بورتفوليو خاصّ بــــــــِ Yamina Aliouat

Biographie

Image représentant Yamina Aliouat

* Aliouat yamina 

* née le 02/05/1996 à ADRAR

* Etudiante 1 master didactique de FLE

* J aime la lecture 

Pour me contacter :

les cours de module de T.i.c

les cours de module de T.i.c

Comment selectionner un document

Comment_selectionner_un_document[5].docx

1. Lien des documents avec le sujet

1.1. Evaluer le lien  d’une référence avec la question de recherche

Titre:

● souvent révélateur du sujet du document

● plus il contient de concepts composant la question de recherche, plus le document sera éventuellement pertinent

● attention aux titres non significatifs (métaphoriques...)

 

Résumé :

Présentation concise de la thématique de l’article et des conditions de l’étude

Mots-clés :

● termes ou expressions représentatifs des thèmes principaux abordés dans un document.

● peuvent servir de base à une nouvelle recherche

Sommaire (ou tables des matières) :

● titres des différents chapitres ou parties du document

● un sommaire  s’apparente parfois à un résumé

Discipline, sous-disciplines : discipline(s) à laquelle se réfère le document

 

1.2. Autres éléments d’identification de documents pertinents

Date de publication :

● vous permet de juger de l’actualité ou non de votre document   (l’actualité d’un document varie fortement d’une discipline à l’autre)

Auteurs, éditeurs scientifiques, directeurs de publication :

● préférez des personnes affiliées à un institut d’enseignement (université,  haute école...), de recherche

● un éditeur scientifique  est responsable du contenu d’une publication

● un directeur de publication coordonne un ouvrage collectif : ex. actes de congrès

Source (ou publication ou journal : titre de la revue (synonyme : titre de périodique)... Se méfier des revues présentant les caractéristiques suivantes : 

-          elles ne mentionnent pas d’ISSN (numéro international d’identification)

-          avant publication, les articles n’ont pas été soumis à l’approbation d’un comité de lecture composé d’experts

-          les articles ne sont pas accompagnés d’une liste de sources (références bibliographiques...)

 

2. Identification du type d’un document à partir de sa référence bibliographique

2.1. Article de revue ( article de périodique)

Dans  une référence bibliographique, les informations caractéristiques de l’article sont:

● Nom du ou des auteur(s) de l’article

● Titre de l’article

● Pages de début et de fin de l’article : ex. p. 24-35

A ces informations, s’ajoute la description de la revue qui publie l’article :

●Source (ou publication ou journal) : titre de la revue dans laquelle est paru l’article

●Série, volume ou tome (souvent annuel) et/ou numéro du fascicule de la revue : ex. vol.13, n°2

●Date de publication : souvent une période (année ou année/mois)

●ISSN : numéro international identifiant la revue : ex. 0028-0036

Exemple :

Altet, M. (2004). Enseigner en premier cycle universitaire: Des formes émergentes d'adaptation ou de la "mètis" enseignante. In E. Annoot & M.-F. Fave-Bonnet (Eds.), Pratiques pédagogiques dans l'enseignement supérieur: Enseigner, apprendre, évaluer (pp. 37-52). Paris: L'Harmattan.

 

2.2. Livre (ouvrage, monographie)

 ●titre de l’ouvrage

●le nom de l’éditeur commercial et la ville de son siège social.

●ISBN qui est un numéro international identifiant chaque livre.

●Un lien pérenne (DOI) est parfois présent, il permet d’accéder aux ebooks

Exemple : Lebrun, M. (2011). Impacts des TIC sur la qualité des apprentissages des étudiants et le développement professionnel des enseignants : vers une approche systémique, STICEF (18). ISSN : 1764-7223, mis en ligne le 16/11/2011, http://sticef.org
DOI : 10.3406/stice.2011.1028

 

2.3. Contribution à un ouvrage collectif (chapitre de livre, communication à un colloque...)

●Nom du ou des auteur(s) de la contribution

●Titre de la contribution

●Pages de début et de fin de la contribution: ex. p. 15-24

●Auteur de l’ouvrage : le plus souvent un éditeur scientifique ou un directeur de publication

●Titre du livre dans lequel est parue la contribution

●Le lieu d’édition et le nom de l’éditeur commercial du livre

●Date de publication du livre

●ISBN : numéro international identifiant un livre : ex. 978-2-8109-0887-8

2.4. Littérature grise  : ex. thèses, mémoires et autres travaux de fins d’étude, rapports de recherche, données statistiques...

Dans une référence bibliographique caractéristique de documents de littérature grise, vous ne trouverez pas d’éditeur mais plutôt le nom de l’institution qui est à l’origine de la publication. Par exemple, l’université dans laquelle la thèse a été soutenue, le centre de recherche ou le service public qui a réalisé le rapport...

