Portfolio de Karine DESOURDIE

Plan

Le lien marqué [+] permet d'afficher puis de masquer les sous-sections que comprend la section correspondante.

Biographie

Image représentant Karine DESOURDIE

Bonjour,

Bienvenue dans mon Portfolio ! Mon nom est Karine Désourdie et je suis étudiante en troisième année du BAC en ergothérapie. J'habite sur la Rive-Nord, plus précisément à Blainville. J'adore voyager je suis allée en Tunisie et en Inde. J'ai fait mon choix d'aller en ergothérapie pour la relation d'aide et la diversité des tâches et des milieux.

Vous allez trouver ici mes différents apprentissages selon les 7 rôles de L'ACE. Chacun de mes dépôts est classé selon le rôle et est affiché en ordre chronologique. 

Pour me contacter :

Les sept rôles de l'ergothérapeute selon l'association canadienne des ergothérapeutes

Le profil de pratique de l'ergothérapie au Canada

Profil competences ACE.pdf

Les compétences de l'ergothérapeute selon l'Association Canadienne des ergothérapeutes (Version 2007)

Bilan Général- 21 octobre

Entrée : 21 octobre 2011

Modification:  11 avril 2012

D’ordre général, une des mes forces est que mon portfolio est bien structuré avec des titres clairs et uniformes qui précisent la compétence traitée et la date du dépôt. De plus, tous mes dépôts sont placés en ordre chronologique pour chacun des rôles  et chacune des forces et des  faiblesses sont en lien direct avec une sous-compétence. Ainsi, je peux suivre cette voie pour les prochains dépôts et aucune modification n’est nécessaire à ce niveau, car j’en suis satisfaite. En ce qui concerne le contenu de mon portfolio, je considère que mes expériences en milieu de stage ne sont pas reflétées adéquatement. Mes nouveaux dépôts devront donc être axés sur des situations vécus en stage tout comme la plupart de mes dépôts revisités (nouveaux objectifs, plan d’action ou preuves). Plus spécifiquement, ces nouveaux dépôts seront expliqués dans les bilans individuels à chacun des rôles. Entre autres,  les principaux rôles à développer sont Les deux compétences que je trouve plus difficiles sont  agents de changement et expert de l’occupation puisque c'est plus appliqué à l'ergothérapie et aux situations cliniques. Ainsi, j'ai fait moins fait de dépôt dans ces rôles ,car ma faiblesse principale est de pousser ma réflexion ergothérapique. Toutefois pour les rôles de communicateur et professionnel, je considère qu'il sont mes deux rôles les plus complets et les moins à retraviller. Après la lecture de mon portfolio, je considère que j’ai peu de dates de modifications dans chacun des dépôts. Je devrai donc faire des rétroactions espacées dans la session et faire mes modifications le plus rapidement possibles pour pouvoir avoir une rétroaction sur les changements apportés. Finalement, je considère que le contenu de mes preuves et  de mes réflexions sont  bien en lien avec chacun des rôles et des sous-compétences et qu’aucun changement n’est nécessaire à ce niveau.

En bref, pour l'ensemble des compétences je dois  4 nouveaux dépôts et 4 dépôts revisités. Voici les dépôts à ajoutés à mon porfolio à la session d'hiver 2012, selon chacune des compétence de l'ACE. 

Expert de l'occupation: 1 nouveau dépôt

Communicateur: 2 dépôt revisités

Collaborateur: 1 dépôt revisité

Agent de changement: 1 nouveau dépôt

Gestionnaire :1 nouveau dépôt

Érudit: 1 nouveau dépôt et 1 dépôt revisité

Professionnel: Modification rétroaction hiver 2011

Expert ergothérapeute

3 avril 2012-E.1.5 Faire une synthèse des résultats des évaluations et du raisonnement en vue d’élaborer un plan d’action ciblé.

Entrée : 3 avril 2012

Compétence clé :

E.1.5 Faire une synthèse des résultats des évaluations et du raisonnement en vue d’élaborer un plan d’action ciblé.

Mise en contexte :

Lors de mon stage en clinique privée à l’été 2011, la clientèle cible était principalement des accidentés du travail. Notre rôle en tant qu’ergothérapeute était principalement de construire un programme d’exercice pour optimiser les chances d’un retour au travail prompt et durable. Les gens se présentaient en ergothérapie de 3-5 fois par semaine pour effectuer leur programme d’exercices.

Preuve :

J’ai eu un client qui était charpentier-menuisier et qui avait une blessure importante à l’épaule suite  à un accident de travail. Suite à une évaluation de ses capacités fonctionnelles, je lui ai bâtis un programme qui incluait plusieurs exercices en lien avec son ancien emploi. Comme chacun de mes patients, je prenais la liste de tâches de travail pour faire un programme en lien avec son emploi. De plus,  je m’assurais que les objectifs soient à court terme et réalisables en comparant avec les résultats de l’évaluation. Par contre, après un certain temps, l’assistante en réadaptation m’a souligné qu’elle trouvait que le client manquait de motivation à faire le programme. Ainsi, j’ai, sans rencontré le client, ajouté des exercices plus difficiles à son programme. Lors de ma rencontre bimensuel avec le client, j’ai pu constater qu’il avait atteint les objectifs de départ puisqu’ils étaient tous mesurables. Par contre, il a souligné qu’il avait l’intention de changer de type d’emploi et qu’il y avait plein de tâches à la maison qu’il aimerait accomplir le plus tôt possible. J’ai donc dû retravailler le programme en lien avec ce qu’il m’avait dit pour augmenter sa participation et sa motivation.

Réflexion

Force :

E.1.5.7  Cibler des résultats réalistes, mesurables et compréhensibles.

Avec mes clients, je m’assurais toujours de bâtir un programme réalisables avec des objectifs à court terme pour s’assurer que le client aient plusieurs réussites. Ainsi, j’analysais toujours les résultats obtenus lors de l’évaluation fonctionnelle pour créer un programme en accord avec les capacités du client pour ainsi éviter les blessures ou bien un plateau d’amélioration.

Faiblesse :

 1.5.7. Cibler des résultats conformes aux valeurs et objectifs de vie du client, en favorisant la participation du client et en lui remettant du pouvoir dans la mesure du possible

Ma faiblesse a été de prendre pour acquis que l’objectif à court terme pour Monsieur était de retrouver des capacités en lien avec son emploi puisque c’était ma vision de mon rôle auprès de cette clientèle au privée. De plus, je n’ai pas considérer l’avertissement de l’assistante en réadaptation adéquatement. J’aurais dû rencontrer le client pour cibler avec lui ses nouveaux objectifs de vie et ainsi favoriser sa participation aux traitements. J’ai donc changé le programme sans consulter le client lui-même qui devrait être le centre de nos interventions et devrait être un membre actif dans sa réadaptation. Ainsi, le client était démotivé, car les objectifs de traitements n’étaient pas en lien avec ses objectifs personnels. Le fait d’avoir une assistante en réadaptation  m’aidait beaucoup, car cela me permettait de terminer mes rapports, mais pouvait aussi me nuire au niveau du lien thérapeutique avec le client et au niveau de  la communication.

Il est très important de s’assurer que les résultats souhaités par l’ergothérapeute ou l’équipe de soin soient les mêmes que ceux visés par le client. Ainsi, il est plus facile de collaborer pour arriver à atteindre des objectifs de façon efficace tout en gardant la motivation du client tout au long des traitements. Le client se sent donc plus écoutés et plus impliqué dans son cheminement ce qui favorise une meilleure participation aux traitements.

Objectif :

Mon objectif est de rencontrer chacun de mes patients de façon hebdomadaire pour réviser les objectifs et programmes d’exercices afin de les actualiser en considérant les désirs du patient.

Plan d’action :

-Rencontrer le patient une fois par semaine selon un calendrier prédéterminé.

- Insérer  une section dans le programme d’exercices pour que le patient lui-même ou l’assistante en réadaptation écrivent de nouvelles idées d’exercices, des difficultés, des commentaires, etc.

-Chaque semaine, demandé au client d’écrire ou de préparer avant la rencontre 1 nouvel objectif qu’il aimerait atteindre

- Réviser les objectifs et le programme avec le client et lui demander de signer à côté de chaque objectif.

Échéancier : Août 2013

7 février 2011-E.1.6 Faire preuve d’une utilisation compétente et sélective de l’occupation et des interventions en vue de faciliter l’occupation.

Entrée: 7 février 2011

Modification: 17 avril 2011

Compétence clé:

E.1.6 Faire preuve d’une utilisation compétente et sélective de l’occupation et des interventions en vue de faciliter l’occupation.

Mise en situation :

Depuis près de 3 ans, je fais de l’aide aux devoirs pour 2 jeunes garçons avec des diagnostics de TDAH et de dyslexie (1 des 2). La problématique principale, lorsque j’ai commencé avec eux, était la motivation à faire leurs devoirs. Moi et ses parents devions répéter plusieurs fois pour qu’ils se mettent au travail et soient productifs tout a long de la période où j’étais présente. Il fallait donc que je trouve une solution au problème pour les encourager et permettre d’avoir des périodes de devoirs plus plaisante et efficaces. De ce fait, j’ai donc mit en place une piste de course, car chacun d’eux adorait les voitures. Pour avancer sur la piste de course, il devait commencer rapidement leur devoir, rester assis durant la période, être productif et ranger leur chose à la fin. J’ai donc ciblé les éléments problématiques tout en consultant les parents. Chaque fois qu’ils finissaient un tour de piste, ils avaient droit à un privilège qui était choisi par les parents. Au départ, l’intervention fonctionnait très bien et encourageait beaucoup les enfants à bien participer. Par contre, peu à peu, ils se sont habitué au système de privilèges et y portaient beaucoup moins d’importance. Les règles établies étaient rendues trop faciles pour eux, ils devaient donc mettre moins d’effort. Ceci provoqua donc une diminution de leur motivation et les périodes de devoirs étaient de plus en plus inefficaces et pénible pour moi, les parents et eux-mêmes. Il tardait a commencer, se plaignait de ne pas vouloir faire leurs devoirs, se levait pour différentes raisons, et me demandait toujours le temps restant à la période. Dernièrement, j’ai donc du retiré le système de piste de course que ne fonctionnait plus.

Réflexion :

 Force :

 E.1.6.2 Mettre en œuvre les plans d’intervention ciblés qui correspondent à la personne, à l’occupation et à l’environnement. 

Au départ, je me suis assise avec les parents et les enfants pour trouver les difficultés au problème et ainsi pouvoir leur offrir un système adapté à leurs besoins. Mon plan d’intervention était donc de mettre en place ce système pour nous aider à répondre aux objectifs que nous nous étions fixés tous ensemble. J’avais aussi pris compte de l’intérêt des deux garçons en utilisant une piste de course. Puisqu’il est souvent plus ardu de garder des jeunes garçons assis longtemps, surtout avec de l’hyperactivité, je devais les rejoindre et leur donner des objectifs et des récompenses à leur efforts. Ainsi, ils se sentaient interpelés par mon intervention. Quand j’allais faire l’aide aux devoirs, je sentais qu’ils voulaient se surpasser, et ceci me donnait envi d’y redonner et de leur donner de mon temps. Je pense que cet élément est primordial en tant que professionnel car dans ma pratique d’ergothérapeute je voudrai amener le patient à s’investir dans nos interventions et à atteindre ses objectifs et ainsi me sentir plus compétente, utile, et me donner l’énergie pour leur offrir le meilleur service. 

 Faiblesse :

 1.6.6 Adapter ou concevoir de nouveau le plan au besoin, en surveillant régulièrement les progrès.

Puisque tout allait bien au départ et que le système était bien intégré à la routine, je ne me suis pas questionné sur le besoin d’adapter mes interventions (système de piste de course).  Par contre, j’aurais du apporter des changements mineurs pour montrer aux enfants qu’ils pouvaient faire encore mieux et se surpasser. En laissant les même règlements, je crois qu’ils ont perdu le goût de s’améliorer et d’atteindre leurs objectifs. J’aurais pu, par exemple, ajouter des petits défis hebdomadaires (ex : cette semaine je savoir mes multiplication par cœur) pour les encourager et leur montrer qu’ils sont capables de se surpasser.  Puisque je n’ai pas su adapter le système d’encouragement à l’évolution de leur capacité, leur âge et intérêt, les enfants ont complètement délaissé le système par eux-mêmes. Ceci a nuis non seulement à leur productivité et leur plaisir en faisant les devoirs, mais aussi à ma motivation de les aider. Au lieu de vivre une évolution, j’ai perçu plutôt une régression dans leurs motivation, mais aussi au niveau de l’alliance que j’avais créé avec eux depuis 3 ans. Je crois que j’ai évité le changement pour ne pas recommencer une nouvelle façon de faire et ainsi briser la routine, mais j’aurais dû car le résultat a été le même finalement. Aussi, auprès des parents je me suis sentie moins compétente.  L’ergothérapeute se doit de faire évoluer ses interventions selon son client tout comme dans toute situation ou l’on intervient.

Objectif :

 SMART : D’ici 1 mois, je mettrai en place un nouveau système de motivation et de privilège  en accord avec l’évolution des deux garçons et y apporterai des changements si nécessaire à chaque mois.

 Chaque première rencontre du mois, je reviserai mon plan d'intervention et le système utilisé pour y apporter les modifications nécéssaires pour une bonne efficacité .

Plan d’action :

Chaque première semaine du mois:

 

1- Faire une petite rencontre avec la famille pour voir les nouveaux objectifs

2- Construire un système AVEC les enfants pour bien rejoindre leurs nouveaux intérêts

2-  Adapter les règlements en considérant les nouvelles capacités des enfants lors des devoirs

4- Reparler du système chaque mois pour voir si des changements son nécessaires pour atteindre les objectifs ou si la famille a de nouvelles idées.

