Portfolio d'Émilie Allard

Introduction Commenter cette section

 

 

Image2.jpg Commenter ce document

Image2.jpg

 

Introduction:

Le présent portfolio a pour but de présenter les différentes étapes et accomplissements au niveau de ma formation universitaire et professionnelle. De plus, ce portfolio permet de situer mon niveau d’acquisition des compétences professionnelles et ce, en étant appuyé par différents documents pertinents. En bref, ce portfolio s’inscrit dans une démarche de réflexion et d’introspection de divers aspects de la profession tout en s’appuyant sur des notions concrètes et pratiques de la profession d’enseignante.

Comme l'oiseau représenté sur la branche, je sens que j'en suis à un point de ma formation où je suis maintenant prête à voler de mes propres ailes...

Bonne visite!

Émilie

 

Image2.jpg (33.1 ko)

Profil Commenter cette section

Profil de la future enseignante


Avant de rêver d’une carrière en français langue seconde, j’étais d’abord une passionnée de l’espagnol. Mes études collégiales en langues modernes ont été le berceau de mon aspiration à étudier les langues. Mon premier bain de culture latine au Mexique, pour un séjour linguistique, a entraîné une série de voyages et de découvertes en Amérique Latine  (7 pays de l’Amérique Latine et l’Espagne).Mon amour de l’espagnol m’a fait entreprendre un baccalauréat spécialisé en études hispaniques  qui s’est conclu par un échange interuniversitaire à l’Universidad nacional autónoma de México . Des circonstances de la vie m’ont amenée à enseigner les langues secondes ici comme ailleurs. Puisque les voyages m’ont toujours attirée ainsi que les nouveaux défis, j’ai choisi de venir vivre l’expérience d'effectuer le quatrième stage de ma formation universitaire à l’étranger, plus précisément au Mexique.


Philosophie de l’éducation et vision de l’enseignement


C’est à travers différentes rencontres que j’ai vécues et témoignages que j’ai reçus d’enfants et d’adultes n’ayant pas eu accès à l’éducation que je me suis rendu compte du rôle social que je pouvais jouer dans la société. Je crois fermement que l’éducation est un droit universel et que tous les êtres humains du monde devraient y avoir accès. Dans une société comme le Québec, l’éducation est accessible à tous et je dois m’efforcer, comme enseignante, d’offrir une éducation de qualité basée sur des valeurs comme le respect, le dépassement de soi et la rigueur. Je me permets d’inclure une citation d’Edward James Olmos, homme du cinéma américain né aux États-Unis en 1947, qui résume en partie ma vision de l’enseignement: «L’éducation est le seul vaccin contre la violence.»  Je crois que l’éducation fournit des armes essentielles à tous afin de comprendre, réfléchir et prendre position face à la société qui nous entoure. De plus,  dans l’enseignement en francisation par exemple, l’apprentissage de la langue est la clé à l’adaptation à la société et constitue les bases afin de faire valoir ses droits comme membre entier de la société d’accueil.

Une bonne enseignante est celle qui sait s’effacer pour laisser la place à ses apprenants pour leur permettre de s’exprimer dans la langue seconde. Aussi, elle doit être consciente des besoins et des intérêts de ses apprenants et s’y adapter afin de créer des activités qui rejoignent les besoins de sa clientèle. Les apprenants sont responsables de leurs apprentissages, ainsi la pédagogie par projet leur permet d’être actifs et de construire leurs connaissances. L’enseignante est un guide et elle outille ses apprenants afin de les rendre les plus compétents dans la langue seconde.

Objectifs personnels et plan de carrière


Apprendre de nouvelles méthodes d’enseignement, partager avec mes pairs sur les divers enjeux au niveau de l’enseignement et effectuer des stages qui me permettraient de mieux cibler la clientèle avec laquelle je suis le plus à l’aise ont toutes été des motivations et des attentes que j’ai eues face à mes études. Grâce à mon expérience comme enseignante que j’avais récoltée avant d’entreprendre mes études,  j’ai toujours été convaincue de mon choix de carrière et cette conviction n’est venue que s’affirmer de façon encore plus définitive pendant ma formation universitaire et mes stages.

Après deux ans d’études, j’avais déjà atteint un premier objectif que je m’étais fixé; celui d’intégrer la commission scolaire de Montréal comme enseignante en francisation. Donc, j’ai eu l’immense chance de pouvoir exercer la profession que je souhaite tout en continuant de parfaire ma formation. Cette expérience travail/études a été très bénéfique pour moi, car elle me permettait de faire des liens entre les théories apprises dans le cadre de mes cours universitaires et la pratique en enseignement.

Au tout début de ma formation, je souhaitais intégrer le milieu de l’enseignement aux adultes, plus particulièrement en francisation. J’avais déjà de l’expérience dans ce domaine et à mon avis, le primaire et le secondaire ne m’intéressaient que très peu parce que l’enseignement au secteur jeune m’était plutôt inconnu. Or, comme je l’avais souhaité, mes stages m’ont permis de mettre le pied dans cet univers que représente l’enseignement aux jeunes. J’en suis maintenant au final de ma formation et ma réflexion n’est toutefois pas encore terminée quant à mon choix définitif de carrière. Je peux admettre que mes stages m’ont permis de m’ouvrir aux classes d’accueil et ce milieu m’a extrêmement plu. Je souhaite maintenant que ma réflexion à choisir vers quel secteur d’enseignement je souhaite me diriger portera ses fruits et que je choisirai un milieu dans lequel je pourrai m’épanouir comme enseignante.


Concrètement, comme je l’ai mentionné auparavant, ma décision n’est pas encore définitivement prise quant au secteur dans lequel je souhaite enseigner. Par contre, une chose est sûre, je vais tenter ma chance afin de décrocher un contrat dans une classe d’accueil au secondaire tout en gardant un pied dans le milieu de la francisation parce que je suis bien consciente que ces deux milieux sont plutôt précaires et que les postes permanents, assez rares. Or, malgré ces désagréments, je vais quand même
foncer et tenter ma chance en classe d’accueil. Je suis une personne qui préfère écouter son cœur plutôt que sa raison au moment de faire un choix et je vais donc, dans la cadre de ma carrière professionnelle, choisir un milieu dans lequel je suis bien, peut-être au détriment de la stabilité professionnelle. Je suis bien consciente que les commissions scolaires anglophones de Montréal offrent plus de stabilité (de permanence) que je ne pourrais avoir dans une commission scolaire francophone, mais à ce sujet, mon choix est clair; je ne souhaite pas devenir enseignante de français langue seconde de base. Je le savais depuis le début de ma formation, mais en réalisant mon stage 3 dans ce milieu, tout est venu se confirmer encore plus clairement.  

De plus, si mon choix définitif s’arrête sur les classes d’accueil, je souhaiterais travailler à la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB). Lors de mon dernier stage, j’ai eu la chance de le faire à cette commission scolaire et j’ai perçu que les valeurs véhiculées au sein de cette commission scolaire étaient en lien étroit avec les miennes. Entre autres, beaucoup d’efforts sont déployés au niveau du décrochage scolaire et de l’intimidation. J’ai eu la chance, lors d’une journée-conférence, d’écouter un discours prononcé par le directeur-général de la CSMB et j’ai apprécié son approche humaine qui m’a semblé être au cœur des valeurs de la commission scolaire.


Choix de la profession, discipline et clientèle


Lorsque j’ai commencé à enseigner, je souhaitais me diriger vers une carrière comme enseignante de l’espagnol. Par contre, grâce à différentes expériences professionnelles, je me suis remise en question face à l’enseignement de l’espagnol et j’ai découvert que l’enseignement du français langue seconde me permettait de partager ma culture et ma langue et que cela me passionnait. J’ai travaillé avec des enfants, des adolescents et des adultes. Évidemment, chaque clientèle a ses avantages et ses désavantages. Au début de ma formation, les adultes m’intéressent davantage pour le contact « d’égal à égal » que je peux avoir avec eux. Grâce à mon dernier stage en classe d’accueil, j’ai découvert que le contact que je pouvais avoir avec des adolescents immigrants me plaisait tout autant qu’avec des adultes. Avec les adolescents, j’ai apprécié mettre en pratique mon côté créatif dans l’élaboration d’activités afin de répondre à leurs besoins et intérêts, d’être confrontée à leur soif de savoir et de curiosité tout en ayant la chance de partager mon quotidien avec des citoyens québécois en devenir et de participer, en partie, à leur formation et leur intégration à la société québécoise. Je me suis également sentie extrêmement choyée de pouvoir avoir un contact privilégié avec de jeunes venus de partout dans le monde, tous réunis dans une même classe.  

Ma vision de l'enseignement Commenter ce document

reflexion_II.docx
reflexion_II.docx (14.5 ko)

Parcours professionnel Commenter cette section

 

Parcours professionnel : ma formation et mon expérience

  • Baccalauréat spécialisé en études hispaniques: échange universitaire d'un an à la Universidad nacional autonoma de México, México, Mexique. 
  • Certificat en enseignement du français langue seconde avec stage (clientèle adulte)
  • Suppléance occasionnelle à la commission scolaire de la Rivière-du-nord.
  • Deux ans d’expérience en enseignement des langues secondes dont l’espagnol au secondaire, français et anglais au Mexique, contrat à temps plein chez Bertliz.
  • Six ans en francisation à temps plein et partiel au ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles (MICC)
  • Deux ans en  francisation et francisation-alpha à la commission scolaire de Montréal (CSDM)
  • Baccalauréat en enseignement du français langue seconde: stage de 60 heures en français langue étrangère à la Universidad de Guanajuato, Guanajuato, Mexique.