 

Exemple de référence d’une thèse :

Reine Al Sahyouni Bou Fadel, TIC et apprentissage de l'interculturalité,  Bordeaux 3École doctorale Montaigne-Humanités (Pessac, Gironde), 2014.

  https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01143443 ,  < tel-01143443>

 

Quelques ressources documentaires :

 

http://bnf.libguides.com/?b=g&d=a

https://moodle.uspc.fr/course/view.php?id=7&section=3

http://www.theses.fr/

 

 

 

plan de recherche

received_536064460409957[2].jpeg

plan de recherche 1

plan de recherche

received_860150224483468[2].jpeg

plan de recherche 2/3

Concevoir le portfolio

Concevoir_le_portfolio[2].docx

Concevoir le portfolio 1- Qu’est-ce qu’un portfolio? Le portfolio est, en quelque sorte, un journal de bord de l’étudiant qui permet à ce dernier de prendre du recul par rapport au travail qu’il a effectué préalablement (Re Liance, 2002) « Le portfolio numérique est un dossier personnalisé et évolutif de l’étudiant qui rassemble, de façon organisée, des travaux, des réalisations, des réflexions et des commentaires sur un support numérique, généralement en ligne. » Sophie RINGUET, Séverine PARENT 2- Quel contenu mettre dans le Portfolio ? Le portfolio peut contenir: - des documents écrits - des textes; - des graphiques; - des impressions, - des photographies - des éléments multimédias - des enregistrements vidéo, etc. 3- Comment organiser le portfolio ? La partie introductive du portfolio doit permettre au lecteur de découvrir: - la personne qui a conçu l’outil (ses besoins et désirs tant au niveau scolaire que professionnel) ; - les objectifs poursuivis par l’outil; -les contenus présentés,... Le portfolio doit donc contenir une présentation personnelle. Cette présentation peut, par exemple, prendre la forme d’une fiche comprenant les propositions suivantes: «Qui suis-je?»; «Ce que j’aime...»; «Ce que j’aime moins...» ; « Mes qualités... », «Le parcours scolaire/professionnel accompli...» ; «Ce que je fais actuellement...»;«Ce que je voudrais faire plus tard...» L’outil portfolio étant un dossier personnel et personnalisable, il ne convient pas d’imposer de système hiérarchique au concepteur. La manière dont les documents sont organisés doit être pensée en fonction des objectifs et d’une progression. A titre d’exemple. Il est possible d’organiser les documents en fonction: -de leur ordre chronologique; -du type de productions (écrits, photographiques, vidéos, etc.); -des compétences travaillées; thèmes, -des activités,… NB : Dater toutes les productions du eportfolio.

Séance 5 (Suite)- Selectionner et Analyser un document-converti

Sأ_ance_5__Suite__Selectionner_et_Analyser_un_document_converti[3].pdf

TD : Séance 5 (Suite) Sélectionner et analyser : (Suite) 1- Accès à un document électronique au départ de sa référence Multiplier les sources: - outils généralistes: catalogue ou outil de découverte de bibliothèque, Google Scholar, plateformes multidisciplinaires... - plateforme de l’éditeur - Ne négligez pas les collections imprimées des bibliothèques qui peuvent suppléer l’absence d’une copie numérique. Dans les cas les plus simples, le texte est directement accessible à partir de sa description et il suffira d’un clic pour afficher le texte intégral. Il s’agit en effet d’un document en open access. Dans d’autres cas, l’outil de recherche cite simplement la référence sans accès au texte complet du document. Toutefois, les bibliothèques complètent régulièrement la base de données interrogée par un résolveur de liens, c’est-à-dire un outil qui explore les autres plateformes mises à votre disposition pour y repérer des accès à des documents électroniques. Attention, un résolveur de liens peut parfois tendre des pièges: - Accès multiples pour une même ressource (article, revue, ebook...): vérifier les états de collections (années ou numéros disponibles) s’ils sont mentionnés et testez les liens - Accès indirect: le résolveur de liens pointe vers la page d’accueil d’une revue ou d’une plateforme. Lancez sur le site une première recherche sur le titre d’un article particulier. En cas d’échec, cherchez la table des matières de la revue dans laquelle est paru l’article pour, en parcourant les différentes années et numéros, accéder à l’article recherché. Absence de lien vers le document intégral: - faites une première recherche sur le titre de l’article dans un outil généraliste (outil de découverte d’une bibliothèque, Google Scholar, plateforme multidisciplinaire...) car de nombreux documents font l’objet de citations multiples au contenu variable ; - faites une seconde recherche sur le titre de la revue dans l’outil de recherche de votre bibliothèque (outil de découverte ou catalogue) pour vérifier la présence d’une collection imprimée ; Si votre référence est un compte-rendu de lecture: - jouez avec les filtres (auteur, types de document) pour repérer la référ ence du document objet de la critique ; - recommencez votre recherche dans un autre outil. 2- Formats de documents électroniques a- Critères de choix Le choix d’un format sous lequel vous souhaitez lire et sauvegarder des documents électroniques dépend avant tout de l’usage que vous ferez de ces documents. Il faut aussi vous assurer que le format choisi est adaptable à un maximum de types d’appareils. Les deux critères qui guideront votre choix sont par conséquent : L’interopérabilité du format, c’est-à-dire la capacité à fonctionner sur différents appareils ou avec divers logiciels : - le format propriétaire déconseillé car propre à un type d’appareil. Si vous changez de marque d’appareil, vos textes dans l’ancien format seront perdus. Les exemples les plus connus de formats propriétaires sont les formats AZW ou MOBI lisibles uniquement sur les liseuses d’Amazon ; - le format ouvert, c’est-à-dire exploitable par un maximum de logiciels et d’appareils. Les usages: - navigation sur Internet en format HTML ; - archivage sur ordinateuren format PDF ; - impressionen format PDF ; - lecture sur une liseuse (sauf Kindle d’Amazon)en format ePub. b- Format HTML (Hypertext markup language) - format conçu pour la conception de pages Web ; - intégration d’images et d’hypertextes, c’est-à-dire des liens vers d’autres pages ou d’autres parties d’un document permettant une navigation dynamique (ex. accès direct aux documents cités dans une bibliographie). c- Format PDF (Portable Document Format) - format ouvert approprié à l’échange, le stockage ou l’impression de documents numériques ; - préservation de la mise en page du document original, quel que soit le dispositif de lecture ; - conception aisée et rapide avec un logiciel de traitement de texte ; - peu pratique pour une lecture sur un support de taille réduite (smartphone ou liseuse) d- Format ePub (electronic Publication) - format ouvert spécifique à la lecture d’ebooks (incompatible avec les Kindle d’Amazon au format propriétaire) ; - courant sur une liseuse car sa mise en page s’ajuste automatiquement à un appareil de lecture ; - convivial avec la possibilité à l’usager d’une liseuse de choisir la taille et la police de caractères ; - moins aisé à concevoir qu’un texte en PDF. 3- Les caractéristiques des types de revues : Pourquoi distinguer les types de revues ? - Il est important de distinguer les types de revues afin de choisir celles adaptées votre utilisation. - Toutes les revues n’ont pas la même valeur dans le contexte académique, - Il faut donc faire un choix selon les caractéristiques des types de revues.