5- Chaque mois, mettre, en plus des règlements (Ex : rester assis, finir au moins 2 devoirs, garder le sourire…) ajouter un défi spécifique du mois (Ce mois ci, je lierai 15 minutes par soir). Ce défi sera trouvé par l’enfant lui-même.

 ** Ce plan d'action se transfère aussi dans le milieu clinique avec des patients. Chaque mois, je peux rencontrer le client et sa famille au besoin pour reparler de leurs besoins et des objectifs établis. Ainsi, je pourrais établir un suivi du client et modifier mon intervention en considérant les changements durant le mois et les nouvelles demandes  et besoins du patient.

Échéancier: D'ici le 30 juin 2011.

15 mars 2010-E.1.3 Procéder à une évaluation complète et adéquate du rendement occupationnel.

Entrée : 15 mars 2010

Modification : 29 mars 2010

Modification : 5 avril 2010

Modifiration: 18 mai 2010

Compétence clé

E.1.3 Procéder à une évaluation complète et adéquate du rendement occupationnel.

 

Mise en situation :

Lors de mon stage en CLSC à la première session, moi et ma superviseure avons été appelé par  une j'ai dû allée à une résidence semi-privée nous informant qu’une car une dame ayant des problèmes de démence commençait à perdre de plus en plus ses habiletés à s’occuper d’elle même, jusqu’à ne faire rien d’elle même.  Elle avait donc de la difficulté à l’habillage, et pour ses soins d’hygiène. Nous sommes J'y suis donc allée  pour la rencontrer, accompagnée de ma superviseure. mais n’avons Durant la rencontre, je n'ai pas été capable d’avoir un bon contact avec elle, car en plus d’avoir des troubles au niveau cognitif, elle était endormie et nous la réveillions je la réveillaisJe ne voulais pas la déranger lorsqu’elle dormait alors je  ne lui ai pas demandé de faire des «mises en situation» en ce qui concerne ses soins personnels. ceci nous aurait beaucoup aider pour faire un plan d’intervention beaucoup plus adapté aux capacités de la dame.  De ce fait, nous avons conclut que nous trouverions une solution nous-mêmes et  nous sommes entrée en contact avec sa famille j'ai conclue que je devrais trouver une solution moi-même et j'ai eu l'idée d'entrer en contact avec la famille de la patiente.  Nous avons donc  Ceci m'a donc permis de construire un plan d’intervention, avec l'aide de ma superviseure, pour l’encourager à  ne pas perdre de  plus en plus ses habiletés restantes. Par contre, lorsqu’il a été le temps de mettre en place l’intervention, madame à mal réagis, car elle n’était pas au courant, et n’avait pas été informée convenablement. C’était pour elle un peu brusque, et nos objectifs étaient trop demandants pour sa situation et ses forces. Nous avons du ajuster le plan d’intervention par la suite.

Réflexion :

Force :

E.1.3.7 Chercher et faire la synthèse de l’information judicieuse provenant d’autres sources, comme la famille, les aidants et les autres professionnels.

 Lorsque j’ai rencontré une difficulté d’approche avec la dame, j’ai tout de suite pensé à l’entourage de cette patiente qui pourrait nous guider et développer le plan d’intervention.  De ce fait, l’évaluation des occupations de la dame s’est faite par l’entremise de sa famille.

Faiblesse :

E.1.3.3 Évaluer le rendement occupationnel dans les domaines pertinents, notamment les soins personnels, la productivité et les loisirs, en fonction des rôles, des demandes, des attentes, des objectifs, des milieux et des valeurs spirituelles du client.

 Tout de suite en voyant le diagnostique de madame, nous avons j'ai décidé de ne pas m'acharner à établir une relation et une discussion qui pourrait nous informer sur ses capacités et ses désirs.  De ce fait, lorsque je l'ai revu avec sa famille, j'ai réalisé qu’elle était apte à dire ses opinions de façon simple, mais amplement compréhensive.  Nous aurions J'aurais dû baser l’évaluation par rapport à la dame aussi et non seulement par rapport à sa famille qui ne la voit pas souvent et qui la connaisse peu.  Nous ne voulions pas la déranger lorsqu’elle dormait alors nous ne lui avons pas demander de faire aucune «mise en situation» en ce qui concerne ses soins personnels, ce qui nous aurait beaucoup aider pour faire un plan d’intervention beaucoup plus adapté aux capacités de la dame.

 Objectif :

Mon objectif est de toujours centrer mon évaluation sur le client peu importe le diagnostique du patient et même si la communication est difficile.  En ergothérapie et Dans ma future profession d’ergothérapeute, j’aurais souvent affaire à des patients avec qui je peux avoir des difficultés à communiquer.  Par exemple, si j’ai un patient de 3 ans, il faut quand même que je me base sur ses intérêts et capacités sans nécessairement me fier seulement qu’aux dires des parents.  L’ergothérapie est une profession centrée sur  la personne, donc il est important de toujours créer un lien thérapeutique, peu importe le diagnostique ou la personnalité du patient.  Un bon lien et une belle évaluation complète se reflétera donc dans mon plan d’intervention qui ciblera mieux les objectifs du patient et qui tiendra en compte des ses forces du client.

Plan d’action :

Avant mon prochain stage, je me ferai une banque de méthodes d’observation et de communication que je pourrai utiliser en cas de difficulté à communiquer avec le client. J’en trouverai 2 pour les jeunes enfants et  2 pour les personnes atteintes de démence. Par exemple, pour un enfant de 3 ans je pourrais avoir des images d’activités et il me pointe ce qu’il aime le mieux faire.

 Échéancier : D’ici le 1 avril 2011, avant mon prochain stage.

Communicateur

Bilan- 21 octobre 2011

Pour mon dépôt de la sous-compétence du dialogue efficace (E.2.1) du 23 mars 2011, un dépôt revisité serait nécessaire puisque mon objectif est trop en lien avec mon ancien emploi et donc inatteignable avec les situations vécus en stages. Je devrai tenter d’avoir des évaluations ou interventions avec des patients avec des troubles au niveau de la communication pour pouvoir améliorer cette compétence. Dans ce dépôt revisité, mon plan d’action devra plutôt être en lien avec la clientèle que j’ai présentement en stage. De plus, un dépôt revisité en lien la compétence de transmettre efficacement des documents écrits et électroniques (E.2.2) serait nécessaire, car j’ai atteint mon objectif lors de mon dernier stage.

23 mars 2011-E.2.1 Établir un dialogue efficace

Entrée: 23 mars 2011

Dépôt revisité: 24 février 2012

Compétence clé

E.2.1 Établir un dialogue efficace

Mise en situation :

 Depuis environ 1 an, je travaille à la société de l’autisme des Laurentides. J’accompagne un jeune  chaque samedi pour offrir du répit aux parents en faisant diverses activités. Après plusieurs semaines avec le même jeune, j’ai changé pour accompagner un autre jeune. De ce fait, c’était une adaptation car je connaissais ni le jeune, ni ses parents. Le matin, tout s’est bien déroulé et sa mère me donna les informations dont j’avais besoin. Durant la journée, le jeune a eu des comportements inadéquats que je devais communiquer avec les parents. Il avait fugué et frapper une autre monitrice. Lors du départ, c’était le père de l’enfant qui était présent. À mon grand étonnement, il était atteint de surdité et parlait très peu avec des sons simples. De ce fait, mon premier réflexe fut de prendre un papier et un crayon pour lui transmettre l’information important que j’avais à lui dire.  J’utilisais plutôt des phrases courte et simple qui nécessitaient des réponses courtes ou des signes non-verbaux. Ainsi, j’ai réussi à l’informer qu’il s ‘était passé quelque chose avec son fils d’important. Par contre, puisque le mode de communication à l’écrit était trop complexe, je lui ai donné l’option d’appeler sa femme pour rendre la situation plus simple. Il est donc reparti sans vraiment savoir le déroulement de la journée de son fils et était plutôt inquiet et intrigué. J’ai donc téléphoné à sa femme et elle s’est occupé de la situation.

Réflexion :

 Force :

E.2.1.8 Employer du matériel didactique, du matériel écrit et d’autres ressources qui favorisent une communication efficace.

Lorsque j’ai réalisé que je ne pourrais pas  communiqué verbalement avec le père de l’enfant, j’ai tout de suite pensé à une méthode alternative. L’idée d’écrire ce que je voulais dire me paraissait la manière la plus simple a utilisée puisque je n’avais pas pu me préparer avant la rencontre de la fin de journée. Ma force a été de trouver cette solution par moi même de façon instantanée. De cette manière j’ai pu  éviter un malaise entre moi et mon interlocuteur sans l’obliger à trouver la solution. Je me suis donc adapté à sa situation.

Faiblesse :

E.2.1.5 Employer des approches qui encouragent la participation à la prise de décision. 

Ma première idée de transmettre l’information par écrit encourageait le père à participer au suivi de la journée de son enfant de façon simple. Par contre, lorsque j’ai décidé que la méthode était trop longue et que je lui ai écrit que j’appellerais la mère au courant de la soirée,  je lui enlevais la possibilité de s’impliquer auprès de son enfant et de ses comportements de la journée. J’ai donc offert une solution alternative qui ne lui permettait pas de comprendre les incidents, et d’ensuite intervenir auprès de son fils. J’ai donc choisi l’approche la plus facile qui était en quelque sorte d’abandonner la conversation pour  appeler sa femme. Je crois que j’ai agis ainsi par crainte de lui demander trop d’effort et par crainte de ne pas être bien saisi dans les informations que je lui transmettais. Dans ce cas, le client ne m’a pas montré de désapprobation et j’ai eu la chance de pouvoir communiquer avec l’autre parent. Par contre, dans ma pratique je serai confronté à des problèmes de communication et je devrai m’y adapter pour toujours m’assurer que le client se sent impliqué dans les décisions. Je ne pourrai donc pas toujours avoir recours à la famille et le client ne sera pas toujours d’accord que le professionnel parle de sa condition à son entourage. 

 

Objectif :

SMART : La prochaine fois que le père viendra chercher son fils (d’ici 1 mois), je serai dans la possibilité de lui  donner l’information du déroulement de la journée, tout en lui permettant d’exprimer ses commentaires ou questions.

Plan d’action :

1- Faire un résumé de la journée par écrit avant que le père vienne chercher son enfant.

2- Inclure un endroit pour ses questions si nécessaire

3- Inclure une question lui demandant si un appel à sa femme serait nécessaire pour des clarifications. Ainsi, il peut prendre la décision lui- même d’avoir besoin de rejoindre sa femme.

24 février 2012- E.2.1 Établir un dialogue efficace ( Dépôt revisité)

Entrée : 24 février 2012

Modification: 11 avril 2012

Compétence clé: 

 E.2.1 Établir une dialogue efficace

Depuis mai 2011, je ne travaille plus à la société de l’autisme et je n’ai pas eu l’occasion d’accompagner ce jeune dont le père est atteint de surdité. Ainsi, il était  impossible pour moi d’atteindre mon objectif et par le fait même de mettre en place mon plan d’action.

Par contre, durant mon stage en milieu hospitalier en automne 2011, j’ai vécu une situation semblable et je crois avoir bien développé des compétences en lien avec ma faiblesse identifiée dans ce dépôt.  Ainsi,  j’ai employé du matériel didactique, du matériel écrit et d’autres ressources qui favorisent une communication efficace (E.2.1.8) tout en encouragent la participation à la prise de décision (E.2.1.5).

Preuve:

Lors de mon stage en milieu hospitalier, j’ai dû évaluer et voir en traitement un homme âgé de 65 ans ayant eu un AVC hémorragique causant principalement de l’aphasie. Monsieur était capable de dire quelques mots courants sans contenu  (Ex : oui, non, vous-savez, pas du tout). De plus, Monsieur n’avait aucune famille, amis ou entourage, il était donc la seule personne avec qui je pouvais communiquer et il n’avait pas d’aide d’autrui qui le connaissait bien. Cet aspect m’a encouragé à développer un lien thérapeutique de confiance et une communication optimale. De ce fait, Monsieur à développer un système de papiers avec toutes ses infos personnelles (écrits par le personnel hospitalier).

Vu ma grande difficulté à communiquer avec Monsieur, je me suis sentie dépourvue de moyens et  je suis donc allée voir l’orthophoniste pour m’outiller à communiquer avec une personne aphasique. Il m’a donc suggéré le système écrit pour communiquer avec lui, en écrivant les mots les plus importants que nous lui disions pour s’assurer qu’il comprenne bien le message et les informations. Cette technique fonctionnait bien pour que monsieur comprenne, mais de son côté, il avait beaucoup de difficulté à écrire tant des chiffres que des mots. Ainsi, pour encourage sa prise de décision j’utilisais surtout des questions fermées auxquelles il pouvait répondre par oui ou par non. Sinon, je pouvais lui donner des choix de réponses sur une feuille et il  pointait. Ceci l’aidait beaucoup, mais en plus, je me sentais moins mal à l’aise puisqu’il était moins découragé et émotif. Je sentais qu’il appréciait mes efforts pour communiquer avec lui. Les efforts que je mettais pour améliorer la communication renforçait le lien thérapeutique et diminuait son sentiment d’insécurité.  

Malgré toutes ces techniques de communication mises en place, la problématique se situait surtout lorsque Monsieur voulait me poser une question. Avec le temps, l’alliance thérapeutique et la confiance,  je réussissais la plupart du temps à comprendre les besoins de monsieur et son questionnement en le questionnant, lui demandant de pointer des objets, et je décelais les émotions qu’il vivait par le non-verbal  en analysant les signes non-verbaux pour déceler ses émotions e inquiétudes. 

