Portfolio de Érika DIGUGLIELMO

Plan

Biographie

Image représentant Érika DIGUGLIELMO

Salut à tous et bienvenue sur mon portfolio!

Comme vous le savez déjà je m'appelle Erika et je suis étudiante en ergothérapie de deuxième année.  Ce programme n'était pas nécessairement mon premier choix mais si j'avais su ce qu'était vraiment l'ergothérapie au cégep, peut-être ceci aurait changé mon choix.  J'apprécie beaucoup ce programme, car il me permet d'exploiter mon côté qui aime venir en aide à autrui tout en m'amusant dans ce que je fais.

Pour ce qui est de mon parcours scolaire, ce n'est pas très compliqué, j'ai obtenu mon DEC en sciences de la santé au collège André Grasset et depuis ce temps, je sais que je désire travailler avec les enfants.

Je vous souhaite donc la bienvenue sur mon e-portfolio! Cet outil d'apprentissage me servira à documenter la progression de mes compétences personnelles à travers les sept rôles principaux de l'ergothérapeute au cours de mon parcours académique et professionnel. Pour l'organisation, les entrées pour chacun des rôles sont classées de la plus récente à la plus ancienne.

Bonne lecture et bonne année à tous!

Partie 1: Bilan général

Dans l’ensemble, mon portfolio reflète bien mon profil de première et deuxième année, mais ne représente pas adéquatement mon niveau de compétences actuel.  En effet, au cours de mon stage clinique de 2ième année et mes expériences en APP, je peux dire que j’ai développé plusieurs des compétences-clé nécessaires pour être une ergothérapeute chevrononnée. Certaines des compétences avaient été traitées pour la dernière fois en mars 2011, mais on été développées par mes expériences de vie et mériteraient une nouvelles entrée.  Dans l’ensemble, mon portfolio est bien structuré, clair et toutes mes entrées sont bien représentées par des couleurs différentes.  Lors de la rédaction, je porte une attention particulière à la syntaxe et l’orthographe et cet effort paraît à travers mes nombreux dépôts sur le e-portfolio.  Par contre, je crois que mes dépôts sont relativement longs, ce qui pourrait rendre certaines personnes rétissantes à le lire au complet.  De plus, il est difficile pour moi de faire une réflexion concise mais explicite.  Plus précisément, je suis en mesure de faire des preuves explicatives adéquates qui reflètent la situation en particulier, mais j’ai de la difficulté à construire des réflexions approfondies. Je devrai donc m’assurer que toutes mes réflexions soient poussées, par exemple en faisant le lien entre mes comportements/actions et les sentiments/réactions chez les personnes concernées.  Pour les plus anciens dépôts, j’utilisais des expériences de ma vie quotidienne comme preuve, mais pour mes futurs dépôts, je devrai me baser sur mes apprentissages en APP et mes expériences cliniques.

Pour me contacter :

Les sept rôles de l'ergothérapeute selon l'association canadienne des ergothérapeutes

Le profil de pratique de l'ergothérapie au Canada

Profil competences ACE.pdf

Les compétences de l'ergothérapeute selon l'Association Canadienne des ergothérapeutes (Version 2007)

Expert: E.1.4 Appliquer l’expertise et le raisonnement professionnel de base.

Bilan: Pour ce qui est de ce rôle, mes dépôts ne reflètent pas mon niveau de compétence actuel. Pour mon premier dépôt en date du 01/03/2011, je devrai de faire un dépôt revisité, car j’ai appliqué mon plan d’action durant mon stage en pédiatrie. En lien avec ma faiblesse et mon dépôt revisité pour mon dépôt en date du 01/02/10, je devrai faire un nouveau dépôt comprenant la compétence habilitante E.1.4.2, car je l’ai développé au cours de mes séances d’APP en troisième année.  J’aimerais aussi faire un nouveau dépôt concernant l’élaboration de plans d’interventions ciblés durant mon stage (E.1.6.2).

 

Utilisation de modèles théoriques  en APP

08/04/2012

E.1.4.2 Utiliser efficacement des modèles, des cadres conceptuels et des théories pertinentes en ergothérapie.

Mise en situation :  Dans le cadre du cours 3410- Problématiques intégratives, je participais à de l’apprentissage par problèmes.  Dans le cadre de ce cours, nous avions un cas clinique à analyser afin de rédiger un plan d’intervention ciblé.  À l’allée, nous lisions le cas, l’interprétions et faisions ressortir des pistes d’intervention que nous connaissions ainsi que des hypothèses quant aux causes sous-jacentes aux difficultés de la personne afin de nous donner des pistes de recherches jusqu’au retour sur le cas. Puis, à la maison, nous devions consulter nos notes de cours et des données probantes afin de proposer à notre équipe les pistes d’intervention les plus adéquates possibles pour le cas à analyser.

Preuve : Dans le cadre de ce cours, il nous était mentionné, dans les critères de correction, d’identifier un modèle ou schème de référence pour analyser le cas.  Suite à la lecture du cas, à chaque allée, je proposais à mon équipe de sélection un modèle théorique en ergothérapie afin de favoriser la compréhension du cas et nous aider à avoir une vision globale de la situation, car souvent mon équipe était prête à passer à l’analyse sans avoir identifié un modèle.  Vu qu’il s’agissait la majorité du temps de problématiques physiques entraînant des incapacités constantes dans le temps, je proposais qu’on utilise le modèle théorique de Processus de Production du Handicap (PPH).  Il s’agissait d’un modèle commun à plusieurs disciplines en santé et la majorité du temps plusieurs professionnels intervenait conjointement auprès du patient. De plus, lorsque je faisais mes recherches, je classais mes informations selon les différentes parties du modèle (PPH) et lorsque je rédigeais mon plan d’intervention, j’utilisais également ces divisions afin de m’assurer de rédiger des objectifs qui tenaient vraiment compte de la personne dans son entier (facteurs personnels, facteurs de risque, facteurs environnementaux et habitudes de vie).  En effet, ce modèle me permettait de comprendre que l’interaction entre la personne, son handicap, ses prédispositions génétique et son environnement affectait la réalisation de ses habitudes de vie et que la personne, afin de vivre une vie épanouie, doit être le plus autonome possible dans la réalisation de ses habitudes de vie.  Par contre,  je ne me suis pas questionnée sur la pertinence d’utiliser un modèle.  En effet, la motivation principale pour laquelle je décidais d’employer un modèle est que c’étais un critère de correction pour le cours. 

Réflexion

Points forts : Dans le cadre de ce cours, j’ai donc su E.1.4.2 Utiliser efficacement des modèles, des cadres conceptuels et des théories pertinentes en ergothérapie.  En effet, j’ai utilisé le PPH pour effectuer mes recherches, structurer mes informations et rédiger mes plans d’intervention afin de m’assurer d’avoir une vision globale de la personne.

Points faibles : Malgré que j’aie réussi à appliquer les modèles théoriques, je ne me suis jamais poser de questions quant à l’importance de l’utilisation de ces modèles.

Lien avec l’ergothérapie : Dans la profession d’ergothérapeute, il est primordial d’utiliser des modèles théoriques dans notre analyse de cas afin de s’assurer de considérer toutes les sphères de la personne dans l’élaboration de nos plans d’inventions.  Dans ma future profession, avant d’utiliser pleinement les modèles et cadres conceptuels, je devrai tout d’abord m’assurer de comprendre leur utilité et leur pertinence.

Objectif : D’ici la fin de mon stage de maîtrise, j’aurai expliqué à 4 personnes l’utilité et la pertinence de 4 différentes modèles théoriques/ cadres conceptuels utilisés en ergothérapie.

Plan d’action et échéancier: Pour ce faire, je réviserai les notes de cours reçues au cours de mes trois ans de formation en ergothérapie en lien avec les modèles/ cadres conceptuels et je réviserai mes documents d’étude d’APP dans lesquels j’ai appliqué des modèles à des situations cliniques concrètes.  De plus, avant de commencer, je m’assurerai de faire une liste des modèles/ cadres conceptuels que je connais afin de m’assurer de tous les couvrir lors de ma  révision.  Suite à la révision, je créerai un document avec les schémas des différents modèles/cadres conceptuels afin de les illustrer et de pouvoir sélectionne le plus adéquat avec plus de facilité dans ma future profession. Je devrai avoir atteint cet objectif d'ici la fin de l'été 2013.

Expert: E.1.6 Faire preuve d'une utilisation compétente et sélective de l'occupation et des interventions en vue de faciliter l'occupation

Plans d'interventions dans mon stage en pédiatrie

30/01/2012

18/02/2012 Modifications suite aux rétroactions reçues par mes collègues

E.1.6.2 Mettre en œuvre les plans d’intervention ciblés qui correspondent à la personne, à l’occupation et à l’environnement.

Mise en contexte : Au cours de mon stage clinique de deuxième année, j’étais au CHU Sainte-Justine auprès d’enfants ayant des troubles envahissants du développement (TED).  Ces enfants présentaient des problématiques de tout genre telles que des retards de développement, des difficultés dans le traitement de l’information sensorielle, des difficultés dans les rapports sociaux, etc.  Au début, j’observais les interventions de ma superviseure afin de me faire une idée de la manière d’intervenir avec ce type de clientèle.  À ma deuxième semaine de stage, j’ai commencé à avoir des patients sous ma charge.

Preuve : Plus précisément, à ma troisième semaine de stage, j’ai pris en charge un nouveau patient ayant nouvellement reçu son diagnostique d’autisme. Pour débuter cette intervention, j’ai procédé à une courte entrevue avec les parents pour leur poser des questions quant à leur perception du développement de leur enfant ainsi que leurs inquiétudes et attentes et je leur ai remis le Profil Sensoriel de Winnie Dunn.  Les parents ont rempli ce questionnaire standardisé m’indiquant leur perception des particularités sensorielles de leur enfant et j’ai ensuite procédé à sa cotation.  En bonifiant les données subjectives fournies par le questionnaire avec mes observations en clinique à travers la première séance d’exercices, j’ai eu un portrait global de l’enfant.  Ceci m’a permis de rédiger son rapport initial et de bâtir un plan d’intervention avec des objectifs spécifiques en lien avec ses capacités/incapacités, ses besoins ainsi que les attentes de ses parents.  Avec les objectifs thérapeutiques que j’avais élaborés, j’ai réussi à monter un plan d’exercices complet en me basant sur la banque d’activités rédigée par l’IRDPQ rédigée par des ergothérapeutes du milieu. En utilisant systématique cette banque d'activité, je n'ai pas assez personnalisé ces activités aux différents types de clients.     

Réflexion

 Points forts : Dans cette situation clinique, j’ai réussi à rédiger un plan d’intervention en tenant compte non seulement des capacités/incapacités du client, mais également de son environnement social.  En effet, je me suis assurée d’inclure la perception des parents, leurs inquiétudes et leurs attentes dans l’élaboration du plan.  Ceci était primordial dans ce cas, puisqu’il s’agissait d’un jeune atteint d’un TED qui était incapable d’exprimer ses besoins. De plus, à travers cette situation et à travers l’ensemble des situations cliniques que j’ai rencontrées à travers mon stage, pour élaborer les plans d’exercices pour mes clients, j’utilisais la banque d’activité de l’IRDPQ.  Je peux donc dire que j’ai développé ma compétence d’expert, puisque j’utilisais des activités bâties par des ergothérapeutes et centrés sur le jeu, qui est l’occupation principale des enfants pour assurer leur développement social et psychomoteur.

Points faibles : Malgré que j’aie d'inclus l’environnement du client dans mes plans d’intervention et que j’aie utilisé un outil développé par des ergothérapeutes de métier, j’ai utilisé, à travers toutes mes interventions,  la banque d’activité de l’IRDPQ, mais je ne l’ai pas assez individualisée en fonction de chaque client.  En effet, comme mentionné précédemment, je ciblais les exercices qui pouvaient être bénéfiques pour l’enfant, sans les adapter de manière créative à sa condition.  En adaptant l'activité à la condition du client, ceci aurait été motivant pour les parents puisqu'ils auraient vu que l'activité était individualisée et que n'importe qu'elle activité peut être modifiée selon le stade de développement et les progrès de l'enfant.

Lien avec l’ergothérapie : Dans ma pratique, il sera primordial que, lors de l’élaboration de plans d’intervention, je tienne compte de la personne, de ses occupations ainsi que de son environnement, afin d’avoir une vision hollistique qui me permettra ainsi de centrer mes interventions sur le client.  Il est aussi important de tenir compte du fait que tous les clients sont différents et qu’ils méritent des interventions personnalisées.

Objectif : Dans le cadre du projet de collaboration internationale auquel je prendrai part à l’été 2012, je devrai travailler en collaboration avec les intervenants du milieu psychiatrique où je travaillerai afin d’optimiser la réalisation des activités de la vie quotidienne (AVQ) des patients et plus précisément des soins personnels. Dans ma première semaine de stage, je serai donc en mesure d’adapter l’aide technique utilisée par 3 patients en fonction des matériaux disponibles dans le milieu et de manière personnalisée à son utilisateur.

