiennes et le repos.  J’ai été capable de bien gérer mon temps grâce à une bonne planification par priorités et une capacité d’adaptation pour les situations plus chargées. J’ai bien géré mon stress que suscitait la semaine. Malheureusement, mon examen d’anatomie n’a pas très bien été. La gestion de mon étude n'était pas assez bien adaptée à la matière lourde, car je n'ai pas su cibler les priorités dans la matière.

Réflexion

Forces : J’ai été capable de prévoir à l’avance l’arrivée de la semaine chargée et de m’adapter au stress engendré. J’ai établi les priorités des choses à faire et j’ai bien planifié mon temps. Je sais que dans ma future profession d'ergothérapeute j'aurai à planifier mon horaire, qui sera très chargé, et je devrai faire face aux imprévus ainsi qu'au stress à tous les jours.

Points à améliorer : Je ne me suis pas assez prise à l’avance pour l’étude de l’anatomie, alors que je savais qu’il y avait beaucoup de matière à apprendre. Je dois mieux répartir mon temps afin de réussir mes examens futurs.

Objectifs : Mieux réussir mon examen final d’anatomie. Avoir approximativement 90% dans l'examen final.

Plan d’action : Gérer mieux mon temps lors de la session d’examens finaux. Commencer dès la semaine prochaine mon étude finale pour l’examen d’anatomie. Alouer moins de temps pour mes loisirs. Me prévoir des périodes d'études plus structurées. Étudier davantage le matin que le soir, car j'apprends mieux ainsi.

Échéancier : Dernière semaine d’examen

Agent de changement

Définition

Selon le Profil de la Pratique de l’Ergothérapie au Canada, en tant qu’agent de changement, les ergothérapeutes usent de leur expertise et de leur influence pour promouvoir l’occupation, le rendement occupationnel et la participation occupationnelle.

Bilan 

Présentement, en ce qui concerne les rôles de l'ergothérapeute et la définition de la profession, mon dépot revisité reflète bien mon niveau de compétence. Toutefois, pour ce qui ait de la promotion de la santé et de la profession, l'ajout d'un nouveau dépôt concernant une situation clinique de stage ou encore une situation vécue dans le cours de gestion et promotion en ergothérapie, surtout par rapport au projet  de prévention développé en équipe, permettrait de mieux reflèter mon évolution à ce niveau.  je dois améliorer la communication des rôles et des avantages de l’ergothérapie. Autant à l’intérieur du milieu clinique que dans la vie de tous les jours, je dois promouvoir la profession, informer les gens et partager des informations sur les rôles.  Je ne saisis pas toujours les occasions pour assumer ce rôle. Par exemple, au cours de l’activité du cours CSS3900, ma prise de position et une implication davantage active pour l’explication de mes objectifs et de la profession auraient participé au développement de cette compétence. Un dépôt revisité sur cette activité interdisciplinaire sera à ajouté au portfolio.

Agent de changement 2

E.5.3  Communiquer le rôle et les avantages de l’ergothérapie

Date : 12 mars 2011

Modification: 27 mars 2011

Preuve :

Le 9 mars dernier, j’ai eu la chance de participer à l’activité interfacultaire de formation à la collaboration interprofessionnelle. Cette activité offrait l’opportunité d’interagir et d’apprendre avec des étudiants des différents programmes de la santé. Nous étions séparés en petits groupes et devions partager sur  la répartition des tâches entre les différents professionnels pour répondre aux besoins du patient dans la situation clinique donnée. J’ai eu à plusieurs reprises à expliquer le rôle de l’ergothérapeute dans la situation donnée, soit en pédiatrie en retard de développement. J’ai eu de la facilité à décrire ce qu’un ergothérapeute ferait dans ce cas, car j’ai effectué un stage au CHU Sainte-Justine dans le département de retard de développement à l’automne 2009. J’ai donc pu expliquer le rôle de l’ergothérapeute clairement et en détail aux autres étudiants qui ont ainsi mieux compris l’impact de ce professionnel au sein de l’équipe. Par exemple, j'ai dit que l'ergothérapeute en retard de développement visait à promouvoir l'autonomie quotidienne des enfants par le biais de l'activité, soit le jeu. J'ai aussi souligné que l'ergothérapeute allait procéder à plusieurs évaluations pour avoir un portrait global du développement de l'enfant, autant au niveau moteur, perceptuel, cognitif, et de ses AVQ. Toutefois, au début de l’activité, lorsque l’animatrice m’a demander d’une façon générale « qu’est-ce qu’est l’ergothérapie ? », j’ai répondu une définition incomplète et embrouillée. J'ai dit que l'ergothérapeute visait à favoriser l'autonomie du patient dans sa vie quotidienne par le biais de l'occupation. C'était vague comme défénition. En fait, je ne crois pas que quelqu’un dans l’équipe ait compris ce que faisait l’ergothérapeute en général. Je dois être capable d’expliquer ce qu’est l’ergothérapie, car dans ma future profession, j’aurai à l’expliquer non seulement à mes collègues, mais à tous mes patients.