Réflexion :

Il est important en tant qu’ergothérapeute et professionnel de la santé de développer des méthodes de communications efficaces avec nos clients, car nos interventions sont centrées sur le client et basé sur leurs besoins. Ainsi, malgré des difficultés communicatives, le client peut prendre un rôle actif dans son cheminent de réadaptation en faisant des choix en lien avec ses besoins et valeurs. De plus, au niveau de la relation thérapeutique, il est important de communiquer avec notre patient et lui permettre de s’exprimer et d’être compris par son équipe de soins. 

Objectif :

Puisque mon objectif de départ était trop précis, je le modifierais comme suit :

Lors de mon stage en milieu hospitalier (automne 2011),  je pourrai communiquer avec  une personne atteint de trouble de la parole  ayant des difficultés de communicationde façon à ce qu’il comprenne le message, mais puisse aussi exprimer ses besoins et ses désirs.

 J’ai donc atteint l’objectif lors de mon stage puisque je n’ai non seulement utiliser du matériel didactique, du matériel écrit et d’autres ressources qui favorisent une communication efficace tout en encouragent la participation à la prise de décision ce qui était ma faiblesse lors de mon premier dépôt.

30 mars 2010- E.2.2 Transmettre efficacement des documents écrits et électroniques.

Entrée : 30 mars 2010

Modification : 7 avril 2010

Modification : 18 mai 2010

Dépôt revisité: 4 février 2012

Sous-compétence Compétence clé

E.2.2 Transmettre efficacement des documents écrits et électroniques.

Preuve :

Durant mon stage de première session, je suis allée chez une dame pour une première évaluation. Elle parlait beaucoup et J'avais Nous avions besoin de beaucoup d’information pour bien bâtir le plan d’intervention et pour créer un rapport d’évaluation. Par contre, quand j’écrivais je me sentais mal pour elle, car j’avais l’impression de ne pas l’écouter. Alors, j’ai arrêté d’écrire et je ne faisais que lui poser mes questions et l’écouter même si je savais que j'allais oublier des informations pertinantes qu'elle me disait dans l'entrevue.  L’après- midi même, ma superviseure m'a demandé de compléter le rapport d’évaluation au complet et lui remettre par format papier. J'ai donc écrit sur une feuille toutes les informations que je me rappellais et j'ai choisi un cadre conceptuel, soit le MCRO pour le compléter. J'ai choisi ce cadre, car j'aimais développer selon les trois catégories : Environnement, occupation et  personne. Aussi, j'ai fait un plan de la salle de bain pour me rappeler de la disposition des aides techniques déjà présents chez la dame.  Par la suite, elle a comparé le mien et le sien et m’a dit mes points forts et points faibles. La principale chose qu'elle m'a dite est qu'il me manquait de précision et d'information dans mon rapport. Par exemple, j'avais mal déssiné et disposé les objets de la salle de bain dans mon plan.

Réflexion

Points forts :

E.2.2.1 Utiliser un cadre conceptuel basé sur l’occupation pour la documentation.

Lorsque j’ai fait mon rapport écrit, je me suis vraiment basée sur un cadre conceptuel. J’ai utilisé les 3 grandes catégories : occupation, personne, environnement et j’ai bien développé chacun d’eux , car je trouvais que c’était la meilleure façon de faire une note bien divisée qui cible tous les aspects de l’évaluation. En fait, j’ai utilisé le MCRO.

Points faible :

E.2.2.2 Tenir des dossiers clairs, précis et adéquats (p.ex., documents écrits ou électroniques) sur les rencontres avec les clients et les plans d’action.

 Puisque j’ai pris vraiment peu de notes durant l’entrevue,  mon rapport était peu précis et j’avais oublié plusieurs éléments de l’entrevue et de l’évaluation. Aussi, lorsque j’ai dessiné la salle de bain de la dame j’avais mal disposé les aides techniques comme les barres de bain

Objectif :

 Mon objectif est d’être capable de prendre des notes précises et complètes durant l’entrevue, ce qui me permettrait d’avoir des documents sur le client plus précis et  plus clairs.  C’est important dans ma pratique ergothérapique, non seulement pour moi, mais aussi pour tous les autres professionnels qui utiliseront mes dossiers sur les clients communs.  Puisque nous avons beaucoup de clients, plus on a d'information, plus c’est facile de se rappeler de nos interventions, et de l’évolution du patient lorsque nos notes aux dossiers sont complètes.

Plan d’action :

Puisque je n’ai plus de stage avant 1 an et que je veux améliorer cet aspect de ma rédaction de note avant mon prochain stage, lorsqu’un proche ou un ami me racontera une histoire ou une anecdote, je ferai comme si c’est une entrevue et je prendrai le plus de notes possibles. Mon but sera aussi de prendre des notes, sans de ne pas négliger la relation thérapeutique, donc, de faire sentir à la personne que je l’écoute vraiment, bref, une écoute active.

Après, je lui ferai lire mes notes et lui demanderai si j’ai oublié des détails et comment elle s’est sentie durant l’exercice.

Échéancier :

D’ici le 1 septembre 2010.

4 février 2012- E.2.2 Transmettre efficacement des documents écrits et électroniques (dépôt revisité)

Entrée : 4 février 2012

Modification: 9 avril 2012

Compétence clé: Pour le dépôt du 30 mars 2010, mon point faible était la sous-compétence suivant : E.2.2Tenir des dossiers clairs, précis et adéquats (p.ex., documents écrits ou électroniques) sur les rencontres avec les clients et les plans d’action, car j’avais de la difficulté à prendre des notes précises et claires durant l’entrevue avec le patient.

Depuis le 30 mars 2010, j’ai bel et bien atteint mon objectif qui était de prendre des notes précises et complètes durant l’entrevue, ce qui me permettrait d’avoir des documents sur le client plus précis et  plus clairs., mais sans respecter mon échéancier de départ. En fait, mon plan d’action était peu réaliste, car il impliquait un ami plutôt qu’un réel client et un sujet de discussion amical n’est pas aussi complexe qu’une réelle entrevue. Mon stage durant l’été 2011 en clinique privée m’a permis de mettre en pratique la prise de note lors d’entrevues et développer cette sous compétence. En clinique privée, nous avions beaucoup d’entrevues qui pouvaient avoir une durée de plus d’une heure lors des premiers rendez-vous avec le client. De plus, nous devions fournir un rapport très détaillé, avec des informations précises à la SAAQ ou la CSST. De ce fait, ma superviseure m’a fourni un canevas de base à remplir pendant l’entrevue initiale, ce qui permettait de ne rien oublié et d’avoir toutes les informations nécessaires pour le rapport final. De plus, j’ai pris l’habitude d’informer le client de la raison de ma prise de note, pour que je sois plus à l’aise d’écrire pendant qu’il me parle sans brimer la relation thérapeutique. Dans ce cas, mon plan d’action était de demander à ma superviseure de prendre des notes durant l’entrevue pour qu’elle puisse ensuite lire mon rapport et déceler si j’avais omis des informations. Au début de mon stage, j’oubliais d’écrire des informations clés ou mes notes manquaient de clarté ce qui nuisait à la rédaction de rapports et je devais avoir recours aux notes de ma superviseure. Avec la pratique quotidienne et les rétroactions de ma superviseure, j’ai développé cette compétence et mes rapports étaient de plus en plus complets sans avoir besoin des notes de ma superviseure. Bref, j’ai atteint mon objectif de départ en juin 2011 qui était de prendre des notes précises et complètes durant l’entrevue, ce qui me permettrait d’avoir des documents sur le client plus précis et plus clairs.

11 novembre 2009- E.2.1 Établir un dialogue efficace.

Entrée: 11 novembre 2009

Modification 1: 2 décembre 2009

Modification 2 : 18 mai 2010

Sous-compétences Compétence clé

E.2.1 Établir un dialogue efficace

E.2.1.7 Adapter le mode de communication pour veiller à ce que les barrières à la communication (p. ex., langage, perte auditive, perte de vision, incapacité de communiquer verbalement, perte cognitive)n’aient pas de conséquences sur la capacité du client de diriger son propre processus de soins.

Mise en situation

Lors d’un de mes stages, je devais aller faire une réévaluation cognitive d’une dame d’environ 80 ans. Nous avons J'ai utilisé le test PECPA-2R pour faire l’évaluation. Le test dure environ 1 heure et comporte de nombreuses questions. Les consignes sont parfois claires et parfois plus détaillées pour évaluer la capacité de compréhension et de jugement du patient. 

Lors de l’exercice, la dame avait beaucoup de difficultés et je l’encourageais beaucoup pour ne pas qu’elle se sente défavorisée.  Pour qu’elle comprenne mieux les indications, je parlais plus lentement, donnais des exemples et répétais plusieurs fois les consignes, j'utilisais donc un langage plus simple . C’était difficile de laisser la dame être anxieuse car elle était incapable de donner les réponses. Alors, je l’encourageais beaucoup lorsqu’elle avait la bonne réponse. Par contre, j'ai trouvé qu'elle disait plus souvent qu'elle ne savait pas les réponses au lieu de s'essayer par de peur, je crois, de mal répondre. Je sentais qu'elle se sentait de plus en plus inferieure Après l'entrevue, ma superviseure m'a fait part qu'elle trouvait que j’infantilisais un peu trop la dame.  Elle m'a dit que c’est une erreur fréquente lorsqu’on veut bien communiquer avec les personnes âgées.  Par exemple, je la félicitais sur des choses trop minimes, et ceci peux provoquer un sentiment d’infériorité pour la dame. Le ton de voix que j’utilisais pouvais parfois  être inapproprié vu l’âge de ma cliente.  Par contre, le problème est que nous ne devions pas donner d’indices pour bien évaluer les conditions de la patiente. Il fallait ainsi avoir recours à des méthodes de communication pour faciliter le temps du test et ne pas la démoraliser.

Réflexion

Point forts :

E.2.1.7 Adapter le mode de communication pour veiller à ce que les barrières à la communication (p. ex., langage, perte auditive, perte de vision, incapacité de communiquer verbalement, perte cognitive)n’aient pas de conséquences sur la capacité du client de diriger son propre processus de soins.

J'ai eu le reflexe d'avoir recours à un moyen de communication plus facile pour la dame en perte de fonctions cognitives comme le fait de parler plus lentement. Ainsi, elle comprenait mieux les consignes et se sentait moins anxieuse et paniquée.

Même si nous ne devions pas donner trop d’indice pour la véracité des résultats, lorsque je voyais qu’elle ne réussirait pas, je ne lui mettais pas les points, mais je l’aidais pour qu’elle se sente valoriser. Par exemple, lorsqu’elle cherchait et qu’elle était sur la bonne voit je lui disais : oui continuer, je crois que vous avez trouvé ! De plus, je répétais plus souvent la consignes ou lui imageais avec des exemples. Si elle disait qu’elle n’était pas capable, je lui disais ses points forts, que c’était normal d’oublier, et qu’elle devait continuer de faire des efforts. Ainsi, ceci facilitait le lien entre moi et la patiente, elle avait confiance en moi et avait moins peur de continuer le test.

Points faibles :

            Puisque j'encourageais beaucoup la patiente, ma superviseure, après l’intervention, m’a fait part que j’infantilisais un peu trop la dame.  Elle dit que c’est une erreur fréquente lorsqu’on veut bien communiquer avec les personnes âgées.  Par exemple, je la félicitais sur des choses trop minimes, et ceci peux provoquer un sentiment d’infériorité pour la dame. Le ton de voix que j’utilisais pouvais parfois  être inapproprié vu l’âge de ma cliente.  Mon point faible est que  mon lagage était plus simple, mais infantilisait trop la personne agée. Ceci peut nuire à la communication et surtout au dialogue éfficace, puisque la dame pouvait sentir que je la sous-estimais. De ce fait, elle avait peut-être moins tendance à se confier par peur d'avoir l'air trop «inférieur». En fait, en faisant cela, au lieu de lui donner confiance, je lui en enlevais. Aussi, elle peut penser que je ne la comprends pas dans sa maladie, que j'associe l'Alzaimer à une régression d'âge mentale. Ceci peut engendrer une frustration de la part du client ou bien seulement une perte de confiance qui engendre une diminution du dialogue. Dans le cas de madame, j'ai senti qu'elle avait plus peur de donner des réponses, elle avait peur de ne pas réussir, alors, elle ne répondait tous simplement pas aux questions en disant qu'elle ne savait pas.  J’ai aussi de la difficulté à faire part aux clients de leurs erreurs et leurs points faibles.

Objectifs :

            Mon objectif est de  développer d’autres manières d’encourager une personne âgées sans l’infantiliser, même si elle a des difficultés de compréhension. J’aimerais refaire l’exercice d’évaluation (peu importe laquelle) pour essayer de nouvelles manières pour augmenter la compréhension des personnes âgées sans les infantiliser par ma façon de communiquer. Par exemple, il est important de dire à la personne âgée ses faiblesses de façon respectueuse et constructive sans la blesser, mais pour lui permettre de ne pas nier sa situation (ex : Alzaimer). Je veux développer ma capacité à communiquer des points plus négatifs  sans me sentir mal face à eux.

Plan d’action :

Refaire une évaluation de ce type ( tests cognitifs) avec une personne âgée et faire part à ma superviseure de mes objectifs qui sont de trouver des moyens de communiquer en augmentant la compréhension sans infantiliser le client.  Après, je lui demanderai les points forts et faibles qu’elle a pu remarquer face aux façons que j’utilisais pour faciliter la compréhension.

Échéancier : Avant la fin de mon stage, le 11 décembre 2009

 

 

Collaborateur

Bilan- 21 octobre 2011

Pour ce rôle, un dépôt revisité serait nécessaire  pour  la compétence E.3.1 du 10 novembre 2010, car j’ai  atteint mon objectif lors des APP de la session d’automne 2011.  Dans ce même dépôt revisité, il serait nécessaire d’appuyer mon évolution par  ma compréhension des rôles de différentes professionnelles dans le milieu de la santé que j’ai travaillé lors du cours de collaboration en science de la santé CSS-3900.  Sinon, le reste des dépôts reflètent bien mon niveau de compétence dans ce rôle.