Séance 6 - Evaluer un document-converti

Sأ_ance_6___Evaluer_un_document_converti[4].pdf

TD : Séance 6 Evaluer un document 1- Critères de fiabilité et de validité d’un document scientifique : Développer le sens critique est une condition sine qua none afin d’évaluer la qualité scientifique d’un document, d’un site Web ou d’une publication scientifique. La qualité scientifique d’un document se mesure sur base d’une série de critères, c’est-à-dire des éléments ou des indices de référence qui permettent d’évaluer ou d’analyser un document en toute objectivité. L’analyse critique : est une étape incontournable dans une formation de recherche documentaire qui implique de prendre le recul suffisant pour en évaluer la qualité scientifique à travers trois dimensions : la fiabilité, la validité et la pertinence du document. Par fiabilité, on entend toute information jugée pour vraie, à laquelle on peut se fier. C’est une donnée ou un fait exact, juste, basé sur une expertise et des sources dignes de foi. La validité scientifique renvoie quant à elle à une information crédible, sérieuse, argumentée, prouvée et reposant également sur une expertise. Enfin, la pertinence d’un document concerne l’adéquation de l’information par rapport aux besoins de la recherche documentaire. Afin d’éveiller votre esprit critique, essayez de répondre aux questions suivantes afin d’évaluer la qualité scientifique : la fiabilité, la validité et la pertinence Activité 1 : Téléchargez le document en cliquant sur le lien puis répondez aux questions par vrai ou faux, puis les intégrer dans votre eportfolio https://www.persee.fr/docAsPDF/stice_1952-8302_2011_num_18_1_1025.pdf 1. Le document est un article qui s’adresse au grand public et pas à des étudiants ou des scientifiques, car la revue s’intitule « Persée ». VRAI FAUX 2. Le document est fiable car, il est publié en 2011 VRAI FAUX 3. L’article a été rédigé par des auteurs qui sont affiliés à une université et font partie d’un groupe interdisciplinaire de recherche en technologie éducative. Cela signifie que l e document est caractère fiable, car il s’agit de spécialistes dans le domaine. VRAI FAUX 4. Le texte contient des références bibliographiques ; cela signifie qu’il s’agit d’un texte scientifique de bonne qualité. VRAI FAUX 5. Le texte utilise un vocabulaire spécialisé mais compréhensible et scientifique ; le contenu est bien structuré et traite le sujet de manière objective. Cela est témoigne de la bonne qualité scientifique. VRAI FAUX A propos des sites Web : Nous vous recommandons de rechercher les informations du ou des auteurs qui a (ont) produit le site, en cliquant par exemple sur "A propos de nous" ou "Qui sommes-nous?". Vous y trouverez des informations relatives aux auteurs du site, les partenaires éventuels, les sponsors financiers, ... et cela vous donnera des indications pour mieux évaluer le site. Quelques critères d’évaluation critique En résumé, l’activité 1 vous a permis de repérer quelques critères de fiabilité et de validité afin de juger de la qualité scientifique du document. Critères de fiabilité : • type de revue qui publie l’article : scientifique, journalistique, commerciale ... • expertise de l’auteur ; • type de contenu et vocabulaire utilisé : scientifique/ vulgarisation ; • type d’éditeur : scientifique, commercial … Critères de validité : • caractère récent ou trop ancien de l’article (actualisation de l’information ou non) ; • expertise de l’auteur ; • Références solides. 2- Identifier les critères de fiabilité d’un site Web Activité 2 : 1Cliquez sur le lien du site Web qui est proposé. https://www.ciep.fr/assistants-francais-a-letranger/ressources-pedagogiques 2. Cliquez sur le lien et allez à la découverte du site. Décortiquez-le. Prenez des notes, si cela peut vous aider. 3. En vous basant sur les critères de fiabilité de documents, repérez les critères qui vous permettent de définir s’il s’agit d’un site valable scientifiquement ou non, c'est-à-dire si vous pouvez utiliser le contenu ou les documents de ce site pour réaliser un travail académique. N’hésitez pas à prendre des notes au fur et à mesure de votre découverte. Nous vous proposons ci-dessous une grille à compléter pour ce faire. 4. Télécharger la grille Site Web et la compléter. 5. Introduisez les critères que vous avez repérés dans la colonne de gauche du tableau. Dans la colonne de droite, justifiez le choix de ces critères par des arguments et en quoi ils plaident en faveur d’une bonne qualité du site ou non, comme dans l’exemple qui figure sur la première ligne du tableau. 6. Une fois que vous avez listé tous les critères qui vous semblent utiles pour évaluer la qualité de ce site Web, émettez votre appréciation finale en dernière ligne : s’agit-il d’un site Web jugé fiable scientifiquement ? 7. Enfin, sauvegardez votre grille complétée dans votre eportfolio.

