Portfolio de Laurence Beauchamp || Toute la vitrinehttps://eduportfolio.org/12566Bonjour à tous !   Je me nomme Laurence Beauchamp et je suis une étudiante dynamique et souriante au baccalauréat en éducation préscolaire et enseignement primaire à l’Université de Montréal. Je terminerai d’ici peu ma quatrième année à l’Université de Montréal et je me permets de dire que ces années, au cours desquelles j’ai roulé à mille à l’heure, fût extrêmement enrichissantes et me confirment d’autant plus mon choix : je désire, plus que tout, être une enseignante.   Tout au cours de mon parcours scolaire, j'ai rencontré une foule d'enseignants. Quelques uns ont été très significatifs, d'autres moins, mais je crois que toutes les personnes qui font, à un moment ou à un autre, partie de notre vie, aident à forger la personne que nous sommes.   Je désire, bien évidemment, être une enseignante dont mes élèves se souviendront. Soit de par les projets que nous auront fait, la passion pour la lecture que je leur aurai transmis, soit par ma bonne humeur et ma joie de vivre, ainsi que le climat de respect qui aura reigné dans la classe.Biographiehttps://eduportfolio.org/vues/view/12566#biographie589719Bonjour à tous !   Je me nomme Laurence Beauchamp et je suis une étudiante dynamique et souriante au baccalauréat en éducation préscolaire et enseignement primaire à l’Université de Montréal. Je terminerai d’ici peu ma quatrième année à l’Université de Montréal et je me permets de dire que ces années, au cours desquelles j’ai roulé à mille à l’heure, fût extrêmement enrichissantes et me confirment d’autant plus mon choix : je désire, plus que tout, être une enseignante.   Tout au cours de mon parcours scolaire, j'ai rencontré une foule d'enseignants. Quelques uns ont été très significatifs, d'autres moins, mais je crois que toutes les personnes qui font, à un moment ou à un autre, partie de notre vie, aident à forger la personne que nous sommes.   Je désire, bien évidemment, être une enseignante dont mes élèves se souviendront. Soit de par les projets que nous auront fait, la passion pour la lecture que je leur aurai transmis, soit par ma bonne humeur et ma joie de vivre, ainsi que le climat de respect qui aura reigné dans la classe.https://eduportfolio.org/vues/view/12566#biographie589719Projet poussinhttps://eduportfolio.org/vues/view/12566#section589722  Au cours de mon premier stage, mon enseignante-associée, Mme Bernier, a effectué un projet extraordinaire que je désire recréer, lorsque j’aurai ma propre classe : le projet poussin. Ce projet, qui permet d’intégrer les sciences nature, aux apprentissages des élèves a été fort enrichissant, tant pour les éleves que pour les enseignantes (et la stagière!). Les élèves ont, sur une période d'un mois, tout appris sur les différences entre les ovipares et les vivipares, ensuite, par le biais de lectures et d’exercices, ils ont intégré les étapes de la fécondation et de la gestation des poules. Tout ce projet s’est concrétisé lorsque l’enseignante a placé une sorte d’incubateur que l’on appelle couveuse, où ont dormi pendant quelques jours, des œufs de poussin fécondés. Nous avons remarqué que les enfants étaient heureux et particulièrement calmes lorsqu’ils s’approchaient de la couveuse, car nous leur avions bien précisé que les œufs n’écoreraient pas s’ils étaient trop agités. Ce projet me semblais tout à fait intéressant et approprié pour des élèves de deuxième année, mais c’est lorsque j’ai remarqué les yeux pétillants des élèves, alors qu’ils s’apercevaient que les œufs avaient laissé place à de magnifiques petits poussins encore humides, que j’ai décidé que j’allais inévitablement faire ce projet avec mes élèves, lorsque je tiendrai ma propre classe.  https://eduportfolio.org/vues/view/12566#section589722Réflexion sur les compétenceshttps://eduportfolio.org/vues/view/12566#section589723Certaines compétences sont déjà acquises par nombreux d'entre-nous, alors que pour d'autres, c'est une tout autre paire de manches. Une chose est certaine, elles sont toutes à travailler au cours de nos stages et nous nous devons de les maîtriser.   Compétences à développer 1.  Savoirs, culture 2.  Langue 3.  Planification 4.  Pilotage 5.  Évaluation 6.  Gestion 7.  Adaptation aux élèves en difficulté 8.  Utilisation des TIC 9.  Coopération avec les partenaires 10.  Concertation avec l'équipe pédagogique 11.  Développement professionnel 12.  