Réflexion :

Force : J’ai eu de la facilité à décrire ce qu’un ergothérapeute ferait en pédiatrie, plus précisément en retard de développement. J’ai été capable d’expliquer le rôle de l’ergothérapeute clairement et en détail aux autres étudiants qui ont ainsi mieux compris l’impact de ce professionnel au sein de l’équipe.

Faiblesse : Je n’ai pas été capable d’expliquer ce qu’est l’ergothérapie d’une façon globale. J’ai donné une définition incomplète et embrouillée. Les autres membres de l’équipe n’ont donc compris ce que faisait l’ergothérapeute en général.

Objectif : Expliquer ce qu’est l’ergothérapie d’une façon claire et précise (concise, explicative et ordonnée) à au moins 2 personnes.

Plan d’action :

- Lire plusieurs définitions de la profession dans différents livre et ressources.

- Faire ma propre définition en rassemblant divers éléments.

- Écrire cette définition et la maîtriser.

- La dire lorsque quelqu’un me demande « qu’est-ce que l’ergothérapie? ».

- Valider avec la personne si elle a bien compris.

- Refaire la définition au besoin.

Échéancier : D’ici le 20 avril.


               Dépôt revisité : 23 mars 2012

Date de modification: 9 avril 2012

 

L'objectif a été atteint.

Nouvelle preuve :

J’utilise depuis plusieurs années le service de covoiturage « Amigo Express ». Lors des voyages, je fais la connaissance de plusieurs personnes avec qui je discutent de divers
sujets. À plusieurs reprises, les gens me demande qu’est-ce que l’ergothérapie. J’ai donc pu mettre mon plan d’action à l’épreuve et essayer des définitions et les ajuster aux besoins. J’ai donc développé une définition satisfaisante, qui, pour l’instant, résume bien la profession. « L’ergothérapeute est un professionnel qui assure la réadaptation au niveau physique, et/ou mental, visant à optimiser la participation d’une personne dans ses habitudes de vie et dans ses occupations » est la définition que j’utilise actuellement lorsqu'un passager me demande "C'est quoi un ergothérapeute?". En prenant en considération que mes interlocuteurs ne sont pas nécessairement familier avec le domaine de la santé, j’ai préférer de pas utiliser des termes trop scientifiques ou le jargon professionnel. Toutefois, je n'ai jamais demandé aux passagers s'ils comprennent mieux ce qu'est un ergothérapeute après leur avoir cité ma définition. Je n'effectue donc aucune validation avec eux alors que cela pourrait m'aider à améliorer ma définition.   

Réflexion :

Le plan d’action proposé m’a été très utile. Les stratégies étaient toutes pertinentes et ont été utilisées pour la réalisation de mon plan d’action. En effet, j’ai lu diverses définitions de la profession dans différents livre et ressources (ACE, articles scientifiques, sites internet). Par la suite, j’ai créé une première version de ma définition, que j’ai essayée au fil du temps et que j’ai ajustée en fonction de la compréhension des divers passagers. Je l’ai écrit et je l’a modifie au besoin. Je réalise que ce processus est toujours à refaire et la définition est toujours à perfectionner en fonction des différentes expériences que j’accumule.

Un point faible qui ressort de la mise en œuvre de mon plan d’action est que je n’ai pas utilisé la validation avec les passagers pour voir si elles ont bien compris. Cela pourrait pourtant m’aider à mieux cerner les éléments à améliorer dans ma définition.

Nouveau plan d’action :

-Mettre en application la validation :

  • Demander à la personne; peux-tu me résumer ce qui tu as compris de ma définition de l’ergothérapeute?
  • Noter les éléments qui n’ont pas été intégrer.

-Créer une définition en appliquant le même plan d’action dans chacun des milieux cliniques que je fréquenterai afin d’être prête lorsque je devrai expliquerai ce qu’est l’ergothérapie à un client.