Séance 7- Identifier lexpertise dun auteur-converti(1)

Sأ_ance_7__Identifier_lexpertise_dun_auteur_converti_1_[2].pdf

TD : Séance 7 1- Identifier l’expertise d’un auteur : - Les outils de mesure des citations d’un auteur L’évaluation de la qualité scientifique d’une publication ou d’un site Web, met en évidence l’identification des auteurs et de leur institution. Observons de plus près un premier ensemble de données permettant d’évaluer l’expertise d’un auteur. Connectons-nous à Google Scholar. Nombre de citations des articles : Recherchons un article de Christian Depover, Professeur en technologie éducative Nous sommes sur la notice d’une de ses publications collectées dans Google Scholar et nous voulons évaluer son expertise. Evaluons sa fiche proposée par Google Scholar : Nous distinguons ses domaines de recherche et constatons qu’il a été cité plus de 2.000 fois au cours de sa carrière et 799 de citations de cet auteur ont été effectuées depuis 2015.il connait un essor depuis 2012. Il est clair que Depover est un chercheur dont la renommé est importante. Comment le confirmer ? - L’indice i10 L’indice i10 permet de connaître, pour un auteur, le nombre d’articles ayant été cités au moins 10 fois. 23 de ses publications ont été au moins citées 10 fois depuis 2015. Ce qui indique déjà une certaine réputation. - L’h-index Une autre manière de mesurer le niveau d’expertise et d’intégration d’un auteur dans un réseau de scientifiques est l’h-index, qui tire son nom du physicien Jorge Hirsch qui a imaginé cet outil de mesure. Un auteur a un h-index par exemple de 30 si 30 de ses articles ont été chacun cités au moins 30 fois. Pour C. Depover l’h-index est de 15 depuis 2015. Cela signifie que 15 de ses articles ont au moins été cités 15 fois. En résumé, il est à noter que ces données chiffrées donnent une idée de la notoriété d’un auteur mais elles ne remplacent certainement pas l’analyse de contenu des documents, essentielle pour déterminer leur qualité scientifique. 2- Analyse des documents : L’analyse des documents consiste en l’analyse critique d’articles scientifiques sur base de critères de fiabilité, validité scientifique et de pertinence des informations, et ce, de façon comparative. Activité : Cet exercice vous permettra de distinguer les documents fiables et valides à sélectionner ; et de relever les données les plus pertinentes et les plus valables scientifiquement si vous êtes amené à rédiger un travail académique. 1. Télécharger les deux articles sur la prononciation en cliquant sur les liens ci-dessous et parcourez-les dans leur forme et leur contenu, c’est-à-dire les éléments autour de l’article qui constituent certains des critères à rechercher et à analyser (ex : informations sur l’auteur). Article 1 : https://www.lefigaro.fr/langue-francaise/expressions-francaises/2018/07/25/37003-20180725ARTFIG00015-ces-mots-que-vous-prononcez-mal.php Article 2 : https://journals.openedition.org/aile/1153 2. Complétez ensuite la grille d’analyse d’article en analysant les deux articles en question, et l’intégrer ensuite dans votre eportfolio. Ressources supplémentaires Je vous invite à découvrir un outil de l’Université du Québec à Montréal intitulé “Infosphère” qui contient différents critères d’analyse critique pour l’évaluation entre autres d’un site Web et d’un article de revue. • Les critères d’évaluation pour l’analyse d’un article de revue http://www.infosphere.uqam.ca/analyser-linformation/evaluer-un-article-revue • Les critères d’évaluation pour une analyse comparative des types de revues. http://www.infosphere.uqam.ca/analyser-linformation/evaluer-un-article-revue/les-revues-enrevue • Les critères d’évaluation pour l’analyse d’un site Web. http://www.infosphere.uqam.ca/analyser-linformation/evaluer-un-site-web

Séance 8- La critique interne du document-converti(1)