Curriculum vitae Commenter ce document

cvfinalemilie.doc

À l'intérieur de mon curriculum vitae, une description plus détaillée des mes expériences professionnelles et académiques est disponible.

cvfinalemilie.doc (57.3 ko)

Compétences Commenter cette section

Afin de mieux me situer face aux douze compétences d’une bonne enseignante, j’ai cru bon m’attribuer une cote pour chacune d’elles et ensuite expliquer mon choix.


 

          A


 

 

         B


 

 

        C


 

 

       D


 

 

      E


 

 

De façon exceptionnelle, avec aisance et assurance


 

 


 

 

De manière très satisfaisante, avec assurance


 

 


 

 

De manière satisfaisante, avec peu d’assurance
et d’aisance


 

 


 

 

À améliorer, manque d’assurance


 

 


 

 

Non maîtrise de la compétence


 

 


 

Compétence 1: A Commenter cette sous-section

 

Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d’objets de savoirs ou de culture dans l’exercice de ses fonctions. 


Résumé

Une enseignante doit maîtriser les disciplines qu’elle veut transmettre à ses élèves et doit également être ouverte aux autres cultures. Une enseignante sans connaissances autres que la discipline enseignée à proprement parler, n’a pas, à mon avis, complété sa formation. Le travail de l’enseignante est d’expliquer, mais aussi de faire vivre concrètement la culture derrière les notions à enseigner, tout en demeurant objective face à ses opinions personnelles.


Niveau de maîtrise :

Je crois être en mesure de discuter de thèmes pertinents avec les apprenants et de créer des débats sur des sujets variés. Je prends toujours un grand soin de créer une ambiance de classe propice aux apprentissages et où chacun a la liberté d’intervenir et de s’exprimer. Je tente de faire des liens entre les différents points de vue des apprenants à ceux de la société québécoise en général.

Je tente d’être toujours bien informée sur divers sujets d’actualité afin de demeurer critique face à différents enjeux sociaux. Je voyage à l’étranger  dès que le temps me le permet afin de conserver mon esprit vif et de pouvoir mieux comprendre les disparités culturelles de mes élèves. Ainsi, je peux plus facilement prendre du recul face à ma propre culture et cela me permet de porter un regard critique sur mon rôle social en le comparant à d’autres réalités. Voilà une des motivations qui m'a poussée à réaliser la deuxième partie du stage 4 à l'étranger: à l'université de Guanajuato au Mexique.

Lire sur les sujets d’actualité et m’informer intelligemment sont la clé pour le développement d’un esprit ouvert et engagé, mais également critique.  Également, noter mes réflexions personnelles suite à un pilotage de SAÉ, ce qui a bien fonctionné ou non, afin de prendre une distance critique à l’égard de la matière à enseigner. Cela constitue une discipline essentielle à adopter pour améliorer ma compétence à enseigner le contenu du programme de formation et de rendre les apprentissages significatifs chez les élèves.

Je dois aussi enseigner en me questionnant sur mes propres valeurs et croyances pour tenter d’aller plus loin dans ma réflexion et inclure d’autres points de vue qui ne seraient pas nécessairement les miens à prime abord.

Lors de mes stages, j’ai su démontrer que je connaissais la matière à enseigner. De plus, j’essaie d’enrichir ma culture générale, ce qui me permet d’inclure dans mon enseignement des notions d’actualité, de répondre du mieux que je peux aux différentes questions des apprenants et de leur faire vivre des activités en lien avec la culture québécoise. Pour ce faire,  je lis le journal, je voyage, je lis sur différents sujets, je partage avec mes collègues sur les cultures des apprenants, je m’intéresse à la musique québécoise pour pouvoir la partager avec mes apprenants, etc. En cultivant moi-même des passions et des intérêts, il m’est beaucoup plus facile de transmettre une certaine culture générale à mes élèves tout en étant authentique dans mes interventions et dans le choix de mes activités.

 

Objectifs de développement ultérieur :

Je compte bien continuer à travailler dans cette même direction afin de continuer à m’améliorer et à m’ouvrir à d’autres horizons en lien avec cette compétence.  Je crois bien qu’au cours des années futures, mes intérêts changeront, de nouvelles passions  viendront se greffer aux anciennes, ce qui m’outillera encore mieux afin d’être une enseignante polyvalente. De plus, c’est en continuant de côtoyer  des individus de cultures différentes que mes connaissances à ce sujet s’enrichiront et varieront. Donc, je vais continuer à exploiter toutes les avenues possibles afin d’établir des dialogues constructifs afin de continuer à faire tomber mes propres préjugés et ceux de mes élèves.

La fête de Pâques Commenter ce document

La fête de Pâques.ppt

Pendant le temps de Pâques, j’ai créé une présentation qui mettait en lumière cette fête sous différents angles religieux afin de transformer la classe en un lieu culturel ouvert à la pluralité. Je suis demeurée critique face au thème abordé en présentant plusieurs facettes de la fête de Pâques sans me laisser influencer par mes propres valeurs et croyances. Au lieu de présenter la fête de Pâques seulement d’un point de vue catholique présent dans la culture québécoise, j’ai décidé d’exploiter le sujet en permettant aux apprenants d’en apprendre plus sur cette fête sous différentes croyances et de mieux comprendre la culture de leurs pairs.  

Travail réalisé dans le cadre du cours de littérature pour la jeunesse et didactique Commenter ce document

litt_travail_final.docx

Dans le cadre du cours de littérature pour la jeunesse et didactique (LIT2120), un des objectifs du plan de cours était: «encourager une attitude critique face aux œuvres proposées.» Ensuite, le travail final constituait en l’élaboration d’une SAÉ sur la littérature jeunesse adaptée aux besoins des élèves. Donc, pour répondre adéquatement aux attentes du cours, ma collègue et moi avons dû sélectionner une œuvre, en utilisant notre jugement critique selon le type d’apprenants sélectionnés. L’œuvre que nous avions choisie, traitait du sujet des pensionnats amérindiens au Québec ouvrant ainsi une porte à l’histoire du Québec dans le cadre d’une activité de lecture. 

Compétence 2: A Commenter cette sous-section

 

Communiquer clairement et correctement dans la langue d’enseignement, à l’oral et à l’écrit, dans les divers contextes liés à la profession enseignante.

Résumé :

Une enseignante doit être capable de bien communiquer dans une langue maîtrisée, à l’oral et à l’écrit, et accessible pour l’interlocuteur à qui le message est adressé. L’enseignante doit être un modèle de référence, autant pour les élèves que pour le personnel enseignant.


Niveau de maîtrise :

J’ai toujours eu une facilité en orthographe et en grammaire, malgré la complexité de la langue française. Je suis une personne qui sait s’adapter à son interlocuteur ; je possède donc plusieurs registres de langages. Je suis consciente que la correction de l’erreur est une des clés importantes dans l’apprentissage d’une langue, entre autres pour empêcher la fossilisation des erreurs. Dans ma salle de classe, les erreurs commises par les apprenants tant à l’écrit qu’à l’oral, sont des moyens d’apprentissage et me permettent, en tant qu’enseignante d’ajuster le contenu et de prendre le pouls général des acquis des apprenants afin de rectifier mes objectifs.

C’est par la réussite de ces deux tests en français que je peux affirmer qu’avec les années, j’ai pu améliorer mon niveau de français tant à l’oral qu’à l’écrit.  J’ai dû bien sûr travailler fort pour y parvenir, mais maintenant, je me sens confiante. Je peux maintenant respecter les règles de la langue écrite et je peux également prendre position et faire valoir mon point de vue d’une façon structurée et efficace. C’est en ayant une bonne connaissance du français que je suis mieux outillée pour corriger les apprenants à l’oral et à l’écrit.

Objectifs de développement ultérieur :

Puisque je considère bien maîtriser la langue d’enseignement, mon objectif se résume à conserver ce niveau d’aisance et de continuer à m’améliorer en m’intéressant à la nouvelle orthographe par exemple, qui je l’avoue, présente encore quelques défis. Ainsi, je compte bien lire des ouvrages destinés à ce sujet et aussi, participer à des formations et conférences sur le sujet.Comme mentionné plus haut, la nouvelle grammaire et la nouvelle orthographe présentent toujours un défi pour moi. Bien que j’aie étudié la nouvelle grammaire dans le cadre de ma formation universitaire et que je l’ai mise en application lors de mon enseignement en stage, je considère que je dois concentrer mes efforts afin d’être plus à l’aise avec les notions de la nouvelle grammaire. Je crois que c’est en consultant les divers manuels destinés à l’enseignement de la grammaire au secondaire que je pourrai parfaire ma compétence à ce sujet. En d’autres mots, je considère que c’est en acquérant des années d’expérience comme enseignante que je développerai de solides connaissances en la matière et que je deviendrai plus confiante à l’enseigner.

Pour ce qui est de la nouvelle orthographe, je me suis procuré il y a quelques années le grand vadémécum de Chantal Contant. Bien qu’il soit difficile de maîtriser en entier la nouvelle orthographe, je me sers de ce document comme outil de référence lorsque j’ai des doutes au sujet de la nouvelle orthographe. Je tente d’intégrer la nouvelle orthographe à mes écrits afin de la mettre en pratique et je continuerai de le faire dans le futur pour que la nouvelle orthographe me soit plus familière.

resultat_sel.docx Commenter ce document

resultat_sel.docx

Je crois qu’avec la réussite des divers tests de français auxquels j’ai été soumise, dont le test SEL et le TECFÉE, je peux dire que je suis à l’aise dans cette compétence.

resultat_sel.docx (301.3 ko)

resultat_tecfee.docx Commenter ce document

Attestation d'assistance à une causerie sur le thème de la nouvelle orthographe Commenter ce document

causerie_sqrp.docx

Également, je tente de maintenir à jour mes connaissances quant à la nouvelle orthographe, par exemple. J’ai participé en mai 2011 à une causerie sur la nouvelle orthographe organisée par la société québécoise de rédaction professionnelle (SQRP).

causerie_sqrp.docx (180.2 ko)

Compétence 3: B Commenter cette sous-section

 

Concevoir des situations d’enseignement-apprentissage pour les contenus à faire apprendre, et ce, en fonction des élèves concernés et du développement des compétences visées dans le programme de formation.

