Portfolio de Marilyne LAMBERT

Biographie

Image représentant Marilyne LAMBERT

Bonjour et bienvenue sur mon porfolio!

Je m'appelle Marilyne Lambert et je suis étudiante d'ergothérapie en troisième année. Je suis d'abord et avant tout une fille sociable qui aime rencontrer et interagir avec les gens. Je participe beaucoup aux activités étudiantes et aux sports sur le campus. D'ailleurs, j'adore découvrir et apprendre de nouvelles choses, ce qui se manifeste par mon grand intérêt pour les voyages. Je prévois prochainement aller faire un tour en Europe !!!  Je suis également une fille très active qui adore faire du sport, cette passion de m'entraîner est très importante pour ma surive et mon  fonctionnement. J'aime particulièrement les activités de plein air. Je suis une maniaque de la planche à neige, la natation, basket-ball et le jogging. Je travaillais comme animatrice dans un camp de jour à la plage. Les enfants m'inspirent beaucoup et j'aimerais bien travailler avec cette clientèle dans le futur. Enfin, la photo de ma bibliographie est très significative pour moi, car elle me rappelle mon premier voyage en Alberta l'été 2008. J'espère que vous aurez du plaisir à lire mon portfolio et cheminer avec moi à travers ces différentes expériences en lien avec mes compétences de bases en ergothérapie. Merci!

 

Bilan général (20/10/11):

Concernant la structure de mon portfolio, ma biographie est à jour et mes dépôts sont datés suivant le code couleur pour les modifications. Actuellement, je crois que mon portfolio ne reflète plus mes compétences à plusieurs de mes rôles en tant qu’étudiante en ergothérapie. Avec mon expérience de stage, j’ai eu l’opportunité d’améliorer mes compétences concernant mon savoir-être et mon savoir-faire. Alors, j’ai pris beaucoup de confiance en mes capacités et je prends plus d’initiative pour entreprendre de nouvelles tâches. De plus, je suis plus efficace pour analyser de manière ergothérapique en m’appuyant sur mon raisonnement clinique, les évaluations et mes observations pour dresser un portrait global de la situation. Ainsi, mes réflexions sont plus analytiques par l’explication de mes liens et personnalisées en teintant mes pensées et émotions de la situation, tout en ayant un lien avec l’ergothérapie. Je présente une bonne autocritique de mes points forts et de ceux à améliorer. Enfin, je travaille pour rendre mes objectifs « smart » et pour avoir un plan d’action avec des stratégies concrètes pour atteindre mes objectifs dans un échéancier réaliste. Je vise travailler lors de mon prochain stage les compétences suivantes, soient transmettre efficacement des documents à l’écrit et électroniques (E.2.2), faire preuve d’une pratique respectueuse de l’éthique (E.7.1), et la poursuite de maintenir et rehausser ses compétences personnelles par l’apprentissage continu (E.6.1). Donc, je devrai mettre à jour mon portfolio pour poursuivre mon cheminement en revisitant et ajoutant des dépôts à la session d’hiver.

 

Pour me contacter :

Les sept rôles de l'ergothérapeute selon l'association canadienne des ergothérapeutes

Le profil de pratique de l'ergothérapie au Canada

Profil competences ACE.pdf

Les compétences de l'ergothérapeute selon l'Association Canadienne des ergothérapeutes (Version 2007)

Expert en habilitation de l'occupation

Bilan du rôle de l'Expert (20/10/11) et revisité le (3/04/12) : Lors de mes stages, j’ai approfondi mes compétences pour entrevoir la personne au delà du diagnostic en ayant une vision globale du client, ses occupations et de son environnement. J’ai su appliqué des modalités d'évaluations et d’interventions centrées sur les priorités, les besoins, ainsi que les activités significatives pour favoriser l’alliance thérapeutique. J’ai eu l’opportunité de faire plusieurs évaluations standardisées et non-standardisés pour évaluer le niveau de fonctionnement, afin de valider ou d’éliminer des hypothèses par mon raisonnement clinique et mes observations. Enfin, j’ai pris confiance en mes capacités tout en reconnaissant mes limites et cherchant des ressources pour résoudre des problématiques plus complexes. (Plan d’action : 3 dépôts revisités)

 

Expert: création en date du (4/02/11) et revisité le (3/04/12)