Sأ_ance_8__La_critique_interne_du_document_converti_1_[2].pdf

TD : Séance 8 1- La critique interne du document : Nous nous intéressons dans cette partie à la structure de deux grands types de documents à caractère scientifique: l’article scientifique ou de recherche et l’article de synthèse. Connaître la structure de ces documents permet d’en évaluer la qualité. a- La structure d’un article scientifique : Un article scientifique décrit les résultats obtenus suite à une recherche originale, que cela soit une expérience en laboratoire, de nouvelles découvertes sur les sources du passé ou une enquête sur le terrain. En général produit par un chercheur ou une équipe de chercheurs, il présente une argumentation basée non seulement sur les résultats obtenus lors de la recherche mais aussi sur ceux d’études antérieures. Consultez cet article, examinez la structure en cliquant sur le lien : https://www.erudit.org/fr/revues/ritpu/2011-v8-n3-ritpu1824085/1006396ar.pdf La structure de l’article se compose du titre et d’un résumé. Il est suivi d’une conclusion et d’une bibliographie. Il suit à la lettre le plan IMReD (ou IMRaD en anglais), fréquemment adopté pour la rédaction d’articles. IMReD signifie Introduction Méthode Résultats et Discussion IMRaD means Introduction Methods Results and Discussion En sciences humaines et sociales, les articles de qualité ont une structure qui comprend essentiellement : - Introduction - Corps du texte (comprenant méthodes, sources, résultats et discussion) - Conclusion Il est important de relever les différentes parties d’un article mais l’essentiel est d’en évaluer la qualité scientifique globale. Le contenu de chacune de ces parties doit répondre à certaines caractéristiques que nous allons à présent analyser plus en détail. L’introduction de l’article L’introduction doit nous présenter l’état des connaissances (désigné souvent par état de l’art, état de la littérature) sur le sujet et le contexte de l’étude. Elle est généralement complétée par les objectifs de l’étude ou de l’article et doit nous expliquer pourquoi le travail a été réalisé. Vérifiez si le plan est bien respecté dans l’article. Méthodologie de recherche Il est tout à fait essentiel de comprendre comment le ou les auteurs de l’article ont procédé pour mener à bien leur travail: moyens utilisés, échantillons sélectionnés, méthodes et outils de collecte, traitement et analyse des données de l’étude, précautions d’ordre éthique, modalités de communication des résultats. Les méthodes de travail peuvent varier d’un domaine à l’autre mais ce qui importe est qu’elles soient présentées clairement et complètement. Cette partie de l’article doit être détaillée et rigoureuse, car elle constitue généralement la partie qui permet d’évaluer la validité scientifique d’une étude. Les résultats de l’étude Cette partie doit être la somme de tout ce qui a été observé. Elle comporte alors souvent des tableaux, figures et graphiques. Lorsque les données sont trop volumineuses, elles peuvent se trouver mentionnées en annexe(s) en toute fin du document, après la bibliographie. En sciences humaines et sociales, les travaux s’apparentent parfois à des enquêtes menées pas à pas: il est alors judicieux d’interpréter les faits observés un à un et, par conséquent, de mêler les résultats et leur interprétation. La discussion Cette partie est consacrée à l’interprétation des résultats obtenus et comporte souvent des comparaisons avec d’autres études similaires. La conclusion La conclusion a pour but de rappeler ce qui a été étudié et d’expliquer ce que le travail a apporté de neuf. Elle doit répondre aux questions posées et aux hypothèses émises dans l’introduction. Elle peut aussi suggérer des approfondissements et donner de nouvelles pistes à explorer. b- La structure d’un article de synthèse L’article de synthèse résume, après une recherche bibliographique aussi complète que possible, l’état des connaissances sur un sujet précis. Son but n’est pas de donner un compte rendu d’une recherche, d’une expérience ou d’une étude originale. Il contient souvent des tableaux comparatifs des points de vue exprimés dans les différentes études recensées. Sa structure comprend en général une introduction, suivie d’un corps du texte composé de plusieurs chapitres établis en fonction des différents aspects du sujet et se termine par une conclusion. Ces documents peuvent s’avérer très pertinents dans le cadre de votre recherche documentaire car ils sont le résultat d’une recherche documentaire et d’une analyse approfondie des documents par des spécialistes. Exercice : 1- Examinez l’article A (à télécharger) sur l’enseignement supérieur, s’agit-il d’un article de synthèse ou de recherche ? Justifiez

Séance 9- Intégrer et citer-converti(1)

Sأ_ance_9__Intأ_grer_et_citer_converti_1_[2].pdf

TD : Séance 9 Introduction : Au cours de ce parcours, vous avez ainsi récolté l’information nécessaire pour réaliser votre travail. Il vous faut maintenant passer à la rédaction de celui-ci. Intégrer Tout d’abord, nous allons examiner comment réaliser le plan de votre travail, et la façon d’organiser votre documentation en fonction de celui-ci. Vous verrez alors pourquoi il est indispensable de citer correctement les sources, que cela soit lors de la rédaction de notes à inclure dans le corps de votre propre texte, ou de la présentation de votre bibliographie. Créer un plan de travail 1- Définir les différents chapitres de votre travail Au terme de vos lectures, vous avez rassemblé une grande quantité de données qui vont vous permettre de répondre au problème posé. Cette étape de réalisation d’un travail académique est la plus complexe car elle vous engage, c’est à vous qu’il revient de prendre les rênes et de proposer de nouvelles informations sur un sujet, voire un nouvel éclairage sur une problématique. De chercheur d’information vous allez devenir auteur. Pour cela, il faut tout d’abord définir quelles sont les différents chapitres de votre travail. Dans chacun de ces chapitres, vous allez étudier plus précisément un élément de votre sujet. Pour identifier plus facilement les différents chapitres, nous vous proposons de reprendre l’exercice que nous vous avons proposé dans la séance 2 : “Les droits des enfants sont-ils respectés dans les écoles en Algérie ? Chaque concept inclus dans cette question de recherche pourra devenir l’élément central du titre d'un chapitre de votre travail : droits (des enfants), écoles, Algérie. Nous proposons de structurer le travail suivant les chapitres ci-dessous : • Les droits des enfants en Algérie ; • Droits de l’enfant algérien scolarisé ; • Les enfants dans les écoles en Algérie. 2- Concevoir le plan de rédaction de votre travail Une fois les têtes de chapitres définis, il faut les organiser selon votre vision. L’essentiel est de fournir un travail cohérent qui permet au lecteur de comprendre votre raisonnement. Nous vous proposons ici un exemple de plan de rédaction : Introduction 1. Les enfants dans les écoles en Algérie a. Définition : qui sont les enfants des écoles 2. Les droits des enfants en Algérie a. Contexte général b. Droits actuels 3. Les droits des enfants scolarisés a. Données statistiques b. Témoignages Conclusion Bibliographie Comme vous venez de le constater les seuls éléments qui ont été ajoutés aux mots clés : L’introduction, la conclusion et la bibliographie. Activité : Nous vous proposons maintenant de reprendre vos sujets sur lesquels vous avez travaillez dans les séances 3 et 4 et pour lesquels vous avez déjà construit , une question de recherche documentaire et des équations de recherche. Et élaborez votre plan de rédaction par rapport à votre question de départ.