Agir de manière responsable et éthique     Voici mon analyse de quelques unes de ces compétences. Compétence 1 Agir en tant que professionnel héritier, critique et interprète d'objets de savoirs ou de culture dans l'exercice de ses fonctions. L'enseignant au primaire se doit de connaître les matières prescrites dans  le Programme de formation de l'école québécoise, mais si cet enseignant ne faisait qu'enseigner machinalement des contenus, cela ferait de lui un simple technicien en éducation, et non pas un professionnel. Le bon enseignant se doit de créer des liens entre les différentes notions vues en classe et d'entraîner ses élèves à aller plus loin que les sentiers battus. En fait, la salle de classe ne doit pas être un lieu où l'on ne fait qu'appliquer des théories de mathématiques ou de français. L'enseignant doit favoriser l'ouverture aux autres et la discussion entre les élèves afin qu'ils deviennent de meilleurs citoyens qui s'intéressent à la diversité et au monde qui les entoure. L'enseignant qui adapte ses activités selon les connaissances, les aptitudes, les intérêts et les intelligences multiples de ses élèves parviendra à capter leur attention, ce qui ne peut être que bénéfique pour les enfants. S'intéresser à eux, à leur milieu, à leur réalité est la meilleure façon de rejoindre des élèves. À l'université, certains professeurs sont des sommités dans leur domaine, mais sont incapables d'offrir des cours intéressants. Pourquoi? Parce qu'ils ne vulgarisent pas assez, qu'ils ne font pas de liens entre les notions vues en classe et la réalité et que les activités faites en classe ne sont pas pertinentes. Si des étudiants universitaires ont de la difficulté à s'intéresser à des cours qui ne les rejoignent pas, comment pourrions-nous demander à des élèves entre cinq et onze ans de faire ce que même nous ne sommes pas en mesure de faire? Voilà pourquoi je crois qu'il est primordial que chaque enseignant se questionne sur sa pédagogie et la façon qu'il a d'enseigner à ses élèves.     Compétence 2  Une des compétences qui devrait être acquise par tout le personnel enseignant d’une école, est sans contredit le fait de bien maîtriser la langue utilisée dans celle-ci. Selon moi, les enseignants devraient être des modèles en ce qui a trait à cette compétence, car les enfants côtoient, plus souvent qu’autrement, de mauvais exemples concernant cette compétence. En effet, si nous, en tant que personnel enseignant, ne maîtrisons pas notre langue d’enseignement, soit le français, et que les parents francophones des élèves qui sont assis dans notre classe ne parlent qu’un français bâclé ou familier, alors que certains parents d’élèves sont allophones, comment pouvons-nous espérer demander à ces élèves d’avoir un français oral soutenu? Selon le même point de vue, il serait d’autant plus difficile de demander à un élève d’écrire un texte sans erreurs, alors que plusieurs feuilles qui sont distribuées aux élèves sont truffées de fautes, ainsi que d’inexactitudes propres à la langue française. Voilà pourquoi je crois que le fait de « communiquer clairement et correctement dans la langue d’enseignement, à l’oral et à l’écrit, dans divers contextes liés à la profession enseignante »[1] est absolument indispensable à la réussite de nos élèves. Pour moi, le français a toujours été l’une de mes matières scolaires fortes… jusqu’à mon arrivée à l’université. En effet, moi qui n’ai jamais fait beaucoup d’erreurs pour ce qui a trait à la langue française, ainsi qu’à son usage, que ce soit au secondaire ou au CEGEP,  je me suis aperçue que j’avais de nombreuses lacunes vis-à-vis de l’usage des mots. Par exemple, je me suis rendue compte que beaucoup de mots, qui étaient pourtant courants dans mon vocabulaire, ainsi que dans celui des membres de ma famille, n’étaient pas acceptés dans la langue française. De plus, de nombreuses tournures de phrases couramment utilisées sont calquées de l’anglais et ne sont donc pas permises d’être utilisées dans un langage soutenu. Tout au long de ma formation universitaire, ainsi que lors de ma pratique enseignante, je chercherai à mettre mes connaissances de la langue française toujours à niveau, afin de pouvoir enseigner les bonnes notions à mes élèves, afin de pouvoir répondre adéquatement à leurs interrogations et aussi, en étant moi-même sensible aux particularités de la langue française, je crois être en mesure de donner à mes élèves, l’envie de se surpasser, de se questionner, de chercher dans le dictionnaire les mots dont ils ne sont pas certains de l’orthographe ou de la définition. Aussi, en cherchant dans le dictionnaire et en me posant des questions, je démontrerai par la pratique, que la langue française est importante et qu’il nous faut faire des erreurs afin de pouvoir faire des apprentissages.   