Portfolio KPLON GBASA de Comlan Germain Roch AHOKPOSSI

Biographie

Image représentant Comlan Germain Roch AHOKPOSSI

Né le 28 mai 1963 à Parakou dans le Nord-Ouest du Bénin, titulaire d'une maîtrise en Géographie,je suis Inspecteur de l'Enseignement du 1er Degré, chef du Service de l'Organisation Scolaire et de la Prévision à la Direction de l'Enseignement Primaire au Ministère de l'Enseignement Maternel et Primaire de mon pays. Je suis marié et père de deux(2) enfants

Pour me contacter :

Les articles intéressants

C'est ici la banque des documents et autres données intéressants

Méthodes actives et pédagogie de projet

reCIT

29 janvier 2004

L’objectif de l’atelier est de voir comment les méthodes actives et les démarches de projet sont des moyens essentiels pour l’éducation des citoyens , en croisant l’approche par projet d’expériences très différentes.

Proposition de questions et de déroulement

--------------------------------------------------------------------------------

La démarche de projet est présentée par les spécialistes de l’entreprise comme un principe de management. Nous parlons de notre côté de démarche de projet comme un moyen d’une pédagogie émancipatrice . Est ce la même chose ? Où sont les différences ?

Nous parlons chacun de démarche de projet. Quelles sont les finalités, les méthodes et les contraintes de cette démarche pour chacun des membres du groupe ?

1 Dans l’élaboration et la réalisation du projet

Le premier travail du groupe pourrait être de dire, à travers la diversité des expériences, formalisées ou non, ce qu’est pour chacun un projet :

Le projet de qui ? Quel groupe, quel territoire ? Pour provoquer on peut dire : où est la clôture ?

Les finalités : Quelles sont les valeurs en jeu dans les différentes démarches de projet ?

Les étapes. Quelles sont les étapes d’élaboration et de réalisation du projet ? Classiquement dans le monde du management on décrit la démarche en 5 phases : diagnostic, formulation d’un projet (concrétisé par une charte), programmation (et contractualisation), réalisation, évaluation. Dans le développement local participatif, la première étape n’est pas de faire un diagnostic, mais de définir ensemble les enjeux, de nouer un débat et de mobiliser chacun.

La question du temps : s’agit-il d’un projet dans la durée, ou de passer d’une opportunité à l’autre ? Sur quelle période s’est déroulé le projet ? Quelles sont lété les différentes phases ?

La réalisation : comment est abordée la phase de réalisation du projet ? Quelle coopération dans la réalisation, quels temps de suivi, d’évaluation et de rectification

Le groupe n’aura pas trop d’une heure et demi pour croiser les différentes approches et voir les convergeneces et spécificités de chacun

Second temps

Le second temps est centré sur les méthdodes, les démarches et la participation. Les questions proposées pourraient être les suivantes :

Méthodes actives : qu’entend on par méthdes actives, et quels sont les acquis (cette question paraît évidente pour certains, mais sera peut être une découverte pour d’autres) et quels sont les effets de telles méthodes ?

Quelles finalités ? Les projets mangériaux insistent sur la notion de contrat et de recherche d’une équilibre entre des intérêts parfois contradicatoires. Les projets éducatifs insistent sur la coopération et de travail commun au service d’une but, sur le développement d’un travail de groupe, ou d’un partenariat, sur l’assication de tous au projet. Quelles sont les valeurs derrière les méthodes ?

Quelles méthodes pour élaborer un projet ? Les méthodes et les outils sont porteurs de la finalité. La participation est-elle une information, une consultation, une concertation ou une décision partagée ? Comment chacun est associé aux différentes étapes ?

Qui participe ? Le projet est il une démarche sélective comme pour des projets économiques où on mobilise les meilleurs, ou un processus qui associe chacun des membres d’un groupe, d’une classe, d’un territoire ? Quelle place peuvent trouver les moins performants, avec quelles modalités particulières d’appui ? Comment permettre à chacun de tirer au mieux parti de ses aptitudes personnelles ? Comment concilier efficacité et démarche participative (on retrouve la question du temps) Comment répondre aux besoins de chacun, et aller vers ceux qui ne participent pas facilement ? Comment créer des espaces de confiance et de participation ?

Qu’est ce qu’on apprend dans une démarche de projet, dans les différents cas de figure ? Qu’est ce qu’apporte, en termes d’attitudes et de comportements, le fait de s’atteler à un priojet, de devoir travailler ensemble autour des enjeux proposés. Par exemple "les enfants, pour s’en sortir dans la vie, doivent aussi apprendre l’autonomie, la débrouillardise, l’esprit d’entreprise, qualités qui ne sont jamais valorisées sur les bancs du collège"

Troisième temps

La question est celle des territoires, des domaines et des formes d’action pour faire progresser la prise en compte des démarches de projet porteuses de coopération et d’émancipation. Les questions proposées pourraient être les suivantes :

A quelles conditions les méthodes actives et la pédagogie de projet peuvent contribuer à la construction de la personne et du citoyen ? Quels types de pédagogie de projet permettent-elles de mobiliser largement l ?ensemble de la population, des jeunes, des acteurs, etc ?, et comment en avertir les acteurs ?

Quelles propositions ? Quels sont les domaines où la pédagogie de projet pourrait trouver sa place de façon plus importante ? Quelles propositions formuler vis à vis des communes, des Régions, de l’Etat ?

Que faire par soi même ? Sans attendre tout de l’action publique, quelle pédagogie des formateurs pourrait permettre de diffuser plus largement les méthodes actives ? Que peut faire chacun par soi-même ?

Mise en réseau : quelles formes de mise en réseau et d ?appui aux initiatives ?

Mis en ligne par : Julie Banzet

Mes publications

Cet espace est celui qui rendra publiques les productions issues de mes recherches et qui méritent d'être bonifiées.