Résumé :

La planification et la conception de situations d’apprentissage et/ou d’évaluation (SAÉ) font partie intégrante de la réalité d’une enseignante, et ce,  tous les jours.  Afin de stimuler les élèves, mais aussi de s’assurer que le défi présenté à ceux-ci soit « raisonnable », une enseignante se doit de tenir compte du niveau de développement de chacun de ses élèves ainsi que rendre le tout intéressant et vivant.


Niveau de maîtrise :

Il va sans dire que les différentes opportunités d’élaboration de SAÉ lors des cours à l’université ainsi que pendant les stages m’ont permis de me sentir plus confiante et compétente dans ce domaine. 


De plus, je sais que la planification est essentielle à un bon enseignement, chose que j’ai apprise lors de mes expériences de travail et en stage. Également, lors de mes stages, j’ai continuellement consulté le programme de formation afin de construire des activités en lien avec les compétences à développer chez les élèves. Je crois également que j’ai pu, du mieux que je pouvais, élaborer des activités en tenant compte des goûts et intérêts du public avec lequel je travaillais. Je dois ajouter qu’au début de
mes stages, ceci représentait tout un défi pour moi puisque j’étais habituée de travailler avec un public complètement différent; les adultes. Néanmoins, je crois avoir la capacité de créer des activités variées afin de répondre aux différents types d’intelligence des apprenants et de leurs besoins qui sont multiples. Anticiper les obstacles à l’apprentissage est une compétence qui selon moi, se développe avec les années d’enseignement. Discuter avec mes collègues afin d’établir un réseau d’idées enrichissantes, mais également consulter régulièrement le portail de la commission scolaire, où diverses SAÉ répertoriées par des conseillers pédagogiques sont accessibles, sont de bons outils pour poursuivre l’acquisition de ma compétence à concevoir des activités stimulantes et adaptées aux apprenants.

 

Objectifs de développement ultérieurs :

Dans le futur, je compte bien réutiliser les différentes SAÉ que j’ai créées dans le cadre de mes stages ou de ma formation universitaire. Évidemment, je continuerai à mettre à contribution mon côté créatif en élaborant d’autres SAÉ ou en m’en appropriant d’autres faites par mes collègues ou des conseillers pédagogiques. Ainsi, je développerai un niveau d’aisance dans l’application des différentes étapes des SAÉ que j’aurai choisi d’utiliser en classe, mais également, j’utiliserai mon jugement afin d’intégrer les plus appropriées selon les groupes auxquels j’enseignerai. Pour moi, l’échange et le partage de matériel entre collègues est une façon efficace de se mettre à jour et d’élargir les ressources disponibles à utiliser en classe. Pendant mes premières années d’enseignement, je compte bien me tourner vers mes collègues afin de me bâtir une banque de SAÉ. Je crois qu’au fur à mesure que les années d’expérience s’accumuleront pour moi, je parviendrai à améliorer chaque année les différentes SAÉ en faisant, par exemple, un retour critique sur les différentes étapes en notant ce qui a bien ou moins bien fonctionné.

Gabarit de planification d'une période dans une classe d'accueil Commenter ce document

stage_gabarit_trois.doc

Dans le cadre de mon stage au primaire, en classe d’accueil, j’ai dû, de façon quotidienne, créer des activités adaptées à ma clientèle cible. Ainsi, j’ai choisi comme pièce justificative de la compétence 3, un gabarit que j’ai élaboré en cours de stage. Celui-ci démontre bien comment j’ai adapté mon enseignement en concevant une activité intéressante, vivante et ciblée au niveau langagier des élèves. De plus, mon activité s’inscrit dans le développement des compétences du programme de formation.

Gabarit de planification d'une période dans une classe de francisation Commenter ce document

stage_planification_situation_finale.doc

Dans le cadre du certificat en enseignement, j’ai  élaboré une activité en lien avec les faits divers rencontrés dans le journal, par exemple, permettant d’exploiter la description de faits, d’individus, etc. Cette activité s’inscrivait dans une démarche de prendre en considération les champs d’intérêt des apprenants tout en permettant l’intégration de la lecture et de l’écriture dans des contextes variés (la description). Puisque cette activité  devait clore mon stage, je connaissais assez bien le niveau langagier des apprenants. J’ai pu concevoir une activité avec un niveau de complexité raisonnable permettant une progression des apprentissages et faisant appel à un réinvestissement des compétences acquises pendant les leçons précédentes.

Compétence 4: B Commenter cette sous-section

Piloter des situations d’enseignement-apprentissage pour les contenus à faire apprendre, et ce, en fonction des élèves concernés et du développement des compétences visées dans le programme de formation.

Résumé :

L’art d’enseigner ne se résume pas à transmettre des connaissances, mais plutôt à faire vivre des situations complexes aux apprenants. L’enseignante se transforme donc en guide dans l’exploration de la situation, mais aussi lors de la réalisation. Les apprenants doivent pouvoir compter sur l’appui et le support de l’enseignante, sans pour autant que celle-ci ne leur révèle tout sans effort, d’où la notion d’apprentissage d’une compétence.

Niveau de maîtrise :

Je considère maîtriser certains aspects de cette compétence tels que l’encadrement des élèves lors de leurs apprentissages tout en faisant de la rétroaction ainsi qu’habiliter les élèves à travailler en coopération. J’ai développé, grâce à mes stages et à mon enseignement, des méthodes pour favoriser le travail en équipe, par exemple de former des équipes regroupant des apprenants avec divers niveaux de connaissances afin de favoriser l’entraide ou en formant des équipes où chaque membre a un rôle bien
particulier à jouer pour mettre en valeur les forces de chacun.  Le respect mutuel entre apprenants et enseignante ainsi que le dialogue permettent de créer une ambiance de travail favorable à l’apprentissage. C’est par essais et erreurs que je suis parvenue à sélectionner diverses méthodes avec lesquelles je suis confortable, mais qui peuvent être revues et corrigées selon la nature des apprenants.

 Rien ne vaut l’observation de gens d’expérience pour améliorer ma faculté à guider les élèves, donc les stages offerts au courant de ma formation ont été tout indiqués comme moyen de développement. Je n’ai toutefois pas eu l’occasion de piloter des projets de grande envergure donc, je ne me sens pas à l’aise encore au niveau de cette composante, mais je suis bien consciente que c’est en en réalisant que je deviendrai plus compétente.

Piloter des situations d’enseignement-apprentissage est une compétence qui englobe plusieurs autres compétences professionnelles et qui demande entre autres une bonne capacité à animer des activités de façon dynamique.  Piloter des situations d’enseignement-apprentissage  est l’aboutissement d’une bonne planification et met en œuvre à peu près toutes les  compétences professionnelles (gestion de classe, maîtrise  de la matière à enseigner) en plus de demander à l’enseignante d’être une guide exceptionnelle pour permettre aux apprenants de construire eux-mêmes leurs savoirs.

Objectifs de développement ultérieurs :

Bien que les périodes d’observation pendant les stages aient été relativement courtes, je considère qu’elles ont été une source importante d’inspiration au niveau du pilotage d’activités. Chaque enseignant a ses propres valeurs et sa propre personnalité ce qui fait que nous sommes tous uniques, sauf que, l’observation d'autres enseignants m’a permis de sélectionner et d’emprunter des façons d’enseigner que je trouvais intéressante. Au début de ma future carrière d’enseignante, je compte bien demander à mes collègues enseignants s’ils me permettraient de les observer, car je crois que de cette façon, je pourrai améliorer ma compétence à piloter des activités. Je continuerai également à être rigoureuse dans la planification de mes activités afin de les piloter du mieux que je peux. Je crois également que mon dynamisme à animer des activités passe par la passion que j’ai de l’enseignement, mais également, lorsque je suis moi-même motivée par une activité, j’ai noté qu’il est beaucoup plus facile de motiver les apprenants. Donc, dans le futur, je continuerai à construire des activités qui sont en lien avec mes propres valeurs et  intérêts afin de pouvoir les animer et les piloter de façon efficace et motivante pour  que les apprenants  construisent leurs propres savoirs.

 

Évaluation faite par la directrice responsable de l'accueil Commenter ce document

stage4_evaluation_direction.docx

Lors de mon  stage 4 au secondaire, j'ai eu la chance de de recevoir dans ma classe la directirce-adjointe responsable de l'accueil qui est venue m'évaluer afin de remettre cette évaluation à la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys pour que je puisse faire partie de la liste des recrues dans l'ordre de priorité de l'attribution des contrats pour septembre 2013. Cette évaluation est significative pour moi puisque j'ai reçu une rétroation de la part d'une directrice-adjointe d'école qui a posé un regard différent sur mon enseignement.

Evaluation faite par mon enseignante formatrice dans le cadre du stage 4 au secondaire Commenter ce document

stage4_evaluation_ef.docx

 C'est entre autres grâce à la réussite des stages, notamment du stage 4 que je peux dire que je suis sur la bonne voie en ce qui a trait à la maîtrise de la compétence 4.