Compétence 3 La planification d’une activité est essentielle, mais la planification écrite est beaucoup plus utile que la planification dans notre tête, parce que la planification écrite nécessite de réfléchir deux fois plus à notre activité. Il est beaucoup plus facile de penser à tout ce dont nous aurons besoin pour l’élaboration et l’explication d’une activité lorsqu’on pense à tout le déroulement. De plus écrire les consignes et le déroulement d’une activité nous aide à ne pas oublier de détails lors des explications et nous permet d’avoir moins de choses à spécifier lorsque les enfants seront en plein travail.   Mon expérience de travail dans les camps de jour m’a apporté une grande force : savoir improviser lorsqu’il y a un changement de programme. Mais justement, les changements de programme ne doivent pas prendre une place trop importante dans mon enseignement. Oui je me dois d’être flexible et adapter mon enseignement, mais à l’avenir je m’efforcerai de planifier mes périodes de façon plus adéquate, en préparant d’avance le matériel nécessaire à l’activité, en me définissant un déclencheur, une boucle pédagogique, en déterminant d’avance ce que les enfants feront lorsque leur travail sera terminé, mais surtout, en estimant le temps que prendra l’activité. Il est certain que certaines étapes de la réalisation pourront être modifiées à la dernière minute, mais règle générale, je m’efforcerai de suivre le plan établi. Ainsi, je crois que je serai en mesure de commencer mes périodes sans chercher le matériel nécessaire à l’explication et à la réalisation de l’activité prévue et ainsi, je n’aurai pas à faire attendre les enfants, et par le fait même, j’éviterai de faire de la gestion de classe inutilement.     Compétence 4  « Piloter des situations d’enseignement-apprentissage pour les contenus à faire apprendre, et ce, en fonction des élèves concernés et du développement des compétences visées dans le programme de formation »[2] est tout simplement essentiel, puisque sans cette compétence acquise, l’école ne serait pas un espace d’apprentissages. L’enseignant devra donc, tout au long de sa profession, amener les élèves à se surpasser en les encourageant, les stimulant, en les motivant, mais aussi en les guidant dans leurs divers parcours scolaire. L’enseignant devra faire de sa classe, un milieu de vie où tous les enfants pourront se sentir bien, appréciés et où ils ne seront pas jugés par leurs pairs. L’enseignant devra imposer le respect dans sa classe afin que tous les élèves sentent qu’ils peuvent poser toutes les questions qu’ils ont en tête, qu’ils pourront discuter et énoncer leur point de vue en sachant que les autres ne le critiqueront pas. C’est en respectant les élèves dans leurs croyances et en organisant la classe, de manière à ce que les enfants puissent échanger qu’on sera en mesure de démontrer aux élèves que la classe est un milieu d’échanges et d’apprentissages. Selon moi, mon enseignante-associée agit dans le sens de cette compétence, puisqu’elle n’accepte aucun commentaire négatif à l’endroit de quelqu’un ou de ses idées. De plus, elle travaille souvent par ateliers, ce qui force les élèves à travailler en équipe et à se distribuer les tâches à accomplir selon les forces et les faiblesses de chacun. Grâce aux pratiques de mon enseignante-associée, il m’a été d’autant plus facile d’instaurer un climat de respect et d’entraide dans la classe, car les élèves sont déjà habitués à ce genre de méthodes. Mais il est certain que, lorsque je prendrai une classe en charge, les élèves devront agir selon ces principes, car ils sont extrêmement importants et reviennent à la valeur qui m’est le plus cher et qui est, selon moi, absolument essentielle dans une classe : le respect. Je crois donc que je serai en mesure d’instaurer, dans ma classe, un climat chaleureux. De plus, je crois qu’il est important de guider les enfants dans leurs apprentissages afin qu’ils puissent faire de belles réussites scolaires. En effet, l’enseignant n’est plus considéré comme étant le maître et l’enfant, l’élève. Le rôle de l’enseignant n’est plus d’implanter une quantité folle d’informations dans la tête de ses élèves, mais plutôt accompagner les élèves dans leurs apprentissages et leurs réussites, et ce, à travers plusieurs projets différents qui intéressent l’enfant avant tout, mais aussi l’enseignant, qui possède une foule de connaissances qui intéressent les élèves.   