 

                                       Agent de changement 1

Promotion de la santé

Date : 03/02/2010

Modifications: 22 mars 2010, 31 mars 2010 et 01/04/2010

Preuve 

Lorsque j’étais en stage dans ma technique en soins infirmiers, je rencontrais souvent des personnes atteintes du diabète. Un jour, alors que j’étais au département de chirurgie, j’ai eu comme patient un jeune homme qui avait récemment appris qu’il était diabétique.  J’avais appris dans mes cours que le régime alimentaire sain et structuré était très important pour une personne diabétique. J’avais donc comme tâche d’aller faire un retour avec le patient sur l’importance de suivre le régime alimentaire établi pour lui par  la nutritionniste, car j’avais lu dans son dossier qu’il avait de la difficulté à suivre cette règlementation sur son alimentation. Je suis arrivée dans la chambre et j’ai « balancée » des informations sur le diabète et sur les conséquences d’une mauvaise alimentation sur sa santé. J’ai utilisé un langage clair et approprié et je lui ai donné des documents à lire sur le sujet. Par contre, je n’ai pas ciblé les choses les plus importantes. Je ne lui ai pas demandé qu’est-ce qu’il trouvait difficile dans tout ça. Est-ce qu’il a des craintes par rapport au diabète ou ce que cette maladie entraîne? Bref, en tant que future ergothérapeute, si on veut arriver à un changement qui apporte du bien au patient, il faut d’abord cibler ses besoins premiers. Le fait que le patient en question avait de la difficulté avec sa nouvelle alimentation n’était en fait pas le refus de bien s’alimenter comme j’avais pensé, mais il ne comprenait pas encore très bien la maladie et avait beaucoup de crainte par rapport à sa vie future.

Réflexion

Forces : Lorsque j’ai rencontré le patient, j’ai utilisé un langage approprié et j’ai même utilisé des outils qui pourraient favoriser la compréhension et inciter le patient à adopter la nouvelle alimentation.

Points à améliorer : J’ai tout de suite pensé que la difficulté à adopter son nouveau régime alimentaire était du au fait qu’il était jeune et qu’il voulait continuer à manger ce qu’il veut et qu’il ne se souciait peu des conséquences. Je ne suis pas aller voir plus loin et j’ai ainsi mal choisie les informations que j’ai transmises lors de mon entretien avec lui. Au cours de ma pratique en tant qu'ergothérapeute, je devrai, à nombreuses reprises, cibler les besoins véritables et pertinents du patient parmi ceux accessoires pour bien diriger mes interventions.

Objectifs : Arriver à D'ici 2 mois, cibler les véritables besoins d’une personne afin de travailler sur les vraies choses et de réussir à atteindre les objectifs de changement.

Plan d’action : Lors de mon stage, lorsque je veux amener un changement, je dois :

-          Poser des questions à la personne sur ses besoins

-          Laisser s’exprimer la personne sur le problème en question

-          Utiliser les outils (calepin de note, jeu pour connaître l’enfant) et les méthodes (écoute active, reformulation) appropriés.

Échéancier : 12 avril 2010

Érudit

Définition

Selon le Profil de la Pratique de l'Ergothérapie au Canada, en tant que praticien érudit, les ergothérapeutes incorporent l’évaluation critique, la réflexion et l’amélioration de la qualité dans leur pratique quotidienne ainsi que l’apprentissage tout au long de la vie. À titre d’éducateur, les ergothérapeutes facilitent l’apprentissage des clients, des membres d’équipes et d’autres apprenants.

Selon le Multi Dictionnaire de la langue française, une personne érudit est quelqu'un qui connaît à fond un domaine et recherche toujours le perfectionnement.

Bilan

À ce jour, l’amélioration nécessaire à mon développement professionnel afin de devenir une praticienne érudit serait l’intégration des anciennes et nouvelles données probantes dans la pratique. Malgré les cours d’apprentissage par problème ainsi que du cours problématiques intégratives, il demeure difficile pour moi de référer aux données probantes afin de justifier mes interventions et mes choix cliniques. La recherche de données, par internet pour par format papier, est un élément à travailler afin d’être plus performante pour l’intégration des données probantes dans ma pratique. De plus, une meilleure connaissance du domaine des statistiques renforcerait ma démarche d’apprentissage.

 

                                                             Érudit 3

E.6.2 Évaluer de façon critique l’information afin d’appuyer les décisions concernant le client, les services et la pratique.

