Portfolio de Anne-Sophie DANDOIS

Ce portfolio comporte du contenu protégé.

Biographie

Image représentant Anne-Sophie DANDOIS

Bonjour! Je m'appelle Anne-Sophie Dandois, j'ai 21ans et je suis étudiante de 3ième année en ergothérapie. J'ai choisi ce programme d'abord pour la relation d'aide mais aussi pour son approche ludique et hollistique. Au cours de la dernière année, j'ai pu constater que cette profession me correspondait et cela me pousse à vouloir poursuivre jusqu'au bout. 

J'ai choisi cette photo  pour me représenter car je la trouve spéciale. C'est un ami qui l'a prise l'an dernier lors de la première tombée de neige. J'aime beaucoup l'hiver et les sports qui y sont rattachés. Une autre de mes passions est voyager surtout vers les destinations soleil. Finalement, mon passe temps préféré est la cuisine, j'adore essayer de nouvelles choses.

J'espère que vous en savez plus sur moi maintenant. Par le biais de ce port-folio, vous pourrez suivre mon évolution concernant les différentes compétences requises pour la pratique de l'ergothérapie tout au long de mon cheminement scolaire.

 

Bilan Général: Mon port-folio est un outil qui réussi à bien illustrer mon cheminement  depuis le début de ma formation au travers des 7 rôles de l’ergothérapeute définis par l’ACE. Cependant, j’ai acquis depuis la dernière année une expérience clinique pertinente grâce au stage qui n’apparaît pas dans mon port-folio. En effet, à ce jour mes dépôts sont surtout théoriques ou hors curriculum ce qui fait en sorte que les liens avec les compétences nécessaires à la pratique future en ergothérapie est plus difficile à établir. Ainsi, je souhaite ajouter de nombreux 5 nouveaux dépôts et 4 dépôts revisités qui viendront enrichir mon port-folio afin d’être cohérent avec mes compétences actuelles dans mes différents rôles. De plus, je trouve important d’inclure des expériences cliniques puisqu’elles sont concrètes et qu’elles nous préparent sans contredit à notre pratique future. Suite à la lecture de mon port-folio, les rôles que j’ai identifiés comme étant ceux sur lesquels je dois le plus travailler sont celui de gestionnaire et celui d’érudit. Je concentrerai donc mon énergie prioritairement sur ces compétences lors de mon stage afin de les développer au maximum. Mes forces ce situent surtout au niveau du rôle de professionnel et de communicateur, je continuerai de les développer au cours de ma formation. En général, je trouve que mes dépôts sont bien construits. Ils respectent la structure demandée et j'arrive à faire de belles réflexion en lien avec l'ergothérapie. Cependant, je remarque que j’ai de la difficulté à identifier mes forces et mes faiblesses ainsi qu’à élaborer des plans d’actions qui sont réalistes et efficaces.

Pour me contacter :

Les sept rôles de l'ergothérapeute selon l'association canadienne des ergothérapeutes

Le profil de pratique de l'ergothérapie au Canada

Profil competences ACE.pdf

Les compétences de l'ergothérapeute selon l'Association Canadienne des ergothérapeutes (Version 2007)

Expert ergothérapeute

Les dépôts faits dans cette section, qui témoignent de mon rôle d’expert, sont en lien avec des compétences  habilitantes décrites dans le guide de l’ACE et la structure est correcte. Cependant, mes dépôts dans le rôle d’expert ne reflètent pas mon niveau actuel de compétence. En effet, j’ai acquis de l’expérience en stage concernant l’évaluation, la prise en charge et le raisonnement clinique que je ne possédais pas lors de mes derniers dépôts. Ainsi, il serait pertinent d’ajouter un dépôt pour illustrer où j’en suis rendu dans mon apprentissage et mes difficultés.

 

28 janvier 2012

Compétence : E.1.3 Procéder à une évaluation complète et adéquate du rendement occupationnel.

Preuve : Lors de mon stage de 3ième année cet automne, j’ai procédé à l’évaluation de plusieurs clients. Au début, ma superviseure m’encadrait pour m’aider à déterminer les différents aspects à évaluer (préparation de repas, bilan moteur, transfert). Mes premiers patients présentaient des caractéristiques très similaires (femme âgée, fx hanche ou genou, pas de problème cognitif) et donc les évaluations étaient pratiquement les mêmes chaque fois. Cela m'a permis d'apprendre à bien maitriser ces évaluation, j'étais confiante et efficace lors de leurs passations avec les clients. Mais, je suis embarquée sur le pilote automatique et je ne réfléchissais plus de manière poussé aux évaluations que je voulais faire, j’utilisais toujours la même série. Cependant, lorsque j’ai été confronté à un patient différent  (homme, aveugle, léger trouble cognitif) j’ai tout de même effectué les mêmes évaluations que j’avais l’habitude de faire depuis le début de mon stage. Je me suis vite rendu compte en commençant ma rédaction qu’il me manquait beaucoup d’informations notamment concernant la manière dont il se débrouillait à la maison en dépit de son handicap visuel. Je me suis ajusté lors de la rencontre suivante en le questionnant à se sujet j’ai alors pu mieux comprendre les difficultés vécues par mon client dans son quotidien.

 

Réflexion : Dans cette preuve, on voit que je me suis écarté de mon rôle d’expert. En effet, je manquer de vigilance concernant le choix des évaluations nécessaires ce qui a fait en sorte que, lorsque j’ai été confronté à un cas différent, mon évaluation n’était ni adéquate et ni complète dans un premier temps. Heureusement, j’ai pu me réajuster en cours de route lorsque j’ai constaté mon erreur. J’ai pu compléter mon évaluation de sorte que le portait de la personne, de son environnement et de ses occupations étaient plus clairs pour moi me permettant de mettre en œuvre un plan de traitement. Un ergothérapeute expert de l’occupation ne doit pas accomplir ses évaluations et interventions de manière automatique car cela appauvrit grandement la qualité des services qu’il offre alors. Il doit toujours y avoir un processus de raisonnement clinique qui sou tendent chacune de nos actions. Cette expérience ma fait réaliser à quel point cet élément était important dans la pratique en ergothérapie.

 

Points forts : - comprendre les défis occupationnels vécus par les patients

                   - Je maitrise bien l’évaluation de la préparation de repas et le bilan moteur

 

Points faibles : - Faire un plan d’évaluation qui tient compte des
                        caractéristiques spécifiques de la personne

 

 

Objectif : D’ici la fin de mon stage de maitrise (hiver 2013), je serai en mesure de produire un plan d’évaluation complet et adéquat suite à l’entrevue initiale et à la lecture du dossier des clients.

 

Plan d’action :

-Je guiderai mon évaluation à l’aide d’un modèle ergothérapique  (MCRO, MOHO) afin d’avoir une bonne idée des informations essentielles que j’ai besoin de recueillir.

- Je m’accorderai une période de réflexion d’au moins 20 min pour choisir mes évaluations afin de bien analyser les enjeux pour chacun des cas que j’aurai à prendre en charge. Afin de faire un choix éclairé, je me réfèrerai à mes livres de référence, je chercherai des données probantes et questionnerai ma superviseure au besoin.

 

 

03 février 2011 modification 27 février 11, 24 mars 11,28 mars 11

Rôle : E.1.4  Appliquer l’expertise et le raisonnement professionnel de base.

 Preuve : Lors de ma première séance d’APP à l’hiver 2011 dans le volet santé mentale, nous devions intégrer le modèle de l’occupation humaine de Kielhofner dans notre carte conceptuelle. Cela m’a déstabilisé car je ne maitrisais pas du tout le modèle puisque je ne l’avais pas révisée avant la séance. J’ai donc essayé de faire de mon mieux, mais je n’ai pas été d’une grande utilité pour mon groupe, surtout que nous avons passé la majorité de la période à essayer de classer les informations dans le modèle. Je n’ai donc pas participé autant que je l’aurais voulu. Cependant, lors de ma période d’étude personnelle entre l’allé et le retour, je me suis assurer de bien réviser mes notes sur le modèle et de faire toutes les lectures nécessaires afin de bien maitriser le modèle. Pour ce faire, j'ai lu le chapitre sur le MOHO dans le Duncan ainsi que celui dans le Cole et 2 articles suggérés par nos professeurs à ce sujet. De plus, je suis retournée voir les notes que j'avais prises l'an dernier pendant le cours traitant de ce modèle.  Ainsi, au retour j’ai pu apporter une bonne contribution au groupe et j’ai pu aider à intégrer notre cas et les interventions avec le modèle. Par contre, même après toutes mes recherches, certains aspects du modèle restaient encore ambigus pour moi et à quelques reprises j’étais confuse et je me trompais dans ma classification.

 Réflexion : Dans cette preuve, on peut voir qu’au début je n’ai pas réussi à utiliser efficacement le modèle de l’occupation humaine, qui est un modèle très pertinent en ergothérapie. J’étais mal préparée et je ne comprenais pas très bien chacune des composantes du modèle. Ainsi donc, je n’agissais pas à titre d’experte compétente dans mon groupe à ce moment. Mais j’ai vite compris l’importance d’utiliser un modèle pour structuré les interventions en ergothérapie. C’est pourquoi, j’ai entrepris des recherches pour mieux maitriser le modèle et ainsi agir à titre d’experte lors de la prochaine rencontre. Il est vraiment important de maitriser plusieurs modèles afin de pouvoir toujours supporter nos interventions et choisir celui qui s’applique le mieux dans une situation donnée. Pour le futur, je devrai m’assurer de bien maitriser les théories, les modèles et les cadres conceptuels pertinents en ergothérapie afin de répondre aux attentes et de toujours assurer une pratique experte à mes clients.

 

Points forts :  Je suis capable de prendre mes responsabilités et faire les démarches nécessaires  pour bien comprendre les modèles. Ainsi, j'acquière des connaissances sur les modèles qui me permettent d'avoir les atouts me permettant d'agir à titre d'experte de l'occupation.Lorsque je ne comprend pas bien un modèle je suis capable d'aller chercher les informations qui manquent à ma compréhension afin d'être en mesure de pouvoir appliquer le modèle adéquatement et ainsi agir en experte de la profession.

                     -  Lorsque je maitrise un modèle je suis capable de l’intégrer pour  un cas donné. Ce qui est une caractéristique de l'expert ergothérapeute que je devrai maitriser plus tard dans ma pratique.

 

Points faibles : - J’ai de la difficulté à comprendre toute les subtilités d’un modèle ce qui me rend confuse parfois. Ainsi je fais des erreurs qui m'empêchent de bien classer les informations concernant le client et je peux oublier des éléments importants. Il est important de bien intégrer le modèle, afin de soutenir notre pratique et de s'assurer de bien comprendre notre client pour être expertcela m'empêchant d'être experte.               

-  Ma compréhension des modèles est parfois précaireconfuseavant de les  avoir appliqués 1 fois ce qui fait que lorsqu’on voit un nouveau modèle en APP je suis moins à l’aise. Cela implique que lors de ces APP je n'agisse pas à titre d'experte car je ne comprend pas bien le modèle et je ne suis pas capable de l'intégrer adéquatement. Dans le futur, j'aurai à faire face à différente situation et j'aurai a choisir le modèle le plus approprié à un cas. Je devrai donc avoir une banque de modèle en tête à maitriser afin d'être experte en tout temps même face a une situation nouvelle.

 

Objectifs :

D’ici la fin de la session d’hiver d’APP, je maitriserai bien tout les modèles que nous auront vu jusqu'à date et je serai capable d’en démontrer ma compréhension a mon équipe d’APP en intégrant d’une manière appropriés les différents concepts.je serai capable de classifier les éléments des vignettes dans les bonnes catégories du MOHO. Afin d'évaluer l'atteinte de mon objectif,lors de chaque APP je vais dire à mon équipe comment j'envisage l'organisation du modèle ainsi on pourra voir mon évolution et lorsque le groupe et la tutrice approuveront mon idée cela signifiera que j'ai atteint mon objectif et que je maitriserai bien le modèle.

 

Plan d’action :

Je ferai des schémas des différents modèles que nous avons vu jusqu'à maintenant et je les détaillerai avec des exemples afin d’avoir une idée plus claire de chaque modèle et de comment les appliquer. En cas de doute lors de la production de mes schémas, je questionnerai mes collègues ou mes professeurs afin qu’ils me guident dans ma compréhension des modèles. Ainsi, je pourrai agir à titre d’experte de l’occupation dans ma pratique future.