Compétence 6  Planifier, organiser et superviser le mode de fonctionnement du groupe-classe en vue de favoriser l’apprentissage et la socialisation des élèves. Cette compétence signifie qu’un enseignant doit s’assurer que tout est mis en place afin que chacun de ses élèves puisse réussir selon ses aptitudes et que chaque élève tire pleinement profit de l’enseignement. Le travail d’équipe peut paraître anodin, mais il est essentiel dans une classe parce qu’il permet d’utiliser les forces de chacun et de promouvoir l’entraide, tout en favorisant la discussion entre les élèves. Le travail d’équipe permet de préparer les élèves à ce qu’ils auront à vivre tout au long de leur parcours scolaire : ils auront à travailler en équipe, à discuter avec les autres afin de créer un consensus qui plaira à chacun. Il n’est pas dit que toutes les équipes dans lesquelles les élèves seront placés leur plairont et qu’ils seront toujours avec leurs amis, mais ils devront tout de même apprendre à coopérer afin de permettre la réussite de chacun des membres de leur équipe. Le fait de placer des élèves en équipe peut sembler banal, mais il est un critère déterminant dans la réussite d’un élève. En effet, placer les élèves en dyades hétérogènes peut permettre à l’élève plus fort d’aider l’élève plus faible, de répondre à ses questions, ce qui permet de valoriser l’estime de soi de l’élève fort, tout en aidant l’élève éprouvant des difficultés. Cependant, il faut faire attention de ne pas placer deux élèves trop bavards ensemble parce que le travail n’avancerait pas et que les deux élèves pourraient éprouver des difficultés. C’est pourquoi  il est très important de bien connaître les forces et les faiblesses de nos élèves. Mais créer de bonnes équipes de travail n’est pas tout, il est primordial d’instaurer un climat de confiance et de respect dans la classe, afin que les élèves se sentent bien et qu’ils n’aient pas peur de répondre, par exemple, à une question posée par l’enseignante. Je crois qu’il est nécessaire de traiter nos élèves avec respect et de ne tolérer aucune marque de mépris à l’égard d’un élève, sans quoi le climat de classe pourrait devenir intenable. Mes forces J’ai beaucoup de facilité à créer de bons liens avec mes élèves. En effet, j’aime les enfants et je suis capable de trouver une force en chacun d’eux, même chez les élèves les plus difficiles. J’aime leur dire et les féliciter lorsqu’ils ont fait des progrès. Je suis capable d’instaurer rapidement un climat de confiance dans la classe parce que je permets aux élèves de s’exprimer et je n’accepte aucun commentaire méprisant. Je trouve qu’il est important d’écouter ce que les enfants ont à dire parce que cela leur permet de développer leur pensée. Par contre, je suis tout de même réaliste et je ne les laisse pas parler à n’importe quel moment. C’est la raison pour laquelle j’apprécie le concept des conseils de coopération et je l’instaurerai dans ma classe. Lors de mon premier stage, j’ai instauré un conseil de coopération avec les enfants de deuxième année. Ce conseil de coopération était formé de la manière suivante : j’ai déposé une boîte dans la classe dans laquelle les élèves pouvaient déposer des petits papiers sur lesquels il était écrit « Je félicite… Je n’ai pas aimé quand… J’aimerais parler de… ». Les élèves devaient remplir les papiers en écrivant leur nom et ce dont ils voulaient parler lors du conseil de coopération. Au cours de celui-ci, nous discutions de ce qui s’était passé pendant la semaine, réglions les problèmes et j’écoutais les demandes des élèves. Je trouve qu’un conseil de coopération est un atout dans une classe parce que les élèves ont parfois de la difficulté à régler des problèmes deux à deux, mais lorsqu’on en discute, les solutions viennent d’elles-mêmes.   Compétence 8  Intégrer les technologies de l’information aux fins de préparation et de pilotage d’activités d’enseignement-apprentissage, de gestion de l’enseignement et de développement professionnel.   L’usage des technologies est très important dans l’enseignement parce que les élèves baignent dans un environnement de technologies et ce serait se déconnecter de la réalité que de prétendre qu’elles n’existent pas. Les technologies de l’information sont utiles dans la préparation des SAE parce qu’elles nous permettent de trouver des éléments pertinents à enseigner à nos élèves. En effet, j’ai eu grandement recours à Internet dans le cours de mes trois stages afin de trouver les réponses à des questions soulevées au cours d’activités d’enseignement-apprentissage. Mes forces J’aime aller chercher des informations sur Internet, faire des Powerpoint, utiliser le Smartboard, TapTouche et plusieurs autres