Expert «compétent» en habilitation de l’occupation à travers les compétences clés, soit (E.1.3) procéder à une évaluation complète et adéquate du rendement occupationnel, (E.1.2) reconnaître les limites de son expertise personnelle. (E.1.5) faire une synthèse des résultats des évaluations et du raisonnement en vue d’élaborer un plan d’action ciblé. Pour m’aider à travailler et accomplir ces compétences clés j’utiliserai les compétences habilitantes : (E.1.3.3) évaluer le rendement occupationnel dans les domaines pertinents, notamment les soins personnels, la productivité et les loisirs, en fonction des rôles, des demandes, des attentes, des objectifs, des milieux et des valeurs spirituelles du client , (E.1.2.1) reconnaître ses limites personnelles ainsi que les limites de son expertise et (E.1.5.7), cibler des résultats réalistes, mesurables, compréhensibles et conformes aux valeurs et objectifs de vie du client, en favorisant la participation du client et en lui remettant du pouvoir dans la mesure du possible.

Preuve : Dans le cadre du cours développement professionnel 4 (ERT-2434), nous avons analysé le cas de madame Gamache qui souffrait de dépression majeur. Une volontaire a passé l’OCAIRS qui évalue fonctionnement global en abordant les catégories suivantes; rôles, habitudes, déterminants personnels, valeurs, intérêts, habiletés, buts, interprétations des expériences passées, environnement physique et social, et volonté au changement. J’ai pris des notes de cette entrevue en portant une attention particulière à la problématique, soit la mort de son mari et son placement en centre hébergement dont elle semblait insatisfaite. Ensuite, nous avons décidé de faire l’outil d’évaluation «AMPS » pour évaluer ses habiletés motrices à faire une activité, soit la préparation d’un café. J’ai supervisé cette activité en répondant aux questions de madame Gamache, puis j’ai observé ses habiletés motrices en répondant aux catégories, selon mon expertise. L’évaluation de cette activité avec le questionnaire s’est bien déroulée, malgré que je n’étais pas familière avec cette procédure. Ainsi, je dois reconnaître les limites de mon expertise quant à la pertinence de cette évaluation. Selon la problématique, rien ne portait à croire que madame Gamache avait des déficits cognitifs qui auraient pu être dangereuse dans ses activités quotidiennes. Enfin, j’ai trouvé difficile la partie analyse des données de l’instrument d’évaluation pour déterminer des objectifs d’intervention appropriés aux besoins de madame Gamache pour favoriser une participation active dans la thérapie.

Réflexion : Je reconnais mes limites comme étudiante à passer des outils d’évaluations, c’est-à-dire qu’il est normal d’avoir des questions sur la procédure à suivre. Je suppose que cette compétence de mon rôle va s’acquérir dans mes futures pratiques de stages. De plus, je considère que le jugement et raisonnement clinique sont importants dans le choix des outils d’évaluations. Nous avons trop axé à vouloir investiguer toutes les sphères du fonctionnement globale de cette patiente. Ainsi, le AMPS aurait très bien pu être remplacé par une entrevue avec les proches concernant ses habiletés motrices, puisque ce n’était pas le motif de référence et que madame n’avait pas de déficits cognitifs. On doit prendre en considération les particularités du client. Dans ce cas, nous avons pensé à fragmenter les sections à investiguer pour que madame Gamache ne trouve pas l’OCAIRS trop long et épuisant. On doit avoir une capacité d’adaptation et de souplesse tant qu’à la structure de l’entrevue, car notre cliente pourrait aborder des questions qui ne sont pas nécessairement dans l’ordre de l’évaluation. Je crois que les observations du comportement de la cliente est un facteur important et peut aider à structurer l’entrevue adéquatement. De plus, l’écoute active est nécessaire pour favoriser une bonne alliance thérapeutique dans la progression de la thérapie. La partie concernant l’analyse des résultats des évaluations pour établir les objectifs dans le plan d’intervention est plus complexe que l’on pourrait penser. Nous avions des objectifs et un plan d’intervention plutôt irréaliste, c’est-à-dire que nous avons eu de la difficulté avec l’approche centrée sur le client. J’ai eu tendance à influencer le plan d’intervention, selon les besoins thérapeutiques du professionnel en délaissant les attentes de madame. Cette expérience m’a beaucoup enrichie concernant le suivi d’un patient dans l’analyse d’une tâche.