 

1er février 10

Rôle: E.1.2  Il faut savoir reconnaître les limites de son expertise professionnelle.

Preuve:

 La semaine dernière j'ai commencé mon stage en milieu communautaire. J'accompagne un groupe de personnes atteintes de déficience intellectuelle. C'était la première fois que je travaillais avec des personnes qui ont cette maladie, je ne savais donc pas vraiment comment agir et j'ai tenté de me débrouillé du mieux que j'ai pu. Ma superviseure semblait avoir entièrement confiance en moi. À un moment donné, une jeune me prend par la main et me dit que je dois l'aider à aller à la toilette. Je ne savais pas comment procéder...J’ai d’abord paniqué puis, j’ai finalement décidé d'aller chercher ma superviseure pour lui expliquer la situation et savoir quoi faire. Elle a tout de suite pris la situation en main.

Réflexion :

On voit dans cette preuve que j’ai su reconnaître mes propres limites quant à mon expertise. J’ai choisi d’aller chercher de l’aide plutôt que de tenter d’aider la petite comme elle me l’avait demandé car je savais que je n’avais pas les compétences requises pour bien l’assister et j’aurais pu la blesser en tentant de l’aider. Des situations du genre risque de se présenter souvent au cours de ma future pratique ergothérapique et c’est la l’attitude que je devrai adopter. À ce jour, j’ai rarement été confronté à se genre de situation et c’est pour cela que j’ai paniqué au début. Cela m’arrive souvent quand je sens qu’une situation m’échappe. Je stresse et ça me prend un petit moment avant de mettre mes idées en place pour trouver une solution. De plus, je me suis senti un peu inutile et frustrée par mon manque de compétence, n’étant pas en mesure de l’aider.

Points forts :

- Lorsque je ne me sens pas à l’aise à poser une action je ne prends pas de risques inutiles

-Je n’hésite pas à demander de l’aide à des personnes compétentes

 - Je pense avant tout à la sécurité d’autrui et à la mienne

Points faibles :

- J’ai tendance à paniquer devant un problème

- Je ne suis pas parfaitement à l’aise avec mes limites, elles me font parfois sentir incompétente.

Objectif : 

J’aimerais être plus à l'aise avec mes limitations, pour ainsi dimininuer la tension qui m'habite lorsque je suis confronter à de nouvelles situations, et ce, d'ici la fin de la session. Je crois que c'est important, car elles font partie de moi et que je dois apprendre à les respecter à titre d’experte de l’occupation dans la pratique de l’ergothérapie. D'ici la fin de l'été, je serai en mesure de garder mon calme face à une situation inattendue afin de pouvoir réagir d'une manière appropriée et sécuritaire en tout temps. Cela est un aspect essentiel que je devrai maitrisé à titre d'experte ergothérapeute car dans ma pratique, je serai constament confronté à des situations nouvelles.

Plan d’action :

Pour arriver à mieux accepter mes limitations, je vais d’abord les identifier pour ensuite me familiariser avec elles.  Pour arriver à mieux gérer ma panique devant une situation, je devrai d'abord avoir une meilleure confiance en moi.Pour ce faire, d’ici la fin du mois je vais dresser un tableau de mes forces et faiblesses/limitations que je mettrai régulièrement à jour. Ainsi, j’en saurai plus sur moi et il me sera plus facile de m’accepter. En outre, je pourrai analyser mes limitations et trouver des solutions ce qui me redonnera confiance en mes capacités. Ensuite, lorsqu'une situation stressante se présentera à moi, j'appliquerai certaine techniques de relaxation afin de rester calme. Je prendrai de grandes respirations et j'essairai de faire le vide dans ma tête quelques secondes afin de pouvoir mieux me concentrer. Après, lorsque je me retrouverai seule, je tacherai de faire ressortir les points positifs de la situation/réaction pour me redonner confiance.

Communicateur

Dans ce rôle, mes dépôts ne sont pas classer en ordre chronologique. Toutefois, bien que certains dépôts manquent de raffinement ils illustrent bien mes compétences actuelles. Les éléments énoncés font ressortir les éléments que je dois continuer à travailler notamment prendre de l’assurance pour m’exprimer afin de devenir une bonne ergothérapeute. Je considère que je devrais revisiter mon dépôt relatif à l'adaptation de la communication afin d’appuyer mes expériences antérieures avec de nouvelles expériences reflétant mes compétences dans d’autres circonstance permettant ainsi de bien voir ou j’en suis rendu. J'ajouterai aussi un nouveau dépôt pour illustrer ma capacité à donner de la rétroaction tel qu'expérimenté dans le cours Port-folio en 3ième année.

 

22 mars 2012

Donner de la rétroaction à des pairs

Preuve :

En 3ième année au programme d’ergothérapie, dans le cadre du cours de portfolio nous sommes amenés à faire de la rétroaction à nos pairs sur leurs différents dépôts. Cela demande beaucoup de réflexion d’abord pour cibler les informations qui seront le plus utiles pour la personne puis pour trouver la manière de tout formuler de manière à ce que les commentaires soient acceptés de manière positive. Chaque fois, j’essayais de trouver des points négatifs et positifs à transmettre à la personne. Je me suis rendu compte que dans les premières rétroactions que j’ai fait, c’était plus facile pour moi de trouver des points négatifs précis et que mes commentaires positifs étaient plutôt généraux. De ce fait, les commentaires positifs étaient plutôt impersonnels et perdaient de leur valeur ce qui n’encourageait ni n’orientait la personne de manière adéquate. Par la suite, je me suis assurée de prendre le temps de cibler des points positifs précis et d’apporter des solutions pour les points à améliorer mais c’est encore un défi pour moi. Cependant, toutes mes rétroactions ont toujours témoignées du respect envers le destinataire visé.

Réflexion :

Une bonne rétroaction doit être précise et faire avancer la personne dans son cheminement. Elle ne doit pas juger la personne et doit être écrite de manière respectueuse. Pour avoir un impact, les informations transmises doivent être concrètes autant en ce qui attrait aux points positifs que négatifs sinon ils ne sont que minimalement considérés. Il est important pour un ergothérapeute de savoir faire une rétroaction positive et efficace notamment lorsqu’elle assure la formation d’une stagiaire où lors de l’animation de groupe de thérapies. Les patients ont besoins de se faire encourager et orienter par la thérapeute afin de s’améliorer et prendre de l’assurance. C’est un art que de donner de la rétroaction.

Point fort :

- Je suis capable de transmettre de l’information de manière respectueuse.

Point faible :

-J’ai de la difficulté à donner une rétroaction précise

Objectif :

D’ici la fin de ma maîtrise en ergothérapie,  les rétroactions que je donnerai comprendront au moins 3 points positifs et négatifs précis.

Plan d’action :

-Je consulterai les rétroactions de portfolio que j’ai reçu par le passé afin de m’inspirer du travail de professionnel compétent pour réaliser cette tâche.

-Lorsque je recevrai une demande de rétroaction pour le portfolio ou autre, je séparerai le tout en petite section que j’analyserai pour avoir une vision pointu et pouvoir faire ressortir les forces et faiblesses.

-En cas de doute, je consulterai mes pairs pour qu’ils m’aident à cibler les points clés et qu’ils me donnent leur avis quant aux éléments les plus pertinents.

 

24 mars 2010

Rôle : E. 2.1.1 Établir un dialogue efficace en faisant preuve d’une écoute active.

Preuve : Dans mon stage en milieu communautaire pour la déficience intellectuelle, je devais animer un groupe d’adulte atteint de déficience intellectuelle.présentant la maladie. Je me suis vite rendu compte que chaque membre nécessitait une attention particulière et que chacun avait son mot à dire. Plusieurs étaient de vrai moulin à parole et tout le monde me parlait en même temps. Je n’arrivais pas à établir un ordre de parole parmi les participants. Je me concentrais alors sur plusieurs conversations en même temps, ce qui fait que l’écoute que j’offrais à mes protégés était souvent très superficielle et je répondais aussi très vaguement. Je n’aimais pas cette situation car j’avais l’impression de n’avoir écouté personne et j’ai peur qu’ils se soient sentis peu important bien qu’ils ne l’aient jamais laissé paraître. Je m’assurais cependant de toujours revenir sur le sujet avec la personne plus tard dans la journée, lorsque la situation me permettait de lui offrir une bonne écoute.

Réflexion : On voit que dans cette preuve je n’ai pas réussi à être une bonne communicatrice car je n’arrivais pas à offrir une écoute active à mes clients. Cela est arrivé car je devais divisée mon attention sur plusieurs personnes en même temps, étant incapable de gérer à qui le tour de parole dans le groupe. J’essayais dans donner un peu à tout le monde mais au bout du compte ce n’était peut-être pas la meilleur solution. En temps normal, je fais toujours preuve d’écoute active dans mes relations un à un. C’était la première fois que j’expérimentais le « groupe » et j’ai trouvé cela beaucoup plus difficile à appliquer. Cependant, je suis consciente que l’écoute active est un élément essentiel à ne pas négliger dans n’importe quelle activité ou thérapie de groupe. C’est encore plus vrai en ergothérapie, où c’est une erreur monumentale à ne pas commettre car la communication est à la base de toute bonne relation thérapeutique. Le client doit se sentir important et écouté s’il veut se confier.

Points forts : -    Je réalise l’impact que mes actions peuvent avoir sur les autres

-       Je cherche toujours à réparer mes erreurs pour ne pas blesser les autres

Points faibles :-  Je ne suis pas à l’aise de faire de la discipline (comme: à qui le tour de parler) dans un groupe d’adulte, même s’ils présentent une déficience et que cela fait partie de mes responsabilités.

Objectif : d’ici la fin de la session prochaine, je serai capaple de faire de la discipline dans un groupe, notamment au niveau du respect des droits de parole.J’aimerais être capable et à l’aise de faire de la discipline dans un groupe . Mon cheminement pourra être observé lors de mon implication dans les travaux d’équipes.  Ceci est un aspect que je dois absolument améliorer pour être en mesure d’être une communicatrice compétente plus tard lorsque je serai ergothérapeute. En effet, les thérapies de groupes sont très fréquentes dans la profession et la discipline me permettra d’offrir une écoute active à tous mes patients.

Plan d’action : Pour y arriver, je demanderai des conseils à ma superviseure de stage ainsi qu’aux autres intervenants, pour savoir comment ils procèdent pour faire la discipline dans les groupes. De plus, lors des futurs travaux d’équipes, je tenterai d’occuper une place plus active afin de me familiariser avec la discipline pour éviter que tout le monde ne parlent en même temps afin d'établir un dialogue efficace et propice à l'écoute. 

 

28 octobre 10, modification 11 nov. 10, modification 26 nov. 10

Rôle : établir un dialogue efficace en utilisant un langage simple et compréhensible.

Preuve : Pendant ma première expérience en groupe d’APP, j’ai réalisé que j’avais parfois de la difficulté à m’exprimer clairement. En effet, je cherchais souvent mes mots et je bafouillais lorsque l’attention était portée sur moi. Quand je disais spontanément ce que je pensais tout allait bien, j’avais de bonnes idées. Par contre, ça se compliquait  lorsque je devais répéter, mon  idée, plus fort pour que tout le monde entende. Ceci à été observable une fois en particulier: J'étais bien préparé pour mon APP au retour et j'avais trouvé une information vraiment pertinente, je l'ai donc dit spontanément au moment propice mais ce n'est pas tout le monde qui a entendu. Ma monitrice, à retenu mon commentaire et m'a demandé de le répèter à tout le monde puisque c'était pertinent. Je me suis alors mise à bafouiller et je ne savais plus ce que je disais. Jétais vraiment gênée puisque je sentais que tout le monde m'écoutait. Une collègue est venue à mon aide et j'ai pu poursuivre avec plus de cohérence, mais sur le coup, mon explication était loin d'être claire. Malgré tout,  j’essaye toujours d’exprimer mes idées mêmes si ca ne sort pas tout le temps comme  je le voudrais.