technologies et je trouve que c’est essentiel de l’enseigner à mes élèves parce que ce sont des outils dont ils auront à se servir. Dans le cadre du cours Intégration des TIC, j’ai eu à présenter le logiciel Evernote à une classe de 4e année. Ce logiciel Internet est en fait une plateforme web qui s’apparente aux signets et qui est très utile lors de recherches sur Internet. Comme les élèves avaient à faire une recherche sur l’une des Sept merveilles du monde, cet outil a été réutilisé par les élèves. Comme les élèves de mon troisième stage auront à effectuer une recherche sur un phénomène naturel, je compte bien leur démontrer ce qu’ils peuvent faire avec Evernote. Compétence 9 Lors du deuxième stage, j’ai eu l’occasion d’assister à une rencontre de cycle, une rencontre d’équipe-école, des rencontres de parents, etc. Ces rencontres sont des plus pertinentes pour les stagiaires parce qu’elles nous permettent d’expérimenter toutes les facettes du métier d’enseignant. L’enseignement, c’est un métier dont nous connaissons beaucoup de facettes, étant nous-mêmes tous allés à l’école, mais, en tant qu’élèves, nous n’avons pas eu la chance d’expérimenter ces facettes du travail, bien évidemment. De plus, je n’ai jamais eu l’occasion, au cours de mon premier stage, de vivre des expériences comme celles-ci et je trouve qu’elles sont très enrichissantes.   Compétence 11 Le deuxième stage était très axé sur l’introspection. Le fait de demander des rétroactions, d’être à l’écoute des rétroactions reçues, le fait de réfléchir sur sa pratique, tant par rapport à la planification des activités, qu’aux interventions faites en classe était à l’honneur dans ce stage. Je crois que le deuxième stage m’a permis de réaliser à quel point il était important de revenir sur les actions que nous avons prises en classe, et ce, tant sur les meilleures que sur les moins adéquates. Il est, selon moi, primordial de faire une analyse de chaque activité de chaque journée parce qu’ainsi, nous serons en mesure de devenir de meilleurs enseignants. Réfléchir sur notre pratique, c’est réfléchir sur nous, sur nos actions. Je crois qu’il est très important de revenir sur une activité, quelle se soit bien passée ou non. Si une activité s’est bien passé, il est important de comprendre les raisons pour lesquelles l’activité s’est bien déroulée et si une activité s’était moins bien déroulée, le fait de revenir sur ce qui s’est passé, même si quelques fois, on aimerais beaucoup mieux l’enterrer et ne plus jamais en reparler, nous aide à devenir de meilleurs enseignants, plus professionnels et plus conscients de nos actions pédagogiques.      Compétence 12  Cette compétence est à mon avis, une compétence qui a beaucoup d’influence sur le fait d’être apprécié ou non par ses élèves, ses collègues, les parents de nos élèves, etc… En effet, l’éthique professionnelle, c’est-à-dire le fait d’ « agir de façon éthique et responsable dans l’exercice de ses fonctions »[3] Cette compétence est remplie de petits objectifs qu’il est possible d’intégrer dans nos pratiques enseignantes, et ce, à chaque jour. Les valeurs auxquelles nous tenons, le fonctionnement démocratique de la classe, l’attention et le soutien que nous portons à nos élèves. Le fait de conserver la confidentialité de ce que nous disent nos élèves, la confidentialité des notes des évaluations, la discrétion lorsqu’on discute d’un élève avec des collègues, tout cela est la base de l’éthique professionnelle. Éviter la discrimination est aussi un projet de tous les jours qui mène à notre intégrité professionnelle. C’est en bâtissant une relation de confiance avec les élèves de notre classe qu’on est en mesure d’apprécier tous les jeunes à leur juste valeur et ainsi, à créer un espace de confiance. Selon moi, si l’on apprécie les jeunes, ils vont nous rendre la pareille, et c’est ce qui est nécessaire dans une relation de confiance. Les enfants, peu importe leur âge, aiment se faire respecter et c’est en agissant de manière éthique qu’il est possible de leur enseigner le respect des valeurs auxquelles on croit. Je pense donc que ce sera à chaque jour que je démontrerai mes capacités à être éthique et responsable, mais aussi, ce sera petit à petit que je pourrai assurer mon autonomie professionnelle.   [1] Le référentiel de compétences professionnelles de la profession enseignante, p. 69 [2] Le référentiel de compétences professionnelles de la profession enseignante, p. 85 [3] Le référentiel de compétences professionnelles de la profession enseignante, p. 131  https://eduportfolio.org/vues/view/12566#section589723