Point fort : Je reconnais les limites de mon expertise, ainsi je suis ouverte à l’apprentissage concernant le processus d’évaluation occupationnel d’un client. J’ai complété le questionnaire au meilleur de mes connaissances.

Point à améliorer : J’aimerais améliorer mon jugement critique concernant le choix des outils d’évaluation et la capacité à faire un plan d’intervention avec des objectifs, selon les priorités du patient pour favoriser sa participation active dans le processus thérapeutique.

Objectifs SMART : À mon prochain stage, je serai en mesure de mettre en application mon analyse et mon jugement clinique pour me questionner sur mon choix d’évaluation établissant un plan d’intervention selon l’approche centré sur le client.

Plan intervention : Je vais analyser la problématique du client en faisant une entrevue initiale avec le client, en feuilletant le dossier, demandant des références à mes collègues et en investiguant avec la famille. D’après ces résultats, nous allons établir ensemble des objectifs. Cette pratique me permettra de me familiariser avec les outils d’évaluation et de développer mon jugement clinique en tenant compte des attentes et priorités du client. Je pourrais également valider mon plan d'intervention avec mon superviseur de stage.

Preuve:

À mon 2ème stage, j'ai eu l'opportunité de me pratiquer avec plusieurs batteries d'évaluation en santé physique adulte. Ma collègue et moi avons lu les protocoles et nous avons fait des similations d'évaluations. Cette expérience m'a permis d'approfondir mes connaissances sur les différentes évaluations et d'être en mesure de cibler les buts/visées des évaluations. Puis, les différentes modalités entrevue, dossier, références de mes collègues permetteront de cibler la problématique à travailler pour choisir une évaluation pertinente à mon client. De plus, je suis consciente que je devrai poursuivre cette initiative pour connaîtres les évaluations du milieu.


 Expert: Création en date du (8 /02/10) et revisité (25/04/10), (09/01/10), (3/04/12)

Dans ce cas, les compétences clés de l’expert qui seront abordées sont : « Travailler efficacement à titre d’expert centré sur le client, l’occupation, le rendement occupationnel et la participation occupationnelle (E.1.1) et procéder à une évaluation complète et adéquate du rendement occupationnel (E.1.3).»

Preuve:

Durant ce stage,  j’ai assisté à l’évaluation du rendement occupationnel d’un client concernant le domaine des loisirs, plus particulièrement au niveau de sa mobilité dans ces déplacements. L’intervention servait à vérifier que le client était toujours sécuritaire et autonome à traverser la rue seul pour aller faire ses courses. Cette consultation était une demande du patient puisqu’il perdait des capacités à conduire son motorisé. Le client contrôle son motorisé avec son pied, mais il ressent dernièrement plus de difficulté qu’à l’habitude dû à une augmentation de sa spasticité de son membre inférieur. Il est maintenant très craintif et perd beaucoup de confiance en lui, ce qui fait augmenter son stress. Au début de l’intervention, nous avons fait quelques séances thérapeutiques pour travailler sa confiance en soi. Ensuite, nous avons procédé à un examen routier sur la conduite de son motorisé à l’extérieur. Avant de partir, nous avons fait des relais à obstacles dans la cour du centre. Puis, nous avons effectué son tracé habituelle se rendant jusqu’au dépanneur du coin. Enfin, le client n’était pas sécuritaire, mais il était difficile d’en déterminer la cause avec son stress. L’acceptation de sa perte de capacité qui était un facteur personnel et l’environnement perturbateur du centre-ville généraient encore plus d’angoisses pour le client. Bref, nous avons réduit son contrôle en ajustant la sensibilité et la vitesse, selon les revendications du patient et de mon superviseur à l’aide des tests. En fait, j’ai réussi à établir une relation thérapeutique positive avec le client, car j’étais très empathique et compréhensive face à sa situation. Ainsi, j’étais  très à l’aise d’encourager et motiver le client à réussir son objectif. Enfin, l’ergothérapeute a questionné le patient pour essayer de réduire ou d’éliminer les tensions du facteur de stress. Elle a découvert qu’il était stressé face à l’éventuelle réaction que sa blonde pourrait avoir concernant sa mobilité réduite dû à son problème de spasticité qui s’était dégradé. Définitivement, je n’ai jamais pensé à chercher de l’information provenant d’autres sources extérieures comme ces proches qui aurait été très utile pour réduire la problématique.