Réflexion : Dans cette preuve, on peut voir que ma communication n’est pas vraiment efficace à cause de ma gêne. Le fait d’avoir toute l’attention sur moi me stress beaucoup et je n’arrive plus à me concentrer totalement sur ce que je dis. Inévitablement, cela nuit à la compréhensibilité de mon discours. J’ai de bonnes idées et je n’arrive pas toujours à les transmettre comme je le voudrais car je suis trop gêné et cela me désappointe et me stress encore plus.  Pour le futur, je devrai apprendre à gérer mon stress et à garder le focus sur ce que je dis afin de bien transmettre l’information dans le cadre d’une relation d’aide en ergo. Les rencontres multi-disciplinaires feront aussi parties de mon quotidien et j'aurai à défendre mes points de vue quant à la prise de décision concernant les patients. Pour ce faire, je devrai bien m'exprimer sinon les autres ne tiendrons pas compte d'informations qui semble incertaines. Ma manière de communiquer traduira de ma maîtrise de la situation et c'est ce que je devrai toujours démontrer dans ma pratique.

Points forts :- je veux partager mes idées pour aider les autres
                  - Je suis capable d'accepter l'aide des autres ce qui me permet de
                   surmonter mes problèmes et reprendre le contrôle de la
                   situation et je ne laisse pas les autres faire tout à ma place
                   non plus. Je fait preuve d'une bonne écoute active ce qui me
                    permet de toujours suivre la discussion et pouvoir apporter des
                    interventions pertinentes en lien avec le sujet du moment
.

                   - je persévère à essayer de parler même si je suis très gêné
                   - Même si je suis très gêné, je partage mes idées avec les
                    autres, ainsi je fais ma part dans le groupe et je ne me laisse
                    pas abattre par une mauvaise performance. Ce qui me permet
                    de continuer à me pratiquer pour m'améliorer.

Points faibles : - Je suis gêné et cela me fait bafouiller
                      - Je me mets beaucoup de pression lorsque je dois m'exprimer
                        devant les autres. Ca me stress énormément et j'ai de la
                        difficulté à le gèrer. Cela interfère dans ma capacité à

                        communiquer car cela me fait bafouiller.

                         - J’ai de la difficulté à supporter d’être le centre d’attention
                           (surtout quand je dois répéter mes idées)

Objectif : D’ici la fin du bloc adulte en APP,  je serais capable de reformuler mes idées  afin de les faire approuver par le groupe sans bafouiller. Ainsi, Je serai en mesure d'établir un dialogue efficace dans mes travaux et ma future pratique.

Plan d’action : Pour y arriver, je devrai m’exposer à cette situation. Alors, chaque fois que je prendrai la parole en groupe, je ferai l’exercice de répéter pour que tout le monde est entendu et compris mon  idée. Ensuite, j’utiliserai des techniques de relaxation (comme des respirations) lorsque je sens que je perds le focus sur ce que je dois dire pour m’aider à garder le contrôle et faire abstraction du stress.

 

5 novembre 09, dépôt revisité 30 janvier 2012

Communicateur:

Rôle : E.2.1.7 Adapter le mode de communication pour veiller à ce que les barrières à la communication (p. ex., langage, perte auditive, perte de vision, incapacité de communiquer verbalement, perte cognitive) n’aient pas de conséquences sur la capacité du client de diriger son propre processus de soins.

Preuve :

Preuve extra-curriculum: J’étais hôtesse chez pfk depuis 3 ans. Chaque semaine, je rencontre une multitude de clients très différents les uns des autres. Chaque fois je dois adapter ma manière de m’exprimer dépendant de la personne pour réussir à me faire comprendre. Le mois dernier, une dame à moitié sourde et muette est venue commander. Au début, j’étais un peu déstabilisée mais ensuite j’ai commencé à lui faire des gestes et lui pointer les choses tout en parlant très lentement. Je dois avouer que cela n’a pas été simple d’arriver à se comprendre, j’ai dû m’y prendre plus d’une fois mais nous avons tout de même réussi après quelques minutes.
Preuve intra-curriculum : Lors de mon stage de 3e année, un de mes patients souffrait de DMLA ce qui entravait considérablement sa vue. Je devais évaluer ses fonctions cognitives suite à des questionnements émis par l’infirmière à ce sujet. Cependant, tous les tests cognitifs que j’avais à ma disponibilité comprenaient une partie écrite qu’il n’arrivait pas à lire en raison de ses troubles visuels. J’ai d’abord pensé à éliminer cette section mais il me manquerait alors plusieurs informations pertinentes. J’ai alors décidé de tenter d’adapter le test en grossissant les images plusieurs fois par ordinateur et en passant au crayon permanant par-dessus pour accentuer les contrastes. Mon patient avait encore un peu de difficulté mais il a tout de même réussi à exécuter la tâche et comprendre la majorité des questions qui lui étaient demandées grâce à l’adaptation du matériel et des indications verbales claires. Cependant, lorsqu’il fesait des erreurs, je me questionnais toujours sur l’impact de sa déficience visuelle ce qui venait biaiser les résultats.

Réflexion :

Dans ces 2 preuves, on voit que j’ai tenté d’adapter mon mode de communication à la personne bien que cela aurait pu être plus efficace. L’adaptation du langage est très importante dans la communication, elle permet notamment de transmettre les informations, de faire comprendre à la personne ce qu’on attend d’elle et de favoriser la relation thérapeutique. J’ai démontré que c’est important pour moi mais je devrais améliorer mes techniques pour m’adapter à toutes les situations. Je crois qu'en étant encore plus attentive au langage non-verbal de la personne, je serais peut-être plus en mesure de m'adapter  à ses besoins pendant la communication. Dans ma future pratique d'ergo, je vais rencontrer plusieurs patients et il sera important que je sache m'adapter à chacun d'eux pour être efficace en thérapie. Je devrai développer des techniques pour y arriver. Les barrières à la communication peuvent être multiples, tel que j’ai pu le démontrer dans mes preuves. (auditive, visuelle)Chacune peut toutefois se résoudre à condition d’être imaginatif et réceptif aux difficultés vécues par la personne.

Points forts :    - Je suis à l’écoute des gens et j’essaye de leur faciliter la 
                        tâche le plus possible
                      -Je suis capable de générer des solutions pour adapter mon
                         langage. Cela est important pour ma pratique future puisque je rencontrerai très certainement des patients avec divers problèmes liés à la communications et je devrai être capable de composer avec eux.

Points faibles :- Je suis facilement déstabilisée par une nouvelle 
                       situation.             
                     - Mes stratégies d’adaptation de la communication n’entrainent
                       pas une amélioration optimale. En tant que future ergothérapeute, je devrai développer des stratégies de communication optimale afin de mener à bien mes interventions.

Objectif : Je voudrais être mieux préparée à toutes les éventualités qui pourraient se présenter à moi pour ne pas être déstabilisée par une situation différente et donc d’être plus en mesure d’adapter mon langage correctement.
D’ici la fin de mon stage de maîtrise, je serai capable d’adapter ma communication orale et écrite aux besoins des différentes personnes, de sorte à recueillir toute l’information nécessaire pour compléter une évaluation fonctionnelle.

Plan d’action : Je m’informerai sur les différents troubles qui peuvent affecter la communication chez une personne d’ici 4 mois. 

Pour ce faire, je commencerai par lire le dossier des patients avant de les rencontrer afin d'identifier les difficultés potentielles liées à la communication qu'ils pourraient présenter. Je me documenterai sur les différentes pathologies que la personne présente afin de voir qu'elle impact elles peuvent avoir sur la communication.

Ensuite, je déterminerai une approche à adopter avec eux. Je ferai d'abord un brain storming d'idée sur les moyens d'adapter ma communication. Je me baserai sur mes expériences antérieures et ma logique pour sélectionner celles qui me semblent le plus pertinentes. En cas de doute, je les ferai valider par ma superviseure .

Au cours de mes prochaines journées de  stages, j'essaierai de prendre connaissance du dossier de mes patients avant les rencontres, chaques fois que cela sera possible, pour en ressortir les informations pertinentes sur les troubles ou la personnalité de la personne qui risquent d'affecter la communication. Je pourrai ainsi mieux me préparer et je pourrai adapter mon language en conséquence. Je ferai cela tout au long de ma pratique future. De plus, je m'informerai au près de ma superviseure de stage et de ses collègues pour savoir comment elles réagiraient devant certaines situations d'ici la fin du stage.

 

Collaborateur

Dans ce rôle, je dois continuer à améliorer mon leadership tel que mentionné dans mes dépôts. C’est un élément sur lequel je travaille beaucoup depuis le début de ma formation et je dois poursuivre mes efforts dans cette direction. Mes plans d'actions m'ont été utiles pour cheminer. En outre, je crois que mes dépôts actuels sont bien construits et reflète mes capacités. Toutefois, l'ajout d'un nouveau dépôt serait pertinent car je n’ai pas encore abordé la communication dans le cadre d’une équipe interdisciplinaire que j’ai eu la chance depuis d’expérimenter en stage et en activité interdisciplinaire.

 

23 février 2012

E.3.1 Travailler efficacement dans des équipes interprofessionnelles et intra professionnelles.

Preuve :

 Lors de mon stage de troisième année en URFI, j’ai participé à de nombreuses rencontres interdisciplinaires. L’infirmière chef était en charge de diriger ces rencontres en se basant sur un plan prédéterminé détaillant les points à discuter. Chaque professionnel avait des points qui lui étaient attribués de manière informelle. Ainsi, le médecin parlait de la condition médicale, la TS du contexte sociale, la physio de la mobilité et l’ergo des AVD. Automatiquement, dès que le professionnel désigné terminait son point, l’infirmière chef passait au point suivant. Une fois, lors d’une rencontre à propos d’une de mes patientes, j’avais une information importante à communiquer quelques points importants à partager avec l’équipe concernant la mobilité, point couvert par la physio, mais lorsque celle-ci à terminer son exposé, je n’ai pas osé m’exprimer car déjà, le second point était abordé. Je savais que je devais absolument intervenir car une décision devait être prise quant à la surveillance lors des déplacements et mes observations en activités différaient de celles de la physio et la patiente m’avait aussi rapporté ses attentes à ce propos.  J’étais mal alaise d’interrompre la discussion de l’équipe d’autant plus que je considérais que l’opinion de la physio supplantait la mienne en matière de mobilité. Ma superviseure voyant que je n’intervenais pas, m'a fait un petit signe pour m’encourager à partager mon point de vue afin que la collaboration entre le reste de l'équipe et moi soit optimale parler et cela m'a donné la confiance nécessaire pour transmettre mes informations à l’équipe. Grâce à cela, nous avons pu prendre une décision éclairée en regard des capacités réelles et des attentes de la patiente.

Réflexion :

On voit dans cette preuve que j’ai eu de la difficulté à agir à titre de collaboratrice compétente au sein de l’équipe interdisciplinaire. En effet, si ma superviseure n’était pas intervenue, j’aurais omis d’informer l’équipe de mes observations et  des attentes de la cliente relatives à la mobilité ce qui aurait compromis l’élaboration d’un plan de traitement centré sur le client. L’ergothérapeute est un membre à part entière de l’équipe interdisciplinaire. Cela implique qu’il est de son devoir d’agir en collaboration avec les autres professionnels en les questionnant et en les informant, autant en ce qui attrait aux AVQ, AVD, qu’a tout autres éléments relatifs à la personne, son environnement et ses occupations. Plusieurs éléments, tels que la mobilité, peuvent être compris de manière différente et complémentaire par l’ergothérapeute et la physiothérapeute, d’où l’importance d’agir en collaboration étroite. La divergence d’opinion au sein de l’équipe, lorsqu’elle est abordée de manière respectueuse, favorise la réflexion et la prise de décision éclairée.

Points forts :

- J’essaye de favoriser une approche centrée sur le client dans l’équipe en les informant des attentes  du patient. Compétence habilitante maîtrisée:E.3.1.3 Faire participer le client à titre de membre actif de l’équipe lorsque cela est possible.

Points faibles :

- J’ai de la difficulté à comprendre les rôles et responsabilités des membres de l’équipe. Ainsi, je minimise mon importance au sein de l’équipe au profit des autres professionnels plus expérimentés. Compétence habilitante à améliorer: E.3.1.1 Démontrer une compréhension des rôles et des responsabilités des membres de l’équipe.