Plan d’action et échéancier : Afin d’atteindre mon objectif, avant de partir en stage, je documenterai les différentes problématiques de santé mentale présentes dans le milieu dans lequel je résiderai ainsi que les différents aides techniques pouvant être utilisés pour les soins personnels.  Rendue en Bolivie, dans ma première semaine de stage, j’identifierai chez trois patients différents une AVQ qui est réalisée avec difficulté et j’adapterai leur aide technique avec les ressources disponibles du milieu.  En faisant cela, je serai en mesure d’appliquer la théorie canadienne aux ressources boliviennes afin d’élaborer des plans d’action ciblés en me basant sur les occupations et l’environnement des patients. Cet objectif devra être atteint à la fin du mois de juin 2012, lorsque mon stage à l'étranger sera terminé.

Expert : E.1.5 Faire une synthèse des résultats des évaluations et du raisonnement en vue d’élaborer un plan d’action ciblé

Aménagement domiciliaire chez mon grand-père

01/03/2011

26/03/11 Premières modifications

30/01/2012 Date de la première revisite

18/02/2012 Modifications suite aux rétroactions reçues par mes pairs

E.1.5.2 Déterminer les ressources requises pour la prestation des services tout en déterminant les limites ou les contraintes des différentes méthodes de prestation des services

Mise en contexte : En deuxième année d’université, au cours du bloc en santé physique adulte, j’ai suivi un cours portant sur l’aménagement domiciliaire.  J’ai acquis des connaissances quant aux aides techniques pouvant venir en aide aux personnes atteintes de handicaps physiques. J’ai également appris à avoir un regard critique et objectif sur les composantes et pièces du domicile qui pourraient être problématiques pour cette clientèle, nécessitant ainsi un aménagement afin que la personne y soit le plus fonctionnelle possible. 

Preuve : Le mois dernier, je me suis présentée chez mon grand-père atteint de la maladie neuro dégénérative de sclérose latérale amyotrophique.  Ayant reçu le diagnostic il y a trois ans, les séquelles physiques ont commencé à apparaître, limitant ainsi mon grand-père dans la réalisation de ses activités de la vie quotidienne.  En effet, la rampe d’escalier n’était pas solide, le mettant ainsi en danger lors de ses déplacements; son bord de bain était trop élevé, le limitant ainsi dans ses soins personnels; le plancher de la salle de bain était en céramique, ce qui pourrait le mettre en danger lors des ses entrées et sorties du bain; les escaliers étaient trop nombreux et en tapis limitant ainsi ses déplacements et son accès à l’étage du haut.  À la lumière de ces résultats et en faisant rappel à la formation que je venais de recevoir à l’école, j’ai conclu que mon grand-père nécessitait à tout prix un aménagement domiciliaire. J’ai donc communiqué avec le centre hospitalier du Bouclier à Saint-Jérôme, où mon grand-père avait un dossier en ergothérapie et j’ai donc suggéré une visite à domicile. 

Quelques semaines plus tard, une ergothérapeute spécialisée est venu analyser toutes les pièces du domicile de mon grand-père et a confirmé mon hypothèse qu’un aménagement domiciliaire était nécessaire.  Mon grand-père était cependant retissant et anxieux face à cette nouvelles.  Malgré cela, j’ai continué à insister que l’aménagement était vraiment nécessaire et que c’était la seule solution pour que mon grand-père puisse être fonctionnel et le plus autonome possible dans son quotidien.  J’ai donc réussi à faire faire une synthèse des résultats des évaluations et du raisonnement en vue d’élaborer un plan d’action ciblé (compétence-clé E.1.5) ainsi que déterminé et trouvé les ressources que mon grand-père nécessitait, sans toutefois avoir déterminé les limites de cette méthode de prestation de services, qui était l’aspect psychologique relatif à un aménagement domiciliaire (compétence habilitante E.1.5.2). 

Même si je n’ai pas tenu compte du côté psychologique de mon grand-père, j’ai grandement soutenu ma grand-mère à travers le processus, car suite au cours que j’avais suivi, j’ai compris à quel point le rôle d’aidant naturel pouvait être lourd et demandant.  En sachant qu’il devait être très difficile pour elle se s’occuper de mon grand-père en perte d’autonomie, je l’ai rassurée en lui disant que je serais là et en disant qu’elle pourrait m’appeler aussitôt qu’elle voulait en parler ou qu’elle avait besoin de quelque chose.  J’ai développé avec ma grand-mère une relation basée sur la confiance et l’ouverture, donc avant de proposer tout aide pour mon grand-père, je l’ai consultée et elle était très ouverte à l’idée qu’un aide comme l’aménagement domiciliaire pourrait un peu alléger sa tâche et lui permettre de penser à autre chose dans sa journée.

Réflexion 

Points forts : Dans cette situation, j’ai réussi à utiliser mon raisonnement clinique et ma qualité d’entrepreneure ainsi que la mise en pratique des notions vues à l’école, dans le but de déterminer les ressources que nécessitait mon grand-père (aménagement domiciliaire) pour qu’il puisse être le plus fonctionnel possible dans son domicile, où il passera la majorité de son temps dans les années à venir, dû à sa condition dégénérative. De plus, grâce à la relation de confiance que j’ai bâtie avec ma grand-mère, je l’ai activement impliquée dans le processus de prise de décision, ce qui est très important dans la pratique d’ergothérapie puisque le processus clinique est non seulement centré sur le client, mais également sur la famille qui est présente à tous les moments de la thérapie et lors de toutes les étapes de la progression de la maladie.

Points faibles : Par contre, en faisant cela, je n’ai pas considéré les limites de cette prestation de services, soit l’aspect psychologique.  En effet, suite à l’annonce d’un diagnostic, il peut être très difficile pour la personne de l’accepter.  Il aurait donc été bénéfique et propice que j’ai une discussion avec mon grand-père sur l’aménagement, en l’informant de tous ses bienfaits, avant de mettre mon plan d’action en vigueur, pour éviter des réactions négatives.  De plus, j’aurais pu lui conseiller une visite chez le psychologue qui pourrait travailler avec lui sur l’acceptation de sa maladie.

Lien avec l’ergothérapie : En ergothérapie, il est primordial de non seulement identifier de quels services une personne pourrait bénéficier, mais également de déterminer les limites et contraintes de cette méthode de prestation de services pour que l’intervention soit véritablement centrée sur le client et qu’elle puisse être le plus bénéfique possible pour elle.

Objectif : Pour me permettre de bien exercer ma profession, j’aimerais être en mesure de bien connaître les besoins de mes clients dans le but de mieux centrer mes interventions pour qu’elles touchent à toutes les sphères de la personne (rendement, côté psychologique, etc).

Plan d’action et échéancier : Durant mon stage qui  débutera en mai 2011, lors de mes entrevues avec les clients, le vais analyser le non-verbal de mes clients (pour détecter des signes de nervosité par exemple) et avant d’effectuer l’intervention, j’aurai une discussion avec le client pour voir s’il est vraiment prêt à recevoir ces services et faire des changements dans son quotidien.  De cette manière, j’offrirai de meilleurs services centrés sur le client et toutes les sphères de sa personne afin que l’intervention soit la plus bénéfique possible.  Je serai en mesure de savoir si j’ai atteint mon objectif à la fin de mon stage, grâce à l’évaluation finale faite pas superviseure de stage.

_____________________________________________________________________

Objectif à atteindre : Pour me permettre de bien exercer ma profession, j’aimerais être en mesure de bien connaître les besoins de mes clients dans le but de mieux centrer mes interventions pour qu’elles touchent à toutes les sphères de la personne (rendement, côté psychologique, etc).

Mise en contexte et preuve : Au cours de mon stage d’été en pédiatrie, j’ai eu plusieurs opportunités de travailler cet objectif.  En effet, ma clientèle principale était constituée d’enfants atteints de troubles envahissants du développement (TED).  Malgré que j’aie un case-load très chargé, il était primordial pour moi d’inclure les parents dans la prise en charge et de vraiment prendre le temps d’apprendre à connaître les enfants durant mes interventions.  D’une part, avant chaque intervention, je prenais 5 minutes pour discuter avec les parents à propos du développement de leur enfant et des progrès de celui-ci.  De plus, je faisais un suivi quant à l’application des recommandations que je leur avais faites afin d’ainsi considérer les inquiétudes et priorités des parents pour guider mes prochaines interventions.  D’autre part, les enfants avec des TED ont des difficultés quant au traitement de l’information sensorielle.  Je m’assurais donc de tenir compte de leur particularités sensorielles dans leur interventions. Ceci est un point à améliorer qui est ressorti lors de mon évaluation de mi-stage. Les particularités sensorielles étaient un aspect que j’observais, mais je ne les considérais pas toujours dans mes interventions.  C’est plutôt dans la deuxième moitié de mon stage que je les ai intégré avec plus de facilité dans mes interventions suite aux commentaires constructifs de ma superviseure et à une meilleure compréhension de ces particularités, acquise avec la pratique. Plus précisément, lorsque je menais une intervention, je m’assurais d’observer le non-verbal de l’enfant et si je voyais qu’il commençait à se désorganiser, je lui présentais une activité sensorielle pour l’apaiser et ainsi le rendre fonctionnel dans la prochaine activité. 

Mesure de l’atteinte de l’objectif : En mentionnant dans  mon évaluation finale que je tenais compte des besoins et priorités des parents ainsi que ceux des clients, ma superviseure m’a confirmé que j’avais bel et bien atteint cet objectif.

Expert : E.1.4 Appliquer l’expertise et le raisonnement professionnel de base.

 Stage en soins aïgus

01/02/10 Ceci est la date de ma premières version (mise en pièces jointes) que j'ai décidé de modifier complètement suite à ma première rencontre de portfolio après les commentaires des collègues dans mon groupe, car la compétence n'était pas très bien expliquée.

02/03/01

27/10/10 Date de la première ''revisite''

E.1.4.2 Utiliser efficacement des modèles, des cadres conceptuels et des théories pertinentes en ergothérapie.

Mise en contexte et preuve: Au cours de ma première session d’université, j’ai fait mon stage en soins aïgus à l’hôpital Sacré Coeur.  Au cours de cette expérience, j’ai dû non seulement analyser les capacités cognitives et fonctionnelles (en faisant des tests comme le folstein) de personnes âgées, mais également évaluer leur rendement occupationnel au cours de certaines tâches simples comme faire la cuisine, utiliser les électroménagers, se nettoyer ou s’habiller.  Une des clientèles que j’évaluais le plus étaient les patients atteints du Parkinson. J’ai eu de la difficulté à  m'adapter à la clientèle avec laquelle je faisais affaire puisque c’était difficile pour moi de juger de leurs besoins.  En effet, lors de l’entrevue initiale avec un client de 85 ans atteint de Parkinson qui m'a raconté sont histoire, j’étais capable de faire des liens entre plusieurs aspects de sa vie (lien entre les symptômes observables et la condition de l’homme), mais j’avais de la difficulté à appliquer certains principes de base de l’ergothérapie (par exemple faire un plan d’analyse de sa situation en utilisant le modèle canadien du rendement occupationnel) et faire preuve de jugement pour répondre aux besoins du client dans cette situation, car je n’en savais pas beaucoup sur ce type de clientèle en pratique.  Ici, la compétence en question est donc E.1.4 Appliquer l’expertise et le raisonnement professionnel de base.

Forces : Ma plus grande force dans cette situation est que j’ai su comprendre la maladie du client grâce à mes connaissances très variées dans plusieurs domaines (sciences sociales, sciences physiques, sciences psychosociales et plus particulièrement sciences biomédicales avec mon cours universitaire de neurologie) fondamentales à la pratique (sous compétences E.1.4.1).

Faiblesses : Tel que mentionné dans ma preuve, il était difficile pour moi d’avoir un jugement particulier face à une situation (E.1.4.3) autre que celle vécue par une personne normale et de cadrer un cas selon un modèle précis en ergothérapie (E.1.4.2).  Ces faiblesses sont en lien direct avec mon manque de connaissances pratiques et théoriques en ergothérapie, car je suis seulement en début de baccalauréat.

Lien avec l’ergothérapie : En ergothérapie, il est primordial d’être expert dans son domaine en maîtrisant les différents modèles et le raisonnement clinique dans le but de pouvoir évaluer les clients de manière systématique et standardisée.

Objectif : Comme objectif, dans le but de maîtriser ma profession, j’aimerais maîtriser d’ici la fin de la session au moins trois modèles d’évaluation/d’analyse vus dans le cours d’approche théorique en ergothérapie (ERT 1401).

Plan d’action et échéancier : Pour accomplir mon objectif, j’ai l’intention de participer plus activement aux cours et d’utiliser les explications fournies en classe dans la vie de tous les jours.  Donc, en analysant souvent la personne, je serai sans doute en mesure de maîtriser ces modèles d’analyse. La manière la plus efficace de vérifier si j’ai atteint mon objectif est par l’examen final du cours ERT 1401 (si je réussis l’examen, je maîtrise les modèles).   