Réflexion :

Cette activité m’a enrichi sur les apprentissages reliés à l’évaluation du rendement occupationnel d’un client pour être en mesure d’évaluer les principaux critères, soit la sécurité, l’autonomie, la participation à une activité quelconque. J’ai aussi constaté qu’il pouvait être difficile de trouver la cause exacte du problème, lorsque le rendement occupationnel est insatisfaisant. Ainsi, il faut faire plusieurs tentatives et essais pour trouver une solution au problème. De cette façon, on peut permettre au client de pratiquer encore l’activité, soit en compensant ou modifiant les paramètres de cette dernière. Nous avons fait plusieurs essais routiers pour essayer d’augmenter son confort et sa confiance en soi pour la conduite manuelle de son motorisé, afin de le rendre plus sécuritaire. Par exemple, on peut réduire sa vitesse ou sensibilisé son mécanisme, afin de permettre un meilleur contrôle. On peut s’assurer qu’il possède le temps d’être en parfait contrôle lors de virages. Puis, nous avons ajusté la sensibilité de son mécanisme pour détecter plus facilement et selon son aise le changement de direction. Enfin, j’étais très à l’écoute du patient et j’ai constaté que le client était très angoissé et déçu de ne pas réussir cette épreuve seul, soit de traverser le boulevard Renée-Lévesque dans le délai autorisé par le piéton clignotant. Je l’ai encouragé à persévérer et à travailler les recommandations de mon superviseur. Plus tard, j’ai compris l’importance qu’il accordait à la réussite de cet exercice pour pour lui-même et sa blonde. J’ai aussi compris l’importance des thérapies qui visait à améliorer au niveau psychologique sa confiance et de son estime pour diminuer son degré d’anxiété, afin de permettre un meilleur contrôle de son motorisé. Bref, le suivi après et avant l’évaluation occupationnelle sont très importants.

Points forts :

J’étais très à l’aise pour réconforter et motiver le client à traverser la rue en toute confiance. Je me plaçais côte à côte durant l’épreuve pour le rassurer et me tenir prête à toute éventualité. J’ai pratiqué mon écoute active pour soutenir le client des angoisses et inquiétudes face à cette situation. Cette approche m’a permis de développer une relation thérapeutique positive, puisque je respectais le rythme du client et l’encourageait à poursuivre son objectif. Ma position empathique et ma compréhension nous a permis de développer un lien de confiance. (E.1.1.4)

Points faibles :

Lors de ces rencontres, je n’ai pas accordé assez d’importance à l’influence son environnement social qui générait un immense stress nuisant à la problématique. Je comprends maintenant la pertinence de faire des entrevues avec la famille qui apporte une autre perception pour comprendre le comportement et les réactions du client. (E.1.3.7)

Objectif :

Au prochain stage, je serai en mesure de brosser un portrait méticuleux de l’environnement social de chaque client en faisant appel à d’autres professionnels et surtout à son entourage immédiat pour discuter de leur perception de la problématique à l’aide d’un test avec le proche aidant ou lors d’une brève entrevue,  par exemple.

Plan d’intervention :

Je vais faire la lecture du dossier du client en portant une attention particulière aux commentaires de son entourage. Puis,  je ferai des entrevues avec l’entourage immédiat du client, soit la famille et les autres professionnels. Le type d’entrevue pourrait être aussi sous forme de test comme le MCRO à la fois avec l’aidant naturel et le patient pour avoir la perception des deux au sujet du rendement occupationnel, soit selon les côtes au niveau de l’importance, la satisfaction, la performance de l’activité qui permettrait de mieux cibler les objectifs du plan d’intervention avec le client

Preuve:

Avec mon expertise actuelle, je suis en mesure de dresser un portrait global de la situation. Mon analyse ergothérapique a évolué me permettant de faire plus de lien entre la personne, l'occupation et l'environnement. Je suis plus sensibilisée à l'approche centrée sur le client, ce qui me permet d'entrevoir les priorités de la personne et de la famille. J'ai aussi compris l'importance de l'activité significative, les besoins et priorités du client pour former l'alliance thérapeutique. À mon deuxième stage, j'ai pris le temps de discuter avec l'entourage de mon client en prenant soin d'inclure le client au centre de l'intervention pour dresser un portrait global de la situation.