Compétence 5: B Commenter cette sous-section

Évaluer la progression des apprentissages et le degré d’acquisition des compétences des élèves pour les contenus à faire apprendre.

Résumé :

L’évaluation dans le contexte scolaire est un incontournable puisqu’elle permet aux apprenants de savoir où ils en sont dans leurs apprentissages, mais permet également à l’enseignante de prendre le pouls par rapport à son enseignement et de réajuster le tir si nécessaire. Également, l’évaluation sert de compte rendu aux parents en ce qui concerne les acquis scolaires de leurs enfants. En d’autres mots, l’évaluation sert de baromètre des apprentissages et du degré d’acquisition des compétences à différents acteurs du milieu scolaire tel que les apprenants, les enseignants, les parents, les directions d’école ainsi que les dirigeants des commissions scolaires. Dans le contexte d’évaluation du degré d’acquisition des compétences, l’enseignante doit d’abord porter un jugement sur le degré d’acquisition de ses apprenants en se référant aux
observations qu’elle a réalisées en cours de réalisation d’activité pour ensuite, à l’aide de barèmes d’évaluation, communiquer les résultats à l’aide d’un bilan des acquis. Dans la réalisation de cette tâche, l’enseignante doit demeurer objective et partiale afin de ne pas se laisser influencer par des facteurs personnels, par exemple, qui ne seraient pas en lien direct avec le degré d’acquisition des compétences.

Niveau de maîtrise :

L’évaluation a toujours représenté pour moi un défi de taille dans ma tâche d’enseignante. Je considère l’évaluation comme un art qui se développe au cours des années et qui se peaufine grâce à l’expérience. À la fin de ma formation, mon niveau  de maîtrise en lien au développement de cette compétence demeure assez restreint et je désire ajouter d’autres cordes à mon arc en ce qui a trait à l’évaluation de mes
apprenants. Bien que j’aie suivi un cours à ce sujet dans le cadre de ma formation universitaire, les stages n’ont pas représenté pour moi une occasion particulièrement concluante me permettant de mettre pratique le développement de cette compétence. Or, en observant mes apprenants, j’ai quand même réussi, à l’aide de mes enseignants-formateurs à mettre en valeur les forces et les faiblesses de mes apprenants afin d’ajuster mon enseignement à ceux-ci. Cette compétence est entre autres cruciale si on veut mettre en pratique la pédagogie différenciée afin de répondre aux besoins spécifiques de nos apprenants. Par exemple, lors de mon dernier stage en classe d’accueil où des apprenants venus de divers milieux présentant des niveaux de français différents étaient regroupés dans la même classe, j’ai dû relever rapidement les forces et les faiblesses de chacun afin d’offrir un enseignement adapté à chacun, pour qu’ils puissent évaluer selon leur propre cheminement. Par contre, outre cette
compétence, je n’ai que très peu participé à l’élaboration des bilans des acquis (des bulletins). J’ai en fait été témoin de l’élaboration des bilans des acquis et mes enseignants-formateurs m’ont plutôt fait part de leurs propres observations sans que j’aie trop mon mot à dire. Il est difficile pour une stagiaire qui ne participe que quelques semaines à la vie en classe de porter un jugement clair et efficace sur les acquis des apprenants.

Dans le cadre de tous mes stages, j’ai assisté aux rencontres de parents où ceux-ci prennent connaissance des résultats des évaluations de leurs enfants, mais encore une fois, j’ai plutôt joué  le rôle de témoin que de participante active.

Objectifs de développement ultérieurs :

Je devrai dans le futur, continuer à développer cette compétence de façon impérative, car comme je l’ai mentionné précédemment, je ne me sens pas tout à fait à l’aise avec cette compétence. Je compte m’inspirer de grilles d’évaluation déjà disponibles et les intégrer à mon enseignement. Je devrai faire confiance à mes capacités de jugement en tant qu’enseignante et me fier à mes propres observations afin d’être une enseignante juste quant aux évaluations de mes apprenants.

Evaluation sommative Commenter ce document

stage4_test_incas.docx

J’ai par contre dû, à quelques reprises, élaborer des évaluations en lien avec mon enseignement, par exemple, dans le cadre d’une période dédiée à l’enseignement de l’univers social en classe d’accueil qui traitait du thème des Incas. Mon enseignante-formatrice m’avait demandé d’élaborer un examen en lien avec les apprentissages effectués par les apprenants. Cette évaluation s’est conclu par des résultats assez faibles de la part des apprenants ce qui m’a permis de me questionner sur mon enseignement et d’apporter des correctifs dans les activités à venir.

Grille d'autoévaluation Commenter ce document

fiche_autoevaluation.doc

Également, j’ai élaboré des grilles d’autoévaluation et d’évaluation  formative qui servaient d’évaluation du groupe de travail des apprenants.  De cette façon, en récupérant les grilles complétées par les apprenants, j’ai pu mieux mesurer les forces et les faiblesses des apprenants.

Compétence 6: C Commenter cette sous-section

Planifier, organiser et superviser le mode de fonctionnement du groupe-classe en vue de favoriser l’apprentissage et la socialisation des élèves.

Résumé :

La compétence 6 regroupe l’ensemble des mesures, des actions et des stratégies prises par l’enseignante dans le but de faire de sa classe, un endroit propice aux apprentissages. L’enseignante doit avoir de bonnes compétences didactiques afin de favoriser les apprentissages dans sa classe, mais elle doit également mettre en place des stratégies efficaces, variées et justes afin que les apprenants adoptent des comportements appropriés qui favoriseront le développement et le respect mutuel de chaque membre du groupe-classe. En d’autres mots, la compétence 6 ne rime pas seulement qu’avec discipline en classe, elle suggère plutôt l’adoption, en collaboration avec les apprenants, d’un système de fonctionnement du déroulement de la classe où chacun se sentira respecter et où les attentes de l’enseignante quant au comportement des apprenants seront claires pour tous.

Niveau de maîtrise :

Comme enseignante, afin d’établir un environnement propice aux apprentissages, celle-ci doit d’abord connaître ses propres limites. C’est-à-dire qu’une enseignante doit prioriser ce qui est important pour elle dans le bon fonctionnement du déroulement de la classe. J’ai appris, grâce à mes stages, que l’application des principes en gestion est un travail  de longue haleine et que du temps doit y être consacré. Par exemple, j’ai constaté en stage que je suis une personne qui est intolérante au bruit, donc j’ai adopté des stratégies qui visaient à minimiser le bruit dans la classe; j’attendais toujours d’avoir le silence des apprenants avant de parler. J’ai développé une stratégie efficace afin de parvenir à cet objectif, celle de baisser le ton de ma voix et ainsi, presque
qu’automatiquement, les apprenants se taisaient pour comprendre ce que je disais. Également, l’humour est un moyen que j’ai adopté autant avec les apprenants adultes que les adolescents pour faire respecter les règles de la classe.

Pour moi, ce qui est le plus important en ce qui a trait à la gestion de classe est de prioriser quelques problèmes qui nuisent au bon fonctionnement du groupe-classe et de m’y attarder avec fermeté et constance d’abord. Par la suite, une fois que ces problèmes auront été corrigés, je peux m’attarder à d’autres aspects nuisibles à la classe. Voilà pourquoi il est primordial qu’une enseignante connaisse bien ses limites afin de cerner et prioriser ce qui est important  pour elle.

Bien que j’aie pu, grâce à mes stages, développer quelques stratégies de gestion de classe efficace en lien avec mes propres limites, je considère que l’expérience que je vais acquérir avec les années comme enseignante va m’aider à mettre en place des stratégies encore plus efficaces. Par contre, je considère également posséder une base qui favorise l’apprentissage et la socialisation des élèves du primaire et du secondaire en classe. Toutefois, avec le public adulte, j’ai développé avec les années des moyens et des compétences qui me sont propres et qui me permettent d’être à l’aise et en
contrôle avec mes apprenants. 

Objectifs de développement ultérieurs :

Lorsque l’on devient responsable d’une classe dans le contexte des stages, des routines et des règles de classe sont déjà instaurées et nous devons, comme stagiaire, les faire respecter. Or, lorsque j’aurai ma classe à moi, je devrai instaurer des routines qui me sont propres et qui seront adaptées à mes apprenants. Je crois également qu’avec l’expérience, je commettrai parfois des erreurs au niveau de la gestion de classe, ce qui est normal comme nouvelle enseignante et c’est grâce à ses erreurs et à  mes réflexions que je pourrai ajuster mes interventions. Je crois aussi qu’il me sera plus facile dans le futur de mieux anticiper des problèmes qui pourraient survenir et donc, de planifier des mesures afin de les prévenir.

Travail réalisé dans le cadre du cours de gestion de classe en préparation au stage au secondaire Commenter ce document

gestion_tp_final.docx

Dans le cadre du cours de gestion de classe que j’ai suivi pendant ma
formation universitaire, nous avions dû faire un travail qui nous préparait à
notre stage 3 au secondaire. Nous devions déjà anticiper des problèmes que nous
pourrions rencontrer dans notre classe et mettre en place des stratégies afin
d’y remédier. Ce que j’avais surtout apprécié de ce travail et trouvé pertinent
était le fait que nous devions nous attarder à quelques problèmes en
particulier et trouver des solutions. Donc, pendant mon stage, j’avais cerné
ces mêmes problèmes et j’ai pu mettre en pratique les solutions auxquelles j'avais réfléchi.

 

Compétence 7: C Commenter cette sous-section

Adapter ses interventions aux besoins et aux caractéristiques des élèves présentant des difficultés d’apprentissage, d’adaptation ou un handicap.