Date: 23 février 2012

Modification: 23 mars 2012

Preuve:

Mon stage d'autonome 2011 s'est déroulé au CRLB dans la clinique spécialisée d'accès aux aides technologiques (CAAT). Nous faisions principalement l'évaluation et l'intervention en matière de besoin d'accès à l'ordinateur, d'accès au téléphone et de contrôle de l'environnement. Ce domaine, bien que fort intéressant et utile pour les clients gravement handicapés, est peu documenté par des données probantes. Les technologies étant en constantes évolutions, les articles que peut trouver sont souvent désuets et ainsi, perdre de la fiabilité. Un jour, pour un client présentant la SLA et nécessitant un dispositif de souris particulier, j'ai réalisé une revue de littérature sur le sujet pour approfondir mes connaissances et baser mes interventions sur des données probantes. J'ai trouvé peu d'articles concernant une population ayant les mêmes caractéristiques que mon client. En fait, l'article parlait bien des divers dispositifs de souris, mais sans l'appliquer au profil de mon client (âge, utilisation, incapacité, etc.). Étant donné que j'étais débutante et que les articles pouvant appuyer mes choix clinique sont rares dans le domaine, j'ai décidé de mi fier tout de même. J'ai toutefois demandé l'avis de ma superviseure, selon son expérience (plus de 15 ans dans le domaine). Celle ci m'a appuyé dans mon choix et j'étais donc plus confiante pour la solution que je proposerais à mon client.


Réflexion:

Les clients ont des profils et des caractéristiques uniques. J'ai réalisé que lorsqu'on cherche des articles sur un domaine peu documenté, il est difficile de prouver nos interventions et nos choix cliniques. Malgré cela, il est de mon devoir de m'assurer de la justesse de mes interventions. En me basant sur un seul article qui était en plus peu représentatif du profil de mon client, j'aurais pu prendre une mauvaise décision. Toutefois, l'expérience que j'avais acquise jumelé à l'expérience de ma superviseure ont confirmé mon choix. Dans la pratique future, s'appuyer sur des données probantes est essentiel, et la recherche de littérature convenable fait partie de nos rôles. Je devrais encore développé mes habiletés pour cette recherche et pour obtenir des résultats approfondis.

Force: E.6.1.3 Revoir régulièrement les nouvelles connaissances et déterminer si elles peuvent s’appliquer dans la pratique.

J'ai été capable de prendre l'initiative d'aller chercher dans la littérature pour appuyer mes actions. J'ai réalisé par moi-même que l'article était plus ou moins représentatif, mais tout de même en lien. J'ai utilisé d'autres ressources pour valider mon choix d'intervention (expérience de stage et expertise de ma superviseure).

Faiblesse : E.6.2.1 Évaluer de façon critique les données probantes recueillies afin de répondre aux questions relatives aux clients, aux services ou à la pratique.

Ma recherche était peu concluante. J'ai basé donc mon intervention sur un article plus ou moins correspondant au profil de mon client.


Objectif:

D'ici la fin de mon 4e stage, je trouverai au moins 5 articles pertinents (population représentative, données fiables et valides, solutions proposées) pour au moins 2 cas particulier afin de justifier mes interventions.

Plan d'action:

- Élargir mes bases de recherches (bibliothèques médicales, bases de données en ligne, littérature disponible en milieu de stage)

- Faire une présélection d'articles (en choisir 10 et y aller par élimination)

             Si le sujet est peu documenté;

               -Demander conseil à un expert sur où trouver des données probantes.

               - Sélectionner les articles les plus similaires au cas

               -Modifier mes mots-clés.

                                                                   Érudit 2

                                        Perfectionnement du rôle de documentaliste

Date : 4 mars 2011

Modification: 12 mars 2011

Preuve :

Au cours de cette session d’hiver 2011, j’effectue le cours d’apprentissage par problème dans le bloc santé mentale. Dans ce cours, j’ai eu à effectuer le rôle de documentaliste à deux reprises. Je trouve ce rôle particulièrement difficile et j’éprouve surtout des problèmes lorsqu’il s’agit de faire le lien avec la vignette et le rôle de l’ergothérapeute. Par exemple,  dans le deuxième article que j’ai trouvé pour le cours, qui portait sur la thérapie de groupe psychoéducative avec les patients TPL, ma tutrice m’a dit qu’il manquait des liens avec le travail en ergothérapie et qu’il fallait que je pousse plus loin mes réflexions suite à mes lectures et que j’en parle en lors des retours. Toutefois, je considère que j’ai trouvé un article très pertinent qui amenait quelque chose de nouveau à l’équipe et pour la compréhension de la vignette. Lorsque je fais ma recherche de documentaliste, j'utilise une base de donnée fiable (Medline). Je choisi d'abord plusieurs articles qui me semble pertinents, puis je fais un tri pour conserver le meilleur. Je suis consciente que je dois développer cette compétence, soit de pousser ma réflexion sur les articles que je choisis, afin d’améliorer ma pratique future. En effet, dans la future profession en tant qu’ergothérapeute, j’aurai à lire et à critiquer des articles pour améliorer mes interventions. Alors, je devrai faire des liens avec ce que je lis et ma pratique réelle. 