Première revisite: Étant maintenant étudiante de deuxième année, je peux dire que j'ai bel et bien passé le cours de ERT 1401, ce qui signifie que je maîtrise en effet les modèles d'analyse.  D'autre part, dans le cadre du bloc en pédiatrie (septembre-octobre 2010), j'ai dû utiliser les modèles MCRO  (modèle canadien du rendement occupationnel) et MOH (modèle de l'occupation humaine) lors de deux de mes APP.  Lors de ces APP portant sur le trouble réactionnel de l'attachement et le prodrome de schizophrénie, j'ai bel et bien compris ces modèles, car j'ai incité mon équipe à s'en servir pour classer les informations de la vie du client pour mieux orienter nos recherches.

Version originale de la section

Communicateur : E.2.1 Établir un dialogue efficace

Bilan: Tout d’abord, pour ce rôle, je devrai continuer à travailler sur les stratégies que je me suis fixées pour l’écoute active.  Pour le dépôt en date 10/02/2010, je ferai une revisite puisque je me conforme maintenant mieux aux règlements pré-établis, soit par l’utilisation des logiciels End-Note et Medline lors de mon rôle de documentaliste dans les sessions d’APP de troisième année. Finalement, j’aimerais faire une revisite à mon troisième dépôt (en date du 13/11/2009) puisque j’ai appliqué mon plan d’action dans mon stage clinique présent avec des patients ayant des blessures musculosquelettiques.

Travail d'équipe en APP

27/10/10

E. 2.1.1  : Faire preuve d'une écoute active

Mise en contexte et preuve : Dans le cadre du cours ERT2410-Introduction à l’APP, j’ai dû suivre un processus rigoureux et méthodique pour effectuer mes recherches, plus précisément lors  de la troisième séance où j’ai changé ma méthode d’appropriation des connaissances pour favoriser une bonne structure et ainsi un bon partage d’informations.  Après avoir trouvé des informations pertinentes sur des sites web, dans mes notes de cours et dans des articles scientifiques, je les ai classées dans un document WORD sous dix questions  qui correspondaient à des questionnements pertinents retirés des 5 objectifs d’apprentissage que nous avions dégagés en équipe.  Puis, j’ai surligné les passages importants pour me permettre d’être mieux organisée.  La veille de la séance du retour en équipe, j’ai enregistré mon document d’information sur le réseau de cmap partagées pour permettre à mon groupe d’y avoir accès.  Cette démarche d’organisation de l’information trouvée m’a permis de E.2.2 Transmettre efficacement des documents écrits et électroniques.  Par contre, lors de la séance de retour, lorsque les questions de ‘’lien fusionnel’’ et de ‘bénéfices secondaires’’ ont été abordées, j’ai été la première à prendre la parole, ne laissant pas la chance aux membres de mon équipe de donner leurs idées et j’ai vu que cela dérageait mon équipe par la communication non verbale d’une de mes coéquipières.  Lorsque mes coéquipiers parlaient, je pensais tellement à mon idée que je n’arrivais pas à leur accorder toute mon attention qui était concentrée sur la rétention de l’information que j’avais en tête. La preuve en est que lorsque l’animatrice m’a demandé ce que ma coéquipière avait partagé avec le groupe, je n’étais pas capable de le verbaliser, car je n’en avais aucune idée. (E.2.1 Établir un dialogue efficace)

Réflexion

Forces : Lors de cette séance d’APP, j’ai su E.2.2.2 Tenir des dossiers clairs, précis et adéquats.  J’ai classé mes informations trouvées dans un document WORD, j’ai divisé en catégories précises pour regrouper les renseignements et j’ai surligné les informations pertinentes pour me permettre de mieux me retrouver lors du partage d’informations en groupe.  Également, j’ai enregistré mon document dans les cmap partagées pour que mes coéquipières y aient accès et pour que le partage de l’information se fasse de manière plus adéquate.

Faiblesses : Malgré cette organisation, j’ai eu de la difficulté à E.2.1.1 Faire preuve d’une écoute active.  En effet, lorsqu’une question importante était abordée, j’ai été la première à prendre la parole à plusieurs reprises, ne donnant pas la chance à mes coéquipières de parler.  De plus, je pensais tellement à mon idée que je n’ai par écouté les informations que mes coéquipières ont partagées avec le groupe.

Lien avec l’ergothérapie : Une qualité primordiale que doit posséder un ergothérapeute est d’avoir des habilités de communication, non seulement dans la transmission d’informations, mais également au niveau de l’écoute active.  Effectivement, ce professionnel doit non seulement être en mesure de faciliter la communication et les interactions dynamiques relatives aux occupations, au rendement occupationnel et à la vie des clients avec les autres intervenants, mais doit également écouter les informations que les autres membres de l’équipe ont à apporter pour favoriser une intervention efficace centrée sur les besoins du client.

Objectif : D’autre part, dans le prochain bloc d’APP (bloc adulte), plus précisément lors des trois retours, je me retiendrai de parler au moins 2 fois par retour pour favoriser mon écoute active et ainsi une meilleure communication.

Plan d’action : Pour ce faire, je vais faire un point sur ma feuille à toutes les fois que je veux parler, pour restée attentive à ce que les autres disent et m’empêcher de parler.  Si cette technique n’est pas adéquate et que je sens que l’information que je veux dire pourrait apporter quelque chose d’intéressant à notre travail de groupe, de vais surligner mes idées à toutes les fois que je veux parler, dans le but d’attendre que tous aient donné leurs idées et pour me permettre de ne pas oublier les miennes, et si une information a été omise, je pourrai la partager à la fin, de manière non excessive et contrôlée. 

Échéancier: J'aimerais avoir accompli cet objectif d'ici la fin du bloc adulte, soit pour la fin du mois de décembre 2010.

Je serai  en mesure de savoir si mes objectifs ont été atteints lors de mon auto-évaluation de mi-parcours effectuée par ma tutrice.

Communicateur : E.2.2 Transmettre efficacement des documents écrits et électroniques

Utilisation du e-portfolio

10/02/10

08/03/10 Premières modifications

21/02/12 Première revisite 

10/03/2012 Modifications suite aux rétroactions reçues par mes collègues

E.2.2.3 Se conformer aux normes réglementaires provinciales et organisationnelles concernant les documents

 Mise en contexte et preuve : Au cours de ma première année universitaire, j’ai dû avoir recours au logiciel électronique, le e-portfolio. Lors de l’utilisation de ce dernier, j’ai réalisé que j’avais de la difficulté face à la transmission efficace de documents écrits et électroniques.  En effet, comme il est possible de le constater dans mes entrées, j’ai fait plusieurs modifications dans mes textes au cours de la session.  J’ai eu besoin de quelques rencontres avec mes professeurs et de l’aide de plusieurs de mes collègues avant de bien comprendre le concept de base du e-portfolio et la manière d’utiliser ce site web correctement. Si on observe la structure générale de mon portfolio, on peut cependant constater qu’il est bien structuré par section, avec des titres de section, des sous-titres et des couleurs distinctes pour les différentes modifications. La compétence clé touchée est donc E.2.2 Transmettre efficacement des documents écrits et électroniques.

Points forts : Comme je suis une personne très organisée et structurée, j’aime que mes documents soient clairs, précis et adéquats (E.2.2.1), car ceci me permet de les consulter de manière plus rapide et efficace.

Points faibles : Je crois que la raison principale expliquant que j’ai eu de la difficulté à me servir du e-portfolio est que je suis une personne têtue qui aime faire les choses à sa façon sans me conformer aux règlementations pré-établies (E.2.2.3).  Je fais ceci, car je ne maîtrise pas très bien les logiciels demandés ce qui peut me nuire dans mes apprentissages.

Liens avec l’ergothérapie : En ergothérapie, il est primordial d’avoir une bonne communication, plus particulièrement dans la transmission de documents écrits et électroniques.  En effet, lors de la rédaction de notes d’observation, il est important de se servir des normes établies par le milieu pour que tous les professionnels de ce milieu (ex :CLSC) transmettent leurs informations de la même manière pour ainsi favoriser une meilleure compréhension des dossiers, une meilleure communication entre les professionnels pour éviter tout malentendu.

Objectif : Face à l’importance de la transmission électronique de l’information, j’aimerais être parfaitement à l’aise avec le logiciel de référence «Endnote» ainsi que le logiciel de recherche «Medline» avant la fin de la session d’hiver 2010.

Plan d’action et échéancier: Suite à la formation dont j’ai bénéficié dans la semaine du 1 février sur l’utilisation de ces logiciels, je compte utiliser ces derniers dans tous les travaux que je ferai au cours de la session.  C’est avec la pratique que je saurai maîtriser l’utilisation de ces logiciels.  Le tout sera vérifiable lors de la réussite (ou de l'échec) de l'examen final du cours d'ERT-1402, pratique factuelle en ergothérapie.

_______________________________________________________________________

Objectif à atteindre: Face à l’importance de la transmission électronique de l’information, j’aimerais être parfaitement à l’aise avec le logiciel de référence «Endnote» ainsi que le logiciel de recherche «Medline» avant la fin de la session d’hiver 2010.

Preuve de l'atteinte de l'objectif: Par la réussite de mon examen final du cours ERT-3402- Pratiques factuelles en ergothérapie, je peux affirmer que j’ai bel et bien atteint mon objectif. En effet, dans le cadre de ce cours, le projet d'évidence scientifique, notre projet final, consistait à élaborer une recension des écrits portant sur une problématique particulière préalablement choisie.  Cela impliquait donc que nous devions être à l'aise avec la recherche dans les bases de données. La passation du projet et ainsi la réussite du cours confirme donc l'atteinte de mon objectif.     

Généralisation: De plus, à la session d’automne 2011, dans les sessions d’APP, j’ai dû occuper le rôle de documentaliste.  Mon mandat était donc de trouver un article scientifique présentant une méthode d’intervention à utiliser avec une personne atteinte d’un trouble de personnalité limite pour lui permettre de mieux gérer les situations stressantes dans sa vie.  J’ai tout d’abord ciblé des mots-clés puis j’ai effectué une recherche sur Medline pour ainsi trouver une dizaine d’articles en lien avec mon sujet et j’ai ciblé le plus pertinent qui serait mon article documentaliste. Afin de cibler le plus pertinent, j'utilise l'article le plus récent, avec les meilleures propriétés métrologiques et qui concerne plus précisément la problématique étudiée. Après avoir fait le résumé de cet article, j’ai fait un référence complète avec le logiciel Endnote, afin que moi et mon équipe puissions l’utiliser comme référence dans notre travail. Bref, je suis devenue très à l’aise avec le logiciel Endnote et la preuve est que je possède maintenant une bibliothèque de plus de 50 sources. 

Communicateur : E.2.1 Établir un dialogue efficace

Stage à l'hôpital Sacré Coeur 

13/11/09 Ceci était la date de ma première version mais je l'ai grandement modifée (tout en gardant la même idée de base), car la preuve et la réflexion n'étaient pas assez concrètes.  Cette première version se trouve à la fin de la section en pièce jointe. 

01/12/09 Premières modifications

05/12/09 Deuxièmes modifications

23/02/2012 Date de la première revisite

10/03/2012 Modifications apportées suite aux rétroactions reçues par mes collègues

E. 2.1.1  : Faire preuve d'une écoute active

Mise en contexte : Il y a maintenant cinq semaines que je fais un stage à l’hôpital Sacré Cœur en soins aigus pour les personnes âgées (75 ans et +).  Le rôle de l’ergothérapeute dans ce domaine est entre autres d’évaluer les capacités cognitives, fonctionnelles et les capacités reliées à la conduite automobile d’une personne âgée pour évaluer si elle est apte à un retour à domicile, à une réadaptation ou à une relocalisation par exemple.  Les patients type sont par exemple des personnes âgées avec des pertes d’autonomie significatives ou avec des maladies comme le Parkinson et l’Alzheimer.

Preuve et réflexion : Dans ce rôle de l’ergothérapeute, la preuve sera présentée sous la forme d’une petite histoire : À la deuxième semaine de mon stage, lors de ma première entrevue initiale, j’ai dû faire face à une dame de 88 ans atteinte du Parkinson qui ne parlait que l’italien et parlait très bas dû à sa condition.  Dans l’entrevue initiale, il était donc très important que je sois très attentive aux comportements non-verbaux de la dame et que j’aie une écoute active, car elle n’était pas très attentive ou collaboratrice.  J’ai donc dû adapter mon mode de communication par rapport à cette patiente pour tenter de franchir la barrière linguistique qui nous séparait.  D’autre part, dans le test Folstein que j’ai effectué avec la cliente, il était très important que j’utilise un vocabulaire clair, précis, compréhensible et que je transmette l’information de manière adéquate pour faciliter sa compréhension et favoriser des échanges harmonieux.  Je peux donc dire que j’ai principalement touché à la compétence de base E.2.1 Établir un dialogue efficace. 

Forces : Au cours de ma vie, j’ai appris quatre différentes langues, ce qui a grandement facilité mon rôle de communicateur dans ce contexte, car j’ai réussi à m’adapter à la barrière linguistique que présentait la cliente, j’ai communiqué en italien avec elle.  Également, je suis de nature très patiente, donc avec cette cliente atteinte du Parkinson, ça ne m’a pas déranger de répéter les consignes ou les questions, car je savais qu’elle avait de la difficulté à s’exprimer.