- Je n’ose pas exprimer mon point de vu lorsqu’il diffère de celui des autres professionnels ce qui ne permet pas une prise de décision partagé. Compétence habilitante à améliorer: E.3.1.5 Travailler avec les membres de l’équipe en utilisant la prise de décision partagée afin de répondre aux besoins du client.

 

Objectif : Lors de mon stage de maîtrise, je serai capable de faire ferai valoir mon opinion professionnelle au sein de l’équipe interdisciplinaire 5 fois pendant la durée du stage lorsqu’une décision devra être prise et que je détiendrai des informations pertinentes.

 

Plan d’action :

 -Pour se faire, avant chaque rencontre, je me ferai un résumé des points que je veux aborder en réunion. Cela me servira de guide et je pourrai m’y référer, chacun des points écrits devra être communiqué.

 -Je m’assurerai aussi de bien comprendre et maitriser chacun des éléments ce qui me donnera confiance que ce que j’apporte à l’équipe est pertinent et fiable.

-Je prendrai connaissance des notes de suivi/évaluations/ rapports des autres professionnels régulièrement et communiquerai avec eux au besoin de manière informelle pour être au courant de l’évolution du patient. Ainsi, je pourrai convenablement me préparer pour la rencontre multi et savoir sur quoi je dois concentrer mes énergies avec le patient.

 

26 novembre 10

rôle: Présider ou participer efficacement aux réunions de groupes afin de gérer et résoudre les conflits dans le but de travailler efficacement en équipe.

Preuve: Cette année en APP, j'ai expérimenté le rôle d'animatrice au sein de mon groupe. Lors de l'aller, ce fut une expérience difficile pour moi. J'étais très gêné car je déteste prendre la place. Je n'ai pas beaucoup parler lors de cette rencontre et cela a beaucoup nuit au groupe. En effet, nous avons perdu énormément de temps car les membres n'arrivait pas à se mettre d'accord et je n'étais pas la pour pousser le groupe à faire consensus rapidement. À la fin de l'APP, une coéquipière est venu me parler pour me dire de prendre plus de place lors du retour. J'y ai pensé toute la semaine et c'est ce que j'ai fait. Au retour j'étais une toute nouvelle personne; j'ai diriger le groupe fermement et respectueusement en donnant les droits de parole et en amenant le groupe à s'entendre en sollicitant leur accord sur les points dont nous discutions. Nous avons, tout de même perdu un peu de temps sur des désaccords car je me sentais mal d'insister lorsque mes interventions tombaient à plat, mais c'était tout de même beaucoup mieux.

réflexion: Dans cette preuve, on voit que je me suis impliqué dans mon rôle d'animateur lors du retour agissant ainsi à titre de bon gestionnaire en guidant le groupe pour gérer et résoudre les conflits. Je ne me suis pas senti très à l'aise dans ce rôle et c'est pourquoi j'ai parfois laissé le groupe prendre le dessus. Ca m'a demandé beaucoup d'effort et ce n'était pas naturel pour moi de présider mais j'ai compris que c'était essentiel que j'assume bien mon rôle pour le bien de l'équipe à cause de l'échec que j'ai vécu lors de ma première performance. Dans ma future pratique d'ergothérapeute, je devrai travailler en équipe et quelqu'un devra occuper ce rôle pour veiller au bon fonctionnement du groupe. Je dois être en mesure d'occuper cette position quand la situation se présentera afin de maximiser le temps que nous auront puisqu'il est précieux.

points forts: - Je suis capable de guider le groupe d'une manière respectueuse
                    propice à la collaboration en restant toujours calme.

                  - Je comprend l'importance de bien m'acquitter de mon rôle dans
                   un groupe afin de favoriser une bonne collaboration en aidant à
                   gèrer les conflits.

points faibles: - Je ne suis pas à l'aise de diriger les autres et de faire de la
                      discipline au près de mes pairs et cela m'empêche de
                      m'acquitter de mon rôle aussi bien que je le voudrais. 

                     - Je me laisse parfois piler sur les pieds et j'abandonne un peu
                       lorsque je ne recoit pas l'appui ou la réponse des autres que
                       j'ai demandé en tant qu'animateur.

objectif: La prochaine fois que je serai animatrice dans mon groupe d'APP (hiver -printemps 2011) j'occuperai mon rôle avec assurance en gèrant les conflits rapidement, ce qui sera observable en finissant la rencontre dans les temps en ayant atteint tous les objectifs.

plan d'action: Une de mes bonnes amies est une animatrice dans l'âme. C'est elle qui m'avait donné quelques trucs entre l'aller et le retour. Je compte lui demander encore des conseils pour m'améliorer. Je me pratiquerai aussi à faire le rôle d'animatrice avec mes amies lorsque nous feront nos séances d'études quotidiennes ensembles afin d'améliorer mon approche en écoutant leur appréciation de mes performances.

 

 02 octobre 09

 Rôle : E.3.2 travailler efficacement en équipe à fin de gérer et résoudre les conflits

 Preuve : En vue de se préparer convenablement pour le premier examen d'anatomie, mes amies et moi avons décidées de se réunir quelques fois pour former un groupe d'études. Cela a été très positif car avec les points forts et les points faibles de chacune, nous avons pu nous entraider en retirant le meilleur de chacune. Par contre, à un moment donné, le rythme auquel on roulait ne convenait plus à tout le monde et la tension a monté. Mais au lieu de s'arracher la tête, nous avons décidé qu'on était dût pour une petite pause. On a donc mangé et pris le temps de rigoler. Par la suite, on a pu se remettre au travail ensemble sans aucun problème sur un ton plus léger et propice à l'apprentissage

 Réflexion : Dans cette preuve, on voit bien ma capacité à travailler efficacement en équipe pour gérer les conflits puisque nous avons réussi à trouver ensemble une solution à notre problème. C'est un bon exemple de collaboration car j'ai bien été à l'écoute des autres. Je voyais que plusieurs personnes étaient tannées, j'ai donc beaucoup encouragé l'idée de la pause qui a réussi à désamorcer le conflit. Par contre, si à l'origine il y a eu un conflit, j'en prends ma part de responsabilité. J'ai parfois tendance à devenir impatiente quand les gens qui croient tout savoir disent des faussetés plus fort que tout le monde. De plus, j'ai souvent le réflexe de me taire et de bougonner un peu quand je reçois une critique, cela m'empêche parfois de veiller à maintenir une bonne cohésion dans le groupe. Plutard, quand je serai ergothérapeute, je vais souvent travailler avec d'autres professionnels et ils se peut qu'on ne soit pas toujours d'accord. il sera important que je sois capable de retenir le meilleur de ces échanges pour améliorer la thérapie, ce qui peut impliquer que j'aille parfois tord et que je doive modifier mes interventions.

 

Points forts :    -Je suis toujours à l'écoute des gens
                       -Je suis respectueuse envers mes coéquipiers
                       -Je ne suis pas rancunière, je passe rapidement par-dessus
                           les conflits

 

Points faibles : - Je suis parfois impatiente avec les gens qui parlent fort
                      - J'ai un peu de difficulté à accepter la critique

 Objectif : Mon objectif premier est de développé une attitude d'ouverture face à la critique d'une manière qui me permettra d'en retirer quelque chose de positif et ainsi, me permettre de m'améliorer et de favoriser une bonne collaboration au sein de l'équipe. L'acceptation de la critique est indispensable à tout bon travail d'équipe puisqu'il est essentiellement basé sur l'entraide.

 Plan d'action : Suite à la première rétroaction de ce portfolio,  je vais tenter de l'améliorer le plus possible en regard des critiques qui m'auront été faite. De plus, lors de mes prochaines rencontres d'études, chaque fois que quelqu'un me fera un commentaire je tenterai de l'analyser d'une manière objective pour ensuite décider si je l'applique ou non. Cet exercice mental me demendera surement beaucoup de pratique mais je me laisse jusqu'à la fin de la session prochaine pour y arriver.

Je suis consciente que l'acceptation de la critique est autant, sinon plus, bénéfique pour moi, pour mon apprentissage, que pour  le travail d'équipe.

 

Gestionnaire

Pour le rôle de gestionnaire, mes dépôts sont tout deux axés sur la compétence gérer sa pratique au quotidien concernant ma propre gestion de mon temps. Ces dépôts sont cohérents   avec mes compétences de gestionnaire actuelles. Ce qu’il me reste à travailler au cours de ma formation ce sont mes compétences de gestionnaire en relation avec les clients en clinique comme évaluer les priorités. Ce sont des capacités importantes à développer en ergothérapie que je souhaite développer en milieu clinique. Pour l’instant mon expérience à ce niveau est limitée mais au cours des prochains mois, j’y serai exposée et je pourrai formuler un nouveau dépôt.

 

23 février 2012

E.4.1 Gérer la pratique professionnelle et la carrière au quotidien.

Preuve : Lors de mon stage de 3e année en URFI, je devais produire hebdomadairement un horaire détaillé de ma semaine.  Je devais inclure à mon horaire les rencontres interdisciplinaires, les séances de supervision avec ma tutrice, les périodes de rédactions ainsi que tous les rendez-vous avec mes patients et ceux de ma superviseure. Je devais m’assurer que lorsque je cédulais un patient, il n’était pas vu en physiothérapie pendant la même période (AM ou PM) et n’avait pas de rendez-vous médicaux extérieur. Pour ce faire, je devais regarder l’horaire des rendez-vous sur internet, qui était mis à jour quotidiennement, et rencontrer les physiothérapeutes pour agencer l’horaire. Les patients étaient vus habituellement entre 2 et 4 fois par semaines. Je m’appliquais pour faire des horaires logiques en tenant compte des priorités du milieu et j’étais toujours à date dans ma rédaction de notes et de rapports, ma superviseure était satisfaite de mon travail. Cependant, l’une de mes patientes fût particulièrement difficile à céduler tout au long de son séjour en URFI. Elle avait des rendez-vous médicaux 2 jours par semaines et ne pouvait suivre aucune thérapie (ergo/physio) en avant midi. Cette dame avait un bon potentiel de récupération et il était important qu’elle soit vue en ergo et en physio le plus souvent possible pour atteindre les résultats escomptés. Vu ses disponibilités, j’ai donc décidé de lui mettre des rendez-vous tout de suite après la physiothérapie en PM. Cependant, elle n’avait pas le temps de récupérer et n’était donc pas en mesure de performer. Elle a commencé à se décourager et ne voulait plus venir en thérapie. J’ai du me réajuster pour ne pas la surcharger. Avec la physio nous nous sommes entendues pour réduire l’intensité des séances en se concentrant sur les éléments prioritaires que nous avons établli en équipe multi disciplinaire soit; qu'elle soit capable de se déplacer de manière sécuritaire avec la marchette sur une courte distance et qu'elle ait l'endurance suffisante pour se préparer un repas simple (endurance dynamique debout 15 min). C'est 2 éléments empêchait son retour à la maison voilà pourquoi ils ont été priorisés.

Réflexion:
Dans cette preuve on voit que ma compétence de gestionnaire a été mise à l’épreuve. En effet, j’ai tenté d’offrir le maximum de service à la patiente pour répondre à un besoin même si le temps ne le permettait pas. Mes interventions perdaient donc de leur efficacité puisqu’elle n’avait pas l’énergie suffisante pour performer en raison de sa surcharge de thérapie. Dans ma pratique future d’ergothérapeute, je devrai m’assurer qu’il y a toujours un équilibre entre les besoins du client, les ressources et le temps disponibles. Il est important aussi de toujours prioriser les interventions à faire avec un patient en considérant le temps qui est alloué. Ce sont des principes de gestions essentiels si on veut exercer une pratique ergothérapique efficace.

Points forts :

- Je respecte les échéanciers pour la rédaction de notes

- Je suis capable de déterminer les priorités en matière d’intervention pour un client. Compétence habilitante maitrisée: E.4.1.3 Établir les priorités et gérer le temps afin d’établir un équilibre entre les services offerts aux clients et les exigences en matière de pratique.

Points faibles :

- J’ai de la difficulté à établir un équilibre entre les services thérapeutiques offert et les capacités de la personne. Je ne dois  pas surcharger les patients, sinon, même avec une bonne intention, je ne répondrai pas à leurs besoins. Compétence habilitante à améliorer: E.4.1.2 Répartir les services thérapeutiques tout en établissant un équilibre entre les besoins des clients et les ressources disponibles.