10 novembre 2010- E.3.1 Travailler efficacement dans des équipes interprofessionnelles et intraprofessionnelles.

Entrée : 10 novembre

Modification: 1 décembre 2010

Collaborateur compétent

Compétence clé

E.3.1 Travailler efficacement dans des équipes interprofessionnelles et intraprofessionnelles.

Mise en contexte :

Depuis le début de l’année scolaire, nous faisons des cours d’APP, ces cours nous permettent de faire nos apprentissages par nous même par l’entremise d’une vignette. Le processus pour faire une carte conceptuelle se fait en groupe pour l’aller et le retour, mais entre ces 2 moments nous devons faire des recherches individuelles. Pour ce qui du processus en groupe, nous avons tous un rôle d’établi pour améliorer le fonctionnement et être le plus efficace possible.

Preuve :

Durant le premier APP du module adulte en santé physique, j’avais un nouveau groupe. Je me suis proposée pour être l’animatrice. En plus de ne pas connaître mon groupe, je ne connaissais pas ma tutrice, ni ses attentes. De ce fait, je me suis lancée et l’aller s’est bien dérouler, sans pépins, ni conflits. Rendue chez moi le soir, j’ai reçu un courriel de ma tutrice me spécifiant que mon rôle d’animatrice était à travailler  et que j’avais à réfléchir à mon rôle. Dans ce même message, elle me mentionne mes points à améliorer pour le retour. Au départ, j’étais un peu offusquée de son courriel, car dans mon groupe d’APP au module enfant, j’avais  bien accompli le rôle selon ma tutrice. Par la suite, en allant réviser la description du rôle dans le document du cours, je me suis rendue compte qu’elle n’avait pas tort et que j’avais à travailler la dessus. Comme elle me l’avait conseillé, j’ai révisé le tout et je me suis fait un plan d’action pour le retour. Selon le rôle de l’animateur, je me suis faite une feuille de note spécifiant mes tâches pour ne pas les oublier durant le retour.

Réflexion

  • Point faible

E.3.1.1 Démontrer une compréhension des rôles et des responsabilités des membres de l’équipe.

Je ne maitrise pas encore bien les rôles de chaque personne dans l’APP. Comme spécifier précédemment, je croyais bien comprendre, mais je n’avais pas relu mes notes et bien compris le rôle d’animateur. Je ne connais pas assez bien les tâches de chacun des rôles. Je considère plus les rôles dans leur généralité et connais peu les spécificités de chacun.

Ceci est important auprès d’une équipe inter ou intra disciplinaire en ergothérapie, car si on ne comprend pas le rôle de chaque collègue, il est difficile d’être efficace. Pour pouvoir faire une référence d’un patient ou pour se renseigner su un sujet qui ne fait pas partie de notre profession, il est important de savoir les tâches de chacun des collègues (physiothérapeute, orthophoniste, travailleur social..).Aussi, nous devons connaître nos tâches en tant qu’ergo de façon spécifique au niveau de notre profession, mais aussi de notre rôle spécifique dans notre milieu de travail.

  • Point fort :

E.3.1.4 Favoriser une dynamique d’équipe positive.

Puisque je voulais que notre travail d’équipe soit efficace et que la dynamique soit bonne durant le retour, j’ai décidé d’agir et de me faire un plan d’action. Ainsi, je savais bien ou je m’en allais et j’apportais un élément positif à l’équipe. En aillant pris l’information qui me manquait, je m’outillais moi-même, mais j’outillais aussi mon équipe. À l’aller, mon manque d’implication amenait des moments plus conflictuels durant les discussions (droit de parole peut présent, temps mal gérer…). Au retour, puisque je faisais bien mon rôle, la dynamique était meilleure et plus agréable.

Objectif :

Être en mesure de connaitre les tâches spécifiques du rôle que j'ai à accomplir durant l'app et qu'ils soient à la portée de ma main en tout temps.

Accomplir les rôles en remplissant chacune des tâches pré-établies (comprises dans le document du cours) durant les scéances d'app.

Plan d’action :

-Je vais me faire un résumé des tâches de chacun des rôles (animateur, secrétaire, documentaliste, scribe et participant) que je vais garder dans mon cartable d’APP.  Ainsi, en commencant chaque APP je reviserai mes tâches en lien avec mon rôle.

-De plus, je demanderai à ma tutrice de me donner une rétroaction sur mes forces et faiblesses à la fin de chaque scéance d'app dans lequel je rempli un rôle et ce par courriel. Pour chacune des tâches, je lui demanderai de dire si je l'ai accomplie  ou s'il y a des amilioration à apporter. Ainsi, en plus de savoir les tâches de chaque rôle je  vais savoir si je les ai bien remplis durant les APP.

Échéance :

 D’ici la fin du bloc adulte physique et mentale (février 2010)

5 avril 2012- E.3.1 Travailler efficacement dans des équipes interprofessionnelles et intraprofessionnelles. (Dépôt revisité)

Entrée: 5 avril 2012

Atteinte de mon objectif

Objectif : Accomplir les rôles en remplissant chacune des tâches préétablies (comprises dans le document du cours) durant les séances d’APP.

J’ai atteint mon objectif, surtout en séance d’APP de la session Automne 2011. Je trainais avec moi le document des rôles en APP avec les tâches associées  surtout pendant la session d’hiver 2010. Ainsi, je savais qu’elles étaient mes tâches durant la séance, surtout pour le rôle d’animateur. Rendue à l’automne 2011, je n’avais même plus besoin du document et de mes résumés. Aussi, ma tutrice m’a envoyée un courriel pour mon rôle d’animatrice pour me féliciter et j’ai eu une bonne évaluation en ce qui concerne l’exécution des rôles. Aussi, après avoir été animatrice, mes coéquipiers m’ont dit avoir apprécié comment j’ai animée et contrôlé le temps.

De plus, je crois que  cet objectif m’a permis de généraliser au niveau des rôles des différents professionnels de la santé. Durant la rencontre du CSSS- 3900, je m’étais préparé à savoir les rôles de chacun des professionnels de la vignette. Aussi, la rencontre, m’a permis d’élargir mes connaissances sur les autres professions. Évidemment, mon stage en milieu hospitalier m’a beaucoup aidé à connaitre les tâches et spécificités des autres professionnels en travaillent quotidiennement en équipe, surtout avec les physiothérapeutes et l’orthophoniste.



 

13 novembre 2009 - E.3.2 Travailler efficacement en équipe pour résourdre les conflits

Entrée: 13 novembre 2009

Modification 1: 10 décembre 2009

Dépôt revisité: 25 novembre 2010

Sous-compétence Compétence clé

E.3.2 Travailler efficacement en équipe afin de gérer et résoudre les conflits

Mise en situation 

Lors de mon emploi d'été en camp de jour, nous étions, la majorité du temps, en équipe de 2 moniteurs. Chaque semaine on faisait une rotation pour que tout le monde ait la chance de travailler ensemble. Évidemment, il y a des collègues avec qui c'était plus facile de travailler, et d'autres avec qui il y avait une divergence d'opinions et de façons de faire.

Pendant une semaine, j'étais avec une monitrice qui n'aimait pas vraiment son travail. De ce fait, elle me laissait s'occuper de tous les enfants et elle me regardait la plupart du temps.  Ainsi, c'était très difficile pour moi de s'occuper de tant de jeunes à la fois sans pouvoir compter sur ma coéquipière. J'avais l'impression qu'elle en profitait pour avoir des journées moins difficiles et plus calmes.

J'ai tenté de lui faire voir que j'étais un peu tannée de travailler seule tout en restant respectueuse, mais je ne lui ai jamais vraiment communiqué clairement ce que je n'aimais pas.

 Puisque j'avais de la difficulté à lui faire part du problème, je suis donc allée en parler à ma coordonatrice après les heures de travail pour lui expliquer la situation et lui dire que je trouvais difficile de travailler avec cette personne. J'ai beaucoup utilisé le pronom «je» pour montrer ce que je ressentais sans mettre tout le blâme sur ma coéquipière et sans la juger dans cette situation. C'est ensuite par l'entremise de ma coordonatrice qu'on a pu régler le problème en discutant de ce que je n'appréciais pas.

Réflexion

Point fort :

E.3.1.2 Témoigner du respect envers les membres de l'équipe

Je trouve que j'ai été respectueuse envers ma coéquipière et je n'ai jamais été irrespectueuse envers elle même si nous avions un malentendu. Quand j'ai parlé à ma coordonatrice, j'ai plutôt parlé de mes impressions et de ce que cela avait sur moi-même sans juger l'autre.  Ceci est important en temps que professionnel, car nous devons travailler avec une équipe multidisciplinaire et il faut respecter les autres pour garder une harmonie dans le groupe. Si j'avais été irrespectueuse, cela aurait créé un autre conflit et le but est de régler le premier. C'est la même chose en tant qu'ergothérapeute, il faut se concentrer sur ce qu'on souhaite régler et non créer d'autres conflits qui nuiraient au dynamisme du groupe et donc à la qualité de notre travail envers le client.

Point faible:

E.3.1.4 Favoriser une dynamique d'équipe positive

Mon point faible est que je n'ai pas été capable d'en parler avec ma coéquipière avant d'en parler à notre coordonatrice. J'aurais pu lui faire part de mes impressions et en quoi son comportement me dérangeait. Ainsi, j'aurais pu éviter d'en parler à notre coordonatrice et lui causer une mauvaise évaluation de travail. De cette façon, elle aurait  peut-être pu se corriger elle-même, en trouvant des solutions ensemble.

Objectif:

 Mon objectif est d'être capable de dire aux autres, surtout dans mon milieu de travail, mais aussi dans toutes les sphères de ma vie, ce qui me dérange dans leur attitude ou leur façon de faire, tout en continuant d'être respectueuse.  Ainsi, j'éviterai d'agrandir le conflit à un plus haut niveau  et tenterais de le résoudre avec la personne elle-même. Je dois me rappeler que les coordonateurs ne sont pas la ressource première et que j'ai les capacités pour résoudre mes conflits moi-même. De ce fait, le conflit prendrait moins d'ampleur et nuirait beaucoup moins à la personne en question.  Je crois qu 'il est facile de faire un lien avec l'ergothérapie, car peut importe le milieu de travail, il est important de s'entraider entre collègues en donnant des critiques constructives pour avoir le meilleur dynamisme possible dans l'équipe et la meilleur méthode de travail.

Plan d'action:

 Comme plan d'action pour atteindre mon objectif, je compte simplement, lors de prochains malentendus ou conflits, rencontrer la personne en question et lui dire constructivement pourquoi son attitude me dérange et comment on pourrait améliorer cela ensemble tout en lui disant ses forces.

Échéancier

Septembre 2010  pour avoir eu le temps de faire des travaux d'équipe et travailler cet été.

25 novembre 2010 E.3.2 Travailler efficacement en équipe pour résoudre les conflits(dépôt revisité)

Dépôt revisité

Entrée: 25 novembre 2010

Retour sur mon objectif :

Depuis que je m'étais fixée cet objectif, je n'avais aucun conflit dans mon milieu de travail, ni dans mes travaux d'équipe à l'école. Par contre, la semaine dernière, il m'est arrivée une situation de conflit avec une amie. C'est une relation différente que dans un contexte de travail ou un contexte scolaire, mais je crois que l'objectif reste le même. Mon point faible c'était de communiquer rapidement et directement avec une personne quand il y avait une situation conflictuelle.

Preuve de l'atteinte de mon objectif:

Pour certaines raisons, moi et une amie vivions un conflit. De plus, lorsque nous nous croisions, nous nous évitions pour éviter de confronter le problème. De ce fait, ceci me dérangeais et me faisait sentir mal à l'aise, car les causes du conflit n'étaient pas clairs.

Lorsque je l’ai croisée et que nous nous sommes ignorées, cela m’a fait penser à mon objectif de dire aux gens ce qui me dérangeait et de le faire auprès de la personne en question sans intermédiaire.

Le soir suivant, je lui ai téléphoné et je lui ai fait part que je croyais qu’on devrait se voir pour discuter de la situation. Nous nous sommes vues quelques jours plus tard, et je lui ai dit ce qui me dérangeait dans sa façon d’agir et elle a fait de même envers moi. Je lui ai dit en parlant de comment moi je me sentais et je ne l’ai jamais accusée. De cette façon, j’ai été respectueuse tout en disant mon opinion et mes attentes clairement.

Réflexion :

La façon dont j'ai agis avec cette amie montre que j'ai suivi mon plan d'action.Ceci nous as permis de faire face à la situation conflictuelle ensemble et d’en discuter sans laisser trainer le problème pour qu’il s’empire. Nous avons su pourquoi nous étions fâchées l’une contre l’autre et ceci m’a permis de comprendre sa perception. Aussi, le conflit  s’est réglé  beaucoup plus rapidement, dans le respect, sans l’entremise de quelqu’un d’autre et il a donc pris beaucoup moins d’ampleur.

Cette situation m’a permis de remarquer que j’ai répondu à cet objectif, mais que ce n’était pas facile pour moi de le faire. Je dois continuer dans cette voie et me convaincre d’agir ainsi dans des situations problématiques. De plus, je crois avoir plus de facilité à le faire avec les gens de mon cercle d'amis, mais je dois voir si je suis capable de répeter ces actions auprès de collègues. Je garde donc mon plan d'action en tête et continuerai de travailler ce point faible.