Faiblesses : Cette expérience de stage avait quand même bien été, car j’avais réussi à franchir la barrière linguistique.  Par contre, j'ai tout de même eu un peu de difficulté au niveau de la communication.  Lors de l'entrevue initiale, dû au fait que la dame ne parlait pas beaucoup, j’avais la fâcheuse habitude de parler pour combler les pauses de la cliente.  J’avais tendance à toujours reformuler ses propos pour lui montrer que je la comprenais et que j’étais là pour elle.  Je ne lui ai pas laissé le temps de terminer de parler, donc il se peut que j’aie eu moins d’information que j’aurais pu avoir sur l’histoire de cette cliente ou sur ses occupations.

Objectif: Mon objectif et plan d’action seront directement liés à l’ergothérapie, car pour être une bonne ergothérapeute, je dois non seulement être capable d’intervenir, mais également d’écouter.  Comme objectif, j’aimerais, lors d’une entrevue, moins parler et me concentrer sur écouter le client pour en ressortir le plus d’informations possibles. 

Plan d'action et échéancier: Mon plan d’action concret sera de prévoir deux à trois blancs (temps morts où personne ne parle) pour laisser la chance au client de penser et structurer ses idées.  Ceci se fera principalement au cours de mes quatre prochaines semaines de stage, lorsque j’effectuerai des entrevues initiales.  Je crois que c’est avec la pratique que j’arriverai à bien exercer mon rôle de communicateur.

__________________________________________________________________________

Objectif à atteindre: Mon objectif et plan d’action seront directement liés à l’ergothérapie, car pour être une bonne ergothérapeute, je dois non seulement être capable d’intervenir, mais également d’écouter.  Comme objectif, j’aimerais, lors d’une entrevue, moins parler et me concentrer sur écouter le client pour en ressortir le plus d’informations possibles. 

Mise en contexteÀ l’automne 2011, j’ai fait un stage dans une clinique privée de réinsertion professionnelle auprès de personnes avec des blessures musculo-squelettiques.  Au cours de ce stage, j’ai pris en charge plus d’une dizaine de patients.  Le processus de prise en charge consistait en l’entrevue initiale, la rédaction du rapport, la démonstration du plan d’intervention et les prises en charge hebdomadaires. 

PreuveDans une situation en particulier, j’ai du procéder à l’entrevue initiale d’un homme de 55 ans ayant subi un accident de travail.  Cet homme travaillait au-dessus de 40 heures par semaine en tant que chef d’une ligne de production.  Il vivait seul à la maison et avait peu de loisirs puisque son travail occupait une place centrale dans sa vie.  Avant de débuter l’entrevue initiale, je savais donc, en consultant le dossier disponible en physiothérapie, que je devrais considérer la possibilité que cette situation pourrait être difficile à partager pour monsieur.  Lors de la rencontre, j’ai débuté par diriger l’entrevue avec des questions ouvertes afin de remplir le formulaire d’évaluation.  Lorsque je suis arrivée à la section portant sur le travail et les occupations de la personne, je me suis dit qu’il serait mieux de laisser parler M.  Je lui ai donc demandé ce qui était arrivé et puis je l’ai laissé parler. Monsieur est devenu fréquemment émotif et prenait des pauses à travers sa narration.  Dans ces moments de silence, je me suis retenue pour ne pas intervenir et j’ai ainsi permis à M. de se ressaisir et de prendre le temps dont il avait besoin pour me raconter son histoire.

Facteurs favorisants et difficultés rencontrées: Afin de compenser mon envie de parler, il m'a donc été très utile dans cette situation de lire le dossier préalablement et de poser des questions ouvertes au client afin de favoriser le dialogue de celui-ci et de limiter mes possibilités d'intervenir. En suivant ces démarches, j'ai donc réussi à succomber à mon désir de combler les silences et cette situation m'a fait réaliser que les silences sont un bon moyen pour permettre au patient de se resaisir et de s'exprimer.  

Confirmation de l'atteinte de l'objectif: À la fin de cette évaluation, ma superviseure m’a félicité et m’a confirmé que les temps morts que j’avais laissés et ainsi l’écoute active que j’avais employée ont permis au client de se sentir confortable de me raconter sa situation en toute confiance, sans se sentir pressé. 


Version originale de la section

Collaborateur : E.3.1 Travailler efficacement dans des équipes intra professionnelles et interprofessionnelles

Bilan: Les dépôts de collaborateur ne reflètent pas du tout mon niveau de compétences actuelles.  En effet, je devrai continuer à perfectionner ce rôle en travaillant sur les stratégies que j’ai formulées dans mes plans d’action.  D’autre part, j’aimerais faire un nouveau dépôt portant sur la compétence-clé E.3.1 Travailler efficacement dans des équipes interprofessionnelles et intraprofessionnelles, puisque dans l’activité inter facultaire du 18 octobre 2011, j’ai travaillé avec une équipe composée de différents professionnels de la santé (médecin, physio, nutritionniste, pharmacien, orthophoniste, etc.) autour d’un cas clinique afin d’élaborer un PII en fonction des besoins du client.

Activité interfacultaire

21/03/2012 Nouveau dépôt 

09/04/2012 Modifications apportées suite aux rétroactions de mes collègues

Mise en contexte: Le 18 octobre 2012, dans le cadre de ma formation académique, j’ai participé à une activité interfacultaire avec des étudiants de diverses professions dans le domaine de la santé.  Dans le cadre de cette activité, nous avions un cas clinique à analyser, puis nous avons discuté de nos interventions avec l’équipe pour finalement prendre une décision d’équipe afin d’élaborer un plan d’intervention interdisciplinaire (PII).

Preuve : Dans l’étape de discussion d’équipe, nous avons fait ressortir les principales difficultés du patient, les besoins ainsi que les principales actions à poser.  Puis, chaque professionnel a indiqué à quel endroit il était le plus adéquat pour lui d’intervenir pour ainsi en conclure, en équipe, sur les meilleures actions à poser dans notre PII. Dans cette situation, j’ai réussi à partages mes idées avec les autres membres de l’équipe avec respect et ouverture.  En effet, je me suis assurée de peser mes mots avant d'intervenir et d'utiliser des formulations de phrase respectueuses.  Par exemple, jai utilisé des expressions telles que ''je crois que'', ''pensez vous que'', ''peut-être que'' pour éviter d'imposer une idée, mais plutôt de présenter mon opinion et de suggérer des pistes d'intervention selon mon expertise. J’ai même pris le rôle de leader dans le groupe afin de clarifier les idées qui avaient été dites et ainsi favoriser les échanges. Par contre, en faisant l’exercice, j’ai réalisé que l’ergothérapeute pouvait intervenir dans la majorité des sphères. Il était donc difficile pour moi de bien comprendre les zones grises. Plus précisément, dans ce cas de dysphagie, j’étais convaincue que l’ergothérapeute étais l’intervenante la plus adéquate pour les problèmes d’alimentation, alors que la nutritionniste et l’orthophoniste y occupaient également un rôle important.  Je croyais aussi que c’était l’ergothérapeute qui s’occupait d’analyser l’impact des facteurs environnementaux obstacles et facilitateurs pour le client, alors que le travailleur social y prend également une place importante. Je suis donc beaucoup intervenu dans cette situation, ce qui a pu me faire perdre de la crédibilité en tant que professionnelle de la santé. En effet, à deux reprises, avant de pouvoir donner mon opinion sur un point abordé, d'autres professionnels ont dit avec un ton sarcastique : ''L'ergo a surement un rôle à jouer à ce niveau''.  Cela m'a fait comprendre que peut-être je devrais mieux comprendre le rôle des autres et d'analyser le sujet abordé afin de bâtir mon identité professionnelle et avoir de la crédibilité auprès des autres membres de l'équipe.

Réflexion 

Forces : Dans cette situation, j’ai su échanger avec les autres professionnels et leur partager mes idées en respectant leurs idées et droit de parole. En occupant mon rôle de leader pour clarifier les propos des gens, j’ai su favoriser la prise de décision centrée sur le client et minimiser les pertes de temps.  Ainsi, j’ai su E.3.1.6 Travailler avec les membres de l’équipe pour évaluer, planifier et offrir aux clients une approche intégrée des services.

Faiblesses : Malgré que j’aie travaillé avec les autres professionnels dans l’optique d’offrir des services centrés sur le client, j’ai eu de la difficulté à éclaircir les zones grises avec les autres professionnels, tels que l’orthophoniste et le travailleur social.  Ceci a fait en sorte que j’ai pensé à plusieurs reprises que l’ergothérapeute était l’intervenante la plus adéquate pour les problématiques soulevées, ce qui a pu me faire perdre de la crédibilité envers les autres membres de l’équipe. J’ai donc eu de la difficulté avec le point E.3.1.1 Démontrer une compréhension des rôles et des responsabilités des membres de l’équipe.

Lien avec l’ergothérapie : Dans ma future pratique, il sera important que je tente non seulement de comprendre les différences entre les rôles de chaque professionnel, mais de manière plus importante, la manière dont l’expertise de chacun peut être exploitée dans un travail de collaboration afin d’offrir des services centrés sur le client.

Objectif : Dans le cadre du projet de collaboration internationale auquel je prendrai part à l’été 2012, je devrai travailler en collaboration avec les intervenants du milieu psychiatrique où je travaillerai afin d’optimiser la réalisation des activités de la vie quotidienne (AVQ) des patients et plus précisément des soins personnels. Vu que le processus de changement est un processus long et ardu, je sais que je ne pourrai pas changer complètement les façons de faire du milieu, mises en place depuis plusieurs années. Je devrai donc identifier les principaux problèmes des patients de l’institut en collaborant avec les préposés aux bénéficiaires, entre autres, afin de déterminer les interventions les plus adéquates possibles pour favoriser l’autonomie des patients.  D’ici la fin du mois de juin 2012, je devrai donc identifier les principales difficultés occupationnelles des patients de l’institut, en collaboration avec les préposés aux bénéficiaires avec lesquels je travaillerai.  Dans le cadre de mon stage à l'étranger, je devrai donc être en mesure de tout d'abord comprendre le rôle des préposés aux bénéficiaire avec lesquels je travaillerai et puis d'identifier les principales difficultés occupationnelles des patients en respectant l'expertise de ces professionnels.

Plan d’action : Pour ce faire, je devrai tout d’abord établir une relation de confiance avec les préposés aux bénéficiaires du milieu.  Je devrai donc, dans mes deux premières semaines de stage, observer les interventions effectuées et aider les professionnels dans leur travail. Pendant ce temps, je vais leur poser des questions sur leur rôle dans le milieu et je vais tenter de comprendre pourquoi ils effectuent leurs interventions comme ils le font. Puis, dans l’optique d’atteindre mon objectif, je passerai en revue, avec la préposée aux bénéficiaire que je côtoierai le plus souvent, les difficultés occupationnelles observées, afin de dresser une liste des principales difficultés qui devraient être traitées.  De cette manière, je m'assurerai d'élaborer des objectifs avec les autres professionnels, tout en respectant leur expertise. Cet objectif devra être atteint d'ici la fin du mois de juin 2012, après la fin de mon stage de bénévolat en Bolivie.

Collaborateur : E.3.1 Travailler efficacement dans des équipes intra professionnelles et interprofessionnelles.

Participation au sein de l'équipe d'APP

06/11/10

29/11/10 Date des premières modifications

E.3.1.1 démontrer une compréhension des rôles et                                                     responsabilités des membres de l'équipe.

Mise en contexteDans le cadre du cours ERT-2410 Introduction à l’APP, non seulement ai-je dû communiquer et transmettre des informations aux membres de mon équipe, j’ai également dû faire ressortir ma capacité à collaborer dans le but de bâtir une carte conceptuelle en équipe avec toutes les informations recueillies sur le cas clinique en question. 

Preuve: Au cours des séances d’APP, j’ai fait preuve d’un esprit de collaborateur dans la mesure où j’ai E.3.1 Travaillé efficacement dans des équipes interprofessionnelles et intra professionnelles et E.3.2 Travaillé efficacement en équipe afin de gérer et résoudre des conflits.  Effectivement, lors d’un APP en particulier, de la vignette 5 où j’occupais le rôle de participante, j’ai «négocié dans le but de résoudre des conflits (E.3.2.4)», après avoir réalisé que l’intégration des données probantes dans la carte conceptuelle ne se faisait pas de manière adéquate, à l’étape neuf, la période prévue pour faire au moment du bilan du déroulement, j’ai trouvé une solution à ce problème.  J’ai synthétisé les idées de tous et les problèmes que les membres de l’équipe avaient ressortis et dans le but de faciliter le transfert de l’information, j’ai trouvé la solution suivante :  Mettre les documents de tous les membres de l’équipe, à l’aide d’une clé USB, sur l’ordinateur du scribe pour alléger son travail.