Résumé :

Le travail d’un enseignant ne se résume pas seulement à guider l’élève dans ses apprentissages, mais aussi à apprendre à connaître ses forces et défis personnels et ainsi respecter ses difficultés et en tenir compte chaque fois que l’on doit intervenir.  Aussi, les liens créés avec chaque membre du groupe permettent à l’enseignante de répondre chaleureusement aux besoins psychologiques et affectifs des élèves.

Niveau de maîtrise :

J’ai eu la chance de travailler avec un public en francisation alpha pendant deux sessions à la CSDM. Cette expérience m’a demandé une grande capacité d’adaptation puisque je ne connaissais pas ce public particulier. Je me suis donc tournée vers la conseillère pédagogique du centre qui m’a fourni du matériel spécialisé et qui m’a éclairée en me donnant de précieux conseils quant à la didactique. Je dois ajouter que mes collègues expérimentés m’ont également aidée en me donnant plusieurs conseils et je me suis toujours sentie à l’aise de demander de l’aide lorsque je me sentais un peu perdue.

Le fait de travailler avec des adultes immigrants représente parfois un contact avec des gens vivant des difficultés graves au niveau social ou familial. En tant qu’enseignante en francisation, nous représentons souvent le premier contact qu’ont ces immigrants avec une personne de la société d’accueil. Ainsi, nous devenons également une personne-ressource à qui ceux-ci peuvent se confier ou demander de l’aide. Malheureusement, notre formation et notre rôle d’enseignante ne nous permettent pas toujours de répondre adéquatement à leurs besoins plus particuliers. Il est donc primordial de bien connaître les ressources offertes dans notre milieu d’enseignement afin de les référer à la bonne personne. Dans le passé, j’ai dû, à quelques reprises, recommander des apprenants à des personnes-ressources et je n’hésite jamais à le faire lorsque je perçois qu’un d’entre eux pourrait vivre des difficultés. De plus, je crois être une personne capable de s’adapter facilement au public avec lequel elle travaille tout en prenant soin de bien cerner les besoins et intérêts de ses apprenants. Pour ce faire, je dois m'informer et être au courant des différents programmes d'études, par exemple, qui pourraient d'adresser au public auquel j'enseigne pour pouvoir les diriger vers des ressources répondant à leur besoin.

Cette compétence se renouvelle chaque fois que l’on aborde un nouveau milieu ou un nouveau groupe-classe.  Connaître profondément ses élèves demande du temps et de l’implication personnelle.  Il est donc important d’utiliser tous les moyens mis à sa disposition : consulter les dossiers d’aide particulière, les plans d’intervention adaptés, discuter avec les élèves en individuel et avec l’équipe d’intervenants et noter ses observations au niveau des apprentissages et du comportement.

Je n’ai jamais eu à devoir intégrer un élève handicapé  dans ma salle de classe  tout comme je ne suis pas familière avec un plan d’intervention adapté. Il aurait été intéressant qu’au terme de ma formation, je puisse être familiarisée avec ce type de mesure adaptative.

Objectifs de développement ultérieurs :

Je devrai redoubler d’effort dans le futur quant au développement de cette compétence en ce qui a trait à la conception et à la mise en œuvre d’un plan d’intervention spécifique pour les élèves en difficulté. Dans le cadre de mes stages, je n’ai jamais eu d’élèves qui avaient un plan d’intervention, donc je n’en ai même jamais vu! Ainsi, si tel est le cas avec mes futurs élèves, je devrai collaborer étroitement avec la direction de l’école et les divers intervenants (technicien spécialisé, psycho éducateur, psychologue, etc.) impliqués dans l’élaboration des plans d’intervention pour que ceux-ci me guident et m’expliquent de quoi il s’agit plus en détail.

J’aimerais également suivre des formations offertes par les commissions scolaires à ce sujet afin d’être mieux outillée quant aux interventions à entreprendre avec les élèves avec des  difficultés d’apprentissage, d’adaptation ou d’un handicap.

 

Lettre d'attestation prouvant que j'ai observé une classe en adaptation scolaire Commenter ce document

lettre_madameGill.docx

À un moment de ma formation et de mon cheminement,  j’ai eu envie d’aller voir d’autres réalités qui existent dans les écoles québécoises, par exemple, une classe d’adaptation scolaire et sociale. Les problématiques et les défis rencontrés par ces
enseignants me sont complètement inconnus et je dois dire que le cours sur les EHDAA que nous avons suivi à la session d’automne m’a mis la puce à l’oreille sur cette réalité. J’ai donc pris l’initiative de demander à une enseignante de m’accueillir dans sa classe. J’en ai profité pour prendre des notes sur la gestion de classe et sur les techniques de différenciation qui sont omniprésentes.

http://www.ledevoir.com/societe/education/332626/education-des-adultes-lorsque-la-francisation-s-adapte-a-la-realite Commenter ce document

http://www.ledevoir.com/societe/education/332626/education-des-adultes-lorsque-la-francisation-s-adapte-a-la-realite

C'est en lisant le journal que je suis tombée sur un article fort intéressant qui parle d'un programme mis sur pied spécialement pour les apprenants adultes des classes de francisation-alpha afin de faciliter leur intégration et ainsi, leur adaptation à la société québécoise.

Compétence 8: B Commenter cette sous-section


Intégrer les technologies de l’information et des communications aux fins de préparation et de pilotage d’activités d’enseignement-apprentissage, de gestion de l’enseignement et de développement professionnel.


Résumé :

Une enseignante doit savoir utiliser les technologies de l’information et des communications (TIC) pour préparer ses cours et élaborer des situations d’apprentissage ainsi que de les faire vivre aux élèves grâce à ces médiums.  De plus,
la formation continue d’une enseignante commence par le désir de s’informer et demeurer à jour par rapport au développement des TIC.


Niveau de maîtrise :

J’ai eu la chance de travailler, pendant mon stage 3, avec un tableau interactif. Par contre, puisque le stage a été de courte durée, mon expérience à exploiter toutes les possibilités qu’offre ce genre de technologie en classe est demeuré assez élémentaire.

Ce que j’utilise déjà dans mon enseignement se retrouve sur Internet à travers différentes banques d’activités, d’exercices et de situations d’apprentissage et d’évaluation. De plus, je sais produire des documents PowerPoint et j’en utilise déjà dans mon enseignement afin de diversifier les outils multimédias en classe. Je crois aussi que l’utilisation de tels documents peut répondre aux besoins d’apprenants ayant un profil plutôt visuel dans leur façon d’apprendre tout en rendant plus dynamique et intéressante une leçon.

L’utilisation efficace des TIC permet de communiquer de l’information de façon concrète par exemple, lorsqu’il s’agit d’enseigner du nouveau vocabulaire. Par contre, l’image que je me suis faite au niveau de l’utilisation des TIC dans les écoles est plutôt négative. À la lumière de ma propre expérience, j’ai plutôt perçu l’utilisation des TIC comme étant souvent réservée à des fins de divertissement par les élèves lorsque des périodes au laboratoire d’informatique étaient prévues dans l’horaire. Je condamne un peu cette pratique que j’ai observée, car je soutiens que les TIC peuvent venir appuyer l’enseignement en le rendant efficace à des fins de communication et de recherche tout en devenant pertinent et approprié au moment de créer des SAÉ. Or, le libre usage d’internet qui est parfois prévu par les enseignants n’a aucun but pédagogique et ne  fait qu’augmenter le nombre d’heures passé par les jeunes devant un ordinateur.

 

Objectifs de développement ultérieurs 

Par contre, je dois redoubler d’efforts pour intégrer les TIC dans mon enseignement et je dois me donner la chance de faire des tentatives afin de vraiment en mesurer les impacts positifs pour mes apprenants. Je suis ouverte à l’idée de m’améliorer et je saisis l’importance de cette compétence pour la stimulation des apprenants, autant jeunes qu’adultes. Ainsi, je souhaite participer aux formations reliées aux TIC offertes par les commissions scolaires qui favorisent le développement professionnel de l’enseignante et utiliser les connaissances de base que je possède déjà afin de les mettre au profil des apprenants.

Le temps des sucres.ppt Commenter ce document

Le temps des sucres.ppt

C’est dans une optique de piloter une activité d’enseignement-apprentissage à l’aide d’outils multimédias variés que j’ai créé une présentation sur le thème de la «cabane à sucre». Afin de préparer les apprenants à une sortie éventuelle à la «cabane à sucre», j’ai cru bon utiliser l’éventail de possibilités qu’offre un logiciel comme PowerPoint pour pouvoir imager le vocabulaire nouveau à enseigner et me référer à des sites internet pour trouver l’information relative au thème. À l’aide d’un ordinateur et d’un projecteur, j’ai réussi à capter toute l’attention des apprenants grâce à cette présentation qui me semble fort dynamique et pertinente.            

Le site du CCDMD (adultes) Commenter ce document

http://www.ccdmd.qc.ca/fr/

J’utilise fréquemment divers sites internet afin de trouver des activités pour différents public: le site ccdmd pour les adultes ou encore, le portail de la CSDM pour avoir accès à une foule d’activités diversifiées.

Le portail de la CSDM Commenter ce document

http://portail.csdm.qc.ca/Anonym/Accueil/default.asp

De plus, le portail de la CSDM permet de diffuser une panoplie d’information pertinente pour les enseignants tout en nous permettant d’échanger des courriels avec nos collègues.