 

Expert en date du (09/ 11/ 09) et revisité (17/04/10), (4/02/10), (16/01/10),

Lors de mon stage, j’ai dû apprendre à collaborer adéquatement avec mon superviseur et ces clients. se base sur l’efficacité du travail favorisant la participation des gens à des occupations par une entente mutuelle) La compétence clé de l’expert utilisée est basée sur la reconnaissance des limites de son expertise personnelle.

Preuve :

Dans mon stage actuel, ma fonction consiste à apprendre moi-même les tâches de l’ergothérapeute en collaborant avec un patient. Le client est maintenant amorphe à cause de sa condition, sa médication et vit une perte d’intérêt pour pratiquement tout. Donc, ma tâche est de l’accompagner dans sa routine et de faire des activités significatives, selon ces intérêts pour le stimuler à faire des occupations (AVQ) par lui-même. Dans la réalisation de ce projet, mon superviseur était mon guide et elle me suggérait des activités à faire en thérapie avec le client, lorsqu’il n’avait pas d’activités spéciales. Avec l’accord du client, nous avons décidé de faire des ateliers informatiques, puisqu’avant son entrée au centre c’était sa passion. Toutefois, il est respectueux t garde un tempérament très calme. Au départ, j’avais tendance à être très angoissée par cette nouvelle approche, car j’avais tellement peur de faire une erreur que je perdais confiance en mes capacités. Le problème était que je voulais tellement bien faire que j’essayais d’aider le patient dans tous les domaines, même si je ne possédais que l’expertise d’une étudiante de première année en ergothérapie. Toutefois, j’ai repris confiance en mes capacités avec le soutien du moniteur et les commentaires positifs du client face à mes ateliers informatiques. Ainsi, cette révélation m’a permis de reprendre confiance en moi pour bâtir une meilleure approche dans la relation thérapeutique. À ce moment, j’ai pu accompagner le patient dans sa routine de façon adéquate à ces rencontres avec les autres professionnels et en faisant régulièrement des ateliers informatiques. Enfin, le choix des ateliers étaient adaptés à son intérêt et à ces capacités d’apprentissage à l’informatique. Je surveillais aussi ces progrès pour déterminer le choix d’éventuelle activité et pouvoir adapter mes plans en cas de besoin. 

Réflexions :

Au départ, j’envisageai ce projet comme une trop grosse responsabilité confiée par mon superviseur. Ainsi, me suis mise une barrière psychologique en ayant des craintes au sujet de mes compétences et habiletés en tant que futur ergothérapeute. Allait-il me prendre au sérieux, car je suis une stagiaire en ergothérapie de première année? Mais, au fil des rencontres je me suis sentie plus à l’aise dans ce projet voyant que mon superviseur et le client s’impliquait énormément dans cette aventure nouvelle. Ainsi, j’ai su reconnaître les limites de mon expertise en la matière pour réalisé mon plan d’action. J’ai compris que je devais tout simplement assister le client dans sa routine et le stimuler dans la réalisation d’occupations pour maintenir un équilibre sain dans sa vie.  

Points forts :

J’avais beaucoup de créativité pour trouver des ateliers informatiques intéressants; cette stratégie s’est avérée efficace pour stimuler son intérêt pour notre activité en rendant nos rencontres plus interactives. J’avais l’impression que ces rencontres plaisait et divertissait le patient de sa routine habituelle. De cette façon, nous avons pu discuter des ses intérêts pour trouver des moyens de réaliser d’autres occupations. Une relation de confiance s’est développée progressivement avec le client. Enfin, ma créativité m’a permis d’ajuster les activités en fonction de ses progrès et de réaliser des ateliers nouveaux en cas de besoin.

Points  faibles :

Au début des rencontres, j’étais très nerveuse. Je craignais d’être mal à l’aise avec le client. J’étais angoissé à l’idée de ne plus savoir quoi dire ou quoi faire et encore de ne pas pouvoir répondre à ces questions. En d’autres termes, mon manque d’expertise me nuisait et me rendait anxieuse perdant toute ma confiance en moi. Bref, je m’étais fixée des objectifs trop grands ne respectant pas mon plan d’action et surtout ne reconnaissant pas les limites de mon expertise personnelle en tant qu’étudiante en première année.