 J’ai également «favorisé une dynamique d’équipe positive» (E.3.1.4) lorsque j’ai félicité les participants qui trouvaient des bonnes idées et malgré certains accrochages (difficulté à organiser les informations dans la carte conceptuelle), j’ai su rassurer mon équipe en leur partageant mon optimisme.  Puis, à l’étape 9, j’ai félicité l’animatrice, en lui disant qu’elle avait fait du bon travail et j’ai partagé mes suggestions pour améliorer le rôle de secrétaire et ainsi favoriser une dynamique d’équipe positive.     Par contre, lors de cette même séance, j’ai souvent effectué le rôle d’animatrice, même si je n’étais qu’une participante.  En effet, lorsque l’équipe divaguait du sujet, je redirigeais le groupe vers le sujet et lorsque plusieurs idées étaient lancées par rapport à un concept, à plusieurs reprises, j’ai demandé l’opinion des membres de l’équipe, j’ai synthétisé ce qui avait été dit et indiqué au scribe quelles informations inclure dans la carte conceptuelle. Je n’ai donc pas effectué mon rôle correctement.  Je peux donc dire que j’ai eu de la difficulté à «Démontrer une compréhension des rôles et des responsabilités des membres de l’équipe» (E.3.1.1).

Réflexion 

Forces: Au cours de cette séance d’APP, j’ai su démontrer d’une excellente capacité à collaborer.  En effet, j’ai été très positive à travers tous les obstacles rencontrés et j’ai rassuré les membres de mon équipe avec mon optimisme quand ceci se produisait.  J’ai également félicité les membres de mon équipe à plusieurs reprises quand ils faisaient du bon travail (E.3.1.4).  De plus, j’ai su résoudre plusieurs conflits, entre autres, en rassemblant les idées soulevées par tous les membres de mon équipe, j’ai trouvé une solution pour faciliter le partage de l’information et l’atteinte de notre objectif commun qui était la fabrication de cartes conceptuelles (E.3.2.4).

Faiblesses :   Malgré ces points forts, j’ai eu de la difficulté à «démontrer une compréhension des rôles et responsabilités des membres de l’équipe» (E.3.1.1).  En effet, alors que je n’étais qu’une participante, j’ai souvent pris le rôle de l’animatrice en synthétisant les idées de tous et en disant au scribe quelles informations inclure dans la carte conceptuelle, ne laissant ainsi pas à l’animatrice de prendre la place qu’elle aurait dû occuper.

Liens avec l’ergothérapie : En ergothérapie, non seulement est-il important d’être compétent et de participer activement aux rencontres multidisciplinaires, mais il est également primordial de bien connaître les rôles de chacun des professionnels pour ne pas empiéter dans leur processus d’intervention et ceci dans le but d’offrir une thérapie la plus bénéfique possible pour le client.  Par exemple, le rôle de l’ergothérapeute et du travailleur social sont quelques fois un peu confondus, donc il est très important que les deux professionnels connaissent bien le rôle de chacun pour travailler plus efficacement en équipe lors d’un retour à domicile par exemple.

Objectif : Tout d’abord, dans le prochain bloc d’APP (bloc adulte), j’aimerais être en mesure de bien maîtriser mon rôle d’animatrice et ainsi  interpréter lucidement les relations de pouvoir essentielles (posséder un sens politique selon l’intelligence émotionnelle de D. Goleman). J’aimerais donc être en mesure de participer à seulement 20% et plus précisément prendre la parole 2 fois seulement (donner seulement 2 de mes idées) lors des discussions de groupe. 

Plan d’action et échéancier : D’ici la fin du mois de décembre 2010 (fin du bloc adulte), j’aimerais être en mesure d’avoir atteint mon objectif et avec des stratégies concrètes.  Plus précisément, avant chaque rencontre, je vais relire les critères de chacun des rôles (qui nous ont été fournis à la première rencontre en grand groupe) et mettant de l’emphase et faisant ressortir les caractéristiques les plus importantes du rôle que je vais avoir à l’allée en question.  Plus précisément, je vais souligner 2 informations précises de mon document d’étude que je veux partager avec le groupe pour ainsi me forcer à prendre la parole seulement deux fois pour donner mes idées.  Si cette stratégie ne fonctionne pas, je vais faire un trait sur ma feuille à toutes les fois que je décide de parler et je pourrai prendre la parole seulement lorsque 5 traits seront inscrits (20%).

Je serai  en mesure de savoir si mes objectifs ont été atteints lors de mon auto-évaluation de mi-parcours effectuée par ma tutrice.

Collaborateur : E.3.1 Travailler efficacement dans des équipes interprofessionnelles et intraprofessionnelles.

Travail au Camp de Jour de l’Île-Bizard

07/01/10

27/03/10 Premières modifications sur à la rétroaction

07/04/10 Deuxièmes modifications

 E.3.1.6  Travailler avec les membres de l'équipe pour évaluer, planifier et offrir au client une approche intégrée de services.

Mise en contexte et preuve : De nos jours, il est primordial de travailler en équipe.  En effet, notre vie en communauté implique que l’on doive aider les autres et recevoir de l’aide des autres.  Un bon exemple de collaboration est le travail dans un camp de jour.  Pendant l’été 2007, j’ai travaillé dans un camp de jour avec des enfants âgés de 7 à 12 ans.  Au cours de cet emploi, j’ai réalisé que la collaboration se faisait principalement entre les membres de l’équipe.  Effectivement, j’ai dû travailler avec mes collègues, même ceux avec lesquels certaines tensions existaient, pour ne pas laisser transparaître ces différences et bien exercer mon rôle de leader positif.  Entre autres, lors d’une réunion du personnel, une conversation avait sollicité une foule d’opinions divergentes. Au début de la réunion, j'ai animé une discussion portant sur le déroulement de la journée.  Au cours de cette partie de la réunion, j'ai parlé sans cesse en ne laissant pas la parole aux autres membres de mon équipe.  La principales partie de cette réunion portait sur des changements dans l’administration du camp dû à une trop grande charge de travail pour les chefs de camp.  La majorité des gens étaient en désaccord avec ce changement tandis que j’étais pour l’idée d’un nouveau personnel administratif et donc un renouveau dans les idées pour diminuer la charge de travail du personnel existant.  Au cours de la présentation de cette nouvelle idée, j’ai laissé parler la chef de camp, j’ai donné la chance aux autres de dire leur opinion et je les ai écoutés.   Puis, à la fin, après avoir réfléchi, j’ai dit ce que je pensais respectueusement en tenant compte des limites de tous.  À travers ce malentendu, j’ai été celle qui a calmé la troupe en clarifiant la situation et en tentant d’y trouver une solution tout en reconnaissant que certaines personnes avaient leurs limites.  Donc, au cours de mon emploi au camp de jour, mais plus particulièrement lors de cette réunion de groupe, j’ai respecté les différences, les malentendus et les limites chez les autres membres de l’équipe (compétence 3.2.1) et ainsi favorisé une dynamique d’équipe positive (3.1.4).

Forces : Au cours de cette réunion, j’ai été celle qui a réfléchi avant de dire mon opinion, car je savais qu’elle aurait pu être très controversée.  Se faisant, j’ai su reconnaître mes propres différences et limites, ainsi que les malentendus pouvant créer des tensions au sein de l’équipe (E.3.2.2) .  Ceci démontre d’un grand esprit collaborateur, car j’ai su m’abstenir de parler dans le but d’éviter des tensions ou malentendus.

Faiblesses : Malgré que dans cette situation j’aie été un leader positif, il m’arrive parfois de me laisser emporter.  Entre autres, dans la première partie de la réunion où nous devions donner notre opinion sur le déroulement du grand jeu de la journée, j’ai pris le contrôle, car j’aime que les choses soient faites à ma façon.  Ce faisant, je n’ai pas laissé la chance aux autres de s’exprimer au début de la réunion.

Parallèle avec l’ergothérapie : Être un bon collaborateur est une qualité essentielle pour être un bon ergothérapeute et bien exercer sa profession.  Il est primordial que le professionnel soit apte non seulement à exercer son rôle au sein de l’équipe multidisciplinaire, mais également de connaître ses limites et celles des autres pour éviter tout malentendu lors de réunions multidisciplinaires par exemple.

Objectif : Comme objectif, je planifie me retenir de parler deux fois par rencontre pour laisser parler les autres lors, entre autre lors de réunions et de projets d’équipes.  En effet, en ergothérapie, cette aptitude est essentielle lors de réunions multidisciplinaires par exemple, où tous les professionnels de la santé doivent avoir leur mot à dire sur la situation d’un patient pour offrir à ce dernier la thérapie la plus efficace possible.

Plan d’action et échéancier : Pour ce faire, je vais débuter pas agir seule.  Je vais commencer par écrire mes idées sur une feuille à toutes les fois que je désire parler et je les dirais à la fin de la réunion.  Si ceci ne fonctionne pas, je vais demander à une de mes amies de m’aider en me faisait signe si je commence à parler ou si j’interromps quelqu’un lors d’une réunion.  Ceci se fera principalement  lors des deux rencontres préparatoires du projet sur l’historique de l’ergothérapie soit le mardi 9 février de 16h30 à 19h30 et le vendredi 12 février de 13h00 à 16h00. 

Gestionnaire: E.4.4 Appuyer la formation clinique

Bilan: Pour ce rôle, mes dépôts ne représentent pas mon niveau de compétences actuelles. Pour mon dépôt en date du 02/03/2011, j’ai appliqué mon plan d’action dans mon quotidien, donc je devrai faire un dépôt revisité.  Pour mon dépôt du 13/11/2009, je devrai continuer à utiliser mon plan d’action, car je continue d’observer des signes de stress qui sont en lien avec mon manque de sommeil et ainsi d’un déséquilibre entre travail/études/repos.  D’autre part, je devrai faire un nouveau dépôt portant sur ma capacité à donner des rétroactions au cours de ma troisième année d’université, en exploitant la compétence habilitante E.4.4.3.

Capacité à donner des rétroactions

02/03/2012

E.4.4.3 Donner régulièrement des commentaires constructifs sur le rendement de l’apprenant.

Mise en situation : Au cours de ma formation académique de troisième année en ergothérapie, dans le cadre du cours ERT 3450, j’ai dû offrir de la rétroaction à six de mes collègues sur leur portfolio. 

Preuve : Pour ce faire, je faisais une première lecture du dépôt. Puis à ma deuxième lecture, je prenais en note les points forts et les points faibles.  Ensuite, je rédigeais ma rétroaction en m’assurant de débuter par un point fort et de proposer des stratégies d’amélioration lorsque je mentionnais un point faible afin d’encourager ma collègue dans la modification de son dépôt par l’élaboration de commentaires constructifs.  Voici un exemple de rétroaction donnée à une de mes collègues :

Bonjour Nathalie, Bonjour Nathalie. Voici les commentaires que j’ai à te faire suite à la lecture de tes dépôts. Pour ton dépôt revisité Érudit (E.6.3), à travers ta nouvelle preuve, je crois que tu as très bien illustré une situation concrète à l’aide de ce que tu avais concrètement dit au patient.  Par contre, je crois qu’au départ, tu aurais dû te fixer un objectif mesurable, par exemple que tu voudrais être en mesure d’expliquer à 3 différentes personnes le rôle de l’ergothérapeute.  De cette manière, tu pourrais savoir lorsque ton objectif a véritablement été atteint.  Malgré que tu as réussi à bien illustrer ta preuve, j’ai de la difficulté à m’imaginer ton niveau de compétences actuelles.  Ton objectif a-t-il été atteint? Que pourrais-tu faire pour atteindre ton objectif s’il ce n’est pas déjà fait?  De plus, il serait enrichissant pour cette nouvelle preuve que tu inclues ce que tu as fait concrètement pour être plus à l’aise à expliquer le rôle de l’ergo auprès de personnes qui n’y sont pas familière, dans une situation imprévue, comme celle citée dans ta preuve initiale.

À travers ce dépôt revisité, on entrevoit que lorsque je mentionne un point à améliorer, je pose des questions ouvertes à ma collègue afin de susciter sa réflexion et favoriser son apprentissage. De plus, l’utilisation de verbes au conditionnel indique que je propose des suggestions à ma collègue et non des ordres de changement.  Ma capacité à faire des rétroactions constructives m’indique alors que je suis en mesure de  E.4.4.3 Donner régulièrement des commentaires constructifs sur le rendement de l’apprenant. Par contre, le fait que j’ai terminé ma rétroaction avec un point faible peut être décourageant pour l’apprenant. De plus, l’aspect de donner ‘’régulièrement’’ des commentaires constructifs est à questionner, puisque j’ai offert de la rétroaction à ma collègue une fois, sans me montrer ouverte à l’aider en cas de questionnements additionnels.

Réflexion 

Points forts : Dans cette situation, j’ai donc su E.4.4.3 Donner régulièrement des commentaires constructifs sur le rendement de l’apprenant en m’assurant de proposer de stratégies concrètes à ma collègue lors de la mention d’un point à améliorer et d’employer un style de rédaction respectueux. Je me suis aussi assurée de lui poser des questions ouvertes afin de susciter sa réflexion.  Ceci a permis à ma collègue de recevoir des commentaires constructifs dans l’optique d’une amélioration de ses dépôts de portfolio.

Points faibles : Par contre, les points forts de ma collègue ont été plus difficiles à trouver alors que j’ai eu de la facilité à rédiger les points faibles. Ceci a fait en sorte que ma rétroaction était garnie de commentaires constructifs sur ses points à améliorer alors que seulement quelques points forts paraissaient.  J’ai terminé ma rétroaction par un point à améliorer, ce qui peut être décourageant pour l’apprenant.  De plus, à travers cette rétroaction, je n’ai pas montré à ma collègue que j’étais ouverte si elle avec des questionnements supplémentaires.