Gestionnaire

Bilan- 21 octobre 2011

Pour le rôle de gestionnaire, je crois que mon point faible au niveau d’établir des priorités efficacement et adéquatement en ce qui concerne les tâches professionnelles est encore quelque chose que je dois travailler, car j’ai encore eu de la difficulté lors des APP antérieurs. Je devrais travailler cette compétence lors de mon stage actuel en gérant les multiples rapports et  tout en étant présente pour les patients hospitalisés. Je n’ai donc pas réussi mon objectif, mais en travaillant en stage, je serai peut-être plus efficace lors des prochaines séances de travail d’équipe à  la session d’hiver.

3 novembre 2010- E.4.1 Gérer la pratique professionnelle et la carrière au quotidien

Entrée : 3novembre 2010

Modification: 15 décembre 2010

Gestionnaire de la pratique

Compétences clés

E.4.1 Gérer la pratique professionnelle et la carrière au quotidien

Contexte :

Suite aux allées des cours APP au module enfant, nous avons des recherches à faire d’une durée de 10-15 heures  pour approfondir nos connaissances et  confirmer nos hypothèses. Ainsi, au retour nous pouvons partager nos connaissances pour compléter la Cmap.

Preuve :

J'utilisais mon agenda pour prévoir mon emploi du temps à chaque semaine.De mon côté, je me réservais toujours une journée entière pour faire mon APP parmi toute mes autres lectures, mes loisirs, et le travail de ma semaine. Puisque nous avions 2 vignettes par semaine, je devais avoir 2 journées entières consacrées à l'app.En général, c'est les mercredis et dimanches qui était réserver aux app. Ainsi, je savais déjà d'avance les journées réservées pour mes recherches et mon étude.Durant ces journées, je commençais à faire mon étude sur les particularités plus médicales et théoriques de la vignette. Par exemple, je cherchais de l’information sur la maladie en question pendant plusieurs heures. Ainsi,  à la fin de la journée, lorsque j’étais plus fatiguée, il me restait les objectifs concernant l’intervention, les idées d’activités. Je m’étais donc moins d’énergie sur ces objectifs. De ce fait, j’arrivais en classe bien préparé en ce qui concerne la théorie, mais j’avais peu fait de liens entre les différents  éléments de mes recherches. J’avais des idées d’interventions ou d'évaluations peu concrètes pour chaque vignette et je considérais peu le client de la vignette et ses particularités. Lors du retour, j’avais beaucoup d’informations, mais j’avais peu intégré toute la matière en faisant des liens. Par manque de temps, je retouchais très rarement la Cmap naïve, ce qui me nuisait lors du retour en classe, car je n'avais pas remarquer les liens qui n'étaient pas exacts que nous devions changés. De plus,  j'avais moins d'idées pour la Cmap finale que nous devions compléter en peu de temps.

Réflexion :

  • Point  fort :

 

E.4.1.4 Établir un équilibre entre les activités liées au travail, les activités extérieures et les priorités personnelles.

J'utilise bien mon agenda pour équilibré mon horaire entre mes activités,le travail et l'école. Ceci me permet de me reserver des plages horaires précises et d'avoir assez de temps pour tout faire. Je me reserve toujours une journée entière pour faire mon APP, pour être certaine d'avoir le temps nécéssaire pour  bien étudier. De plus, cette méthode m'aide à diminuer mon niveau de stress puisque selon mon agenda je peux voir que j'aurai assez de temps pour accomplir chacune des choses que j'ai à faire. Puisque tout est déjà prévu, je peux faire mes choses une journée à la fois sans penser à si j'ai oublier des devoirs ou lectures à faire.

  • Point faible :

4.1.1 Établir les priorités efficacement et adéquatement en ce qui concerne les tâches professionnelles, y compris lorsqu’il faut faire face aux besoins multiples et concurrentiels des clients.

J’ai mal établi mes priorités, car j’accordais trop de temps à l’aspect médical et théorique de la vignette. De ce fait, il me restait peu de temps pour faire des liens entre ces théories pour analyser et ainsi construire une intervention adéquate. Ceci peut me nuire dans ma pratique en ergothérapie puisque je pourrais faire des choses que j’apprécie plus, mais qui sont moins urgentes. Ceci me nuit dans mon rôle de gestionnaire puisque je me concentre sur ce qui me semble le plus intéressant sans me poser de questions sur ce qui est réellement une priorité pour faire un travail efficace.  Ceci me fait perdre du temps puisque je donne de l'énergie sur des aspects moins nécéssaires et superflus. Dans la pratique, il est mieux de se concentrer sur ce qui est prioritaire, car il y a beaucoup d'attente en ergothérapie et plusieurs professionnels sont impliqués dans les dossiers. Dans mon cas, ça me nuisait  dans mon apprentissage, mais ca nuisait aussi à mes coéquipiers d'app puisque je n'étais pas tout à fait prête pour la discussion du retour.

Objectifs :

Mon objectif est d’améliorer ma gestion de mes priorités, non-seulement selon ce que j’aime faire et qui est plus facile, mais selon l’importance des tâches.

SMART : Passer au moins 3 heures de mon temps de recherches  par vignette sur les objectifs qui concernent les interventions, l’évaluation.

Plan d’action :

Diviser mon agenda selon le bloc d’app, mais aussi selon les objectifs. Par exemple, diviser mon temps  selon le degré d’importance de l’objectif . Aussi, je vais passer au prochain objectif même si je n'ai pas fini lorsque le temps que je m'étais accordé est terminé. Par exemple, si je me réserve 2 heures pour la théorie sur une pathologie et que je n'ai pas fini, je passe quand même à mon autre objectif. Ainsi, je vais avoir le temps de faire des liens et un retour global sur mes informations.

  • Puisque les objectifs d’évaluation/intervention  permettent de faire beaucoup de lien, je vais me réserver temps pour cet objectif dans mon horaire et utiliser ce temps seulement pour ce type d’objectif.
  • Commencer par regarder ma Cmap naïve pour tout de suite être capable de faire des liens avec le client et la vignette lors de mes recherches.

Échéancier :

 D’ici la fin du bloc adulte en santé physique (15 décembre 2010).

 

Agent de changement

Bilan- 21 octobre 2011

Les dépôts pour ce rôle ne sont pas représentatifs de mes compétences actuelles, car ils traitent seulement de la compétence à communiquer le rôle et les avantages de l’ergothérapie. Cet aspect a beaucoup été travaillé en première année. Un nouveau dépôt concernant la promotion des possibilités occupationnelles, le rendement occupationnel et la participation occupationnelle des clients (E.5.1) serait nécessaire pour avoir un meilleur portrait de mon niveau de compétence pour le rôle d’agent de changement qui a été beaucoup travaillé lors de mon stage en clinique privée.

23 mars 2012-E.5.1 Promouvoir les possibilités occupationnelles, le rendement occupationnel et la participation occupationnelle des clients

Entrée : 23 mars 2012

Modification: 10 avril 2012

Compétence clé:

E.5.1 Promouvoir les possibilités occupationnelles, le rendement occupationnel et la participation occupationnelle des clients

Preuve 

Lors de mon stage en milieu hospitalier en automne 2011, j’ai évalué et vu en traitement une dame ayant eu un AVC ayant comme conséquence principalement une hémiparésie gauche. Suite à quelques séances de traitements, j’ai pu constater que Madame avait les capacités et le désir de faire son hygiène personnel seule pendant son séjour à l’hôpital. Ainsi, j’ai fait les démarches pour obtenir une chaise dans la salle de bain et des aides techniques pour lui donner la possibilité d’atteindre son objectif qui était de se laver seule. J’ai donc utilisé les mises en situation et l’observation à la tâche quelques fois pour m’assurer que Madame était sécuritaire à la tâche. Par contre, j’ai omis de faire part aux préposés des capacités de madame et son indépendance pour l’hygiène et j’ai su à la fin de la semaine qu’elle n’avait pu se laver seule, car les préposés l’aidaient pas peur qu’elle se fatigue ou se blesse.

Réflexion

Point fort :

E.5.1.1 Aider le client, selon le cas, dans ses efforts pour obtenir les services requis pour atteindre les résultats déterminés dans le plan d’action.

J’ai fait les démarches avec madame pour atteindre un objectif qui était important pour elle. J’ai fait ce que je pouvais pour lui obtenir les aides techniques possibles qui rendrait cet objectif réalisable plus rapidement et facilement. Ainsi, j’ai considéré les forces de Madame et ses capacités pour lui permettre une indépendance dans ses occupations.

Point faible :

E.5.1.2 Revendiquer des possibilités en matière d’occupation et de rendement occupationnel.

Mon point faible est que j’ai tout fait pour aider Madame dans son processus de réadaptation sans promouvoir son autonomie au sein de l’équipe soignante.  Ainsi, les efforts et la démarche  pour augmenter la participation occupationnelle de la patiente n’ont pas été mis à profit.

Objectif

Mon objectif est  que je ferai en sorte que l’équipe de soins du patient soit au courant du niveau d’indépendance dans les différentes tâches le jour même des changements pour permettre une participation occupationnelle maximale.

Plan d’action

-Inscrire les niveaux d’indépendance aux AVQs sur l’affiche au chevet du patient.

-Faire un retour quotidien avec le patient sur l’autonomie dans ses AVQs, pour apporter des changements aux situations non-satisfaisant au niveau de la participation occupationnelle du patient

- Avoir un contact direct  avec l’équipe de soin sur l’étage le plus souvent possible  pour les informer des capacités aux AVQs des patients, puisqu’ils n’ont pas accès aux dossiers.

Échéancier : Mars 2013

17 mars 2011- E.5.3 Communiquer le rôle et les avantages de l'ergothérapie

Entrée : 17 mars 2011

Modification: 19 avril 2011

Compétence clé :

E.5.3 Communiquer le rôle et les avantages de l’ergothérapie. 

Mise en situation :

Dans le but de connaître les rôles des autres professionnels de la santé, nous devions, en ergothérapie, participer à une rencontre pour le cours de collaboration en santé. De ce fait, nous étions environ 10  étudiants de différents programmes (pharmacie, ergothérapie, médecine, physiothérapie, science infirmière, travail sociale et orthophonie- audiologie) avec un tuteur pour guider la discussion. Avec une vignette d’une enfant avec un retard global de développement, nous devions établir des objectifs communs (interdisciplinaires) et identifier quel(s) professionnel(s) serait lié avec chaque objectif.  Lors du commencement, nous avons lu la vignette et devions cibler tous les problématiques du cas. De ce fait, j’ai ciblé plusieurs problèmes, surtout au niveau sensoriels, car les autres professionnels n’avaient pas de connaissances spécifiques sur le sujet et que c ‘est un aspect important de l’ergothérapie. Par exemple, j’ai profité de cette occasion pour parler d’hypo et d’hyper sensibilité au niveau oral, vestibulaire et tactile. Les autres professionnels était intéressés par cette matière, ce qui ma permis de spécifier notre rôle à ce niveau. Par contre, après mes explications, l’étudiante en nutrition semblait trouver notre rôle un peu vague et m’a fait la demande de lui donner des explications. J’ai donc réexpliqué les troubles sensorielles, mais j’ai omis de donner des exemples précis de nos évaluations et intervention avec cette clientèle. Ainsi, à la fin, au retour, un des participants a avoué qu’il avait appris beaucoup sur l’ergothérapie et que c’était plus facile pour lui de savoir les distinctions en physiothérapeute et ergothérapeute dans un tel cas, mais que nos méthodes d’intervention restaient encore nébuleuses pour lui.

Force :

E.5.3.2 Profiter des occasions ciblées pour communiquer le rôle et les avantages de l’ergothérapie dans les domaines du rendement occupationnel et de la participation occupationnelle.  

Lors de ma participation à ce groupe, je voulais vraiment prendre la parole pour montrer l’importance de l’ergothérapeute au sain de l’équipe interdisciplinaire. Ainsi, j’ai beaucoup intervenu dans la discussion et vu nos expérience en APP, j’étais à l’aise de donner mes idées et de trouver les aspects de la vignette sur lesquels l’ergothérapeute a un grand rôle à jouer. Ainsi, j’ai profité de cette occasion pour montrer aux autres étudiant que note place est justifié surtout au niveau sensoriel, un aspect qu’ils ne considéraient pas prioritaire au départ. Ceci m'aidera dans ma profession d'ergothérapeute  puisque notre rôle est souvent méconnu ou nébuleux pour les autres professionnels. Ainsi, en étant à l'aise de ciblée les aspects problématiques pour lesquelles nous pouvons agir, les autres professionnels comprendront notre importance au sein de l'équipe. De plus, en parlant de la profession régulièrement et en comminuquant nos rôles, nous allons permettre aux clients d'avoir les services appopriés pour leurs déficits, car le médecin pourra plus facilement référer à l'ergothérapeute s'il connait bien la proffession.

Faiblesse :

E.5.3.1 Promouvoir adéquatement le rôle de l’ergothérapie auprès des clients et de l’équipe interprofessionnelle. (Trop Vague, pas assez d’exemple précis)

Ma faiblesse se situe surtout au niveau des explications précises de notre rôle. Globalement, mes explications faisait la promotion de l’ergothérapie, mais les autres étudiants auraient voulus des exemples plus concret pour leur permettre de mieux comprendre notre rôle, plus sécifiquement avec ce type de clientèle. Après mes explications, ils savaient sur quoi l’ergothérapeute pouvait agir, mais les moyens pour intervenir étaient flous. J’aurais donc du donner des exemples concrets d’une diète sensorielle, d’activités, ou  d’interventions avec les parents. Ainsi, j’aurais eu l’impression que les autres étudiants comprennent nos modalités d’interventions. Ceci est important pour l’ergothérapeute, car c’est ces modalités qui nous différencient des autres professionnels. De plus, avec mes futurs clients lors des stages ou lorsque je serai ergothérapeute, il sera important de leur expliquer sur quoi je vais travailler avec lui en ergothérapie, mais il faut aussi leurs préciser comment nous allons procéder. Ainsi, le client aura une idée claire de nos moyens d'interventions et saura à quoi s'attentre pour chacune des rencontres. Aussi, en sachant bien nos méthodes d'intervention, le client  me fera plus confiance et pourra me donner son opinion et ses craintes. Ceci aiderais donc à l'alliance au traitement et à la motivation du client.  