Concevoir sa bibliographie avec Zotero-converti(1)

Concevoir_sa_bibliographie_avec_Zotero_converti_1_[1].pdf

Concevoir sa bibliographie avec Zotero : Vous je suggère d’abord, d’aller sur ce lien, pour comprendre les avantages d’un logiciel de gestion de références bibliographiques : https://infotrack.unige.ch/les-avantages-dun-logiciel-de-gestion-des-references Pour comprendre les fonctionnalités de base, à savoir : installer Zotero, collecter des références, créer une bibliographie. Je vous propose deux liens d’accès : https://bu.univ-amu.libguides.com/zotero (Cliquez sur le menu en haut à gauche pour visionner la suite des tutoriels) https://www.zotero.org/support/fr/quick_start_guide Activité : importer une référence depuis un catalogue de bibliothèque Depuis le catalogue Gallica de la Bibliothèque nationale de France (BnF), recherchez l’ouvrage d’Emile Zola sur l’affaire Dreyfus paru en 1901, et intégrez sa référence dans le dossier “Recherche documentaire” - que vous aurez créé - de votre bibliothèque Zotero. Pensez à introduire votre activité dans votre eportfolio.

Reflexion sur les acquis-converti(1)

Reflexion_sur_les_acquis_converti_1_[2].pdf

Réflexion sur les acquis : - Choisir son modèle de recherche : Si vous vous souvenez un peu, au cours de notre première séance, nous avons confronté des modèles de recherche auxquels vous avez apporté vos réflexions afin de choisir le modèle qui paraissait le plus adéquat. Afin de faire une réflexion sur vos acquis, nous allons revenir sur cette activité, en confrontant différents modèles. Après ce bref semestre, essayez de défendre le modèle de recherche qui vous parait le plus adéquat pour votre recherche documentaire, en donnant vos arguments. Vous trouverez ci-dessous 4 liens vers des modèles différents de recherche documentaire, choisissez le modèle qui vous parait le plus adéquat en donnant 4 arguments par choix (Vos arguments seraient certainement différents du début du parcours). Puis intégrez votre travail dans votre eportfolio. Prenez le temps de consulter les réponses de vos collègues dans le groupe eportfolio. Vous pouvez ensuite discuter vos arguments avec vos collègues dans le groupe. Pour cette activité, il n'y a pas de “bonne” ou “mauvaise” réponse, mais des réponses qui correspondent à vos besoins pratiques, à votre parcours et expériences de recherche, à ce que vous aurez retenu comme pertinent pour vos besoins dans le cours « TIC au service de la recherche documentaire » , il s’agit d’un enrichissement à l’ensemble du groupe. 1- https://fenetresur.wordpress.com/2014/10/19/infographie-les-etapes-de-larecherche-dinformation/ 2- http://cdilapeyroua.blogspot.com/p/recherche-documentaire.html 3- http://www.faireunerecherche.fse.ulaval.ca/processus/ 4- http://sapristi-docinsa.insa-lyon.fr/methodologie-de-recherche

Integrer et citer (Suite)-converti(1)