Lien avec l’ergothérapie : Dans ma future profession il sera primordial que je sois en mesure de donner des commentaires constructifs à mes futures stagiaires par exemple ou à des nouveaux ergothérapeutes dans mon milieu de travail.  Il sera important que je sois en mesure de leur donner autant des commentaires positifs que négatifs afin que la rétroaction soit le plus constructive possible que les apprenants soient incités au changement et non découragés.  De plus, il est important de démontrer qu’en tant qu’ergothérapeute gestionnaire, j’appuie la formation clinique en continu, en offrant de la rétroaction régulièrement.

Objectif  : D’ici la fin de la session d’hiver 2012, je serai de rédiger mes rétroactions constructives en indiquant les points à améliorer entre 2 points forts et je m’assurerai d’indiquer à l’apprenant que je demeure disponible pour des questions supplémentaires, afin de favoriser son apprentissage en continu.

Plan d’action et échéancier: Afin de m’assurer de l’atteinte de mon objectif, pour les deux rétroactions qu’il me reste à faire à mes collègues d’ici la fin de la session, je ferai une liste des points forts et points faibles durant la deuxième lecture du dépôt puis je regrouperai les points forts et faibles semblables ensemble.  Je m’assurerai aussi de débuter et de terminer ma rétroaction avec un point fort, ce qui sera encourageant pour l’apprenant.  De plus, je terminerai mes rétroactions avec une phrase de type : «Vous pouvez me contacter par courriel si vous avec des questions supplémentaires», afin de démontrer à mes collègues que je suis toujours disponible et ouverte à les aider. Mon objectif devra être atteint d'ici la fin du mois d'avril 2012.

Gestionnaire : E.4.4 Appuyer la formation clinique.

Activités d’apprentissage

02/03/2011

22/03/2012 Date de la première revisite

09/04/2012 Modifications apportées suite aux rétroactions de mes collègues

E.4.4.1 Élaborer des activités éducatives correspondant aux objectifs d’apprentissage et aux besoins de l’apprenant.

Mise en contexte : Il y a trois, mon grand-père a été diagnostiqué avec la sclérose latérale amyotrophique (SLA).  Face à ce diagnostic, la famille entière était bouleversée et ne savait pas comment réagir. À l’âge de 17 ans, j’étais encore au secondaire et je n’avais alors aucun moyen d’aider et de rassurer mon grand-père sauf en lui disant que j’étais là pour lui. 

Preuve : Maintenant que je suis à l’université et que j’ai des cours relatifs à la pratique de l’ergothérapie, intervenant-clé chez une personne atteinte de SLA, je suis plus apte de l’aider à travers ce processus difficile.  Effectivement, une fois par mois, je m’assois avec mon grand-père et je mets en pratique les apprentissages que j’ai fais à l’école, sous forme d’activité éducative.  Non seulement je lui parle de l’ergothérapie et de ses bienfaits, mais j’utilise des exemples d’aides techniques trouvés sur internet et je lui montre en quoi ils pourraient lui être utiles afin qu’il soit le plus fonctionnel dans son quotidien.  Lors d’une rencontre spécifique, j’ai imprimé des images d’aides techniques, je les ai plastifiés et je les ai placés dans son domicile aux endroits appropriés (ex : grossisseur de manche pour le couteau, la fourchette et la cuillère; brosse à long manche pour la douche, enfile-boutons, enfile-bas, etc) pour aider mon grand-père dans l’acceptation de sa condition.  Cette même soirée, lorsque ma grand-mère est entrée à la maison, elle n’avait aucune idée de ce que signifiaient ces images collées dans sa maison et l’utilité de ces ‘’outils’’ pour mon grand-père lui semblait inappropriée.

Réflexion 

Points forts : Vu que l’acceptation de sa condition est difficile pour mon grand-père, au lieu de lui dire qu’il avait absolument besoin de ces aides techniques, je lui ai enseigné sous forme d’activité éducative pour faciliter sa compréhension et favoriser sa motivation. 

Points faibles : Malgré que j’aie réussi à susciter l’intérêt de mon grand-père, je n’ai pas inclut ma grand-mère dans le processus.  Donc, même si j’ai planifié ces rencontres éducatives une fois par mois, elles vont s’avérer inefficaces ou même inutiles si je n’inclue pas ma grand-mère dans le processus d’éducation, car ce sera elle qui va aider mon grand-père à être fonctionnel dans son quotidien lorsque sa situation va s’aggraver. Effectivement, pour ma grand-mère la période de deuil est passée, elle a accepté la condition de mon grand-père, mais c’est elle qui va devoir réaliser toutes les activités de  mon grand-père dans le futur, car il deviendra complètement dépendant.  Par contre, maintenant qu’il est encore fonctionnel, il aurait été très important que j’enseigne à ma grand-mère tout ce que j’enseigne à mon grand-père et que je le l’intègre activement dans le processus de prise de décisions, car c’est elle qui aura à vivre avec cette situation difficile.  En faisant ceci, j'éviterai que ma grand-mère ait à tout faire pour lui afin d'empêcher une surcharge de travail ou une détresse émotionnelle.

Lien avec l’ergothérapie : Pour être un bon ergothérapeute, il est non seulement important d’organiser des activités d’apprentissage pour appuyer la formation clinique, mais il est primordial d’inclure la famille qui sera présente dans le quotidien des clients et à travers tout le processus. 

L’ergothérapeute doit avoir une attitude empathique et inclure la famille dans le processus de décision, car si la famille adhère au traitement et qu’elle comprend et est impliquée dans l’intervention, cela favorisera sans doute d’adhésion du client au traitement.  Donc, en incluant la famille, cela favorisera l'autonomie du client ainsi qu'une répartition des tâches pour éviter que l'aidant soit surchargé. 

Objectif : Pour être une gestionnaire efficace de la pratique, j’aimerais être en mesure d’inclure ma famille (grand-mère, mère et tante entre autres) dans les rencontres éducatives afin que celles-ci soient le plus bénéfiques possible pour la famille entière, qui supportera mon grand-père et l’aidera dans son quotidien.

Plan d’action et échéancier : D’ici le début de ma troisième année d’université (septembre 2011), je vais tout d’abord m’abonner au site internet des aides techniques accessibles aux professionnels de la santé.  Également, je vais donner accès à ce site aux membres de ma famille pour qu’entre les séances (une fois par mois), ils trouvent des nouvelles aides techniques qui pourraient être utiles pour mon grand-père tout en leur demandant comment ils pourraient intégrer ces outils au quotidien de mon grand-père pour qu'il soit le plus autonome possible.  Si cela n’est pas possible vu que ma famille habite loin, je vais inclure ma famille dans les activités seulement une fois à chaque deux mois (ils seront présents à une rencontre sur deux) et je leur assurerai la possibilité de m'appeler en cas de questions quelconques.

_________________________________________________________________________

Objectif à atteindre: Pour être une gestionnaire efficace de la pratique, j’aimerais être en mesure d’inclure ma famille (grand-mère, mère et tante entre autres) dans les rencontres éducatives afin que celles-ci soient le plus bénéfiques possible pour la famille entière, qui supportera mon grand-père et l’aidera dans son quotidien.

Mise en contexte et preuve de l'atteinte de l'objectif: Mon grand-père est atteint de la SLA depuis maintenant 6 ans.  Ses pertes motrices sont lentes et progressives, mais en raison de l’aspect très imprévisible de la maladie, nous, sa famille, devons être prêts à l’éventualité que sa situation peut se détériorer du jour au lendemain.  Depuis que je me suis fixé cet objectif, je ne me suis pas abonnée au site d’aides techniques.  Par contre, j’ai proposé à ma famille d’acheter un ordinateur à mes grands-parents comme cadeau de Noël et je leur ai montré à l’utiliser ainsi qu’à consulter le site d’aides techniques.  J’ai trouvé que cette solution servirait à rapprocher mes grands-parents des solutions pour rendre mon grand-père plus autonome dans son quotidien et réduire ses frustrations. De plus, avec des aides techniques que mes grands-parents ont identifiés sur le site web, j’ai recommandé à ma famille de les consulter en ligne, de me dire ce qu’ils en pensaient et puis je leur ai expliqué leur utilité.  Puis, j’ai recommandé qu’ils les offrent à mon grand-père en cadeau, appuyée par ma tante ergothérapeute.  Ceci a sans doute fait en sorte que mon grand-père se sent vraiement soutenu par les membres de sa famille, ce qui est motivant et lui donne espoir.  De plus, ceci a véritablement fait comprendre aux membres de ma famille qu'il y avait des solutions aux pertes d'autonomie de mon grand-père et qu'en travaillant ensemble, nous pouvions faire une différence. 

Confirmation de l'atteinte de l'objectif: En incluant ma famille dans le processus pour rendre mon grand-père plus autonome dans son quotidien, je peux dont dire que j'ai atteint mon objectif.  

Généralisation: De plus, au cours de la session d’hiver 2012 à l’école, dans le cadre du cours ERT 3401- Ergo, Enjeux professionnels et société, j’ai appris des notions sur l’approche de patient-partenaire. Cette théorie m’a permis de comprendre l’importance d’impliquer le patient et sa famille dans la prise de décision partagée afin de favoriser des interventions adéquates et centrées sur le client.  Un aspect qui semble toutefois irréaliste pour moi est l’inclusion du patient dans les réunions multi et interdisciplinaires. Dans mon prochain stage en cours de maîtrise, j’aimerais donc être en mesure de participer à une réunion d’équipe où le patient y sera inclus.

Gestionnaire : E.4.1 Gérer la pratique professionnelle et la carrière au quotidien

Horaire type d'une soirée 

 13/11/09

04/12/09 Premières modifications 

05/12/09 Deuxièmes modification 

10/12/09 Troisièmes modifications suite à la rétroaction 

E.4.1.4   Établir un équilibre entre les activités liées au travail, les activités extérieures et et les priorités personnelles

Preuve : Visible dans mon horaire type d’une semaine et échéancier type d’une soirée d’étude.

Mise en contexte et preuve: Comme on peut le voir, mon horaire de la semaine est extrêmement chargé.  Il me faut donc être très organisée pour pouvoir faire tout ce qui me plait.  De l’étude, à la famille, au travail et aux sports, je n’ai presque plus le temps de respirer.  Avant de débuter ma première année à l’université,J’ai donc dû mettre mes priorités à l’ordre : je me suis dit que l’école et la famille étaient mes plus grandes priorités, mais que les sports et le travail étaient aussi très importants dans ma vie et que je n’étais pas prête à les abandonner.  Lorsque mon année a débutée, j’ai réalisé que tout faire était presque impossible, donc j’en ai déduit que je devrais faire un peu moins de sports (trois fois par semaine au lieu de cinq) et travailler moins de fois par semaine (de quatre fois à deux fois).  Pour pouvoir faire toutes les activités qui me sont importantes et tout de même bien réussir à l’école  dû créer un équilibre entre ma vie personnelle et ma vie professionnelle.r J'ai donc dû savoir gérer mon temps et mes priorités.  C’est pour cela qu’avant de commencer chaque période d’étude, je me donne 15 minutes et je me crée un échéancier de la soirée, pour répartir adéquatement ma charge de travail avant de commencer à travailler pour éviter certains problèmes.

Mise en contexte et preuve: Avant l’université, mon horaire était extrêmement chargé, je n’avais même plus le temps de respirer, j’étais extrêmement stressée et je n’arrivais pas à faire toutes les activités qui me plaisaient.  En arrivant à l’université, j’ai vite réalisé que je devais sacrifier la majorité de mon temps aux études, au détriment d’autres activités qui me plaisaient.  J’ai donc dû remettre mes priorités à l’ordre : je me suis dit que l’école et la famille étaient mes plus grandes priorités, mais les sports et le travail étaient aussi très importants dans ma vie et je n’étais pas prête à les abandonner.  Je me suis cependant dit que je devrais faire un peu moins de sports (trois fois par semaine au lieu de cinq) et que je devrais travailler moins de fois par semaine.  Pour pouvoir faire toutes les activités qui me sont importantes et tout de même bien réussir à l’école, je me suis donc créé un nouvel horaire pour dans le but de pouvoir gérer mon temps et mes priorités  Donc, dans le cas de cette modification d'horaire, la compétence-clé qui a été le plus touchée est E.4.1 Gérer la pratique professionnelle et la carrière au quotidien.

Forces : Mes forces sont que je suis une personne très organisée, méthodique et je connais mes limites.  En autres mots, j’aime que les choses sont bien faites et dans un temps prédéterminé.  En sachant ce que mon horaire chargé me permet de faire et en sachant bien m’organiser, ma tâche de gestion du temps est sans doute très facilitée. Par contre, ma plus grande force est que par mon sens de l’organisation et ma logique, j’ai réussi à créer un équilibre entre ma vie personnelle et ma vie professionnelle.  En effet, j’ai su accorder le temps nécessaire à chacune de mes activités en fonction de leur importance.  Par exemple, j’ai accordé environ vingt heures aux études qui sont ma priorité et significativement moins de temps (environ cinq heures) pour mes soins personnels, car mon apparence physique n’est pas la chose la plus importante pour moi.   Ceci est très important dans le métier d’ergothérapie.  En effet, dans ce métier, il faut être capable de laisser sa vie personnelle de côté et bien exercer sa profession, c’est ce que fait un bon gestionnaire. 