Objectif

D’ici la prochaine rencontre interdisciplinaire en stage ou à l'école , je dirai au moins 2 évaluations et 2 interventions spécifiques à l’ergothérapie.

Plan d’action :

-          Apporter mes notes de cours reliés au sujet de la vignette ou du cas clinique

-          Préparer d’avance avec la vignette ou le dossier du patient des interventions possibles et des outils d’évaluations utilisés en ergothérapie.

-          Chaque fois que je nomme un de nos rôles, je spécifie comment on peut agir pour accomplir ce rôle.

9 Février 2010- E.5.3 Communiquer le rôle et les avantages de l'ergothérapie

Entrée : 9  février  2010

Modification : 3 mars 2010

Modification : 5 avril 2010

Modification: 18 mai 2010

 Compétence clé:

E.5. 3 Communiquer le rôle et les avantages de l’ergothérapie

Mise en situation

Lors de mon stage, j’avais une rencontre avec un homme dans une résidence qui offrait des services de courte durée après la maladie ou un accident dans la vie de différents patients. L’homme, d’une soixantaine d’années, que je devais rencontrer,  avait fait un AVC depuis quelques semaines et avait besoin d’une évaluation cognitive de l’ergothérapeute suite à l’apparition de certains changements dans sa manière d’agir  observée par les préposés.  Je m’y suis donc rendue et je lui ai fait faire un  test, avec la supervision de ma superviseure, qui s’appel le mini mental. Lorsque je suis arrivée, l’homme ne semblait pas apprécier notre présence et c’était la première fois que cela m’arrivait dans mon stage puisqu’ habituellement nous nous rendions à domicile et les gens nous attendaient depuis longtemps. Il me disait qu’il savait que nous voulions lui enlever son permis de conduire et l’empêcher de continuer à travailler. Bref, il était colérique et ne semblait pas voir pourquoi il avait besoin d'ergothérapie, il a donc fallu, après un certain moment que je lui explique l’ergothérapie et que je lui dise les avantages qu’il aurait à travailler avec moi et ma superviseure pour le convaincre de participer à mes interventions avec le désir d’améliorer sa qualité de vie et pour qu'il cesse d'aller à l'encontre de nos interventions. Je lui ai donc expliqué en faisant des liens avec sa condition pour qu'il comprenne mieux notre rôle auprès d'une population en réhabilitation après un AVC.  Par la suite, il est devenu plus positif, mais il a été plus difficile de lui faire comprendre qu'on voulait l'aider puisqu'il était déjà sur la défensive.

Réflexion

Points forts:

E.5.3.1 Promouvoir adéquatement le rôle de l’ergothérapie auprès des clients et de l’équipe interprofessionnelle.

J’ai été capable de bien expliquer notre rôle en tant qu’ergothérapeute en ciblant l’exemple du client. Ainsi, il se sentait concerné et pouvait comprendre le but de notre rencontre.

Points faibles :

 E.5.3.2 Profiter des occasions ciblées pour communiquer le rôle et les avantages de l’ergothérapie dans les domaines du rendement occupationnel et de la participation occupationnelle.

J’ai attendu trop longtemps avant de lui faire part de notre rôle d’ergothérapeute. Dès que j’ai vu qu’il était réticent en entrant dans la chambre, j’aurais dû immédiatement lui poser la question : Est-ce que vous êtes familier avec l’ergothérapie? Ainsi,  j’aurais pu tout de suite diminuer sa colère et sa réticence envers une évaluation à faire.  Donc, je n’ai pas su profiter des occasions ciblées pour communiquer le rôle et les avantages de l’ergothérapie dans les domaines du rendement occupationnel et de la participation occupationnelle(E.5.3.2). À la place, j’ai attendu qu’il me le demande et qu’il soit colérique avant de bien lui expliquer, ce qui a rendu la rencontre plus tendue. 

Objectif :

Mon objectif est de toujours me rappeler de demander au client s’il est familier avec l’ergothérapie dès le début de la rencontre, après m’avoir présentée. Ainsi, je m’assurerai que le client comprend bien  les avantages de participer à l'évaluation et aux interventions.  J’aimerais le faire avec chaque nouveau client rencontré. Il est important de toujours clarifier notre rôle puisque notre profession est souvent mal comprise. Parfois, les clients nous attribuent des rôles que nous ne remplissons pas en  ergothérapie. En tant qu’ergothérapeute, la clarification de notre rôle peut mettre le patient plus à l’aise, motivé et moins craintif par rapport à nos interventions.

           

Plan d’action :

Lors de mon prochain stage,  l’année prochaine, j' établirai des étapes à suivre lors de la rencontre d’un nouveau client. La première étape sera toujours d’expliquer l’ergothérapie.  Voici les étapes :

1-    me présenter,

2-     lui demander s’il est familier avec l’ergothérapie

3-    clarifier ou expliquer le rôle et les avantages 

4-    Commencer l’intervention lorsque le tout sera clair.

Je ferai part de cet objectif à ma superviseure et elle cochera les étapes lorsque je les aurai faites, et ce, dans cette ordre.

Échéancier :

D’ici la fin de mon prochain stage, soit plus particulièrement, d’ici la fin juin 2011.

Érudit

Bilan- 21 octobre 2011

Les dépôts déjà fait dans le rôle d’Érudit reflètent bien mon niveau de compétence. Par contre, la sous-compétence de favoriser l’apprentissage des clients, de l’équipe et d’autres apprenants (E.6.3) n’apparait pas dans mon portfolio malgré le fait que j’ai évolué à ce niveau. Ainsi, un nouveau dépôt serait intéressant pour mieux illustrer mes compétences. De plus, je crois que mon stage en milieu hospitalier me permettra d’approfondir mes compétences et d’avoir des preuves concrètes.  En ce qui concerne l’apprentissage continu, différentes formations étant déjà prévues dans mon milieu de stage actuelle, ceci me permettra d’appliquer mon plan d’action et d’atteindre mon objectif du dépôt du 16 octobre 2009.De plus, un nouveau dépôt pour la compétence E.6.3 sera nécéssaire en lien avec mes habiletés à donner des rétroactions à nos collègues pour le portfolio.

4 février 2012- E.6.3- Favoriser l’apprentissage des clients, de l’équipe et d’autres apprenants

Entrée : 4 février 2012

Modification: 11 avril 2012

Compétence clé :

E.6.3- Favoriser l’apprentissage des clients, de l’équipe et d’autres apprenants

Mise en situation :

Lors de mon stage en milieu hospitalier à l’automne 2011, nous devions choisir un projet qui serait utile aux ergothérapeutes même après notre fin de stage. Ainsi, notre superviseure nous à proposer dans les premières semaines d’observer les lacunes et ce que nous pourrions apporter au milieu surtout en ce qui concerne les types d’évaluations. Avec ma co-stagiaire, nous avons révisé nos différentes évaluations pour avoir une idée de ce qui existait. Ensuite, après 2 ou 3 semaines de stages, nous avons remarqué un manque au niveau de l’évaluation des personnes ayant eues un accident vasculaire-cérébrale. En fait, les ergothérapeutes évaluait peu les capacités fonctionnelles des patients ayant eu un AVC et nos évaluations physiques se différenciaient peu de celles des physiothérapeutes.

 Ainsi, nous avons demandé aux ergothérapeutes de l’équipe si elles connaissaient la  batterie d’évaluation Wilson. Étant donné la méconnaissance du test et l’enthousiaste des ergothérapeutes, nous avons choisi de leur monter la batterie de test, mais surtout de leur enseigner et démontrer la passation du test pour qu’elles aient les outils pour l’utiliser à notre départ. Nous avons ensuite choisi de faire un power point sur les caractéristiques générales du test pour ensuite leur faire une démonstration du test.

Le power point a été imprimé très petit, ce qui ne permettait pas aux ergothérapeutes de lire les diaporamas. Nous avions prévue seulement 1 heure pour la présentation, ce qui n’a pas permis d’aller en profondeur et qui nous empêchait de parler rapidement sans s’attarder sur des détails parfois très importants. Les ergothérapeutes nous ont dit être très enchantées à utiliser ce test qu’elles trouvaient très appliqué à la clientèle hospitalisé. Par contre, lorsqu’elles ont tentées de faire le test avec un client, elles avaient beaucoup de questionnement surtout au niveau de la cotation et avait besoins de nous lors des évaluations.

Réflexion :

Force :

E.6.3.1 Déterminer les besoins en matière d’apprentissage et les résultats d’apprentissage ciblés par les apprenants.

Ma force dans ce projet de stage, est que j’ai su reconnaitre un besoin des ergothérapeutes en milieu hospitalier pour rendre profitable le projet mis sur pied. J’ai pris le temps d’analyser les différents types d’évaluation et ceux utilisés par l’équipe pour finalement reconnaitre un manque au niveau de l’évaluation fonctionnelle des gens ayant eu un AVC. J’ai aussi impliqué l’équipe dans le choix du projet pour m’assurer qu’il répondait à leurs besoins. Le choix de mon projet de stage était donc  fondé sur le fait qu’il serait utile, qu’il outille les ergothérapeutes et qu’il améliore les services à la population ciblé.  Ceci a été ma force, car les ergothérapeutes, dès le lendemain de la présentation ont décidés de l’utiliser avec leurs patients, ce qui leurs permettaient d’avoir des résultats nouveaux pour les guider dans leurs interventions.

Faiblesse :

E.6.3.3 Utiliser des méthodes d’enseignement et d’évaluation efficaces.

À la base, j’avais pensé à notre méthode d’enseignement  et avais choisi de faire un power point. Par contre, je n’ai pas assez poussé ma réflexion à ce niveau. C’est seulement pendant la présentation que j’ai constaté les faiblesses. En fait, il aurait été préférable de tester notre présentation complète pour estimer le temps dont nous avions besoin. Ainsi, les ergothérapeutes auraient pu réserver une plus grande plage horaire dans  leur journée et avoir plus d’explications et donc diminuer les questionnements suite à la présentation. De plus, le power point était très complet, mais était trop chargé d’informations sur un même diaporama. Il aurait dû être plus court, plus synthétisé tout en contenant les informations les plus importantes pour la passation du test. Avec les commentaires, je crois que les ergothérapeutes auraient aimé essayer de coter le test de façon fictive par eux même pour rendre la présentation plus interactive être plus à l’aise avec les patients ensuite.

En tant qu’ergothérapeute, je dois développer cette compétence, car je devrai faire beaucoup d’enseignement aux patients à travers ma pratique. Le but en faisant de l’enseignement est de fournir des outils aux gens et les méthodes utilisées sont très importante pour s’assurer d’une bonne compréhension et une utilisation des acquis dans la vie quotidienne. Aussi, nous pouvons, dans notre carrière être amené à faire des formations ou  avoir des stagiaires qui nous obligerons à utiliser des méthodes d’enseignement les plus profitables possibles.

Objectif :

Mon objectif est de compléter une présentation orale avec des méthodes d’enseignement justes et déjà planifié en réussissant  mon plan d'action.

Mon objectif est de pouvoir répondre aux 6 points ci-dessous lors d’une présentation orale afin d’optimiser l’apprentissage de l’auditoire visée. Ainsi j’aurai une grille et je cocherai chacun des énoncés si je les respecte. 

Lors de ma prochaine présentation soit en stage, en classe ou autres,  je vais :

1-      Suivre les règles de base pour faire un Power Point  appris dans le cadre du cours ERT-3402

2-      Intégrer une partie interactive dans la présentation.

3-      Pratiquer la présentation pour s’assurer de la durée de l’exposée et le bon déroulement

4-      Faire une diapositive résumée du message que l’on veut transmettre par la présentation

5-      S’assurer que les participants aient accès aux documents didactiques.

6-      Prévoir une période de questions suffisante.

Plan d’action :

- Trouver  et relire les notes de cours en lien avec les Power Point

- Me procurer une ou des références proposés dans le cours sur les présentations et la ou les lire afin d’améliorer mes connaissances à ce niveau

-          Me faire un échéancier avant une présentation pour avoir assez de temps pour pratiquer et réviser ma présentation. De plus, ceci me permettra de  m’assurer d’avoir tous les documents nécessaires.

Lors de ma prochaine présentation soit en stage, en classe ou autres,  je vais :

1 -Suivre les règles de base pour faire un Power Point  appris dans le cadre du cours ERT-3402

2-  -  Intégrer une partie interactive dans la présentation.

   -Pratiquer la présentation pour s’assurer de la durée de l’exposée et le bon déroulement

4-   -Faire une diapositive résumée du message que l’on veut transmettre par la présentation

5-  -S’assurer que les participants aient accès aux documents didactiques.

6-    -Prévoir une période de questions suffisante.

Échéancier :

D’ici le mois de Juin 2012

12 mars 2011-E.6.2 Évaluer de façon critique l’information afin d’appuyer les décisions concernant le client, les services et la pratique.

 

Entrée: 12 mars 2011

Modification: 17 avril 2011

Compétence clé

12 mars 2011-E.6.2 Évaluer de façon critique l’information afin d’appuyer les décisions concernant le client, les services et la pratique.