Réflexion :

Force :

E.6.1.3 Revoir régulièrement les nouvelles connaissances et déterminer si elles peuvent s’appliquer dans la pratique.

Je suis capable de choisir des articles pertinents pour la compréhension de la vignette et qui favorisent l’apprentissage de mon groupe d’APP. Mes articles amènent quelque chose de nouveau dans le cheminement de réflexion.

Faiblesse :

E.6.2.2 Intégrer les conclusions de l’évaluation critique dans la pratique quotidienne.

J’éprouve beaucoup de difficulté à faire des liens directs avec la pratique de l’ergothérapeute et les articles que je choisis. Je vois clairement l’apport dans cet article à la situation clinique de la vignette, mais je dois pousser mes réflexions plus loin au niveau des interventions et de la pratique ergothérapique.

Objectif :

Je ferai au moins 3 liens directs entre mon article de documentaliste et la pratique de l’ergothérapeute et les expliquerai clairement à mon équipe d’APP.

Plan d’action :

- Énumérer des pistes d’interventions en lien avec l’article et l’ergothérapie.

- Relire 3 fois mon article et noter sur une feuille les idées d’interventions que me viennent à l’esprit sur une feuille.

- En discuter avec une collègue pour avoir un point de vu extérieur.

- Appliquer l’article à une situation de vie quotidienne (mise en situation autre que la vignette).

Échéancier : À mon premier rôle de documentaliste dans le bloc personnes âgées.

 

Érudit 1

Maintenir et rehausser ses compétences personnelles par l’apprentissage continu.

Date : 23/09/2009

Date des modifications: 22/10/2009 et 09/12/2009

Preuve

Lorsque j’étais au cegep, j’ai débuté une technique en soins infirmiers. J’ai accompli 3 sessions dans ce programme. Au cours de ces sessions, j’ai eu à effectuer deux stages en milieu clinique; le premier en orthopédie et le second en chirurgie. Dans mes stages,mais aussi dans mes cours, j’ai développé des habiletés et des connaissances qui me seront utiles pour le reste de ma vie, et surtout dans un domaine de la santé. J’avais des cours de communication aidante-client, des cours de soins de base, des cours de biologie, des formations en réanimation cardiorespiratoire et des cours d’éthique de la profession. C’est une base qui m’aidera à apprendre lors de mes prochains cours dans mon domaine actuel, soit l’ergothérapie. Ces cours comportait une grande charge de travail, mais je me prenais tout de même à la dernière minute pour effectuer mes travaux et pour étudier. Je sais que ces apprentissages ne sont pas perdus et m’ont donné de la confiance. Toutefois, je sais que je ressens un grand stress lorsque je suis en stage et ce stress me suis dans mes expériences de stages. et reduise mon stress pour mes prochaines expériences en milieu clinique. Dans les prochaines années et tout au long de mon parcours professionnel, je perfectionnerai ces compétences que j’ai acquises dans la technique de soins infirmiers et pourrai les adapter à ma profession.  

Réflexion

Forces : Les cours et les compétences que j'ai acquis ont développé une plus grande confiance en moi et ont fait naître chez moi des aptitudes pour les relations d'aide. Dans ma future profession d'ergothérapeute, je sais que j'utiliserai ces aptitudes au maximum et aussi les perfectionnerai.  J’ai fais plusieurs semaines de stages en milieu clinique et ils m’apportent une confiance vis-à-vis ceux que j’aurai à accomplir bientôt en ergothérapie. Le stress « du premier stage » est moins présent et je pourrai me concentrer davantage sur les compétences que je dois acquérir.

Points à améliorer : J'ai la mauvaise habitude de me prendre à la dernière minute pour mes travaux. Je suis très stressée lors de mes stage en mileux clinique et je manque de confiance lorsqu'il s'agit de poser des actions cliniques. 

Objectifs : J’aimerais réussir, au cours de mes stages, à cibler les habiletés que j’avais développées en soins infirmiers mais que j’ai perfectionnées pendant la session. Grâce à ce bilan, je pourrai noter mes points forts et faibles en stages et comme cela avoir plus confiance en mes actions clinique et améliorer ce qui ne va pas et ainsi réduire mon stress pendant les journées de stage.

Plan d’action : Faire un journal de bord personnel de mon stage à l’Hôpital Sainte-Justine. À chaque mercredi, j’inscris qu’elles sont les choses que j’ai accomplis dans la journée et qu’elles compétences étaient nécessitées et même mes sentiments par rapport à la journée. Si je les possédais déjà, comment ont-elles été perfectionnées et si je ne les possédais pas, qu’est-ce que cela m’a demandé comme effort physique et psychologique de les acquérir.