Le site du centre des enseignants Commenter ce document

http://www.centredesenseignants.qc.ca/

Également, les TIC me permettent d’obtenir une panoplie d’informations en ce qui concerne  entre autres les différentes formations offertes. Il ne s’agit que de s’inscrire afin de recevoir de l’information et de faire partie d’un réseau diffusant une foule de formation pertinentes. Un organisme œuvre de la sorte auprès des enseignants: le centre des enseignantes et enseignants (CEE).  Ainsi, je peux toujours être au courant des formations offertes par ce centre et choisir de m’inscrire en ligne si le sujet m’intéresse.

Compétence 9: B Commenter cette sous-section

 

Coopérer avec l’équipe-école, les parents, les différents partenaires sociaux et les élèves en vue de l’atteinte des objectifs éducatifs de l’école.

Résumé: 

Pour favoriser la réussite des élèves, une bonne enseignante se doit de coopérer, entre autres, avec les différents acteurs de l’école. Par exemple, l’enseignante participe activement aux réunions de l’équipe-école et elle participe aux différents projets de l’école. Pour ce faire, elle peut faire des propositions et émettre son opinion quant aux différents projets ou comités. Évidemment, elle incite les élèves à y participer et à s’impliquer dans la vie scolaire. Par exemple, elle les invite à participer aux différents comités leur étant proposés et à s’inscrire aux activités parascolaires.

Par ailleurs, l’enseignante collabore avec les parents des élèves. C’est-à-dire qu’elle les informe des modalités de fonctionnement et de gestion de sa classe et de son enseignement, puis elle les rencontre régulièrement, soit lors des réunions de parents. Elle peut aussi les inviter aussi à participer à différents projets réalisés en classe, ou encore, lors d’expositions mettant en valeur le travail des élèves. C’est ce qui contribuera à établir une relation de qualité avec eux.

Finalement, la collaboration avec la communauté n’est pas à négliger. En effet, pour favoriser la réussite de ses élèves, l’enseignante se doit de connaître et de coopérer avec les différents partenaires de l’école et d’informer ses élèves des services qui s’offrent à eux. 

Niveau de maîtrise :

Dans le cadre des stages, je n’avais évidemment pas le choix des comités auxquels je souhaitais participer dans l’école, je devais me contenter d’assister aux activités et réunions de comités auxquelles mes enseignants formateurs participaient déjà. Par contre, lors de mon stage 4, mon enseignante formatrice était impliquée dans la vie étudiante. J’ai participé avec elle aux réunions afin d’organiser des activités pour souligner la journée de la St-Valentin à l’école. J’ai pu, à ma façon, m’impliquer defaçon active à la réalisation de journées thématiques pour la St-Valentin. Je me sentais très à l’aise de le faire et je peux dire que j’ai pris en quelques sortes les guides des activités pour ce thème. Ce que j’ai le plus apprécié lors de ces journées a été le contact que j’ai pu avoir avec les élèves, et ce, en dehors des heures de classe. J’ai pu, en quelque sorte, prendre le pouls de la dynamique de l’école puisque les activités de déroulaient sur la place publique de l’école et tout en étant impliquée dans les diverses activités, j’ai joué le rôle d’observatrice. Il m’a semblé important comme enseignante  de «sortir» de ma salle de classe afin de participer aux activités afin de percevoir l’école comme étant un lieu social et non seulement pédagogique.

Dans un autre ordre d’idée, ma collaboration avec les parents a été plutôt minime, encore une fois dû à mon rôle de stagiaire qui ne se prêtait à ce genre de collaboration.

J’ai également participé aux rencontres d’équipe de l’accueil dans le cadre de mon stage 4. En fait, en milieu d’année, mon enseignante-formatrice avait la possibilité de changer quelques élèves de niveau en recommandant qu’ils intègrent les classes régulières ou la classe d’accueil avancé. Elle m’a énormément impliquée dans ce processus, en me demandant entre autres, mon opinion et mon jugement quant à leur intégration en classe régulière. Nous avons dû également travailler de pair avec l’enseignante de la classe d’accueil avancé dans ce processus. Également, la direction d’école était impliquée dans ce processus au niveau de la logistique (les places disponibles dans les groupes). Or, je me suis rendu compte que bien que tous les acteurs de l’école travaillent ensemble à la réussite des élèves, il n’en demeure pas moins que des facteurs tels que le budget ou la disponibilité à accueillir de nouveaux élèves dans des groupes en milieu d’année viennent parfois freiner les initiatives des enseignants sur ce qu’ils croient être le meilleur pour leurs élèves au niveau de leur cheminement et de leur réussite.

Objectifs de développement ultérieur :

Pendant mon stage 4, j’ai découvert que j’avais beaucoup aimé  travailler à l’organisation d’activités dans le cadre de la vie étudiante. Je compte donc, dans le futur, faire partie de différents comités en lien avec la vie étudiante qui m’a semblé une façon dynamique de m’impliquer dans l’école.

Également, de façon naturelle, j’aime travailler en équipe et collaborer avec mes collègues. Donc, je crois que dans le futur, je garderai cet esprit de collaboration afin de travailler conjointement avec les divers acteurs du milieu scolaire dans l’optique de réussite de mes élèves.

Article «l'abc de la communication entre parents et enseignants» de Laurence Houllier Commenter ce document

http://www.mels.gouv.qc.ca/sections/viepedagogique/numeros/142/vp142_25-27.pdf

Tout comme le mentionne l'auteur, je crois moi aussi qu'il est primordial pour la réusssite des jeunes que les parents et les enseignants travaillent de pair. Toute l'éducation des jeunes ne reposent entièrement sur les épaules des enseignants ni uniquement  sur celles des parents. Voilà donc pourquoi, à mon avis, les enseignants ont le devoir d'impliquer les parents dans le processus scolaire de leurs enfants en leur faisant part le plus souvent possible du cheminement de leurs enfants, en les inivitant à s'impliquer activement dans les activités de la classe ou de l'école et en maintenant une relation cordiale et chaleureuse avec eux.

Phots prise à la suite d'une sortie au Mont-Tremblan avec les apprenants en francisation-alpha du centre William-Hingston, commission scolaire de Montréal Commenter ce document

mont_tremblant_alpha.docx

Par contre, dans le cadre de mon travail d’enseignante en francisation, j’ai souvent organisé des activités, des sorties en collaboration avec d’autres enseignans, comme au Mont-Tremblant par exemple. Ces sorties pédagogiques sont intéressantes au niveau des liens que l’on peut établir avec nos collègues, mais aussi avec nos apprenants. En maintenant de bons liens avec eux, j’ai pu observer que par la suite, en classe, les apprentissages se font mieux, car un lien de confiance se créé entre l’enseignante et les apprenants.

Compétence 10: B Commenter cette sous-section

 

Travailler de concert avec les membres de l’équipe pédagogique à la réalisation des tâches permettant le développement et l’évaluation des compétences visées dans le programme de formation, et ce, en fonction des élèves concernés.  

Résumé: 

Pour favoriser les apprentissages des élèves et les consolider d’une façon optimale, l’enseignante doit collaborer avec les membres de l’équipe-cycle. De cette façon, ces derniers pourront déterminer les objectifs à atteindre et s’entendre sur les contenus à enseigner, les modalités d’évaluation, etc. Ces derniers peuvent aussi travailler de concert à la création de situations d’apprentissage ou de projets requérant également la coopération entre les élèves de différentes classes et de différents niveaux.
Évidemment, ces projets rejoignent les objectifs établis par l’équipe pédagogique (équipe-cycle) et visent le développement des diverses compétences établies par le programme de formation.

L’enseignante doit s’engager sérieusement au sein de l’équipe pédagogique. C’est-à-dire qu’elle participe activement aux rencontres et elle se conforme aux échéances et aux horaires déterminés par celle-ci. De plus, elle respecte les modalités et les objectifs que l’équipe a établis par consensus. Dans le but de constamment améliorer les
différentes actions pédagogiques, l’enseignante émet des suggestions.  


Niveau de maîtrise :

Dans le cadre de mes études universitaires, j’ai dû travailler beaucoup en collaboration avec mes collègues dans l’élaboration de divers travaux d’équipe. Chaque fois, j’appréciais énormément les échanges qui ressortaient des réunions d’équipe et je constatais que j’apprenais également à échanger avec mes collègues. Dans mes stages, j’avais également la chance de travailler de pair avec mes enseignants-formateurs qui me guidaient et avec qui je pouvais échanger sur des idées au niveau de la conception de mes activités. Bien que nous soyons formés à travailler en équipe, d’après ce que j’ai observé pendant mes stages, il me semble que le travail d’une enseignante se fait de façon assez solitaire. Or, il est primordial de travailler en collaboration
avec une équipe pédagogique afin de recréer ces équipes de travail où les échanges sont formateurs et enrichissants.

Également, il est important  que les enseignants d’un même cycle se mettent d’accord sur les contenus à enseigner et les échéances à suivre afin d’établir une unicité entre les groupes et ainsi, uniformiser les contenus à enseigner au sein d’un même cycle. De cette façon, les élèves cheminent dans la même direction et l’évolution de leurs apprentissages se fait de manière plus harmonieuse.

Objectifs de développement ultérieur :

Je souhaite faire partie, dans le futur, d’une équipe pédagogique dynamique et où un esprit de collaboration règnera. J’ai toujours apprécié travailler en équipe comme je l’ai mentionné précédemment et je souhaite sincèrement pouvoir évoluer comme enseignante  au sein d’une équipe de travail stimulante. Je suis également consciente que comme future jeune enseignante, il me reste encore beaucoup de détails à apprendre au niveau des différents programmes de formation et je compte bien profiter de l’appui des membres du personnel enseignant afin de poursuivre ma formation à ce niveau.