Objectif :

À mon prochain stage, je serai en mesure de travailler ma confiance en soi en prenant plus d’initiatives personnelles comme l’implication à des activités spéciales, soit la supervision d’un comité socio-récréatif des clients au sein de mon milieu de stage. 

Plan intervention et échéancier :

Je suis une personne anxieuse de nature, alors je dois apprendre à le contrôler de manière efficace avec les clients en thérapie. Chaque mois, je prendrai des initiatives comme la supervision d’activités spéciales. De cette façon, je pourrai me familiariser avec l’approche « thérapeute-client » en entrant en interaction avec eux lors d’activités extérieurs. Cette alternative permettra de me donner plus d’assurance tout en reconnaissant les limites de mon expertise. Je dois faire de nouvelles expériences et apprendre à gérer la situation au meilleur de ma connaissance.

 

Dépôt revisité expert (9/11/09) : date de création (28/01/12)

Date de modification: (19/03/12)

Les compétences abordées dans mon dépôt d’expert en habilitation de l’occupation seront: La reconnaissance des limites de son expertise personnelle (E.1.2) et faire preuve d’une utilisation compétente et sélective de l’occupation et des interventions en vue de faciliter l’occupation (E.1.6).


Mise en contexte : À mon premier stage, mon superviseur m’a confié la tâche d’implanter des séances visant à faire des activités significatives pour promouvoir le rendement occupationnel de mon client de façon hebdomadaire dans le CHSLD. Lors de l’entrevue semi-structurée, le client mentionne son intérêt pour l’informatique. La construction des séances d’informatique s’est avérée relativement complexe. En effet, il fallait que je prenne en considération les facteurs personnels du client (encéphalopathie néo-natale, apathie et le deuil récent d’un proche), les facteurs environnementaux(ressources matérielles pour la disponibilité des ordinateurs du centre) et trouver des activités adaptées à la condition de mon client tout en stimulant son intérêt. De plus, j’étais très angoissée concernant mes compétences et habiletés personnels en tant que thérapeute pour atteindre les objectifs visés de mon projet.


Objectif: « À mon prochain stage, je serai en mesure de travailler ma confiance en soi en prenant plus d’initiatives personnelles comme l’implication à des activités spéciales, soit la supervision d’un comité socio-récréatif des clients au sein de mon milieu de stage.»


Preuve : J’ai atteint mon objectif en suivant mon plan d’action, soit en participant à des activités spéciales au centre qui me permettraitPreu d’établir une alliance thérapeutique avec ma clientèle. Par exemple, chaque mercredi matin j’assistais au petit déjeuner
dans la cuisine communautaire à l’IRGLM avec mes clients. Cette activité servait à évaluer l’autonomie des participants tant qu’au choix et à la préparation de leur déjeuner (AVQ) dans le cadre d’une activité sociale. De plus, j’ai cheminé dans mon apprentissage concernant mes connaissances sur le domaine de l’ergothérapie. En effet, j’ai intégré beaucoup de notions sur l’approche centrée sur le client et l’analyse de l’activité. Ainsi, je suis en mesure d’interagir plus adéquatement lorsque je fais des interventions avec les clients. Avec mon expertise actuelle, je suis en mesure de comprendre l‘importance des activités significatives dans le processus de réadaptation.

  Ces éléments m’ont permis d’être davantage assurée lorsque je fais des interventions seules avec mes patients. Je suis plus à l'aise à analyser la dynamique entre les facteurs personnels, les facteurs environnementaux et les habitudes de vie des clients. Je suis en mesure de reconnaître les limites de mon expertise (E.1.2) dans différentes tâches, ainsi je vais m’outiller en allant chercher des ressources extérieures. Bref, mon analyse de l’activité et mon raisonnement professionnel ergothérapique ont évolué pour tendre vers la compétence faire preuve  d’une utilisation compétente et sélective de l’occupation et des interventions en vue de faciliter l’occupation (E.1.6).


Lien avec l’ergothérapie : Je considère qu’une bonne thérapeute a confiance en ses capacités et sait reconnaître ses forces et ses faiblesses pour améliorer sa pratique de façon continue. De plus, l'analyse de l’activité permet d’adapter ses composantes pour la reprise des activités significatives chez nos clients dans le but de promouvoir le rendement occupationnel.