Échéancier : À chaque jour de stage jusqu’à la fin de la session.

Preuve

J'ai joint mon relevé de note d'études collégiales dans le programme technique en soins infirmiers. Cela confirme que j'ai effectivement accompli et réussi des cours dans ce domaine.

_felixe4.doc (432.1 ko)

Professionnel

Définition

Selon l'ACE, à titre de professionnel, les ergothérapeutes s’engagent à observer un code de déontologie et des normes de conduite personnelle élevées lorsqu’ils s’attachent à faciliter l’occupation.

Bilan 

Actuellement, pour développer cette compétence, je dois travailler sur les mêmes faiblesses. Premièrement, je dois tenir à jour mes compétences personnelles. Je ne relis pas toujours mes notes de cours, et je ne suis pas toujours préparée de façon optimale lorsqu’une situation clinique se présente. Deuxièmement, je dois adopter une attitude professionnelle et respectueuse en tout temps. Principalement lorsque je suis contrariée, la tendance à agir de façon exagérée et à ne pas contrôler mes émotions nuit au travail d’équipe et au processus clinique. Le plan d’action proposé dans mon portfolio est toujours en cours de réalisation et de perfectionnement. L'ajout d'un nouveau dépôt concernant mon stage d'automne 2011 offre une meilleure représentation de mes compétences. Toutefois, l'ajout de dépôt concernant le respect envers les autres et le maintient de mes connaissances permettrait d'enrichir et d'ajuster la section de façon à ce que mon niveau de compétence soit mis à jour.

 

Professionnel 3

E.7.1   Faire preuve d’une
pratique respectueuse de l’éthique.

Date : 24 mars 2012

Preuve :

Lors de mon stage au CRLB à l’automne 2011, j’avais un jeune client de 16 ans qui m’a été référé pour une évaluation de l’accès à l’ordinateur. Lors de la première rencontre d’évaluation, tout s’est bien déroulé selon ce que j’avais planifié (présentation, entrevue initiale, cibler les besoins, etc.). De retour chez moi le soir même, j’avais reçu une « demande d’ami Facebook » de la part de ce client. Je me suis tout de suite sentie
très mal à l’aise face à cette situation. Étant donné que le réseau social Facebook révèle des informations personnelles et privées sur les personnes, j’ai tout de suite su qu’il n’était pas professionnel d’accepter la demande. Je l’ai donc refusé. Ainsi, j’orientais la relation avec ce client sur une base strictement professionnelle. Toutefois, j’ai tout de suite réfléchi aux conséquences que ce refus pouvait engendrer. Ce jeune client allait-il se sentir rejeter? Est-ce que l’alliance thérapeutique allait souffrir de ce refus? Bref, il me semblait une bonne idée d’en discuter avec lui lors de la prochaine rencontre afin de clarifier avec lui pourquoi j’avais refusé (code de déontologie, relation professionnelle, etc.).

Lorsque la deuxième rencontre est arrivée, j’ai remarqué les effets que cet acte avait sur mon comportement, aussi banal soit-il. J’étais plus gêné et je me sentais mal à l’aise vis-à-vis le client, surtout considérant le faible écart d’âge qui nous séparait. Compte tenu de la situation, je n’ai pas abordé le sujet au cours de la rencontre, ni
au cours de celles qui ont suivies. Deux semaines plus tard, j’ai reçu une seconde demande d’amitié sur Facebook de la part du même client. Encore une fois, j’ai refusé la demande. Toutefois, je n’ai pas eu le courage d’aborder ce sujet lors des autres rencontres. Le malaise s’est atténué au fil du temps, mais une certaine tension demeurait tout de même présente.

Réflexion :

Dans cette situation, je me suis sentie très mal à l’aise et je vivais un inconfort lors des rencontres avec ce client. J’effectuais tout de même mes tâches tel que prévues, mais la relation thérapeutique avec le client en a été affectée. En réfléchissant à la situation, je crois qu’en parler à ma superviseure aurait pu m’aider à orienter mes choix et la manière d’aborder le sujet, chose que j’ai été incapable de faire. Dans ma future profession, j’aurai souvent à faire face à des situations où je devrai recadrer la relation professionnelle avec certains clients. Je sais maintenant qu’un simple petit geste peut influencer la relation professionnelle et créer un malaise  qui persiste longtemps si aucune clarification n’est faite.

Force : E.7.1.6  Entretenir des relations appropriées avec les clients et ne pas en franchir les limites.