 

Objectif :

D’ici la fin de mon stage de maîtrise, j'organiserai mon horaire de manière à ce que mes patients ne soient par surchargés par leurs diverses thérapies. Ils ne verbaliseront pas de surcharge importante par rapport à l’ergothérapie plus de 2 fois dans l’ensemble des séances.

 

Plan d’action :

-Pour ce faire, je déterminerai dès le début les priorités en matière d’intervention pour le client.

 -Puis, je discuterai avec les professionnels gravitant autour du patient pour connaitre leurs plans de traitement et ainsi pouvoir m’orienter quant à mon propre plan de traitement.

- Dans le cas où, le temps est un facteur limitant, des discussions interdisciplinaires pourront être faites pour établir des priorités communes afin que le patient reçoive les soins dont il a besoin sans être débordé.

-Puis, en cas de doutes je demanderai l’avis de mon superviseur.

 

03 février 2011 modification 27 février 2011

E.4.1 Gérer la pratique professionnelle et la carrière au quotidien.

 Preuve :

Depuis le début de la session, je consacre presque entièrement mon temps à l’école et au travail. Lorsque je ne suis pas en cours ou au travail, je fais des devoirs. Même lorsque je pourrais avoir des temps libre, je continue à faire mes recherches d’APP car j’ai l’impression qu’on ne peut jamais arrêter de chercher des informations car  il y en a tant. À mesure que je cherche, je veux chercher d’avantage. Ceci dit, cela m’a amené à négliger ma vie sociale. J’ai refusé la majorité des invitations que j’ai reçue depuis le début de la session sous prétexte de manque de temps à cause de l’école et du travail. J'avais beaucoup de difficulté à gérer mon temps, en fait, je n'utilisais aucun moyen pour planifier ma semaine comme un agenda. À chaque soir dès que j'arrivais à la maison je faisais des devoirs jusqu'à ce que je me couche. Je n'avais pas le temps de rien faire d'autre et j'avais toujours l'impression de manquer de temps à la fin de la semaine. Ainsi, je n'étais pas capable d'intégrer du social à ma vie déjà débordée. Je n'étais pas capable de me mettre des limites de temps et c'est pour cela que j'étudiais toujours et que tout le reste était négligé. Cela à causé certaines tensions avec mes amis car on ne se voyait pratiquement plus ce qui à mené à des discussions sur la situation. J’ai alors réalisé que je n’étais pas satisfaite de mon mode de vie actuel et que ca devait changer. J’ai donc recommencé à voir mes amis quelques fois par semaine mais je me sentais quand même un peu coupable, néanmoins  je me sens beaucoup mieux maintenant.

Réflexion :

Dans cette preuve on peut voir que je n’ai pas été une bonne gestionnaire de la pratique parce que je n’ai pas réussi à garder un équilibre entre  mes activités liées au travail/école et mes activités personnelles et sociales. En effet, j’étais tellement absorber par mes études et j’ai complètement négligé un aspect très important de ma vie. Je ne m’en rendais pas compte sur le coup, mais c’était très difficile pour moi et je me sentais découragée. Cet équilibre est essentiel sinon on passe à côté d’éléments essentiels à notre bien-être. Heureusement, que mes amis ont été capable de me remettre sur la bonne voie car je ne crois pas que j’aurais survécue à une année entière comme celle-ci. Prendre du temps pour soi permet de décrocher et d’être ainsi plus disposée à se concentrer sur le travail lorsque c’est le temps. Pour le futur, je devrai m’assurer de ne pas me laisser submerger par le travail afin de toujours maintenir un équilibre dans ma vie et ainsi être plus heureuse et apte à offrir des services de qualités. L’équilibre occupationnel est justement ce que prône l’ergothérapie.

 

Points forts : - je suis capable d’intégrer de nouveaux éléments à ma routine lorsque j’en prends la décision. Cette capacité d'adaptation me permet d'améliorer positivement mes qualités de gestionnaire en intégrant de nouveaux éléments essentiels à l'équilibre dans ma vie.

-          Je suis consciente de l’importance d’avoir une vie équilibrée et j’ai le désir de toujours garder un certain équilibre. Avoir cette mentalité est à la base de tout pour être en mesure d'être un bon gestionnaire.

Points faibles : - J’ai tendance à me laisser submergé par l’école et à ne plus rien faire d’autre. Cette difficulté m'empèche de maintenir un équilibre dans ma vie et du même coup d'être une bonne gestionnaire.

-          J’ai de la difficulté à définir mes priorités. Cela est une compétence habilitante nécessaire afin de bien gérer la pratique au quotidien.

 

Objectif : D’ici la fin de la session, j’aurai réussi à établir un horaire équilibré qui convienne à mes besoins. J'intégrerai 5 heures d'activités personnelles à mon horaire hebdomadaire. Il comprendra notamment du temps pour mes devoirs, l’école, mon chum, mes amis, mon travail et ma famille et ce à chaque semanie. Pour voir si mon objectif est atteint, je noterai à la fin de mes semaines le nombre d'heures d'activités personnelles que j'aurai faite et ma satisfaction face à mon horaire.

 

Plan d’action : Pour y arriver, je planifierai à chaque dimanche ma future semaine que je noterai dans mon agenda en m'assurant d'y intégrer au moins 5 heures d'activités personnelles. J’y prévoirai le temps maximum que je désir consacrer à chaque devoir ainsi que des périodes de loisirs qui me permettraient de passer une semaine équilibrée. De plus, j'aviserai mon entourage de mon plan afin qu'ils soient alertes et qu'ils puissent me rappeller à l'ordre si je ne tient pas mes engagements.

 

 

03 novembre 2009

 rôle: E.4.1 Gérer sa pratique au quotidien

Preuve :

Cette semaine j’avais beaucoup de travaux à faire pour l’école, dont l’examen d’anatomie à préparer. J’ai du faire preuve d’une bonne gestion de mon temps pour arriver à tout faire à temps sans devenir folle. Puisque je m’y suis prise en retard, j’étais un peu débordée mais au début de la semaine je suis fixée un horaire précis à respecter, je l’ai suivi et j’y suis arrivée en incluant du temps dans pour relaxer.

 

Réflexion :

Dans cette preuve on voit que je suis capable de gérer mon temps sur une courte période en respectant un horaire. Mais à plus long terme, j’ai plus de difficultés et j’accumule alors beaucoup de travail. Cela témoigne d'un certain manque d'organisation qui est bien représentatif de ma vie en générale. J'ai souvent tendance à repousser à plus tard les choses qui me plaisent moins comme le ménage et les travaux ce qui mêne éventuellement vers une surcharge de travail dans un espace de temps limité. Parfois mes notes en souffre et je suis consciente que cela doit changer. Plus tard, un tel manque d'organisation aura des conséquences beaucoup plus graves et je risque d'offrir de moins bon services à mes patients car j'en aurai trop à faire en même temps.

 

Points forts : Lorsque je me fixe un horaire je suis capable de le respecter.

 

Points faibles : J’attend souvent à la dernière minute pour me prendre en main.

 

Objectif : J’aimerais être plus à date dans mes travaux d’école pour ne pas me ramasser avec une surcharge de travail et pour améliorer ma performance scolaire.

 

Plan d’action : Je vais me fixer des échéanciers et des objectifs à plus long terme à partir de maintenant. Pour ce faire, je commencerai d'abord par noter les dates importantes de remises de travaux et d'examen dans mon agenda. Puis, chaque semaine je me ferai une liste de tout ce que je dois faire sans faute que j'afficherai bien en vu  dans ma chambre. Je commencerai cette procédure dès cette semaine et je suis convaincu que cela me permettera de mieux gêrer mes études au quotidien et que les résutats seront positif.

Agent de changement

Pour ce qui est du rôle d’agent de changement, je considère que je comprends mieux le rôle de l’ergo qu’en première année tel qu’il est illustré dans mon dépôt. Cependant, je dois poursuivre mon apprentissage et le plan d’action que j’avais élaboré me permet encore de développer les connaissances nécessaires me permettant d’améliorer ce rôle. Mes 2 dépôts reflètent bien mes compétences actuelles mais je crois qu'il serait pertinent de revisiter mon dépôt en lien avec la compétence E.5.2. pour bien voir où j'en suis. Les aspects à travailler plus en profondeurs dans mon cas sont liés à la revendication dans les milieux pour les besoins des clients. Pour l’instant je n’ai pas eu la chance d’être exposé à une situation semblable, je resterai donc alerte aux opportunités pendant mon stage.

 

6 mars 2011 modification 24 mars 2011, dépôt revisité le 19 mars 2012

 Rôle: E.5.2 Promouvoir les possibilités occupationnelles, le rendement occupationnel et la participation occupationnelle des clients.

 Preuve : La semaine dernière je suis allé visiter ma grand-mère chez elle. Elle a des problèmes aux genoux et elle se déplace avec une canne. Nous discutions pendant le souper et elle m’a dit que la semaine dernière elle avait fait des travaux au sol dans la cuisine et qu’elle avait été incapable de se relever après. Elle était inquiète de cela et ne voulait plus rien faire qui nécessitait d’être par terre, elle avait aussi peur de chuter et de ne pas pouvoir se relever. À l’école, nous venions tout juste d’avoir le cours sur les chutes, j’ai donc tenté de lui montrer comment se relever lorsqu’elle était au sol afin de la rassurer et qu’elle puisse être autonome. Je me suis mise par terre et je lui ai fait une démonstration.  Je me suis tourner sur le ventre, j’ai rampé jusqu’à une chaise, j’ai appuyé mes bras sur la chaise afin de m’aider à me mettre sur les genoux et m’assoir. Ce sont les étapes que je me rappelais du cours et c’est ce que je lui ai montré mais il y a quelques éléments que j’avais oubliés sur le coup comme prendre le temps de rester assis quelques minutes et se calmer qui sont des éléments essentiels. Elle avait donc une base mais mon enseignement aurait pu être plus complet afin qu’elle soit mieux outillée et qu’elle ne prenne pas de risque inutiles. 

Réflexion : Dans cette preuve on voit que j’ai agit à titre d’agent de changement en faisant de la prévention auprès de ma grand-mère pour qu’elle puisse se relever en cas de chute. Ainsi, elle est plus apte à participer dans ses activités car elle sait qu’elle sera capable de se relever si elle tombe ou si elle fait quelque chose au sol. Cependant, mes explications étaient incomplètes ce qui fait que j’ai accompli mon rôle partiellement. L’intention était là mais si j’avais regardé mes notes pour m’assurer de bien comprendre chacune des étapes, cela aurait été encore plus efficace. Plus tard, je devrai agir à titre d’agent de changement pour promouvoir les possibilités occupationnelles des clients en faisant de la prévention. Ces interventions devront être précises et efficace afin de veiller au bien-être des gens et favoriser des changements positifs dans leur vie.

 

Force :

-          Je veux spontanément aider à changer les choses pour améliorer la qualité de vie des gens ce qui est à la base de la compétence d’agent de changement. Je suis capable de faire la promotion de la santé dans mon entourage afin que les gens adoptent des comportements plus sécuritaires. J'agit ainsi à titre d'agent de changement en essayant de produire un changement positif dans leur vie.

Faiblesse :

-          Je veux aider trop rapidement et je ne prends pas le temps de m’assurer que ce que je fais est juste.Je ne m'assure pas toujours que l'information que je transmet est complète et fiable. Ainsi, en voulant agir en tant qu'agent de changement en essayant de promouvoir la participation occupationnelle des gens, je risque de ne pas guider la personne correctement dans son processus de changement. Cela peut avoir des conséquences considérables car ca peut mettre la personne à risque de rencontrer d’autres problèmes majeurs en essayant de vouloir changer un aspect. Il est important de considérer tous les impacts que peuvent avoir une intervention à titre d’agent de changement sur la vie d’une personne avant de l’appliquer.

 

Objectif : D’ici la fin de mon stage de 2ième année, je proposerai  à ma superviseur de stage au moins une intervention axée sur l’amélioration de la participation d’un client qui sera basée sur des évidences scientifiques et que j’aurai bien maitrisée qui apportera un changement dans la vie d’une personne ce qui témoignera de ma compétence d’agent de changement.