Mise en situation :

Dans le contexte du cours d’apprentissage par problème, à chaque vignette, deux personnes par équipe doivent être documentalistes. Lorsque j’étais documentaliste, la vignette portait sur les déficits visuels et auditifs chez la personne âgée. Dans l’histoire de cas, Il était spécifié que le monsieur en question vivait beaucoup d’isolement dû à sa situation.  Au lieu de faire mes recherches sur les déficits sensoriels, j’ai tenté de pousser mes recherches sur un sujet moins global de la vignette et de me concentrer sur l’isolement des personnes âgées. , car je savais que mon équipe n’aurait pas nécessairement le temps de trouver des interventions sur l’isolement et qu’ils allaient plutôt se concentrer sur la condition médicale du patient.  J’ai donc trouvé un article sur les activités créatives, culturelles et sociales ayant un impact sur l’isolement des personnes âgées puisque l’activité est la principale modalité d’intervention en ergothérapie. Lors de mon choix d’article, j’ai fait une première lecture rapide pour être certaine que cela pourrait être bénéfique auprès de ce monsieur.  Tout au long de ma lecture, je faisais ressortir les éléments en lien avec notre cas de la vignette. Ensuite, je devais faire une fiche résumé de mon article tout en spécifiant les points forts et point faibles de mon article, mon appréciation ainsi que les liens avec la vignette. Lorsque je devais analyser la valeur scientifique de  l’article, j’ai du relire l’article, car je n’avais pas porté attention à la méthode, aux devis, à la population, aux références etc. De plus, j’ai fait mon analyse avec mes connaissances antérieures du cours ERT-1402  (pratique factuelle en ergothérapie) sans réellement aller revoir mes notes de cours et mes lectures sur le sujet.  J’ai donc écrit le devis, la population et la méthode sans vraiment spécifier si ces aspects rendaient l’article fiable et généralisable. J’ai fait une bulle dans la CMAP de mon équipe pour faire le lien entre mon article et les interventions possible avec notre cas. Finalement, en parlant de mon article au groupe j’ai omis de parler de la valeur scientifique, ce que ma tuteure m’a fait remarquer.

 

Force :

E.6.2.2 Intégrer les conclusions de l’évaluation critique dans la pratique quotidienne.

Lorsque j’ai choisi mon sujet de recherche d’article, j’ai considéré une caractéristique spécifique de notre client, car  je voulais vraiment un article en lien avec la condition sociale de monsieur. Je me suis penchée sur un élément qui nécessitait d’avantages de recherche et qui compliquait notre intervention sur les déficits sensoriels. Ainsi, en ressortant tous les éléments en liens avec Monsieur lors de la lecture, je pouvais facilement voir si je pourrais appliquer l’intervention proposé à notre client. De plus, en faisant une bulle résumé et en l’intégrant dans la carte conceptuelle, cela démontre que j’ai non seulement bien résumé les conclusions de l’article, mais aussi que je les ai intégrer en faisant des liens avec les informations qui nous étaient donnée sur le client. Ceci sera important dans ma pratique, car lorsque je vais lire des articles dans ma future profession,il sera important que je fasses des liens avec les différentes clientèles que j'ai pour integrer ces nouveaux apprentissages dans ma pratique pour faire profiter mes clients des données probantes que j'ai trouvées.

 Faiblesse :

E.6.2.1 Évaluer de façon critique les données probantes recueillies afin de répondre aux questions relatives aux clients, aux services ou à la pratique.

 Puisque mes connaissances sur l’analyse d’article sont peux élaborées, il m’a été impossible de finalement conclure si il était assez valide pour le généraliser à mon cas clinique. De ce fait, je me suis efforcée à faire de multiples liens avec la vignette, sans même me pencher sur  les  qualités métrologiques de l’article. Mes liens avec ma vignette ne sont donc pas justifiés par une analyse juste de l’article scientifique. Aussi, en nommant les aspects de l’étude de l’article (devis, population, etc.), j’aurais du spécifier si ils étaient appropriées et si non, pourquoi et qu’elle autre choix aurait rendue l’article plus valide. En tant qu'ergothérapeute,  je cherche des articles scientifiques pour élargir mes connaissances et pour offrir un meilleur service à un client. Par contre, si je n'analyse pas l'article correctement et quelles sonts sont peu  ou non-valides, l'effet sera contraire. Il est donc important que j'apprenne à bien analyser l'article avant de prendre de l'information et de l'appliquer dans ma pratique. Ceci pourrait m'ammener à perdre mon temps pour des informations non-valides qui finalement m'ammenerais à faire des évaluations et  des interventions peu pertinentes ou même nuisibles pour un client.

Objectif :

SMART : D’ici le 15 décembre 2011, ma fiche de documentaliste comprendra

a)      une section sur l’analyse des points forts et faibles de l’article

b)      Une conclusion sur la validité de l’étude de l’article

c)      Des aspects qui auraient pu augmenter la validité de l’article (ex : Devis quantitatif au lieu de qualitatif)

Plan d’action :

1-      Lors de ma première lecture de l’article, cibler les différents aspects de l’étude au lieu de juste faire des liens avec ma vignette

2-      Aller voir mes notes de cours sur le sujet (ERT-1402)

Lorsque je serai documentaliste:

1- Je ferais une première lecture et je soulignerai le devis, la méthode, l'échantillon de la population, les outils utilisés et leur spécificité et validité. Durant, cette étape, j'aurai mes notes de cours ( ERT-1402) pour bien valider mes connaissances et pour me rafraichir la mémoire sur la théorie.  

2-  Je ferai une deuxième lecture en souligant d'une autre couleur les informations qui sont interressantes et en lien avec mon cas clinique.

3- Je ferai une liste des points forts et points faibles de l'article.

4- Pour chaque point fort et point faible, je ressortirai d'autres options qui auraient  pu augmenter la validité de l'étude.

5- Me référer au professeur Lise poissant si j'ai des questions par rapport à la matière sur l'analyse d'article.

16 octobre 2009- E.6.1 Maintenir et rehausser ses compétences personnelles par l'apprentissage continu.

Entrée 1: 16 octobre 2009

Modification 1: 2 décembre 2009

Modification 2: 9 décembre 2009

Dépôts revisités : 24 mars 2012 et 24 novembre 2012

Sous-Compétence Compétence clé

E.6.1 Maintenir et rehausser ses compétences personnelles par l'apprentissage continu

        -E.6.1.4 intégrer les nouveaux apprentissages et les nouvelles données     probantes dans la pratique

Mise en situation

 Je pratique le karaté depuis maintenant plus de 10 ans et nous devons continuellement être formés pour répondre aux exigences de l’Association de karaté Kyokushin.  Chaque 2 mois, il y a des réunions entre tous les écoles de karaté et il y a des compétitions qui permettent une formation continue au niveau des techniques et des règles générales.  Ceci est pour moi un exemple très concret de ce que l’ergothérapeute doit faire en tant que professionnel en lien avec les pratiques, les lois, les nouvelles approches, l’éthique et plusieurs autres éléments du métier. On n'a jamais fini d’apprendre. Je participe à ces réunions régulièrement, par curiosité et désir d'apprendre, mais je n'assimile pas assez les notions. Par exemple, lorsque je retourne en classe de karaté et que ma professeure nous demande de mettre en pratique les choses apprises en formation, je ne suis pas apte à bien démontrer mes nouveaux apprentissages.  Ceci est important pour ma pratique en ergothérapie puisqu'on doit savoir ce qui se passe dans le milieu et c'est de notre devoir de s'informer. De plus, peu importe les formations suivies, je devrai être capable de l'utiliser pour le bien-être de mes clients ou collègues de travail. Ainsi, je dois être capable de les appliqués lors de mes interventions ergothérapiques pour qu'elles soient utiles et efficaces.  

 Réflexion

 -Points forts  

Je m’implique beaucoup dans les rassemblements et compétition pour continuer mon apprentissage du Karaté. En résumé je suis habituellement présente aux formations même si elles ne sont pas obligatoires.

 -Points faibles 

E.6.1.4 intégrer les nouveaux apprentissages et les nouvelles données     probantes dans la pratique

Même si je m’implique, j’ai de la difficulté, après les rencontres, à approfondir ces connaissances assimilées. Après ces rassemblements, si on me demande de mettre en pratique les choses que j’ai apprises, je les ai déjà oubliées.

 Objectifs 

Mon objectif est d’apprendre à utiliser les notions plutôt théoriques et de les rendre utiles et concrètes dans ma pratique. Par exemple, si j’apprends une nouvelle technique, il ne suffit pas de juste l’entendre, il faudrait que je la mette en pratique aussitôt pour vraiment l’assimiler.  Cet élément est transférable dans mon apprentissage en ergothérapie puisque il ne suffit pas d’écouter passivement les cours, il faut prendre ces apprentissages comme des outils, même si on ne fait que commencer notre formation en ergothérapie. Il suffit de se construire un bagage le plus tôt possible.

 Plan d’action

Lorsque j'irai dans des formations, je choisirai les notions que je veux approfondir et je les pratiquerai chaque semaine, seulement pour ne pas y être allée pour rien. Ceci est également transférable pour mon apprentissage en ergothérapie. Durant le restant de mon BAC, à chaque fois que j'ai un stage, je tenterai d'utiliser une notion théorique apprise en classe.  Par exemple, si j'apprends les étapes de l'entrevue, je les noterai et l'utiliserai à mon stage qui suit.  

Échéancier: D'ici la fin de l'année scolaire (1 mai 2010)

24 novembre 2010- E.6.1 Maintenir et rehausser ses compétences personnelles par l'apprentissage continu (Dépôt revisité)

 

 

Dépôt revisité

Entrée: 24 novembre

Retour sur l'objectif:

Mon objectif d'utiliser les notions théoriques au niveau pratique, plus précisement dans mes stages, n'a pas été tout a fait atteint. Par contre, les app m'ont permis de travailler cette faiblesse pour pouvoir antérieurement l'atteindre.  J'ai utiliser la matière théorique dans le but d'un apprentissage à long terme. Le fait de travailler cette faiblesse me permettra de transférer ces aprentissage dans le contexte de stage. L'apprentissage par problème m'a donné l'occasion d'utiliser de manière concrete la théorie donnée en classe. En bref, les APP m'ont permis de travailler la faiblesse que j'avais identifiée: E.6.1.4 intégrer les nouveaux apprentissages et les nouvelles données  probantes dans la pratique.

 En effet lors de mes recherches d'app, j'utilisais en premier lieu la théorie donnée en classe et je l'appliquais au cas de la vignette. De plus je résumais la théorie dans mes mots pour me permettre une meilleure synthèse et compréhension de la matière. Ceci m'a permis d'utiliser la théorie pour comprendre le cas d'un patient en particulier. J'avais ainsi l'impression d'apprendre, mais aussi de comprendre  et d' utiliser les apprentissages pour pouvoir faire des liens avec des situations propre à la pratique d'érgothérapie. Tout au long des APP j'avais de plus en plus de matière et donc je pouvais faire beaucoup de lien avec mes vignettes.  

Ainsi, je peux conclure que les APP m'ont permis de pratiquer mes capacités à toujours réutiliser mes apprentissage de façon concrète. Je crois donc mon mon ojectif sera réalisable mais a plus long terme.Par contre, je crois que mon plan d'action n'est plus approprié pour atteindre cet objectif.

Nouveau plan d'action:

Je me ferai un cartable avec mes Cmap et note de cours que je trainerai toujours avec moi. De cette manière, durant mon stage, j'aurai toujours à portée de main mes notions théoriques pour les appliquer à de vrais cas clinique. chaque fois que je me poserai des questions j'aurai un document de référence.

Nouvel échéancier: D'ici la fin de mon stage. (25 juin 2011)

24 mars 2012- E.6.1 Maintenir et rehausser ses compétences personnelles par l'apprentissage continu (Dépôt revisité).

Dépôt revisité

Entrée : 24 mars 2012

J’ai atteint mon objectif qui était d’utiliser les notions théoriques  de façon concrète et pratique en utilisant mon plan d’action du dépôt revisité du 24 novembre 2011. Plus précisément, j’avais spécifié que je voulais atteindre cet objectif en milieu de stage, soit en milieu hospitalier. Je voulais donc utiliser la théorie apprise en classe dans ma pratique clinique.

En fait, j’ai classé mes notes de cours, lectures, Cmaps, vignettes et autres matériels didactiques en 4 sections distinctes soit : Santé mentale, santé physique, pédiatrie et notions ergothérapiques de bases (modèles, tenue de dossier, etc.) dans des cartables différents.  Ainsi, lors de mon stage, je gardais les cartables et livres en lien avec la clientèle dans mon bureau, à portée de main. Je pouvais donc y avoir accès pour guider mes évaluations et interventions avec ces notions qui était souvent oubliées avec le temps.

Je considère donc que j’ai atteint mon objectif  et par le fait même améliorer mon point faible qui était d’intégrer les nouveaux apprentissages et les nouvelles données probantes dans la pratique (E.1.6.4).

Professionnel

Bilan- 21 octobre 2011

Pour ce rôle, je crois que mes dépôts reflètent bien mes compétences actuelles en générale. En milieu hospitalier, ma superviseure donne beaucoup d’importance au code de déontologie et l’éthique de la profession ce qui m’aidera à apprendre sur ces aspects de la profession qui ne sont pas traités dans mon portfolio. Pour mon dépôt du 16 avril 2011, je devrais retourner voir mes rétroactions antérieures pour y apporter des modifications en fonctions des points à corriger selon ma monitrice de portfolio de l’an passé. 

16 avril 2011-E.7.1 Faire preuve d’une pratique respectueuse de l’éthique.

Entrée: 16 avril 2011

Compétence clé:

E.7.1 Faire preuve d’une pratique respectueuse de l’éthique. 