J’ai déterminé dès le départ qu’ « accepter cette demande d’amitié » ne respectait pas les limites professionnelles de la relation client-thérapeute. J’ai refusé la demande et ainsi, j’ai maintenue la relation sur un plan strictement professionnel. Aussi, j’ai tout de suite réfléchi aux conséquences que ce refus pouvait engendrer.

Faiblesse : E.7.1.4  […] répondre de la façon appropriée aux questions d’éthique qui se posent dans la pratique.

Même si j’ai déterminé que je devais discuter avec le client de cette situation, je n’ai pas été capable d’aborder le sujet en raison du malaise et de la gêne que je ressentais. Je n’ai pas demandé d’aide de ma superviseure et j’ai laissé la situation inchangée, même si l’alliance thérapeutique en était affectée.

Objectif : D’ici la fin de mon prochain stage, je serai en mesure de clarifier les limites d’une relation professionnelle avec au moins un client, tout en préservant l’alliance
thérapeutique.

Plan d’action :

-Être capable de reconnaître les situations plus « à risque » de déroger du cadre professionnel dès la première rencontre;

-Établir des cadres clairs avec le client dès la première rencontre (exemple : vous pouvez me contacter seulement sur mon courriel professionnel et par téléphone au bureau);

-Utiliser la communication écrite pour transmettre l’information : Remettre une feuille aide-mémoire aux clients dans laquelle on inscrit : les règles de l’établissement, les
moyens de communication pour parler au professionnel, la relation professionnelle, etc.

-Si une situation similaire se présente :

         - Aviser mon superviseure et lui demander conseil au besoin;

         - Réviser les techniques de communication pouvant m’aider à aborder le sujet.

 

                                                            Professionnel 2

                                                     Attitude respectueuse et ouverture à la critique

Date : 2 février 2011

Modifications: 6 février 2011 et 12 mars 2011

Preuve :

Au cours de cette session d’hiver 2011, j’effectue le cours d’apprentissage par problème dans le bloc santé mentale. J’aime beaucoup ce cours et j’aimerais possiblement travailler avec cette clientèle lors de mon emploi futur. Toutefois, je me suis aperçue, depuis le début du bloc, que j’adoptais parfois des attitudes non professionnelles envers les autres membres du groupe. En effet, j’éprouve  beaucoup de difficultés à accepter la critique. Lorsque mes compères de travail soulignent mes points à améliorer ou mes faiblesses, je le prends très mal et je peux réagir d’une façon brusque et impolie. Par exemple, lors d'une séance d'APP, un participant m'a dit que la piste d'intervention que j'avais soulevée n'était pas appropriée pour le patient. Je me suis alors fâchée et je me suis refermée sur moi-même. Tout le groupe l'a ressenti je crois. J'ai eu tord de réagir de cette façon, car le reste de la séance a été affecté. Cela nuit à la cohésion du groupe et aussi à mon amélioration au sein du groupe. Si je ne suis pas capable d’accepter la critique et de la voir comme une façon de m’améliorer, je ne serai pas en mesure d’apprendre de mes erreurs. Par contre, j’ai été capable de reconnaître mes comportements antiprofessionnels au sein du groupe. Je suis consciente de cette faiblesse et de l’impact qu’elle entraîne sur moi et les autres membres. J'en ai même parlé dans mon auto-évaluation de mi-bloc. Je dois m’améliorer à ce niveau, car tout au long de ma pratique en ergothérapie, j’aurai à accepter les commentaires de mes collègues et ne pas y réagir d’une manière irrespectueuse. Ces commentaires sont instructifs et je dois ajuster ma pratique en fonction de ceux-ci pour être un ergothérapeute compétent.

Réflexion :

Force :

E.7.1.7 Reconnaître les comportements antiprofessionnels des autres dans la pratique et y réagir adéquatement.

Je suis capable de reconnaître mes comportements antiprofessionnels au sein de mon groupe d’APP. Je suis consciente de cette faiblesse et de l’impact qu’elle entraîne sur moi et les autres membres. J'ai fait ressortir cette faiblesse dans mon auto-évaluation de mi-bloc et je sais que c'est un point à améliorer. Être capable de reconnaître les comportements inadéquats et antiprofessionnels est important dans la profession d'ergothérapeute, car cela favorise le travail en équipe et améliore notre pratique individuelle.

Faiblesse :

E.7.1.1 Adopter les comportements professionnels appropriés, y compris l’honnêteté, l’intégrité, l’engagement, la compassion, le respect et l’altruisme.