Sأ_ance_8__La_critique_interne_du_document_converti_1_[3].pdf

1- Organiser sa documentation : Une fois l'organisation du travail définie, il faut organiser votre documentation en fonction de ce plan. - Travailler avec des copies imprimées de votre documentation Nous vous suggérons de créer un classeur (chemise) par chapitre et d'y ranger la documentation spécifique à ce chapitre. Une page sur laquelle vous noterez les références des documents rangés dans une autre chemise ou des chapitres de livres qui contiennent également une information intéressante pour le chapitre concerné, vous permettra de ne pas oublier des informations importantes lors de la rédaction. L’usage de surligneurs est aussi important à cette phase, il vous permettra de mettre en évidence des arguments ou des informations importantes qui devront trouver leur place dans votre travail. - Quand votre documentation est constituée de documents numériques Nous vous conseillons de procéder de la même manière, en créant un dossier par chapitre et en y glissant tous les documents utiles pour sa rédaction. Vous pouvez également classer vos documents par thème. L’usage du format numérique présente une facilité supplémentaire: vous pouvez en effet stocker des copies de certains articles qui couvriraient plusieurs chapitres de votre travail dans chacun des dossiers correspondants. Il vous est aussi possible de surligner les informations importantes lors de votre lecture. Cela facilitera votre travail de rédaction. Nous vous proposons Zotero, outil gratuit de gestion des références bibliographiques, vous sera particulièrement utile lors de la rédaction d’un travail scientifique. Vous y découvrirez un champ “extras” dans lequel vous pouvez indexer chaque document en y inscrivant des mots-clés du ou des chapitre(s) (ex. “échec scolaire”, “apprentissage”…) pour le(s)quel(s) le document référencé contient une information intéressante. Lors de la rédaction d’un chapitre, vous pourrez interroger le logiciel pour faire ressortir la liste de tous les documents utiles pour la rédaction de cette partie du travail. Nous vous suggérons ce site avec des tutoriels : https://bu.univamu.libguides.com/zotero Passons, maintenant aux caractéristiques propres à la rédaction des textes académiques. Nous nous intéresserons également aux manières d’intégrer dans votre travail les informations que vous avez récoltées lors de vos recherches, c’est-à-dire comment intégrer les idées et la parole d’autrui dans votre travail. 2- Introduction à la rédaction des textes académiques Comment faire référence à d’autres travaux, au sein de son propre texte ? Il existe plusieurs mécanismes pour insérer des informations extérieures dans votre travail, nous en retenons deux : • la citation • la paraphrase - La citation : elle consiste à reproduire tels quels les propos de l’auteur. Si vous recopiez ou traduisez des éléments textuels : placez l’extrait de texte choisi entre guillemets et accompagnez-le d'une référence abrégée (dont le format dépend du style choisi) La référence comprend au minimum le nom de l'auteur, le titre du document et la date. Citez toujours le document que vous consultez, même si, dans l’extrait choisi, l’auteur cite, lui-même, un autre document. Bien sûr, n’oubliez pas d’indiquer la référence, de manière complète, dans votre bibliographie. Exemple : Prenons un exemple concret : Vous avez lu l’article de Jean-Pierre Cuq, intitulé : Temps, espace et savoir en didactique du FLE. Et vous voulez reprendre le passage suivant dans votre travail : […] « Que ce soit en présentiel ou à distance, la part consacrée à la relation directe enseignant apprenant est ramenée à ce qui est jugé comme le minimum indispensable et, à l’inverse, une part de plus en plus importante est laissée à l’initiative de l’apprenant, par des compléments d’études ultérieurs de type immersif ou par des travaux personnels de type traditionnel ou informatisés. » […] Voici comment l’intégrer à votre travail sans faire de plagiat : Un article rapporte que : « (…) Que ce soit en présentiel ou à distance, la part consacrée à la relation directe enseignant-apprenant est ramenée à ce qui est jugé comme le minimum indispensable et, à l’inverse, une part de plus en plus importante est laissée à l’initiative de l’apprenant, par des compléments d’études ultérieurs de type immersif ou par des travaux personnels de type traditionnel ou informatisés (…) » 1 ✓ Les trois petits points entre parenthèses signifient que le texte n’a pas été recopié dans sa totalité. On peut aussi les utiliser au milieu de l’extrait si on omet une partie qu’on ne veut pas reprendre. ✓ 1 Le numéro 1 indiqué en exposant après l’extrait est un appel de note, il renvoie dans le cas présent à la référence abrégée du document cité. Celle-ci apparaîtra en bas de page (d’où l’appellation de “note de bas de page”) Référence du texte-source Elle doit être mentionnée dans votre bibliographie comme suit : CUQ, Jean Pierre, 2019. Temps, espace et savoir en didactique du FLE. HAL. Consulté le 1/04/2020 En ligne : https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-02119775/document - La paraphrase : Elle consiste à reprendre, avec ses propres mots, les idées de l'auteur. Il s’agit donc de réécrire complètement, avec vos propres mots, les passages que vous exploitez, en changeant le vocabulaire et la structure grammaticale. La paraphrase ne consiste donc pas à traduire mot à mot un passage ou à recourir à des synonymes. Même dans le cas d'une paraphrase, vous devez mentionner la référence bibliographique de votre source d'information, à la fois au sein du texte de manière abrégée, et dans la bibliographie, de manière complète. Exemple : Nous allons reprendre l’exemple précédent on pourrait écrire : Comme le souligne, JP Cuq, la relation apprenant/enseignant est moindre important, dans le cadre de l’enseignement à distance ou en présentiel. Ce qui est capital, c’est l’implication de l’apprenant dans son travail personnel. 1 3- Citer ses sources : Tout travail scientifique doit donc comporter une bibliographie précise qui reprend l'ensemble des publications que vous citez : articles dans des revues scientifiques, ouvrages, chapitres d'ouvrages, rapports techniques, mémoires, articles de presse, sites Web, revue électronique, etc. Notons que les éléments autres que textuels (figures, graphiques, tableaux, etc.) doivent également être référencés. Que vous citiez textuellement à l’aide de guillemets ou que vous paraphrasiez en réécrivant des passages, vous devez toujours indiquer la source de vos propos à 2 endroits : • Au sein du texte, de façon abrégée • A la fin du texte, dans la bibliographie, de façon complète _ Comment citer ses sources ? Deux méthodes : • par ordre chronologique : numéro d’ordre d’apparition dans le texte -entre crochets, qui renvoie à la bibliographie numérique en fin de document Exemple : En 2019, JP Cuq a mis en évidence l’enseignement en présentiel et à distance et la relation enseignant/apprenant. [11]. • sous forme de note de bas de page, appelée aussi méthode classique: numéro en exposant dans le texte et, au bas de la page, reprise de ce numéro suivi de la notice bibliographique complète du document auquel on fait référence. Exemple : En 2019, JP Cuq a mis en évidence l’enseignement en présentiel et à distance et la relation enseignant/apprenant. 2 En bas de page : 2 Cuq, J P. Temps, espace et savoir en didactique du FLE, 2019. A retenir : 1- Plus de trois auteurs On mentionne les deux premiers auteurs, suivi de “et al.” ( encore du latin : et alius ou alii ; traduit par : et autre ou autres) en italique et on ne mentionne pas les autres auteurs. 2- Auteur interposé Lorsque l'information n’a pas pu être consultée dans sa publication originelle mais qu’elle a été obtenue par une citation présente dans un document rédigé par un autre auteur - que l’on appelle auteur interposé - on écrira : "(J P Cuq, 1993, in M. Lebrun, 1999)" où J P Cuq est l'auteur original et Lebrun l'auteur interposé qui cite le document rédigé par J P Cuq, 1993.. 3- Plusieurs citations des mêmes auteurs Si parmi les sources citées, 2 articles ou plus ont été publiés par les mêmes auteurs la même année, on fera suivre, l'année de publication par les minuscules a, b, c, ..., Exemples : JP CUQ (1997a), JP CUQ (1997b) ; Marcel LEBRUN (2018a), Marcel LEBRUN (2018b) 4- Plusieurs citations pour la même information Lorsque plusieurs références citent la même information, on classe les références par ordre chronologique d’année de publication. Exemple : « Plusieurs recherches ont affirmé que l’integration des TIC apporte une plus value à l’apprentissage » ( Lebrun, 2010, Karsenti 2013) 4- Référence d’un(e) figure/tableau/graphique Bien que la référence de ces éléments, autres que textuels, ne doit pas forcément se retrouver dans la bibliographie de votre travail, elle doit tout de même se retrouver dans la légende du tableau/graphique ou de la figure, ou en note de bas de page si la référence est trop longue. - Les styles de bibliographie : Les styles les plus utilisés en français sont APA (American Psychological Association), Chicago (Chicago Manual of Style), Harvard (parfois associé à Elsevier) et MLA (Modern Language Association). Ce qui change d’un format à l’autre, c’est l’ordre de renseignement des différents éléments constituant votre référence, ainsi que la ponctuation. Pour approfondir vos connaissances sur les styles, je vous suggère le site : infosphère : Présenter sa bibliographie en cliquant sur ce lien : http://www.infosphere.uqam.ca/rediger-un-travail/presenter-sa-bibliographie Astuce : Pour gagner du temps, utilisez les outils d’exportation proposés par la plupart des outils de recherche (bases de données, catalogues, moteurs de recherche, …). Exemples : ● Dans Google Scholar, un simple clic sur l’icône « guillemets » en bleu vous permet de générer une référence dans le style APA, ISO690 ou MLA, comme le montre la figure. - Rédiger la liste bibliographique en fin de document : Il y a plusieurs styles, nous proposons le style MLA, le plus « classique » - Référence d’un livre: Nom, Prénom de l’auteur. Titre de l’ouvrage [en italique]. Lieu de publication : Éditeur, année de publication.Lorsqu’il y a plus de 3 auteurs, le format MLA préconise de citer les 3 premiers suivi de et al. en italique, comme pour la citation dans le texte. - Référence d’un article de périodique : Nom, Prénom de l’auteur. “Titre de l’article”. Titre du périodique [en italique], volume, numéro (année), pages où est situé l’article. - Référence d’une communication dans des actes de colloque : Nom, Prénom de l’auteur. “Titre de la communication” : Titre et sous-titre de l’ouvrage dans lequel se trouve la communication. Lieu de publication : Éditeur, année de publication. Pages où est située la communication. la ville où s’est tenu le colloque, ainsi que les dates. - Référence d’un site web ou d’un document électronique : On suivra le même schéma que pour un document imprimé, avec, en plus la mention [en ligne] après le titre, la source du document sur Internet (url, ...) et la date de consultation. Nom, Prénom de l’auteur. Titre du document [en ligne]. Lieu de publication : Éditeur, année de publication [consulté le “date de la dernière consultation]. Disponible sur Internet à l’adresse : http://... - Référence d’un film ou une vidéo : Le référencement de ce type de source est assez semblable à celui d’un livre. Nom du producteur, Prénom, et Nom du réalisateur, Prénom. Titre du film [FILM]. Lieu de production : Studio ou société de production, année de réalisation. Activité : Citer, paraphraser et rédiger ses références bibliographiques A partir de l’extrait ci-dessous, nous vous demandons de : 1. Indiquer de quel type de document l’extrait provient 2. Citer au sein du texte, en ayant recours à la citation 3. Citer au sein du texte, en ayant recours à la paraphrase 4. Indiquer les références bibliographiques, dans la bibliographie. Notez vos réponses dans un document Word, puis introduisez-le dans votre eportfolio. Extrait : - Référence du texte source : Noël Adangnikou, Jean-Jacques Paul. La formation à la pédagogie universitaire en France, une offre encore trop restreinte. 25ème Congrès de l’AIPU, May 2008, Montpellier, France. pp.195-208. - Texte source : […] « Dans l’esprit de nombre d’enseignants l’amélioration de la qualité de l’enseignement est principalement liée au recours aux tice. Ainsi, les enseignants soucieux d’améliorer la qualité de l’enseignement ont surtout concentré leurs efforts en direction de l’usage des tice étant de surcroit incité par les aides financières publiques. » […]