 

Article: «De quelques facteurs facilitant l’intensification de la collaboration au travail parmi les enseignants : le cas des enseignants canadiens» de Claude Lessard Commenter ce document

http://www.cairn.info.proxy.bibliotheques.uqam.ca:2048/revue-education-et-societes-2009-1-page-59.htm

Comme future enseignante qui se soucie de sa formation professionnelle, je consulte parfois des articles ou des résultats de recherche en lien avec l'éducation afin de parfaire mes connaissances dans mon domaine de spécialité. J'ai choisi de présenter un article qui rejoint assez bien ma pensée en ce qui a trait à la collaboration entre enseignants afin de maximiser les résultats scolaires des élèves. Depuis l'émergence du socioconstructivisme, la collaboration entre enseignants est venue changer les moeurs qui peignaient la profession enseignane comme un domaine où chacun cheminait de façon plutôt solitaire. Or, aujourd'hui, des recherches ont prouvé les nombreux avantages et retombées positives de la collaboration entre enseignants autant pour ceux-ci que pour les apprenants.

Compétence 11: A Commenter cette sous-section


S’engager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel.


Résumé :

Faire partie d’une équipe-école ou d’une équipe-matière est important dans le travail ponctuel et la planification à long terme d’une enseignante. Les échanges entre collègues et avec la direction amènent des idées nouvelles et des projets intéressants et motivants pour les élèves. Aussi, l’analyse réflexive est le meilleur moyen pour comprendre, modifier et améliorer sa démarche d’enseignante de jour en jour.


Niveau de maîtrise :

Lors de mes stages, j’ai dû mettre en œuvre de façon récurrente cette compétence en produisant chaque jour un bilan réflexif sur mon enseignement ainsi qu’en faisant un retour sur chaque période d’enseignement. Je dois admettre que ces bilans  et retours
réflexifs m’ont servi d’une manière exceptionnelle à prendre du recul face à mon enseignement pour ensuite, me permettre de réajuster mes pratiques et de prendre conscience du pourquoi mes interventions avaient ou n’avaient pas engendré les résultats attendus. Suite à ces analyses réflexives, il était beaucoup plus facile de réinvestir les résultats positifs dans mon enseignement et de comprendre ce que je devais réajuster. Il est primordial d’ajouter que les commentaires de mes enseignants associés lors du retour sur les périodes d’enseignement ont joué un rôle très formateur sur la façon de m’autoévaluer.

Connaître ses forces et  ses limites en tant qu’enseignante est un travail de longue haleine qui demande beaucoup d’honnêteté et une bonne connaissance de soi. Je peux dire que la réalisation de ce portfolio permet entre autres de mener une démarche réflexive sur mon cheminement et de me situer face aux divers défis et exigences  que présente le travail d’une enseignante.

Je réfléchis quotidiennement aux divers événements tant positifs que négatifs qui se sont produits dans ma salle de classe. De plus, je suis toujours parvenue à créer de bons liens avec mes enseignants formateurs ce qui m’a permis jusqu’à maintenant de pouvoir échanger sur divers problèmes ou questionnements que je peux rencontrer.

Objectifs de développement ultérieurs :

À l’avenir, je compte poursuivre ma réflexion, toujours en la reproduisant à l’écrit pour pouvoir trouver des solutions de manière concrète.   La tenue d’un journal de bord est un excellent moyen de prendre du recul par rapport aux événements de la journée, analyser ses interventions et penser à des moyens pour remédier à la situation, si cela est nécessaire. S’impliquer dans différents comités-écoles et participer aux réunions ainsi que faire partie prenante de l’équipe d’enseignants favorisent la démarche collective d’une enseignante et je compte bien en faire partie dans la cadre de mon travail d’enseignante.

Bilan réflexif d'une semaine de stage dans le contexte de classes de français langue étrangère au Mexique Commenter ce document

stage_mex_bilan_reflexif.docx

J'ai choisi d'intégrer pour la compétence 11 un bilan réflexif que j'ai produit pendant la troisième et dernière semaine de mon stage à l'étranger. Étant dans un environnement différent duquel je suis habituée d'évoluer, je dois avouer que les bilans réflexifs m'ont beaucoup aidé à mieux comprendre ma nouvelle réalité et à mieux cerner les changements auxquels j'étais confrontée. C'est en écrivant que j'ai pu pousser ma réflexion plus loin et cela m'a grandement aidé à faire ressortir tous les aspects positifs d'une telle expérience que représente un stage à l'étranger. 

Bilan réflexif dans le contexte d'une classe d'accueil au primaire Commenter ce document

stage_rapport_deux.doc

Lors de mes stages, ces réflexions et ces bilans étaient évalués, je suis en mesure d’admettre que ma capacité à m’analyser et à m’autoréguler ont répondu aux exigences  du programme d’enseignement

Compétence 12: A Commenter cette sous-section

 

Agir de façon éthique et responsable dans l’exercice de ses fonctions.

Résumé :

Le travail d’une enseignante est teinté d’ouverture aux autres, de discernement, de respect de l’autre, de confidentialité des informations personnelles de ses élèves, mais surtout de jugement. Il faut savoir juger globalement un élève dans ses apprentissages, mais aussi savoir expliquer ce jugement aux parents de façon professionnelle.


Niveau de maîtrise :

En étant passionnée par  la profession que j'ai choisie, je crois fournir aux apprenants l’attention et l’accompagnement dont ils ont besoin.  Je porte une attention particulière à la confidentialité des informations que je véhicule concernant mes apprenants. Il est toujours possible de parler avec des collègues des problèmes que l’on rencontre dans notre classe et ce, sans jamais dévoiler d’informations considérées trop personnelles ou le nom de l’apprenant. Dans le cadre des diverses évaluations auxquelles j’ai été soumise au cours des dernières années, je crois que j’ai été en mesure de prouver que j’agis de façon éthique, professionnelle et responsable dans le cadre de mes fonctions d’enseignante.

Jusqu’à présent, mon jugement professionnel a toujours été adéquat dans la prise de décision. J’agis comme une professionnelle de l’enseignement dans la pratique de mes fonctions et ceci m’a valu des commentaires positifs de mes employeurs.

La fonction d’enseignante comprend divers droits et devoirs.  À chacun de bien s’informer de ceux-ci et faire confiance en son jugement professionnel. Bien que je m’adresse souvent à mes collègues pour leur demander de l’aide ou leur point de vue face à une situation que je vis dans ma classe, je demeure toujours discrète et ne mentionne jamais le nom de l’apprenant avec qui je rencontre une difficulté et je ressens toujours un malaise lorsque mes collègues agissent de la sorte. Lorsque j’ai planifié diverses activités pendant mon stage, j’ai porté attention à pouvoir toujours répondre de mes choix et de les justifier.

Objectifs de développement ultérieur :

Je crois qu’en continuant de cheminer dans la profession, je rencontrerai d’autres situations qui me confronteront à mes valeurs et à mes croyances et j’espère continuer à agir avec discernement, respect et toujours dans le meilleur intérêt des apprenants.

 

Rapport d'évaluation en lien avec ma compétence éthique dans le cadre de mes fonctions comme enseignante en francisation Commenter ce document

micc_ethqiue.docx

J'ai eu à subir une évaluation dans le cadre de mes fonctions comme enseignante en francisation au ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles et comme le démontre le rapport d'évaluation, j'ai été considérée par mes supérieurs comme étant une enseignante exerçant la profession en faisant preuve d'éthique.

micc_ethqiue.docx (267.1 ko)

Évaluation de mon stage aux adultes concernant la compétence en lien avec l'éthique Commenter ce document

certificat_ethique.docx

Dans le cadre de mon stage aux adultes, l'évaluatrice de l'UQAM a constaté également que j'étais une stagiaire qui faisait preuve d'une éthique professionnelle dans l'exercice des fonctions qui m'étaient attribuées.

Bilan réflexif Commenter cette section

À mon sens, un bilan réflexif sert d’introspection qui se veut «l’action de regarder» à l’intérieur de soi. Comme individu, il nous faut prendre des instants pour faire cet exercice et tenter de poser un regard sur ce qui se passe à l’intérieur de nous pour ensuite, mieux cheminer. Le présent bilan réflexif sur quelques aspects de la profession enseignante se veut une réflexion quant au cheminement que j’ai effectué tout au long de mon parcours universitaire. À savoir quelles étaient mes conceptions sur des points bien spécifiques de la profession enseignante et où j’en suis maintenant, à quelques semaines, voire quelques mois d’enfin voler de mes propres ailes en mettant en action le bagage que je me suis construit tout au long de ma formation. J’ai choisi de faire cet exercice d’introspection sur ma conception de la gestion de classe, sur les qualités que doit posséder un enseignant pour avoir du succès et enfin, la collaboration avec les collègues.

La gestion de classe :

Lorsque j’ai commencé ma formation en enseignement du français langue seconde, ma conception de la gestion de classe était bien différence de celle que je conçois maintenant. À mon entrée au baccalauréat, j’avais déjà  complété le certificat en enseignement du français langue seconde. De plus, j’avais cumulé quelques années d’expérience en enseignement aux adultes et quelques mois en enseignement de l’espagnol au secondaire. Il était évident pour moi, à l’époque, que j’allais entreprendre une carrière en enseignement aux adultes, car disons-le, j’étais en quelque sorte terrorisée par la discipline à devoir faire respecter en classe, surtout au secondaire.

Mon manque de formation et d’expérience au niveau des techniques de gestion de classe ont fait que je me suis basée uniquement sur les conseils de mes collègues et je considérais ces conseils comme étant des recettes magiques que je devais appliquer pour résoudre les problèmes de discipline que je vivais continuellement en classe. Évidemment, pour toutes ces raisons, ma gestion de classe était déficiente. Par contre, j’avais découvert que le fait de proposer des activités en lien avec les intérêts des élèves me permettait d’attirer leur attention et leur comportement devenait adéquat. En somme, les seules techniques de gestion de classe que je connaissais et que j’appliquais étaient celles proposées par l’école; les retenues et les interventions en classe du directeur responsable de la discipline.