J’éprouve  beaucoup de difficulté à accepter la critique. Lorsque mes compères de travail soulignent mes points à améliorer ou mes faiblesses, je le prends très mal et je peu réagir d’une façon brusque et impolie. En effet, je deviens fachée, je me referme sur moi et coupe les contatcs avec le groupe. Des réactions antiprofessionnelles comme cela nuieront énormément à mon travail en équipe multidisciplinaire lorsque je serai ergothérapeute. Je dois prendre la critique d'une façon constructive sinon je ne laisse pas place à l'amélioration.

Objectif :

Je réagirai bien aux critiques des mes compères de travail, en adoptant une attitude respectueuse, ouverte et compréhensive, (c'est-à-dire établir un contact visuel, ne pas répondre aux commentaires, avoir un langage non-verbal professionnel) durant une séance d’APP.

Plan d’action :

- Attendre au moins 20 secondes avant de parler afin de bien peser mes mots.

- Écrire sur une feuille ce qui m’a blessée dans le commentaire de l’autre.

- Écrire sur une feuille les choses positives qui pourraient découler de cette critique.

- Travailler sur ce point avant la séance d’APP suivante.

Échéancier : D’ici la fin du bloc santé mentale.

 

Professionnel 1

E.7.2.4 Tenir à jour ses compétences personnelles.

Date : 22/03/2010

Modifications: 06/04/2010   

Dépot revisité: 03/12/2010

Preuve

Au cours de la session dernière et de celle actuelle, j’ai suivi plusieurs cours qui me seront utiles tout au long de ma formation et aussi de ma pratique, tels que l’anatomie du système locomoteur et la physiologie générale et Cognition, émotion et ergothérapie. J’ai passé ces deux cours et j’ai beaucoup aimé la matière présentée. Malheureusement, une fois ces examens cours terminés, je n’ai plus du tout ouvert mes livres et mes notes pour me rafraichir la mémoire. J’ai donc tout oublié ce que j’avais appris. Par exemple, dans mon stage actuel où j'aide les enfants dans leur devoirs en en français, des notions telles que l'apprentissage des lettres et des mots et la dyslexie (vues dans le cours Cognition, émotion et ergothérapie) pourraient m'être utile pour structurer ma façon d'aider l'enfant. Dans ma future profession, je devrai souvent tenir à jours mes compétences pour pouvoir les utiliser en temps et lieu, même celle que je n’utilise pas à tous les jours, car je serai confronté à des cas et des situations cliniques différentes souvent.

Réflexion

Forces : J’ai bien assimilé la matière des deux cours à la première session et de plus je réalise l’importance du contenu des cours pour ma pratique future.

Points à améliorer : Je n’ai pas relu mes notes de cours et mes livres. J’ai mis tout mes apprentissages de côté sans y porter attention.

Objectif : D'ici un mois, j'aurai rafraichi une partie de mon choix de mes apprentissages, à chaque mois, pour maintenir mes compétences à jour.

Objectif revisité: Quelques mois plus tard, je peux affirmer que je n'ai pas atteinds mon objecif fixé. En fait, j'ai relu mes notes de cours comme il était inscrit dans mon plan d'action. Toutefois, cela ma pris envrion une semaine. Après un mois seulement, j'avais oublié à nouveau la matière du cours. Selon moi, je crois que la meilleure solution pour garder à jour ses connaissances et compétences est de rendre l'informations facile d'accès, motivante et intéressante à utiliser. J'ai réalisé que les connaissances que j'ai apprises dans ce cours sont vraiment intéressantes pour tout le monde, même les personnes qui n'étudie pas dans mon domaine. Ce sont des informations faciles à introduire dans des conversations de tous les jours. J'ai donc compris que faire des fiches aide-mémoire avec les informations les plus pertinentes et intéressantes était la meilleure solution. Cela rend l'info accessible à tous et facile d'utilisation. Lors de mon premier dépôt, j'avais cette solution dans mon plan d'action. Malheureusement, je ne l'ai pas fait et je crois que cela a beaucoup influencer l'atteinte de mon objectif.

Alors pour mon dépôt revisité, je dirai que pour l'atteinte du même objectif, je devrais:

- Pendant le temps des fêtes, accorder 2 heures par semaine pour faire des fiches aide-mémoire de mes notes de cours du cours de Cognition. Je peux même décorer les fiches (mettre de la couleur, auto-collants) pour qu'elles deviennent plus attrayantes.

Plan d’action :

-       Lire un chapitre de mes notes de cours à chaque mois.

-       Utiliser ces apprentissages plus souvent dans mes travaux et dans ma vie quotidienne.

-       Me faire des fiches aide-mémoire facile à utiliser.

Échéance : 1 chapitre pour le mois prochain