 

Plan d’action : Pour y arriver, lors de chaque vignette d’APP je proposerai une intervention que je noterai dans un cahier, qui améliorerait soit la participation du client ou qui serait un moyen de prévention afin que la personne adopte de nouveaux comportements. Ces interventions seraient complètes et supportées par des preuves. Ainsi, je pratiquerais ma compétence d’agent de changement en apprenant à trouver des interventions qui entrainent des changements positifs dans la vie des gens et en m’assurant qu’elles soient bonnes. Je ferai valider mes idées par mon équipeAfin de développer ma compétence d'agent de changement qui se démontrera par l'atteinte de mon objectif,lors de chaque APP du bloc de gériatrie, je développerai 2 interventions axées sur la promotion de la santée ou sur l'amélioration de la participation et du rendement occupationnel soutenue par les notions vues en classe et dans mes lectures reliées à l'APP. Ensuite, je communiquerai ces informations, a chaque fois que cela s'applique à leur situation, à mes 4 grands-parents ainsi qu'aux tantes de ma mère que je vois régulièrement. En agissant ainsi je pratiquerai ma capacité à faire de bonnes interventions axées sur le changement pour ainsi développer au maximum ma compétence d'agent de changement.

 

Dépôt revisité le 19 mars 2012 :

Lors de la rédaction de ce dépôt,  le 6 mars 2011, illustrant la compétence E.5.2 Promouvoir les possibilités occupationnelles, le rendement occupationnel et la participation occupationnelle des clients, j’avais de la difficulté à transmettre de l’information complète et fiable visant à promouvoir la participation occupationnelle. Cela nuisait à l’efficacité de mon rôle d’agent de changement et mettait la personne à risque de développer d’autres problèmes. Mon objectif était alors que d’ici la fin de mon stage de 2ième année, je proposerais à ma superviseur de stage une intervention axée sur l’amélioration de la participation d’un client qui sera basée sur des évidences scientifiques et que j’aurai bien maitrisée qui apportera un changement dans la vie d’une personne. J’ai atteint mon objectif. Lors de ma 6ième semaine de stage ERT-2461, j’ai proposé à ma superviseure d’inscrire un patient dans un programme offert dans la communauté pour favoriser sa participation sociale et augmenter son réseau. Je me suis informée sur ce programme et son efficacité à été démontré, je lui ai clairement expliqué ce que j’avais l’intention de proposer à mon patient. Elle était très enthousiaste face à cette idée et m’a permis d’aborder le sujet avec mon patient. Il a accepté de participer à une journée d’essai  et il a aimé son expérience, il a rencontré des gens intéressants et souhaite y retourner.  

 

 

1er février 2010, dépot revisité 11 novembre 11, modification 26 novembre 11

Rôle : E.5.3 communiquer le rôle et les avantages de l’ergothérapie

Preuve :

La première fois que j’ai contacté mon milieu de stage communautaire, je me suis présenté en tant qu’étudiante en ergothérapie. Le milieu en question offre de l’aide aux personnes atteintes de déficience intellectuelle et lorsque j’ai mentionné à ma superviseure que je devais faire de l’accompagnement pour atteindre les objectifs du stage, elle a semblé hésiter. En effet elle croyait que l’ergothérapie était une profession qui intervenait seulement en santé physique et parmi ses jeunes, peu avait de tels restrictions. Je me suis empressée de rectifier la situation en lui disant que nous intervenions aussi en santé mentale tout en lui expliquant, du mieux que j’ai pu, ce que l’ergothérapie pouvait apporter dans la vie de ces personnes. Bien entendu, je lui ai rappelé que j’étais seulement étudiante mais elle était très contente d’avoir découvert cette facette de l’ergothérapie. Elle songerait même à la possibilité de se munir d’un ergothérapeute dans sa palette d’intervenant.

Réflexion :

Dans cette preuve, j’ai agis en tant qu’agent de changement en faisant découvrir à ma superviseure un côté de l’ergo qu’elle ignorait et qui pouvait s’avérer bien utile pour ses jeunes. Tout au long de ma pratique j’aurai à faire de même car l’ergothérapie est encore méconnue dans plusieurs milieux. Il sera de mon devoir de faire valoir ma profession. Pourtant, malgré toutes mes bonnes intentions, lorsque j’ai tenté d’expliquer à ma superviseure le rôle de l’ergo, j’ai trouvé que mon discours manquait souvent de clarté et de précision. J’ai encore de la difficulté à bien saisir le rôle de l’ergothérapeute dans sa pratique et donc, quand je tente de l’expliquer aux autres j’y vais d’une manière très large et j’ai parfois l’impression d’omettre des éléments importants. Mais, à mesure que j'avance dans ma formation en ergo, mes horizons s'élargissent et je commence à mieux saisir l'essence de la profession. En effet, par les APP, nous voyons des applications plus concrêtes qui me permettent de mieux comprendre mon rôle. Lors de chaque vignettes, nous réservions un objectif d'apprentissage en lien avec le rôle de l'ergo dans cette situation. Cela m'a extrêmement aidé à mieux comprendre notre rôle, ce qui est essentiel si je veux l'expliquer aux autres et valoriser pleinement la profession à titre d'agent de changement.

 

Points forts :- J’ai confiance en les bienfaits de l’ergothérapie et je veux les partager

                  - Je ne suis pas gêné d’expliquer à d’autres les choses que je maîtrise et
                    qui  m’intéressent.

Points faibles :- Ma compréhension de l’ergothérapie est encore incomplète ce qui implique que ma définition de la profession soit très vague.

 

Objectifs : Je voudrais enrichir et peaufiner ma définition de l’ergothérapie pour arriver à bien informer les gens et contribuer à la valorisation de la pratique car ceci me sera utile tout au long de ma carrière. J'aimerais, d'ici mon prochain stage en 2ième année, maîtriser une definition que j'élaborerai au meilleur de mes connaissances que je pourrai valider avec ma superviseure.

 

Plan d’action : Pour y arriver, je lirai un article par semaine sur l’ergothérapie pour élargir mes connaissances et être en mesure de bâtir ma propre définition de l’ergothérapie en m’inspirant de ce que j’aurai appris. De plus, cet été je prendrai rendez-vous avec l'ergothérapeute de mon CLSC pour discuter du rôle qu'elle joue dans l'institution afin d'en apprendre davantage sur la profession. Mon plan d'action, ne s'est pas avéré très efficace car je n'avais pas le temps de chercher et de lire chaque semaine un article sur l'ergothérapie. La rencontre avec l'ergo du CLSC m'a parcontre bien aidé à comprendre son rôle mais cela ne représente qu'un aspect minime des possibilités liées à l'ergo. Je trouve qu'en me fixant toujours comme objectif d'APP de trouver le rôle de l'ergo, ça vient combler cet aspect. J'ai beaucoup appris grâce à cela cette année et cela m'a aidé à atteindre mon objectif, ma définition est maintenant plus complète. D'ici mon stage en juin il me reste encore beaucoup de choses apprendre concernant les rôles de l'ergo, c'est pourquoi, je veut garder ce plan d'action pour tout mes prochains APP puisque je sais qu'il fonctionne.

Érudit

 Mes dépôts dans le rôle d’érudit sont plutôt théoriques concordant avec mon expérience antérieure. À ce stade ci de ma formation je suis en mesure d’illustrer mon niveau de compétence par des exemples cliniques qui viendront appuyer mon rôle d’érudit. Ceci nécessite donc l’ajout d’un dépôt démontrant mon intégration des données probantes dans ma pratique en tant que stagiaire. Toutefois mes dépôts antérieur sont utiles puisqu’ils font ressortir des difficultés que j’éprouve actuellement et sur lesquelles je devrai continuer à travailler soit : persévérer dans mes recherches malgré la complexité et poser des questions.

 

20 mars 2012

Rôle: E.6.1 Maintenir et rehausser ses compétences personnelles par l’apprentissage continu.

Preuve : Lors de mon stage de 2ième année en santé mentale j’ai réalisé un projet de stage portant sur l’estime de soi.  Je devais monter un groupe de thérapie comportant 3 séances s’adressant à des personnes atteintes de schizophrénie chronique. J’ai commencé par faire quelques lectures sur l’estime de soi pour consolider mes connaissances antérieures sur le sujet et ainsi définir plus clairement mon projet. J’ai eu beaucoup de difficulté à trouver des informations sur les bases de données, car je n'utilisais pas les moteurs de recherche adéquatement notamment en regard des mots-clés utilisés. Ils ne me permettait pas de trouver l'information que j'avais besoin,ainsi j’ai trouvé peu de documentation dans la littérature associant l’estime de soi, la schizophrénie et les interventions en ergothérapie. J’avais donc peu de données probantes pour appuyer mon projet. J’ai décidé de commencer l’élaboration de mon projet avec mes propres idées sans me baser sur la littérature. Ce fût ardu puisque je n’avais pas de barrière de références. Parallèlement, j’ai continué mes recherches de données probantes jusqu'à ce que, finalement, je trouve  2 articles très pertinents grâce aux conseils de ma superviseure qui m'a orienté vers de bons mots clés auxquels je n'avais pas penser auparavant. Puis, j’en ai fais la critique en me basant sur les notions apprises dans le cours pratique réflexive en ergothérapie, pour me rendre compte qu’ils étaient fiable. Ils ont grandement orienté mon choix d’approche et d’intervention avec la clientèle visée par mon projet. En bout de ligne, certains aspects de mon projet relatifs aux choix d’activités spécifiques n’ont toutefois pas été supportés par la littérature, j’étais donc moins à l’aise de les présenter à ma superviseure même s’ils découlaient d’un processus réflexif logique.

Réflexion :

Dans cette preuve, on peut voir que le rôle d’érudit est très important pour s’impliquer dans la création de projets en ergothérapie. En effet, dans mon cas j’ai d’abord tenté de passer outre les données probantes et j’ai eu beaucoup de difficulté à faire aboutir mon projet car je me remettais sans cesse en question. J’ai pu constater à quel point il était préférable de se fier à la littérature dans un tel contexte. Les interventions offerte aux clients doivent toujours être, dans la mesure du possible appuyer par des données probantes, afin d’offrir un service de qualités aux patients. C’est notre devoir en tant qu’ergothérapeute de se tenir à jour sur les nouvelles découvertes et recherches et ainsi adopter un rôle d’érudit compétent.

Points forts :

-Je suis capable de critiquer les informations trouvées avant de les appliquer. Cela réfère à la compétence E.6.2.1 Évaluer de façon critique les données probantes recueillies afin de répondre aux questions relatives aux clients, aux services ou à la pratique.

-Je fais de mon mieux pour intégrer les données probantes dans mon projet. Cela réfère à la compétence E.6.1.4 Intégrer les nouveaux apprentissages et les nouvelles données probantes dans la pratique.

 

Points faibles :

-J’ai de la difficulté à trouver les données probantes que j’ai besoin dans la littérature. Cela nuit à l’accomplissement de mon rôle de praticienne érudite.

 

Objectif :

D’ici la fin de mon stage de maîtrise,  je trouverai au moins 1 article contenant des données probantes pour appuyer chaque nouvelle intervention que je souhaite faire avec un patient.

 

Plan d’action :

- Me familiariser avec les bases de données Medline et Cinhal lors des différents travaux scolaires.

-Prendre le temps de bien cibler les mots-clés

-Noter les mots clés pertinents utilisés afin d’en faire une liste pour les réutiliser ultérieurement.

-Questionner mes collègues et superviseure pour avoir leur avis sur leurs méthodes de recherche.

 

 

6 mars 2011 modification 18 mars 2011

Rôle: E.6.2 Évaluer de façon critique l’information afin d’appuyer les décisions concernant le client, les services et la pratique.