Faiblesses Dans mon entourage, j’ai beaucoup de pression; de la pression pour performer dans ce que je fais et pour prendre les bonnes décisions par rapport à mon futur.  Ceci me cause une énorme quantité de stress, ce qui m’empêche souvent de me concentrer, de prendre des décisions éclairées et de pouvoir établir un équilibre entre toutes les parties de ma vie.  Aussitôt qu’une faible quantité de stress entre dans ma vie, le signe le plus observable est que je ronge mes ongles et ainsi je perds le contrôle de plusieurs choses comme mes études et mon sommeil 

Par contre, dans la création de mon horaire, je n’ai pas laissé beaucoup de place au sommeil qui est une partie de la vie extrêmement  importante.  Je dors environ sept heures par jour, ce qui n’est pas suffisant pour moi, car j’ai réalisé que le manque de sommeil me causait une énorme quantité de stress.  Ceci m’empêche souvent de me concentrer, de prendre des décisions éclairées et de pouvoir établir un équilibre entre toutes les parties de ma vie. Le signe le plus observable de mon manque de sommeil et ma grande quantité de stress est que je ronge mes ongles et je ne me maquille pas ce qui fait que j’ai l’air plus fatiguée.  

Lien avec l'ergothérapie: Dans la vie d’une ergothérapeute, il est très important de savoir bien gérer son temps pour entre autres voir le plus de patients possible tout en étant efficace et en vivant sa vie familiale. 

Objectif: Dans le but de gérer encore mieux mon temps et pouvoir faire un équilibre entre ma vie personnelle (famille) et professionnelle (école et futur),je devrai tout d’abord diminuer la /uantité de stress dans ma vie.  j’aimerais grandement diminuer la quantité de stress dans ma vie.  Je me fixe comme objectif d’augmenter mes heures de sommeil pour paraître plus reposée et avoir les ongles plus longs, ce qui sera un signe que je suis moins stressée.  

Plan d'action et échéancier: Pour ce faire, je me donne comme plan d’action de faire des session de méditation de 10 minutes avant chaque session d’étude à l’approche d’un examen, pour faire le vide et pouvoir être efficace.  Je cible donc de faire ces sessions de méditation à chaque soir jusqu’à mes examens finaux en décembre.  Pour savoir si mon objectif a su faire effet, j’aurai les ongles plus longs et j’aurai l’air plus reposée.  De plus, je vais dormir au minimum huit heures par soir en diminuant le temps alloué à mes soins quotidiens et à mon alimentation.

portfolio depot 2 (horaire).docx

Agent de changement: E.5.1 Promouvoir les possibilités occupationnelles, le rendement occupationnel et la participation occupationnelle des clients.

Bilan: Dans mon rôle d’agent de changement, les objectifs que j’avais préalablement élaborés dans mes deux dépôts ont été atteints par la mise en place de mon plan d’action. Je devrai donc effectuer deux dépôts revisités à ce sujet. Dans mon stage clinique de troisième année auprès de personnes avec des blessures musculosquellettiques vivant souvent avec de la douleur chronique, j’agis sur les différentes possibilités occupationnelles et de rendement occupationnel, notamment la défense des intérêts et la promotion de la santé. Un nouveau dépôt serait donc requis afin de refléter adéquatement mon niveau de compétence actuel.

Adaptation d'activités significatives dans mon stage de troisième année

03/02/2012

Mise en contexte : Dans mon stage de troisième année à la clinique privée Ergo Ressources Vaudreuil, j’ai travaillé auprès d’adultes ayant subi des blessures musculo-squelettiques désirant retourner au travail.  Pour la majorité des clients, le travail est le centre de leur vie, donc l’arrêter du jour au lendemain était très difficile puisque leur horaire de vie devenait complètement chamboulé. 

Preuve : Plus particulièrement, j’ai dû intervenir auprès d’un jeune adulte de 24 ans ayant récemment subi un accident de travail lui occasionnant le syndrome de douleur régionale complexe (SDRC).  Pour ce client, le travail et le sport étaient extrêmement importants, puisque ces activités donnaient un sens à sa vie et remplissaient ses journées.  Par contre, depuis sont accident de travail, tout ce qu’il faisait était de se présenter à ses rendez-vous de physiothérapie, d’ergothérapie et de regarder la télévision.  Je me suis donc dit que je devrais réintégrer des loisirs à son quotidien.  Pour se faire, je lui ai fait compléter une liste d’intérêt et ce qui est ressorti est qu’il appréciait beaucoup la pêche, les jeux video ainsi que les marches avec ses chiens.  Je me suis ensuite assise avec lui et nous avons discuté sur ce qui l’empêchait d’accomplir ces activités. Le client était complètement découragé puisqu’avec seulement une main disponible et la douleur importante, il imaginait la réalisation de ces activités comme étant impossible.  Je lui ai donc proposé des alternatives de jeux-video moins exigeants, je lui ai proposé d’essayer la pêche sur la glace en utilisant sa main atteinte pour la stabilisation de la canne à pêche et je lui ai proposé d’essayer de prendre des marches avec un chien à la fois, pour une durée moins grande et en utilisant sa poche de manteau pour stabiliser sa main atteinte en cas de douleur trop importante. Après deux semaines, le moral du client semblait s’être amélioré. En effet, il arrivait en thérapie souriant et m’a confié avoir acquis beaucoup de confiance dans la réalisation de ses activités.  Par contre, après 3 semaines, malgré qu’il me dise accomplir ces activités de loisir sur une base quotidienne, sa copine me disait qu’il était souvent assis devant la télévision à ne rien faire. Peut-être était-ce dû  au fait qu’il n’ait pas occupé un rôle actif dans la recherche de solutions, donc sa motivation était moins importante.  Dans cette situation, malgré que j’aie réussi à identifier les intérêts du client et à les adapter afin de favoriser le rendement occupationnel et la participation de ce client, je ne l’ai pas impliqué pleinement dans la recherche de solutions.  En effet, au lieu de demander au client comment il pourrait adapter les activités qui l’intéressaient afin de pouvoir les réaliser à une main ou en limitant la douleur le plus possible, je lui ai proposé les solutions moi-même. 

Réflexion

Points forts : Dans cette situation clinique, j’ai réussi à E.5.1.5 Agir sur les différentes possibilités occupationnelles et de rendement occupationnel, notamment la défense des intérêts, la promotion de la santé et la prévention auprès des individus recevant des services d’ergothérapie.  Plus précisément, en défendant la promotion de la santé par l’activité physique et la pratique d’activité significatives adaptées, j’ai ainsi favorisé la participation et le rendement occupationnel du client.

Points faibles : Par contre, après quelques semaines, le client ne semblait plus adhérer aux activités proposées et ceci est en lien avec le fait que  j’ai proposé des solutions au client sans l’inclure dans la recherche de solutions.

Lien avec l’ergothérapie : En ergothérapie, il est essentiel d’inclure le patient dans la recherche de solutions et la prise de décisions afin de favoriser une adhérence optimale au traitement.  En effet, lorsque les solutions viennent du patient, celui-ci se sent véritablement maître de sa situation et est plus motivé face au changement.

Objectif : Je serai en mesure de proposer une solution aux patients suite à deux solutions proposées par celui-ci, afin de permettre la participation optimale du patient dans sa prise en charge.

Plan d’action et échéancier : Au cours de mon prochain stage clinique, soit à l’été 2013, afin d’atteindre mon objectif, je m’assurerai de suivre la petite routine préalablement établie, soit : Discussion avec le patient, faire ressortir par le patient les raisons que ses activités sont plus difficiles à réaliser, faire ressortir au patient deux solutions à chaque problème identifié, puis valider les solutions du patient et lui en proposer une.  L’atteinte de mon objectif sera confirmée par mon évaluation finalement de stage à la fin de l’été 2013 et plus spécifiquement par la cote et les commentaires reçus dans le rôle d’agent de changement.

Agent de changement : E.5.1 Promouvoir les possibilités occupationnelles, le rendement occupationnel et la participation occupationnelle des clients.

Aide apportée à une collègue en APP

02/02/11

02/04/2012 Date de la première revisite

E.5.1.1 Aider le client, selon le cas, dans ses efforts pour obtenir le financement et les services requis pour atteindre les résultats déterminés dans le plan d’action

Mise en contexte : Dans le cadre du cours ERT 2411 – Ergothérapie auprès de l’adulte, ns apprentissages se font sous la forme d’apprentissage par problèmes.  Nous analysons tout d’abord le cas clinique en équipe, puis nous faisons des recherches individuelles à la maison et nous revenons en équipe afin de mettre en commun nos informations et ainsi bâtir une carte conceptuelle.  Dans ce processus, nous sommes évalués deux fois au cours de la session par rapport à nos performances et notre place au sein du groupe.

Preuve : Au cours du bloc adulte de l’automne 2010, j’avais une coéquipière qui trouvait beaucoup d’informations, mais avait de la difficulté à les partager, car ses documents étaient lourds et peu structurés et elle n’arrivait pas à prendre sa place au sein du groupe.  À l’évaluation que nous avons eue de la tutrice à la fin de ce bloc, ma coéquipière a obtenu une note de 15/20 et elle était très déçue, car selon elle, elle s’était améliorée.  Étant une personne extérieure, j’ai donc proposé de l’aider pour qu’elle puisse s’améliorer.  Je lui ai dit plusieurs points faibles sur lesquels elle devrait travailler ainsi que quelques points forts.  Tout d’abord, je lui ai dit que ses documents d’études étaient trop lourds et je lui ai donc proposé une technique pour que ses notes soient plus structurées et que le partage de l’information se fasse de manière plus adéquate : structurer son document d’étude par des ‘’point-form’’.  Puis, je lui ai dit qu’elle ne prenait pas assez la parole lors des séances du retour et je l’ai aidé à se formuler un objectif pour le prochain bloc : Prendre la parole au moins 2 fois par séance (objectif) et ce en sélectionnant dans son document d’étude deux informations qu’elle se sent confiante à partager au groupe.  Puis, je l’ai rassurée en lui disant qu’elle avait de très bonnes informations et qu’elle faisait de très bonnes recherches et qu’elle devrait se faire confiance.  Lors de son évaluation de mi-parcours dans le bloc en santé mentale, mon ancienne coéquipière c’était en effet améliorée, car elle avait obtenu une note de 16.5/20, ce qui m’indique que mes stratégies lui ont été fort utiles.  Par contre, lorsque je lui ai demandé comment cela s’était déroulé, elle m’a mentionné que ça avait été difficile et elle semblait un peu découragée.

Réflexion

Points forts : Avec les stratégies que j’ai données à ma coéquipière pour s’améliorer en APP, j’ai su E.5.1 Promouvoir ses possibilités occupationnelles, son rendement occupationnel (participer en APP) et sa participation occupationnelle (bien structurer ses documents, prendre la parole).  En effet, j’ai su lui donner des stratégies concrètes pour qu’elle puisse être en confiance et partager ses recherches de manière adéquate.

Points faibles : Malgré que j’aie su dégager les points faibles de ma coéquipières et lui fournir des stratégies concrètes dans le but de s’améliorer, son attitude semblait un peu négative.  Je me suis donc dit que c’était sûrement quelque chose dans ma manière d’aborder son cas qui avait engendré une telle réaction.  Dans les premières étapes, j’ai eu de la facilité à lui donner ses points faibles, mais je n’ai pas assez insisté sur les points forts que j’ai passé rapidement, après les points faibles, ce qui a sans doute découragé ma collègue.

Lien avec l’ergothérapie : Dans la profession d’ergothérapie, il est important de savoir donner des stratégies concrètes aux clients pour qu’ils puissent changer un comportement et s’améliorer dans leur vie de tous les jours.  Ceci, dans le but de favoriser leur pleine participation et rendement occupationnel pour ainsi se forger une identité occupationnelle positive.

Objectif : J’aimerais être en mesure de dire à ma coéquipière des points positifs en lien avec sa participation en APP pour qu’elle puisse être plus confiante et motivée à s’améliorer et à travailler sur ses points faibles.  Par ce même objectif, je serai en mesure d’être un meilleur agent de changement.

Plan d’action et échéancier : J’aimerais avoir accompli cet objectif avant la prochaine évaluation faite par la tutrice, donc avant la fin du mois de février 2011.  Pour ce faire, à la fin de chaque séance, je vais lui fournir une feuille avec trois points forts et un point à améliorer et je lui demanderai de faire la même chose.  Puis, nous en discuterons ensemble et mettrons en commun nos points pour élaborer un objectif concret pour la prochaine séance.  Je peaufinerai donc mon rôle d’agent de changement en permettant à ma coéquipière d’avoir une meilleure perception d’elle-même et de travailler sur ses points à améliorer de manière plus efficace.  