Mise en situation :

Je fais de l’aide aux devoirs à domicile chez 2 différentes clientes. De plus, les 2 mères se connaissent bien puisque les enfants vont à la même école. Deux des mères sont mêmes amies en dehors des activités scolaires comme leurs 2 fils également. De ce fait, elles discutent souvent ensemble de l’aide aux devoirs que je fais à leur domicile. Il y a une des mères que je connais beaucoup mieux qui s’appel Marie (nom-fictif) et avec qui je suis plus à l’aise. Depuis quelques temps, l’aide aux devoirs chez Johanne allait de moins en moins bien puisqu’elle me décommandait souvent et elle me demandait beaucoup de mon temps. Elle m’appelait constamment et était très insécure. De plus, elle négociait mes honoraires. De ce fait, puisque je commence mon stage, je préférais annuler avec elle pour le reste de l’année et continuer avec Marie et prendre un nouveau client qui m’offrait un meilleur salaire et plus de disponibilités. Ainsi, je lui ai téléphoné immédiatement après avoir eu mon horaire de stage pour l’informer que je ne pourrais continuer à lui offrir mes services en raison de mon manque de temps. Elle m’a demandé si la raison était seulement mon manque de temps et si j’arrêtais avec Marie aussi. J’ai donc répondu que je continuais seulement avec Marie puisque je lui offrais mes services depuis longtemps ce qui était faux puisque j’avais aussi pris un nouveau client. Le lendemain, Marie m’a demandé curieusement pourquoi j’avais arrêté avec Johanne. Je lui ai répondu que cela me convenait mieux, mais je n’ai pas élaboré sur le sujet.

Force :

E.7.1.5 Observer les principes de la confidentialité concernant les clients, les normes relatives à la pratique privée et les exigences de la profession et de la loi

Lorsque Marie m’a demandé pourquoi j’arrêtais avec Johanne, je sentais qu’elle savait que je n’avais pas dit la bonne raison. Par contre, je ne voulais pas élaborer, car je sais que les deux mères se parlent régulièrement et ceci me mettais en situation de conflit. Même si je lui avais demandé de ne pas en parler avec Johanne, je me serais senti mal de dire des informations propre à Johanne à son amie. J’ai donc gardé les raisons pour moi-même. Ceci est important en tant que professionnel, car dans la pratique, il n’est pas rare d’avoir des clients qui se connaissent il est primordial de garder les informations confidentielles. De plus, il faut savoir, si les clients nous posent des questions sur un autre, répondre de façon à ce qu’il comprenne que c’est confidentiel sans dévoiler d’informations et sans les vexer. Ce n’était pas la première fois que cela arrivait tant au niveau du prix que je chargeais à chacune, des journées où j’offrais mes disponibilités et chaque fois je leur répondais sans donner d’informations sur les services que j’offrais à l’autre. Aussi, Marie parlait parfois dans le dos de Johanne et je devais rester neutre et ne pas renchérir, même si j’étais parfois d’accord sur certains points.

Faiblesses :

E.7.1.1 Adopter les comportements professionnels appropriés, y compris l’honnêteté, l’intégrité, l’engagement, la compassion, le respect et l’altruisme.

Ma plus grande faiblesse dans cette situation, c’est que je n’ai pas dit la vérité à ma cliente Johanne. Ainsi, cela me mettais dans une situation conflictuelle, car j’avais peur qu’elle apprenne que j’avais pris un autre client. En ne lui disant pas les vrais raisons, elle ne comprendrait pas pourquoi j’ai pris un autre client puisque je lui avais dit que je manquais de temps. De plus, puisque les deux mères se connaissent bien ceci m’empêchait même de dire à Marie que j’avais un nouveau client. Si je lui avais dit les vraies raisons, on aurait même pu trouver des solutions ensemble pour que j’ai encore envi de lui offrir mes services. Dans la pratique en ergothérapie, je n’aurais pas pu cesser mes services à un client pour des raisons similaires, alors j’aurais du lui dire la vérité pour améliorer la situation et par le fait même mon plaisir à travailler avec ce client. Il faut donc que j’apprenne à exprimer mes mécontentements pour éviter d’abandonner tout simplement mon client, comme il a été le cas avec Johanne.

Objectifs :

Lorsque j’éprouve des difficultés avec un client, je lui dirai les points qui nuisent à lui offrir un bon service pour ensuite déterminer des solutions ensemble.

Plan d’action :

Avec la situation particulière de Mme Johanne :

Puisque j’ai dit que j’avais peu de temps et je devais cesser les services pour l’été, Johanne m’a dit qu’elle m’appellerait à l’automne pour qu’on recommence. Ainsi lorsqu’elle va me rappeler je devrai lui dire les points qui doivent changer pour que je revienne lui offrir mes services de façon honnête. Je vais donc, si elle me demande de recommencer, lui dire que cela me ferait plaisir mais que je dois par contre mettre au clair quelques éléments. Donc, je lui exposerai les différentes problématiques : Annulations trop fréquentes, prix toujours négocié, appel à mon domicile trop fréquent. Ensuite, si elle le veut bien, je lui proposerai quelques solutions pour ensuite les mettre en pratique pour que j’aie du plaisir à lui offrir des services d’aide aux devoirs : Prix fixe, appel la veille de la journée ou je lui offre mes services et annulation au moins 1 semaine d’avance.

De façon plus générale, voici les étapes que je suivrais pour une situation de ce genre soit dans ma vie personnel, dans mes stages ou mes emplois :

1- Exprimer au JE ce qui me dérange et mes mécontentements

2- Demander au client d’exprimer son opinion par rapport à ces problématiques

3- Trouver avec lui des solutions à la problématique pour offrir un meilleur service

4- Offrir un suivi au client par la suite si les solutions ont étés utilisés ou non.

Échéancier:

D'ici la fin de mon deuxième stage soit en décembre 2011.

8 février 2010- E.7.1 Faire preuve d'une pratique respectueuse de l'éthique

Entrée : 8 février

Modification : 7 avril 2010

Modification :18 mai 2010

Compétence clé

E.7.1 Faire preuve d’une pratique respectueuse de l’éthique.

Mise en situation :

Mon stage dans un milieu communautaire se déroule à la société de l’autisme des Laurentides. Je dois accompagner un jeune autiste tout les samedis. Nous faisons des activités comme la piscine, le trampoline ou l’informatique. Durant ma première journée, j’accompagnais un jeune autiste de 16 ans. Heureusement, il s’est rapidement attaché à moi durant les premières heures de la journée. Par contre, il me démontrait beaucoup d’affection de manière physique , ce qui me rendait mal à l’aise.  De plus, il semblait savoir qu’il ne devait pas entrer dans ma bulle à ce point là aller aussi loin physiquement avec moi, mais il le faisait quand même, ce qui rendait la situation gênante.  Rendus à la piscine, la situation s’empirait, puisque nous étions en maillot de bain. À chaque fois que je lui disais d’arrêter, il semblait offusqué et gêné et la relation d’accompagnement se détériorait.  Suite à sa réaction, je me suis rendue compte que c’était moins pire de lui dire de garder les mains sur son corps que de tout simplement dire «non». J'ai donc trouvé une solution pour ne pas l'offusquer et pour qu'il comprenne ma demande.  Par contre, toute la journée, j’ai été obligée d’intervenir, car il ne comprenait pas clairement ma demande clairement. Au départ, quand on a commencé la journée, je ne lui en avais pas fait part, alors, c'était plus difficile d'ajouter, en plein milieu de la journée, une nouvelle règle à suivre.

Réflexion

Points forts :

 J’ai remarqué que de lui dire «non» n’était pas approprié et que ceci nuisait en quelque sorte au lien thérapeutique  entre moi et lui. Aussi, j’ai tenté de changer la consigne  en petit jeu en lui disant qu’il devait toujours garder les mains près de lui quand nous étions ensemble.

Points faible :

E.7.1.6 Entretenir des relations appropriées avec les clients et ne pas en franchir les limites.

Je n’ai pas su mettre mes limites au  dès le départ. J’ai laissé une trop grand période de temps entre le moment où je me sentais mal à l’aise et le moment et où j’ai été capable de le dire au jeune. Aussi, je crois que ma demande n’était pas assez claire pour le jeune. J’aurais dû lui expliquer pourquoi je n’aimais pas ça pour qu’il comprenne le sens de ses gestes. J'aurais dû mettre au clair que je ne tolérerais pas qu'il me touche ainsi.

 Objectif :

Mon objectif  est d’être capable de mettre mes limites au début d’une relation  avec un patient.  Je voudrais être apte, dès le premier entretient, à dire mes limites et mes attentes. Ainsi, je n’aurais pas à les faire respecter ensuite lorsqu’elles sont déjà efreintes.  Ceci va m’aider dans ma profession d’ergothérapeute, car les patients peuvent dépasser les limites permises et il faut être capable de faire valoir nos demandes sans négliger le  lien thérapeutique.

Plan d’action :

Lors d’un prochain accompagnement avec un jeune à mon stage communautaire, je devrai lui faire par des mes limites et des règles à suivre pour passer une belle journée avec  moi  avant même de commencer les activités. Je vais imprimer, comme d’autres moniteurs le fond, des images qui représente les règlements de bases et j’en ajouterai si nécessaire oralement selon le jeune j’accompagne.

Échéancier :

D’ici la fin de mon stage en milieu communautaire soit le 27 mars 2010.

16 octobre 2009- E.7.1 Faire preuve d'une pratique respectueuse de l'éthique

Entrée: 16 octobre 2009

Modification: 3 décembre 2009

Modification: 18 mai 2010

Sous-compétence Compétence clé

F.7.1Faire preuve d'une pratique respectueuse de l'éthique avec aise et efficacité

E.7.1Faire preuve d'une pratique respectueuse de l'éthique

Mise en Situation

Les 2 dernières années, j’ai travaillé dans les camps de jours et il y avait un code d’éthique très élaboré envers notre conduite envers les enfants sous notre charge et nos collègues. Au début de chaque année, nous avions une formation avec une  liste de devoirs et de responsabilités. J’ai donc eu une formation qui m’a déjà mit en contact avec des règles d’éthiques morales qui me serviront sans aucun doutes pour ma formation d’ergothérapeute.  Ceci nous sert à avoir un meilleur fonctionnement dans l’organisation.  Par la suite, durant tout l’été, j’ai dû me servir de ces apprentissages pour agir en tant que professionnel. Toute la durée de  mon animation, je n'ai jamais eu besoin de m'y référer, car j'avais une bonne base grâce aux formations. J'étais capable de prendre des décisions par rapport à mes valeurs, tout en réfléchissant lorsque j'avais des situations plus difficiles.  Aussi, en ce qui concerne plusieurs domaines comme la sécurité de l'enfant, je prenais mon rôle au sérieux et j'appliquais bien les règles.  Par contre, certaines situations me demandaient plus de travail. L'aspect de la justice envers les enfants a été plus difficile pour moi. Souvent, j'accordais plus de temps ou d'attention aux enfants plus turbulents et je laissais les autres être plus autonomes. Par contre, quand je révisais mon code d'éthique du camp, c'étais bien spécifier que je dois offrir un service équivalent à tous les jeunes, soit mes clients en quelques sortes.

 Réflexion

 Points forts

 Je n’ai pas souvent eu à avoir recours à mon guide d’éthique puisqu' il suffit la plupart du temps  d'avoir de bonnes valeurs et  d'une bonne logique. Ma force est surtout de toujours assurer un environnement sécuritaire et de respecter les enfants comme ils sont en contexte de camp de jour. Ceci m'aidera beaucoup dans ma profession future puisque je connais bien les règles d'éthique envers un client. C'est un apprentissage que j'ai beaucoup développé durant cet emploi d'été. Aussi, le fait que j'assure toujours un environnement sécuritaire est très important pour le futur, puisque c'est essentiel d'offrir un service qui permet au gens d'être en confiance et sans crainte dans le milieu de suivi.  De plus, la clientèle suivie en ergothérapie a, en général, des handicaps. Ainsi un milieu de suivi non convenable peu avoir plusieurs risques pour le client.

Points faibles:

 J’ai parfois de la difficulté à agir de façon juste avec les enfants. C’est parfois difficile de donner l’équivalent d’attention à tous les jeunes. Parfois, on met plus d’énergie sur les plus turbulents et les autres qui requièrent moins d’interventions sont mis plus de côté.  De plus, les enfants plus sages sont parfois désavantagés puisque à certains moments, notre attention sur les points négatifs rend leur journée plus lourdes et mois amusantes. Mon devoir est de donnée le meilleur service possible à tous les jeunes de façon équivalente. En agissant ainsi, certains étaient pénalisés sans raison.  J'ai eu de la difficulté à offrir un service équivalent pour tous les types de jeunes. Je n'offrais pas un service juste et équitable aux enfants. En fait, comme la plupart du temps en camp de jour, les jeunes plus sages, avaient moins de mon attention et était pénalisés. Ceci est en lien avec l’ergothérapie car lorsque j’aurai un cas plus difficile à régler avec un patient, je devrai le mettre de côté  quand sera le temps d’avoir un autre client et lui offrir un aussi bon service. Selon mon devoir, je ne dois pas négliger certains patients.

Mes objectifs

Répartir mon énergie de façon juste entre chaque jeune de façon à ne pas m'épuiser moi-même. Je peux donc utiliser les ressource lorsqu'un cas me demande trop et que ceci a un impact négatif sur le reste de mon travail.  Ceci est en lien avec l’ergothérapie car lorsque j’aurai un cas plus difficile à régler avec un patient, je devrais le mettre de côté  quand sera le temps d’avoir un autre client et lui offrir un aussi bon service. Selon mon devoir, je ne dois pas négliger certains patients.

 Plan d’action

Dorénavant, je devrai me mettre des limites plus clairs en ce qui concerne mon temps envers un client ( peu importe le milieu). Par exemple, lors de mon prochain été en camp de jour, j'établirai un système d'avertissement pour que celui qui dérange trop après un certain nombre d'avertissement, ne participe plus aux activités pour un moment. Ainsi, les autres jeunes ne seront pas pénalisés par une personne et mon attention envers les jeunes sera plus équitable. Au niveau du métier d'ergothérapeute, il suffirait de mettre des règles au clair dès le commencement ( temps entrevue, appels au bureau, nombres de visites).

Échéanciers: D'ici la fin de mon bac