Preuve : Lors de la session d’APP en santé mentale nous avions 2 critiques d’article à faire pendant le bloc qui étaient évaluées. Lors du premier, je ne savais pas vraiment quoi analyser. J’ai lu mon article et pour faire ma critique je me suis basée sur les limites que l’auteur identifiait lui-même.  Je n’ai donc pas fait une véritable critique à savoir si les données étaient valables ou si d’autres éléments qui étaient non mentionnés par l’auteur auraient pu altérer la qualité de l’article. Je n’ai pas eu une bonne note sur ce travail mais les commentaires m’ont aidé à m’améliorer. En effet, j’ai compris que je ne devais pas me baser sur ce que l’auteur disait et pousser mon analyse. J’ai décidé de revoir mes notes du cours pratique factuelle sur la critique d’article afin d’être mieux préparé à faire ma seconde critique et savoir quoi regarder. Ainsi, lors de cette critique j’ai réussi à ressortir des éléments clés tels les qualités métrologiques des outils utilisés, l’échantillon et la pertinence des conclusions mais j’ai encore de la difficulté à bien cerner tous les éléments qui constituent un bon article. Ma critique ma permis de découvrir que mon article n’était pas d’aussi bonne qualité que ce que j’aurais pu penser et ainsi je suis plus alerte et je ne crois pas tout ce que je lis.

 

Réflexion : On voit ici que ma compétence d’érudit s’est développée dans cette preuve. Au début, je n’étais pas critique face à l’article. Je me fiais entièrement à l’auteur ce qui m’empêchait de détecter des failles possible à l’article. Je n’étais donc pas une bonne érudite car je ne m’assurais pas que l’information que j’utilisais était de qualité sous prétexte que c’était un article scientifique. Cependant, j’ai appris que c’était important de toujours être critique face à un article car ils ne sont pas tous de qualité et il faut s’en assurer avant d’utiliser les résultats obtenus dans notre pratique. C’est ce que j’ai tenté de faire mais je devrai continuer à me pratiquer à analyser des articles afin de développer mon esprit critique. Cela sera très important dans ma future pratique d’agir à titre d’érudit car de nouvelles études seront produites et je devrai toujours me tenir à jours tout en m’assurant de la qualité de ce que je lirai avant de l’intégrer à ma pratique pour m’assurer que mes clients recevront la meilleure pratique possible en tout temps.

 

Force : -je suis capable de critiquer un article sur des points simples
Je suis capable de faire ressortir des éléments pertinents dans un article qui me permettent de le critiquer et d'agir ainsi à titre d'érudit en m'assurant de la qualité de ce que je lis.

Je suis capable de faire les démarches pour remettre à jour mes connaissances (ici concernant la critique d'article vu en 1ere année) afin d'avoir le bagage nécessaire qui me permet d'agir à titre d'érudit en sachant quoi regarder dans un article.

Faiblesse :

 - je crois facilement ce que je lis ou ce que j’entends ce qui m’empêche parfois d’être critique. Lorsque les articles sont en anglais et que je ne comprend pas, j'ai tendance a prendre pour acquis que ce qu'ils disent est vrai. Je ne pousse pas mon analyse et donc je ne suis pas critique face à l'article et je n'agit pas en tant que practicienne érudit.

 -          J’ai de la difficulté à cerner certains éléments plus complexes essentiels à la critique d’article. En effet, je ne maitrise pas bien tout ce qui touche aux statistiques et donc je n'ose pas aventurer ma critique vers ce domaine. En agissant ainsi, ma critique est biaisé et je peux passer à côté d'éléments importants qui m'empêche d'être une bonne érudit.

 

Objectif :

D’ici la fin de la fin de la session, je serai capable de faire une bonne critique d’article complète pour ma fiche de documentaliste que je ferai regarder par ma tutrice d’app. J’aurai cerner les éléments les plus pertinents et je les ferai valider afin de vérifier l’atteinte de mon objectif qui me permettra d’acquérir la compétence d’érudit qui me sera utile tout au long de ma pratique. Pendant mes recherches d'APP je trouverai chaque fois au moins 3 articles dont je ferai une petite critique personnelle ou j'intégrerai une partie sur les statistiques. Ainsi, je développerai ma capacité à analyser des articles et j'agirai en érudit. De plus, je demanderai de la rétroaction à ma monitrice d'APP pour la critique des articles que j'aurai choisi de présenter en classe.

 

Plan d’action :

Pendant mes recherches d’APP je chercherai chaque fois au moins 3 articles dont je ferai une petite critique personnelle. Ainsi, je développerai ma capacité à analyser des articles et j’agirai en érudit. De plus, je demanderai de la rétroaction à ma monitrice d’APP pour la critique des articles que j’aurai choisi de présenter à la classe. Pour y arriver, je demanderai d'abord à ma mère qui est comptable de m'expliquer les éléments de statistique que je ne comprend pas. Puis je me ferai un tableau de tous les éléments à chercher dans un article que je garderai toujours avec moi lorsque je ferai mes critiques jusqu'à ce que je me sente à l'aise de le faire sans. Ensuite, je procéderai à la recherche d'article sur les moteurs de recherches medline et pubmed. Pour sélectionner ceux qui me semble les plus pertinents, je lirai d'abord les résumés puis l'article au complet s'il me plait. Pendant ma lecture je surlignerai les éléments qui me semblent pertinents pour ma critique en me guidant sur mon tableau. Je produirai ensuite ma critique en en tenant compte.

 

 02 octobre 09, dépot revisité 28 octobre 10, modification 11 nov. 10, 26 nov. 10

 Rôle : E.6.1  Maintenir et rehausser ses compétences personnelles par l'apprentissage continu.

 

Preuve : Lors de mon projet de fin d'étude au CÉGEP, j'ai un peu expérimenté la méthode d'apprentissage par problèmes. L'un des cas qui nous avait été soumis était; comment se préparer à réagir contre une attaque à l'anthrax du point de vue des biologistes. Nous devions chercher toute l'information par nous même et monter un gros dossier en équipe pour ensuite l'expliquer aux autres. Ce qui était compliqué, c'est que nous devions constamment mettre à jour notre travail car plusieurs recherches étaient en cours concernant l'anthrax pendant notre projet et de nouvelles informations étaient constamment ajoutées. C'est ce qui rendait le projet si intéressant car on se sentait vraiment au courant et notre travail était donc très actuel et représentatif de la situation réelle. Cette année en APP intensif, j'ai pris encore plus conscience de cette responsabilité dans l'apprentissage et l'importance de toujours rehausser mes connaissances. En effet, je devais bien maitriser ce que j'avais appris dans mes recherches car tout allais très vites et ces savoirs devenaient des prérequis aux autres connaissances. De plus, on n'était pas encadré c'était vraiment notre responsabilité de veiller à notre apprentissage et c'est ce que j'ai fait. J'étais très à mon affaire car je savais que mon équipe comptait sur moi et que c'est en m'appliquant dans mes recherches que j'allais apprendre.

Réflexion : Cette preuve démontre bien ma capacité à intégrer de nouveaux apprentissages et des nouvelles données probantes dans un travail car je mettais constamment mon projet à jour en regard des nouvelles découvertes qui étaient faites sur le sujet. Ceci est très représentatif du rôle d'érudit que je dois acquérir. J'adore apprendre de nouvelles choses, c'est très stimulant. Mais je dois avouer que l'encadrement et l'appuie que j'ai reçu de la part de mon professeur et de mon équipe m'a énormément aidé à adopter un comportement érudit. Dans la vie de tous les jours, j'ai plus de difficulté à maintenir mes connaissances à jours. Cependant cette année en APP, j'ai pris conscience de ma responsabilité dans l'apprentissage et l'importance de toujours rehausser mes connaissances, je n'avais pas le choix. En effet, je devais bien maitriser ce que j'avais appris dans mes recherches car tout allais très vites et ces savoirs devenaient des prérequis aux autres connaissances. De plus, on n'était pas encadré c'était vraiment notre responsabilité de veiller à notre apprentissage et c'est ce que j'ai fait. J'étais très à mon affaire car je savais que mon équipe comptait sur moi et que c'est en m'appliquant dans mes recherches que j'allais apprendre. C'est la que j'ai vraiment compris l'importance d'être un practicien érudit dans la pratique de l'ergothérapie car des gens compterons sur moi et ils s'attendront à ce que j'arrive avec des solutions à jour et innovatrice. j'ai vraiment fait preuve de sérieux en m'appliquant par moi même sans être encadrée. J'ai réalisé que c'était ma responsabilité d'apprendre cette année et il en sera ainsi pour toute ma vie. Ca demande beaucoup de contrôle et d'organisation. Je manque un peu d'organisation et j'attends souvent à la dernière minute pour faire mon étude et mes travaux. L'an dernier, Je trouvais parfois cela difficile d'être laissé à moi même dans les travaux, comme c'est souvent le cas cette session ci. Les consignes n'étaient pas toujours claires et je me décourageait parfois devant l'ampleur d'un travail ce qui me poussait à le laissé de côté. Dans la pratique de l'ergothérapie, c'est important de toujours rehausser ses conséquence. On ne doit pas avoir peur d'aller chercher de l'aide ou des conseil auprès des autres pour y arriver car il se peut que les nouvelles méthodes ne nous soit pas aussi familière et l'aide d'un paire peut s'avérer très précieuse. 

Point fort :     - J'aime beaucoup apprendre de nouvelles choses par moi -même

 

Point faible : - Je ne suis pas toujours assidue dans mes études quand je suis laissé à moi-mêmeLorsque je ne comprend pas quelque chose, je suis gênée d'aller chercher l'aide nécessaire à l'amélioration de ma compréhension ce qui m'empêche d'avancer. Jai aussi tendance à me décourager devant la complexité.

 

Objectif : Je voudrais être en mesure de mieux évaluer mes besoins personnels d'apprentissage et me tenir plus à date dans mon étude pour ainsi obtenir de meilleurs résultats aux évaluations.Je voudrais être capable d'exploiter mes capacités d'apprentissages au maximum en ne restant pas bloquer sur un même problème indéfiniment jusqu'à ce que je me décourage. Cela me permetterait de toujours rehausser mes compétences et de ne pas bloquer mon apprentissage.

 

Plan d'action : Pour ce faire, je vais commencer à utiliser mon agenda. Je m'y fixerai des échéanciers hebdomadaires pour mon étude des différents modules du cours d'anatomie pour le prochain examen. Ainsi mes connaissances seront régulièrement misent à jour et je serai mieux préparé pour l'examen.  Pour y arriver, je vais aller chercher de l'aide auprès de mes professeurs en cas de besoin, car ce sont eux les mieux placé pour bien me guider. Je dois, pour cela, passer par dessus ma gêne.Pour me pratiquer, je vais poser au moins une question par semaine à un professeur, ainsi je développerai l'habitude de poser des question et lorsque j'en aurai vraiment de besoin, je n'aurai pas peur de poser mes questions. Et donc, je pourrai poursuivre mon apprentissage sans entrave et mes connaissances pourront évoluer.Mon plan d'intervention ne s'est pas avéré très efficace. C'était un peu irréaliste de vouloir pauser toujours des questions même si je n'en avais pas vraiment. Ce qui m'a le plus aidé à atteindre mon objectif fût mon expérience d'APP. En effet, cela m'a permis de développer ma capacité à me débrouiller. De plus, la formule très ouvertes du groupe m'a permis de me pratiquer à demander de l'aide à mes collèges sans me faire juger ce qui ma rendu plus confiante pour pauser des questions.Cela me permet d'affirmer que j'ai atteint l'objectif que je m'étais fixé. Je ne peux malheureusement pas dire si j'ai respecter les échéanciers puisque je ne m'en avais pas fixé au départ.

 

Professionnel

Concernant le rôle de professionnel, je considère que c’est le rôle que je maitrise le mieux. Par contre, les preuves que j’ai énoncé dans mes dépôts ne le démontrent peu. Ce sont des cas isolés qui illustrent peu ma compétence dans ce rôle et j’ai donc peu utilisé les plans d’actions que je m’étais fixés car il ne répondait pas à des objectifs significatifs pour moi. Ainsi, il serait pertinent de revisiter ces 2 dépôts afin d’illustrer mon rôle de professionnel dans des situations similaires mais plus représentatives de mes capacités.

 

6 mars 2011 modification 17 mars 2011, dépôt revisité le 22 mars 2012

Rôle: E.7.1 Faire preuve d’une pratique respectueuse de l’éthique.