carte montale

Les étapes de la recherche sont : 1préparation du recherche 2 cerner le sujet(choisir séléctionner et préciser le sujet ) 3Identifier les besoins 4Choisir les sources (créer les thèmes et sous thèmes (les idées ,les éléments)principaux et les classer selon leurs importances 5Les questionnes sur le sujet (de recherche et de document)traiter concernant les mots clés et synonymes 6Intéroger la source 7Analyser et communiquer les résultats (après chaque étape il faut évaluer) La méthode suivie est : L’utilisation de la méthode 3qpoc(quoi /qui/comment/pourquoi/quand/ou) « qu’est ce qu’un portfolio » :un portfolio est un dossier personnel dans lequel les acquis de formation et les acquis de l’expérience d’une personne Stockdes fichiers il est tous le temps en réflexion et reformulation Les avantages d’un portfolio : Présenter les plus beaux travaux en un seul et mêmeendroit. Même si l’apprenant est déjà présente sur différentes réseaux sociaux ,un portfolio en ligne sera la plate forme idéale pour montrer tout sa talent à des clients potentiels ou existants. Les types d’un portfolio sont : Electronique/ numérique/ professionnel/portfolio d’apprentissage /de présentation……..ect Les plate forme de portfolio sont : Word presse /edu portfolio/didactique