Au cours de la deuxième moitié de ce bloc d’APP, j’ai atteint l’objectif que je m’étais fixé. Après 2 séances, j’ai réalisé qu’il n’était pas tout à fait réaliste de toujours faire une synthèse de ses points forts et points faibles et d’avoir une discussion avec ma collègue après chaque séance.  Ceci est explicable par le fait qu’après chaque retour d’APP, l’allé pour la prochaine vignette était à travailler en plus de tous les travaux et l’étude à faire durant la semaine. J’ai donc dû retravailler mon plan d’action.  J’ai conclu avec ma collègue que nous prendrions des notes à chacune de ses interventions pour avoir des exemples concrets et que nous en discuterions à chaque deux séances d’APP.  Pour être en mesure de d’atteindre mon objectif, je commençais en lui donnant deux points positifs, suivi d’un point à améliorer. À mesure que la session avançait, ma coéquipière prenant de la confiance dans ses interventions et elle a même été félicitée par les autres membres du groupe.  À la fin du bloc, elle m’a remercié de mon aide et m’a confirmé que la stratégie que j’avais utilisée lui avait permis d’avoir une meilleure perception d’elle-même en percevant ses points à améliorer à travers des points positifs.  Je peut donc dire que j’ai atteint mon objectif qui était de fournir des points positifs à ma collègue en lien avec sa participation en APP.

Agent de changement : E.5.3 Communiquer le rôle et les avantages de l'ergothérapie

Changement d’habitude de vie de mon grand-père

15/03/10

02/04/2012 Date de la première revisite

E.5.3.2 Profiter des occasions ciblées pour communiquer le rôle et les avantages de l'ergothérapie dans les domaines du rendement occupationnel et de la participation occupationnelle.

Mise en contexte et preuve : Depuis son adolescence, mon grand-père fume au moins un paquet de cigarettes par jour, ce qui lui pose des problèmes tant au niveau financier qu’au niveau de sa santé.  Sa famille a tenté de le convaincre de mettre fin à cette habitude malsaine à plusieurs reprises, mais la pression des gens ne faisait que l’inciter à fumer encore plus.  Mon grand-père était conscient que cette habitude de vie lui nuisait énormément et désire faire un changement à ce niveau en arrêtant de fumer la cigarette complètement, mais n’avait pas trouvé de moyen efficace pour s’en détacher dû à son manque de motivation et d’outils.  C’est pour cette raison que j’ai décidé de venir en aide à mon grand-père, entre outre dans le cadre du cours «ERT 1401 : Approches théoriques en ergothérapie» où nous étions portés à inciter un membre de notre famille à changer une habitude de vie.  Depuis trois semaines maintenant, je l’aide à changer cette habitude de vie malsaine (le projet est entamé).  J’ai présenté le projet à mon grand-père qui s’est fixé un objectif clair et précis (arrêter de fumer la cigarette complètement d’ici 3 mois en fumant de moins en moins à chaque semaine) avant tout changement. Puis, je lui ai donné des trucs tels que la construction d’un horaire pour qu’il ait des activités à faire à tous les jours, qu’il soit occupé dans le but qu’il pense de moins en moins à la cigarette.  Ceci, lui permet également l’aide à faire un équilibre entre toutes les sphères de sa vie. Pour faire redécouvrir à mon grand-père toutes les occupations qui lui tenaient à cœur et qu’il avait oubliées au fil des années, deux journées par semaine, je fais une activité santé (qu’il faisait avant) avec mon grand-père comme prendre une longue marche, jouer à la pétanque ou jouer au tennis.  De plus, lors de ces rencontres, je fais un bilan des activités santé de mon grand-père (avec lui) pour le motiver et voir où il est rendu dans son changement d’habitude de vie. Ceci promouvoit donc les possibilités occupationnelles et le rendement occupationnel de mon grand-père (compétence 5.1).

Forces : Lors de ce changement d’habitude de vie, j’ai su optimiser la participation occupationnelle de mon grand-père, car j’ai intégré des loisirs qu’il appréciait faire, ce qui l’a grandement motivé à prendre des nouvelles habitudes de vie saines et les intégrer à son mode de vie.  Parallèlement, en ergothérapie, il est primordial de savoir aider le client dans ses efforts pour obtenir les services requis pour atteindre les résultats déterminés dans le plan d’action (sous-compétence E.5.1.1).

Faiblesses : Par contre, comme faiblesse, je me suis centrée sur aider mon grand-père en tant que sa petite fille et non en tant que thérapeute, ce qui était mentionné dans les critères du projet. Plus précisément, j’ai entamé le projet sans lui expliquer que j’allais l’aider en tant qu’ergothérapeute.   En effet, en ergothérapie il est essentiel d’être capable de demeurer dans le cadre thérapeutique lors d’une thérapie.  Il est également important de pouvoir profiter des occasions ciblées pour communiquer le rôle et les avantages de l’ergothérapie dans les domaines du rendement occupationnel et de la participation occupationnelle (sous-objectif E.5.3.2).

Objectif : Comme objectif, au début de l’entrevue initiale, avant d’avoir  débuté la thérapie, j’aimerais être en mesure de décrire mon rôle auprès du client et plus particulièrement le but de mon intervention.   Lors de mon emploi d’été à la clinique d’ergothérapie «Jasette et Pirouettes», je vais m’assurer de promouvoir la profession d’ergothérapie envers les enfants traités en leur expliquant pourquoi et comment je vais les aider à reprendre les occupations qui leur plaisent par exemple.

Plan d’action et échéancier: Pour savoir si mon objectif a été atteint, je vais conserver un calepin avec moi au cours de mes journées de travail et j’y noterai tout ce que je dis aux clients par rapport à l’ergothérapie.  À la fin de chaque semaine, je compilerai tout ce que j’ai écris dans mon calepin et je vérifierai avec mon employeur ergothérapeute si tout ce que je dis sur l’ergothérapie concorde. Si cette stratégie n’est pas efficace, je vais demander à ma superviseure de m’aviser si je commence l’entrevue initiale sans préciser et expliquer mon rôle d’ergothérapeute envers ce client.   Cet objectif devra être atteint à la fin de l’été 2010, avant que la session d’automne 2010 débute.

Au cours de mon emploi d’été j’ai appliqué mon plan d’action, mais puisque cet emploi n’a duré que 3 semaines, je n’ai pu expliquer le rôle de l’ergothérapeute que 3 fois, car je n’étais pas l’intervenante principale.  Ma superviseure m’a mentionné que ce que j’avais dit sur l’ergothérapie était adéquat, mais qu’il m’arrivait de chercher mes idées avant de produire une réponse claire. Après l’été 2010, j’ai donc modifié mon échéancier pour la fin de mon prochain stage clinique en 2011.

Au cours de mon stage clinique de troisième année en ergothérapie, soit du mois d’octobre à décembre 2011, j’ai intervenu auprès d’adultes ayant des incapacités physiques dans l’optique d’un retour au travail.  Étant donné les critères de stage, j’ai dû procéder à plusieurs évaluations initiales dans le cas de mes prises en charge de patients.  En effet, lorsque je recevais la demande de la part de l’adjointe, je consultais le dossier (contenant la prescription initiale, les informations du physiothérapeute, les informations de l’agent payeur, etc.) afin de préparer ma prise en charge.  Le jour que je rencontrais le client, j’utilisais un canevas élaboré par les ergothérapeutes de la clinique privée (basé sur le PPH) afin de guider mon évaluation initiale.  Après avoir posé des questions de base aux clients concernant leurs informations personnelles, je  leur demandais systématiquement leurs attentes et s’ils savaient ce qu’étaient l’ergothérapie. La majorité du temps, ils n’en avaient aucune idée, alors je leur expliquaient le rôle de l’ergothérapeute et plus spécifiquement dans le contexte d’une clinique privée.  Souvent, les gens qui arrivaient à la clinique venaient de faire plusieurs semaines de physiothérapie et étaient donc démotivés de commencer un autre type d’intervention avec lequel ils n’étaient par familiers.  Demander aux clients leurs attentes et leur expliquer le rôle important de l’ergothérapeute dans leur processus de retour au travail a donc permis aux clients d’être en confiance et d’être motivés par une meilleure compréhension des interventions.  Je peux donc dire que j’ai atteint mon objectif au cours de mon stage clinique de troisième année et considérant son importance dans ma future pratique, je m’engage à continuer à l’appliquer.

Érudit: E.6.2 Évaluer de façon critique l’information afin d’appuyer les décisions concernant le client, les services et la pratique.

Bilan: Dans ce rôle, je devrai continuer à mettre en pratique mon plan d’action pour mon dépôt du 31/01/2011 afin d’actualiser mes compétences. Au cours de mon deuxième stage clinique, une partie de mon projet de stage était d’élaborer une recension des écrits portant sur l’utilisation de pictogrammes auprès d’enfants avec des problèmes de communication. Plus précisément, j’ai évalué les données probantes de la littérature afin de développer mon projet de stage. Je devrai donc concevoir un nouveau dépôt concernant la compétence-clé E.6.2 Évaluer de façon critique l’information afin d’appuyer les décisions concernant le client, les services et la pratique. 

Projet de stage, été 2011

08/04/2012

E.6.2.1 Évaluer de façon critique les données probantes recueillies afin de répondre aux questions relatives aux clients, aux services ou à la pratique.

Mise en situation : Durant l’été 2011, j’ai fait mon stage clinique au CHU Sainte-Justine auprès d’enfants avec des problèmes de développement. J’intervenais en santé physique auprès d’enfants prématurés et auprès de jeunes présentant des troubles envahissants du développement.

Preuve : Dans le cadre de ce stage, un des critères de passation était la production d’un projet de stage répondant à un besoin identifié par le milieu. Après avoir étudié les ressources qui étaient disponibles dans le milieu, j’ai réalisé qu’un problème commun aux enfants dans la section de l’hôpital où j’intervenais était la difficulté à communiquer. Il y avait un gros cartable avec toutes sortes d’images du matériel thérapeutique utilisées en guise de pictogrammes, mais aucune manière de les disposer. Lorsque les ergothérapeutes les utilisaient avec les enfants, ils les disposaient sur la table et souvent les enfants les déchiraient ou les lançaient par terre. Je me suis donc dit qu’il serait bénéfique de développer un outil de communication pour ces enfants aux prises avec des problèmes de développement et de communication. Après avoir validé mon idée avec mes superviseures, j’ai donc débuté mes recherches dans la deuxième moitié de mon stage. Suite aux recommandations de mes superviseures, la première partie de mon projet de stage consistait en une recension des écrits portant sur l’utilisation de pictogrammes. J’ai employé des bases de données telles que Medline, PubMed et Science Direct ainsi que le moteur de recherche GoogleBooks pour m’assurer de la validité de mes informations. Pour compléter les recherches que j’avais effectuées sur les bases de données, j’ai recherché des informations sur Google et sur Bing. J’ai par contre réalisé que les informations contredisaient les données probantes que j’avais préalablement trouvées. De plus, certaines données probantes se contredisaient. J’ai donc sélectionnées celles qui provenaient d’articles plus récents et celles dont les articles avaient des bonnes propriétés métrologiques afin de m’assurer de la justesse de mes informations. Malgré avoir E.6.2.1 Évalué de façon critique les données probantes recueillies afin de répondre aux questions relatives aux clients, aux services ou à la pratique, ceci s’est fait à la fin de mon stage. En cours de stage, je n’ai jamais proposé de données probantes à mes superviseures et je n’ai jamais questionné une méthode d’intervention afin de vérifier si elle était la plus adéquate possible, ce qui aurait été bénéfique pour offrir au client les soins les plus adéquats possibles.

Réflexion

Points forts : Dans l’élaboration de mon projet de stage, j’ai réussi à identifier un besoin qui était présent dans le milieu et j’ai élaboré une recension des écrits. En sélectionnant les données probantes les plus justes suite à l’identification de contradictions, j’ai donc évalué de façon critique les données probantes recueillies afin de répondre aux questions relatives aux clients, aux services ou à la pratique (compétence habilitante E.6.2.1) afin de développer un projet de stage valide, basé sur des données probantes.

Points faibles : Malgré ces points forts, cette compétence a été développée plus en fin de stage. En effet, en cours de stage, je n’ai pas questionné les interventions utilisées et je n’ai pas proposé des nouvelles interventions à mes superviseures en lien avec des données probantes récentes. Je n’ai donc pas E.6.2.2 Intégré les conclusions de l’évaluation critique dans la pratique quotidienne.

Lien avec l’ergothérapie : Dans ma future profession, il sera donc important que j’utilise des données probantes non seulement lorsque j’aurai un gros projet ou une grand intervention à effectuer, mais aussi dans ma pratique quotidienne. Ceci est primordial afin d’offrir aux clients les pratiques les plus adéquates, les plus récentes et les plus bénéfiques.

Objectif : Au cours de mon stage de maîtrise, je serai en mesure, pour trois interventions, de chercher des données probantes afin de les actualiser et de m’assurer d’une pratique fidèle et valide.

Plan d’action et échéancier : Afin d’atteindre mon objectif, dans mes premières semaines de stage, je ferai une liste des interventions les plus utilisées et je demanderai à ma superviseure de consulter les données probantes qu’elle utilise. Je pourrai ensuite utiliser les mots-clés identifiés dans ces articles afin de mener une nouvelle recherche et ainsi actualiser la pratique avec des nouvelles données probantes.  Mon objectif devra être atteint avant la fin de l'été 2013.