Preuve : Je travaille  dans une pâtisserie depuis bientôt un an. Avant cela, j’ai travaillé chez PFK pendant 4 ans. Là-bas j’étais chef de quart et j’étais appréciée de mes patrons, j’étais une bonne employée toujours à l’heure et digne de confiance, ils me donnaient beaucoup de responsabilités. Lorsque j’ai changé d’emploi pour aller à la pâtisserie, c’était totalement différent. Mes patrons ont beaucoup de difficulté à faire confiance à leurs employés et ils critiquaient énormément au début même si j’étais bien à mon affaire. Je suis de nature timide et d’ordinaire je prends les critiques sans chigner, je suis toujours très calmes. Cependant, une fois ils m’ont accusé injustement et je me suis fâchée. J’ai perdu mon calme et j’ai dit ce que je pensais d’une manière très sèche et énervée. C’étais la première fois que ca m’arrivait et je me sentais mal d’avoir réagit autant mais j’avais vraiment trop accumulé de frustration.  J’aurais du en parler dès le début au lieu d’exploser et de manquer de respect.  Je me suis excusée et ils ne semblaient pas offusqués plus qu’il ne faut. Quoiqu’il en soit, après cet évènement les choses se sont améliorées et notre relation à évoluée pour le mieux mais il y a encore des fois ou je dois me contrôler pour garder mon calme.

 

Réflexion :Dans cette preuve je n’ai pas été très professionnelle car j’ai manqué de respect envers mes patrons en leurs parlant très sèchement. Certaines personnes ont un tempérament différent du notre et il faut gérer avec ca. J’ai appris depuis que je travaille là à mettre le chapeau lorsqu’il me fait et de laisser faire le reste. Ça reste quelque chose de difficile à faire parfois et je devrais parler de ce je ressens avant, ainsi je serais plus calme et en contrôle de mes émotions. Plus tard, il se peut que j’aille un supérieur difficile à gérer et je ne devrai pas perdre mon calme comme je l’ai fait. Être professionnel doit faire parti de notre pratique en tout temps même lorsque les situations sont plus difficiles. Justement, si nous nous laissons aller, nous tombons au même niveau que ceux qui sont à l’origine de notre frustration. Je crois qu’il est normal de ressentir de la frustration lorsqu’on est victime d’injustice mais nous devons nous rappeler qu’il est possible de régler les conflits d’une manière respectueuse. Il faudra en tout temps que j’adopte une attitude professionnelle quand je serai ergothérapeute puisque je représenterai tous les membres de ma profession.

 

Force :

-          Je suis responsable et toujours à mon affaire Je respecte les règlements en vigeur à mon travail ce qui démontre ma capacité à offrir une pratique compétente en accord avec le rôle de professionnel

-          Je suis capable de reconnaitre ce que je fais de mal et m’excuser, ce qui me permet de passer à autre chose et de revenir rapidement à un comportement plus professionnel j'adopte des comportements professionnels tels que l'honnêteté et l'intégrité rendant ainsi ma pratique respectueuse de l'étique.

Faiblesse :

-          J’accumule beaucoup de choses sans rien dire même si cela m’irrite beaucoup ce qui fait en sorte que je développe une frustration muette qui risque de mener vers des comportements non professionnels lorsque je suis saturée.Je ne réagit pas toujours adéquatement face a des comportements que je juge antiprofessionnel (comme ceux mentionner dans ma preuve: mise en doute de l'honnêté et de l'intégrité sans raison). Une telle situation me pousse parfois à réagir avec force ce qui vient compromettre ma propre compétence de professionnel. Il faut en tout temps réagir calmement et dans le respect afin d'offrir une pratique professionnelle.

 

Objectif :  

D’ici la fin juin, je serai capable de rester calme et respectueuse lorsque je me ferai critiquer par mes patrons. Je prendrai du temps pour respirer et j’exprimerai les points qui me tiennent à cœur, ainsi je n’accumulerai pas de frustration et je resterai professionnelle. Cette manière de faire me permettra de développer des stratégies pour gérer les personnalités difficiles qui me seront utiles dans ma future pratique en ergothérapie. j'aurai développé des 3 stratégies efficaces pour rester professionnelle et respectueuse en tout temps en reconnaissant mes limites. Au travail et en stage, je m'expliquerai sans hausser la voix et utilisant le langage approprié avec un supérieur(ton de voix calme, pas un langage familier, pas de mauvais mots, pas de geste d'irritabilité) afin de défendre mon point de vue. J'aviserai ma supérieure de stage de cet objectif afin qu'elle puisse remarquer si j'applique ces principes professionnels. 

Plan d’action :

 Pour arriver à développer des stratégies efficaces pour rester professionnelle et respectueuse en tout temps, je demanderai à mon copain (qui est très doué pour m’énerver) de faire des mises en situation avec moi 1 fois par semaine afin de m’aider à mieux connaitre mes limites et ainsi trouver de bonnes manières d’agir qui me correspondent. De plus, je demanderai des conseils à ma superviseure de stage pour savoir comment elle même gère des situations conflictuelles avec ses patrons afin que je puisse généraliser mes acquis à ma future pratique en ergothérapie pour être la plus professionnelle possible.

 

Dépôt revisité le 22 mars 2012 :

Mes aptitudes professionnelles ont évoluées depuis la dernière année. En effet, ma manière de réagir face à une situation conflictuelle c’est améliorée. Par le passé, j’accumulais beaucoup de frustration et j’avais donc de la difficulté à me contrôler lors de situation particulièrement irritante ce qui m’empêchait de rester professionnelle envers mes supérieurs. Maintenant, tel qu’il est possible de le voir par mon attitude dans mes stages, dès qu’il y avait des différents ou des incompréhensions à propos de certains éléments dans mon stage je me faisais un point d’honneur d’en discuter avec ma superviseure. Ainsi, les conflits ont pu être évités et j’ai pu m’exprimer avec honnêteté et respect ce qui m’a permis de rester professionnelle tout au long du stage. Par exemple, une fois je faisais une intervention avec un patient et j'avais un peu de diffiulté à lui faire comprendre une consigne spécifique. Ma superviseure est alors intervenue et elle a continué tout le reste de l'intervention à ma place. Je me sentais inutile et un peu insultée car je croyais qu'elle me trouvait incompétente. À la fin de l'intervention j'en ai tout de suite parler avec elle pour comprendre et elle m'a dit qu'elle croyait que je voulais qu'elle le face à ma place puisque je n'avais pas repris mon rôle de thérapeute par la suite. J'ai compris son point de vue et nous nous sommes entendues sur la procédure à suivre pour les prochaines fois. Le conflit à pu être évité de cette manière. Je n’ai pas cherché à atteindre l’objectif que je m’étais fixé précédemment puisqu’il n’était pas vraiment pertinent dans la situation présente de même que le plan d’action que j’avais élaboré pour l’atteindre.  J’ai tout de même réussi à bonifier mon rôle de professionnel par d’autres moyens tel que l’affirmation de soi dans les discussions quotidienne pour ne pas accumuler de frustration et ainsi arriver à gérer des situations de travail particulières en adoptant des comportements professionnels.

 

 

16 mars 2010, dépôt revisité le 22 mars 2012

 

Rôle : E7.1.6 entretenir des relations appropriées avec les clients et ne pas en franchir les limites

Preuve : Pendant mon stage avec des personnes présentant une déficience intellectuelle, plusieurs garçons sous ma charge était excessivement gentil avec moi. Je me faisais complimenter sans arrêt et plusieurs voulaient me faire des câlins. La première journée j’ai été assez déstabilisée et surtout très gênée. Les contacts me mettaient un peu mal alaise mais je ne voulais pas leur faire de la peine en leur demandant de garder leurs distances surtout que je ne savais pas comment ils allaient réagir. Au cours de la semaine, j’y ai bien réfléchi et je me suis dit qu’un tel comportement ne respectait pas les limites d’une bonne relation thérapeutique. La semaine suivante, j’ai donc tenté de remédier à la situation en acceptant poliment les compliments et en changement rapidement de sujet. J’ai aussi tenté de maintenir une certaine distance avec eux en me concentrant davantage sur le groupe et en incitant tous les participants à faire de même, ce qui a créé une belle ambiance d’équipe. Les comportements affectueux à mon égard non pas cessés complètement mais j’ai tout de même su les contrôler pour qu’ils restent à mon sens acceptables tout au long du stage.

Réflexion : Dans cette preuve, on peut voir que j’ai d’abord pu manquer de professionnalisme en acceptant autant d’affection de la part des participants malades. La situation m’ayant prise au dépourvu, j’ai été déstabilisée et je ne savais pas comment réagir. Par contre, j’ai été professionnelle par la suite, en réalignant la relation entre les limites permises, permettant ainsi une aide saine et maximale. J’ai cependant des doutes quant à la clarté des limites que j’ai tenté d’imposer car je ne les ai jamais formulées verbalement. J’ai plutôt fui le problème, ce qui laissait place aux récidives, que j’ai aussi évitées. J’ai agit ainsi car je ne savais pas comment abordé le sujet avec eux, cela m’effrayait un peu. Ce problème est présent dans plusieurs autres aspect de ma vie. Néanmoins, cette alternative a fonctionnée et j’ai pu accomplir mon stage sans problème, mais je suis consciente que dans le futur ce ne sera pas toujours aussi simple. Lorsque je pratiquerai à titre d’ergothérapeute, je devrai bien définir les limites avec mes patients pour être professionnelle dans mon métier, car je ne pourrai pas toujours me cacher derrière un groupe pour fuire la confrontation.

 

Points forts : -    Je suis soucieuse de ne pas blesser les autres

                    -    Je suis capable de reconnaître les limites à respecter et je tente de 
                         mon mieux de les respecter

Points faibles : -  J’ai de la difficulté à aborder les gens pour mettre les choses au clair.

                        - J’ai tendance à fuir les problèmes plutôt que de les affronter.

Objectif : D'ici le mois de juin, J’aimerais j'arriverai à faire valoir mon point de vue aux  gens lorsque je sens que les limites ne sont pas respectées dans mes relations d’ici le mois de juin. Cela sera d’une importance capitale dans ma pratique future si je souhaite agir en tout temps d’une manière professionnelle.

Plan d’action : Pour y arriver, je ferai des simulations de ce type de situation avec l’aide de ma sœur une fois par semaine afin de développer des techniques avec lesquelles je me sentirai à l’aise d’aborder le sujet. De plus, d'ici le mois de juin, chaque fois que je rencontrerai une nouvelle personne ( garçon ) je lui dirai dès le début que je suis en couple. Cela me pratiquera à aborder le sujet dans ma pratique plus tard.Pour ce faire, chaque fois que je sentirai que mes limites ne sont pas respectée, je tenterai du mieux que je peux de m'exprimer. Puisque cela risque d'être difficile au début, avant de me coucher, je me remémorerai par écrit l'incident ainsi que la réaction que j'ai eu. Puis, je me questionnerai sur l'efficacité de mon intervention ainsi que sur une meilleure action que j'aurais pu entreprendre dans cette situation. Ces indications me permettront de ne pas refaire les mêmes erreurs et de mieux réagir la prochaine fois que la situation se présentera pour me permettre éventuellement d'atteindre mon objectif.

 

Dépôt revisité le 22 mars 2012 :

Ma capacité à mettre des limites claires s’est beaucoup améliorée depuis que j’ai fait un stage en santé mentale lors de ma 2ième année. Lorsque j’ai rédigée ce dépôt j’avais de la difficulté à mettre mes limites avec les patients. J’étais gênée et je ne savais pas comment leur faire comprendre que certaines choses me mettaient mal à l’aise alors je préférais éviter ces situations et je fuyais les problèmes ce qui n’était vraiment pas optimal pour bâtir une relation thérapeutique. Ma superviseure de stage en santé mentale m’a grandement aidé à bien définir mes limites avec les patients et elle m’a fait comprendre l’importance d’adopter une telle habitude avec les patients. Pour être un bon thérapeute, ces limites doivent être définies sinon il est dangereux qu’une relation amicale s’installe à sa place ce qui est contraire à une pratique professionnelle respectueuse de l’éthique. Nous avons, de nombreuses fois, pratiqué ensemble la manière de le dire aux  patients et j’ai pris de l’assurance. Tout au long du stage j’ai su imposer mes limites en adoptant toutefois une attitude empathique et aidante envers mes patients grâce aux bons conseils de ma superviseure. Ces acquis ont été absolument essentiels pour ma pratique future.