Par contre, aujourd’hui, je peux affirmer que j’ai beaucoup évolué quant à cette compétence et je constate que le chemin que j’ai parcouru depuis mes premières expériences en enseignement est considérable. J’ai constaté que même avec un public adulte, tout groupe a besoin d’un chef à qui se référer. Aujourd’hui plus confiante en mes moyens, je suis capable de jouer ce rôle au sein d’un groupe d’apprenants et j’ai acquis la maturité suffisante pour être capable d’être moi-même un modèle à suivre au niveau de mon jugement et de mes comportements, par exemple.

J’ai également constaté qu’une enseignante qui possède une bonne gestion de classe est celle qui connaît ses limites, ses propres limites. En gestion de classe, il n’existe donc aucune recette magique, mais il existe plutôt diverses techniques et c’est grâce à une bonne connaissance de soi que nous parvenons à sélectionner celles qui nous conviennent le mieux. Cependant, cela représente un processus marqué d’essais et erreurs et qui nous demande constamment de se réajuster dépendant des apprenants avec qui nous travaillons.

Se connaître comme individu est un travail de longue haleine et il en est de même comme professionnel. Sauf que, en étant à l’écoute de soi et en se respectant, nous parvenons à bien cerner nos limites et c’est ce que j’ai tenté de faire dans le cadre de mes stages ou de mon enseignement. Je peux donc dire que mes techniques de gestion sont aujourd’hui plus efficaces, car les stages m’ont permis entre autres de mieux me situer comme enseignante et de mieux me connaître comme individu.

Également, je ne voyais pas la gestion de classe comme étant une compétence primordiale afin de permettre les apprentissages dans la salle de classe; je la percevais plutôt comme un mal nécessaire auquel chaque enseignant devait connaître les rudiments.  Je crois que cette conception de la gestion de classe (un outil qui favorise les apprentissages)  est venue faire tomber plusieurs tabous et craintes que j’avais en lien avec cette compétence. J’ai toujours eu à cœur la réussite des mes apprenants et le jour où j’ai compris que la gestion de classe était en fait un outil de plus que je possédais afin de conduire mes apprenants vers la réussite scolaire, j’ai cessé d’avoir peur,entre autres d’enseigner au secondaire.

Une bonne gestion de classe, à mon sens, est le regroupement de techniques choisies par l’enseignante selon ses propres valeurs et besoins. Également, inclure les élèves dans cette gestion est absolument nécessaire afin qu’ils puissent eux aussi, travailler de concert avec l’enseignante dans l’aboutissement ultime d’un bon climat de classe; favoriser les apprentissages. Je crois également que les comportements adéquats dans la salle de classe doivent d’abord être prescrits par l’enseignante elle-même qui se doit, en tout temps, de jouer un rôle de modèle et de chef dans la classe et dans l’école.

Les qualités que doit posséder un enseignant pour avoir du succès :

À travers mes observations d’enseignants dans le cadre de mes stages et en dehors de ceux-ci, je peux affirmer qu’autant il y a d’enseignants, autant il y a de façons de faire différentes. Bien que nous ayons à peu près tous reçu la même formation, la façon dont nous l’analysons et nous nous l’approprions diffère grandement d’un enseignant à l’autre. Cela est entre autres attribuable au fait que nous sommes tous des êtres humains différents. En plus, l’enseignement est une profession axée sur l’humain qui nous amène à travers chaque étape de notre cheminement de fournir un don de soi immense et constant. En plus de posséder une solide formation grâce à celle que j’ai eu la chance de suivre à l’UQAM, les qualités personnelles que possède un enseignant viennent teinter significativement son enseignement et sa prise de décision. Au moment de poser des actes pédagogiques, l’enseignant est la plupart du temps en situation où il est placé sur la sellette, dans le feu de l'action, et où son temps de
réflexion est amoindri. Ainsi, l’enseignant doit être capable de s’adapter rapidement à une situation nouvelle en plus de posséder d’excellentes capacités à gérer et à garder son calme et à ne pas se laisser déstabiliser.

Un enseignant qui a du succès est celui qui est capable de se détacher d’une situation déplaisante et de ne pas considérer comme personnel les commentaires parfois blessants des apprenants (ou de ses collègues).  Ainsi, il peut garder la tête hors de l’eau et continuer à avancer sans trébucher à chaque difficulté qu’il rencontre.

Également, selon moi, un enseignant doit posséder d’excellentes capacités d’écoute afin de bien cerner les intérêts de ses apprenants, d’être attentif à ce qui se passe dans la classe, mais surtout, de s’ajuster  aux interactions qu’il peut avoir avec ses apprenants. Si nous nous situons à un autre niveau de l’enseignement, celui où l’enseignant joue parfois le rôle de psychologue ou de confident, les qualités d’écoute sont d’autant plus importantes afin d’accueillir les apprenants de façon respectueuse et chaleureuse pour bien les guider dans la résolution de leurs problèmes personnels.

Enfin, un enseignant a du succès lorsqu’il démontre de la flexibilité avec ses apprenants, lorsqu’ils les traitent comme des êtres humains et non comme des numéros et qu’il est capable, en étant flexible, de pouvoir s’ajuster aux besoins particuliers de chacun.  La flexibilité est une qualité qui demande énormément de compréhension et d’empathie pour les humains avec qui nous travaillons. Un enseignant se doit également d’être juste et de faire preuve d’un esprit critique rigoureux dans l’application des règles de la classe et au moment d’évaluer les élèves. Il doit donc toujours savoir dans quelle direction il va et quels sont les objectifs cachés derrière chaque action pédagogique. Finalement, un enseignant n’est pas un être parfait; il a le droit lui aussi de faire des erreurs, de les avouer, de les effacer et de recommencer à nouveau. Un enseignant est un être humain qui tente de donner le meilleur de lui-même à ses apprenants pour que ceux-ci se sentent bien dans la classe afin d’apprendre le mieux possible tout en respectant les limites de chacun, celles de l’enseignant y comprises.

La collaboration avec les collègues :

Sincèrement, lorsque j’ai commencé mes études en enseignement, je trouvais que nous avions beaucoup trop de travaux d’équipe et j’avais un peu de difficulté à m’adapter aux idées des autres, puisque comme mes collègues, j’avais ma propre vision des choses. Cependant, plus les sessions ont passé et plus j’ai découvert que les travaux d’équipe étaient une occasion en or de confronter mes points de vue et mes valeurs avec ceux de mes collègues, mais surtout, d’être en étroite relation avec des idées nouvelles. Je peux aujourd’hui affirmer que j’ai apprécié grandement collaborer étroitement avec mes collègues qui ont, à leur façon, participé à ma formation universitaire et qui sont en partie responsables de l’enseignante que je suis devenue aujourd’hui. Je n’aurais jamais cru, initialement, trouver chez mes collègues universitaires une source aussi importante d’inspiration et de soutien.

Deuxièmement, tout au long de mes stages, j’ai également dû collaborer de près avec des enseignants chevronnés. Lors de mon premier stage, je ressentais plutôt de l’insécurité à l’idée d’être sous les projecteurs et constamment être évaluée par mon enseignante-formatrice. Avec l’expérience de stagiaire que j’ai acquise, j’ai changé mon fusil d’épaule et j’ai choisi de considérer ces enseignants formateurs comme des alliés, des collègues qui pouvaient eux aussi, tout comme mes professeurs à l’université, être des outils et des collaborateurs hors pair dans mon cheminement professionnel. Je considère que j’ai toujours eu beaucoup de chance de collaborer avec des enseignants formateurs avec qui j’ai développé une belle complicité et qui m’a permis d’apprendre énormément grâce à leurs conseils et leurs critiques constructives.

Évidemment, je considère que la collaboration entre collègues enseignants est un aspect important de la profession enseignante. En enseignement, il peut être facile de choisir de faire cavalier seul et ainsi, devoir porter tout le poids de nos responsabilités, nos échecs et nos succès seuls, également. Il faut donc savoir s’entourer de gens positifs et stimulants, qui partagent les mêmes valeurs que nous.

La collaboration entre collègues donne lieu à des échanges constructifs, à l’élaboration de projets stimulants, à l’échange de matériel et d’idées insoupçonnés et surtout, permet de partager notre réalité d’enseignant avec des gens qui nous ressemblent, car parfois dans notre entourage intime, il n’est pas facile de trouver des conseils auprès de gens qui n’œuvrent pas dans le milieu de l’enseignement.

Après ces quatre années d’études, j’ai appris à travailler en collaboration et surtout, à tirer profit de ces échanges entre collègues qui sont devenus pour moi, une priorité dans mon cheminement professionnel et  personnel.

En conclusion, cette élaboration d’un bilan réflexif dans le cadre de mon portfolio ne sera pas la dernière que je produirai. Au contraire, je crois qu’il important de faire cet exercice fréquemment, car l’introspection nous permet de nous situer face à nous-mêmes. Ici, je me suis positionnée par rapport à quelques aspects de l’enseignant en comparant ma vision de maintenant à celle d’il y a quatre ans. Je compte bien refaire l’exercice dans l’avenir, car je trouve qu’il est très intéressant de constater le cheminement que j’ai parcouru jusqu’à maintenant. Comme Victor Hugo l’a écrit dans Tas de pierres, «l’eau qui ne court pas fait un marais. L’esprit qui ne travaille pas fait un sot.»